A l’heure du Jubilé de la fausse miséricorde du pape François, voici quelques minutes en vidéo qui permettent de se remémorer des réalités qui nous concernent tous. La vraie miséricorde y est exposée de façon sublime par Marcel Pagnol ; si le paradis existe, l’enfer aussi. Et le salaire du péché non confessé est la damnation éternelle.

Peut-être l’occasion de prendre la résolution…d’une bonne confession !

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

13 commentaires

  1. pamino says:

    „[…] le salaire du péché non confessé est la damnation éternelle.“
    Soyons exacts. Modifions d’abord ‹ péché › en ‹ péché mortel › et ‹ confessé › en ‹ remis ›, puis considérons les quatre désidéria pour la remission d’un péché mortel : la contrition, la confession, l’absolution et la satisfaction. Si
    1º la contrition est parfaite (le remords d’avoir offensé la perfection de Dieu) et
    2º la confession est faite à Dieu, il ensuit Son
    3º absolution et
    4º la satisfaction qu’IL exigera (par ex. du Purgatoire).
    S’il s’agit de la confession sacramentelle,
    1º la contrition peut être imparfaite (peur de l’enfer etc.),
    2º la confession doit être faite à un prêtre dûment autorisé, qui donne ensuite
    3º l’absolution et prescrit
    4º la satisfaction (une pénitence).
    Évidemment il est plus prudent de se confesser à un prêtre, puisque dans ce cas-lè on peut être sûr d’avoir été absous par Dieu.

    • J’ai appris que la notion de contrition parfaite ou imparfaite n’existe pas en fait. Ne soyez pas trop « méthodiste » et allez soulager votre conscience dès que vous vous sentez en faute. Ce n’est qu’ainsi que l’on plaît à Dieu. Les calculs, Il n’aime pas. Beaucoup sont en enfer sans péché mortel, car l’accumulation des fautes, la tiédeur, la négligence des grâces données, le manque de reconnaissance, etc. sont des péchés qui mènent en enfer un jour ou l’autre, car c’est mépriser les dons que Dieu vous donne, surtout lorsque Dieu attend beaucoup de vous et que vous choisissez toujours ce qui vous coûte le moins.
      Bonne fin de carême à tous!

  2. Rejean Dubois says:

    le dire a tout les jour

  3. Vieux Jo says:

    « Mon Dieu, j’ai un profond regret de vous avoir offensé. Pardonnez-moi par les mérites de la Passion et de la Mort de Jésus-Christ mon Sauveur. Je me propose, avec le secours de votre sainte grâce, de ne plus vous offenser et de faire pénitence.

    Issu d’un vieux missel. Et je l’ai adopté depuis fort longtemps car il correspond vraiment à ce que je ressens au plus profond de mon âme.

    • michelb says:

      mais comment savoir que Dieu est offensé? Ce que l’on nous rapporte est son message « va et ne pêche plus! »

      or il est possible d’y lire qu’il n’est pas offensé mais heureux d’avoir sauvé et de conseiller de ne pas faire mauvais usage de notre liberté qui est immense.

      Aussi à vous lire, Vieux Jo, je ressens fortement votre proximité à Dieu, c’est admirable, dans le bon sens, vous ne pouvez qu’être heureux, déjà sur terre.

      • Vieux Jo says:

        D’abord je viens de m’apercevoir que j’ai oublié une petite partie. Le voici dans son intégralité :

         » Mon Dieu, j’ai un profond regret de vous avoir offensé parce que vous êtes infiniment bon, infiniment aimable, et que le péché vous déplaît. Pardonnez-moi par les mérites de la Passion et de la Mort de Jésus-Christ mon Sauveur. Je me propose, avec le secours de votre sainte grâce, de ne plus vous offenser et de faire pénitence ».

        Ensuite, être heureux sur terre, c’est comme le dit ce bon prêtre dans le film : prendre conscience de sa petitesse devant Dieu, que nous ne pouvons rien sans Lui. Que qu’elle que soit ce que notre conscience nous reproche, allons nous humilier devant le Tabernacle où Il est là, en permanence, enfermé à jamais et pourtant si présent près de nous, il nous attend, il nous écoute, ne nous abandonnant jamais et encore moins dans nos plus grandes misères humaines qui bien souvent sont de notre faute. Prendre conscience de ce qui a pu Le blesser, lui confier, et on se sent si bien près de Lui.

        Et comment le savoir que nous l’avons blessé ? Mais tout simplement en lisant sa vie, et surtout en méditant chaque jour de bons livres qui nous rappellent le pourquoi de sa passion, de sa volonté à souffrir cette mort ignominieuse. Qui reste un grand mystère quand même à notre entendement.

        Vous avez pour cela de bons petits livres trouvés dans les brocantes, les Emmaüs et autres bouquinistes, comme les sermons de Bossuet ; ils sont courts, un par jour, mais tellement enrichissants.

        Et puis vous avez aussi un formidable livre, que les Capucins de Morgon méditent chaque jour de l’année : Passion de Jésus-Christ. Le titre exact est assez long : « Pensées et affections sur la Passion de Jésus-Christ pour tous les jours de l’année, tirées des divines écritures et des saints pères » par le RP Gaétan-Marie de Bergame, des frères mineurs capucins.

        Sur l’Amour et la Miséricorde de Jésus, je ne connais qu’un seul auteur capable d’en parler si bien que notre coeur en est bouleversé, il s’agit du Père Matteo, et entre autres « Jésus, Roi d’amour. »

        • michelb says:

          « qui bien souvent sont de notre faute »
          c’est justement là où vous pointez l’immense liberté de choix accordée par Dieu.
          Ainsi libre, Adam a commis la faute de refuser le conseil de Dieu en rapport à l’arbre de la connaissance mais aussi l’erreur d’écouter l’autre, c’est-à-dire Eve.
          C’est ce que signale Efgy, ci-après, Dieu a donné une conscience et loge dans chaque coeur.
          Certains le ressentent profondément et vivre la liberté, d’autres préfèrent l’étouffer et subir l’emprisonnement des hominidés.
          Je sais sa présence depuis tout petit, c’est stupéfiant. Etre imparfait, c’est comprendre et ne plus commettre d’erreurs, ce qui nous amène au respect de l’autre.
          C’est un long cheminement dans lequel l’aide de Dieu reste essentielle (athée ou non) car le démon ne s’attaque pas à ses convertis.

      • @ « mais comment savoir que Dieu est offensé? »

        Dieu nous a donné une conscience. Elle vous prévient tout de suite lorsque vous avez offensé Dieu… sauf si vous l’étouffez vous même pour ne pas l’entendre.

        • michelb says:

          oui, 10% de conscience éteinte par 90% d’inconscience fournie par le démon.
          Vivre en Dieu permet que la conscience prenne sa place.

  4. Et pour pouvoir réécouter ce beau sermon du génial Alphonse Daudet, car il risque à nouveau de disparaître d’internet :
    telechargerunevideo.com/fr/

    Et pour obtenir une indulgence plénière, pour soi-même ou pour une âme du Purgatoire : la prière
    Ô Bon et très doux Jésus !

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com