Nous avons déjà évoqué parmi les « curiosités » de l’affaire Charlie Hebdo le suicide d’un policier chargé de l’enquête.

Cela nous vaut d’être qualifié de site d’information complotiste par quelques journalistes du système.

Continuons sur ce sujet en vous livrant cette information étonnante publiée sur le site Panamza.com :

Le policier "suicidé" et sa maman
Le policier « suicidé » et sa maman

Exclusif. Panamza a contacté la mère d’Helric Fredou, commissaire de police chargé de rédiger un rapport sur l’entourage familial de Charlie Hebdo et retrouvé mort d’une balle dans la tête quelques heures après l’attentat.

« J’ai demandé le rapport d’autopsie, on m’a dit : “Vous ne l’aurez pas.” »

Le vendredi 16 janvier, Panamza publiait le témoignage troublant de la sœur du policier Helric Fredou, dont le mystérieux « suicide » continue d’être passé sous silence par les médias nationaux. Neuf jours plus tard, c’est au tour de sa mère d’apporter de nouvelles révélations.

Contactée par l’auteur de ces lignes, elle se déclare d’abord « énormément choquée » que Bernard Cazeneuve ne lui ait adressé aucun message de condoléances. Pour cause : l’actuel ministre de l’Intérieur entretenait, selon elle, d’excellents rapports avec son fils décédé. De 2010 à 2012, les deux hommes étaient amenés à travailler ensemble sur Cherbourg, l’un en tant que député-maire de la ville, l’autre en sa qualité de commissaire principal. « J’espère qu’un jour, je vais pouvoir le croiser pour lui dire à quel point j’ai été très déçue », ajoute-t-elle.

Même absence de réaction de la part de l’Élysée : Helric Fredou était pourtant chargé – entre autres localités – de la Corrèze et notamment de Tulle, fief historique de François Hollande.

Panamza reviendra prochainement sur l’intégralité de son témoignage, recueilli à travers un entretien téléphonique enregistré le samedi 24 janvier.

 

Sept points sont, d’ores et déjà, à souligner :

1. Selon la mère d’Helric Fredou, les policiers qui l’ont auditionnée lui ont expressément fait savoir qu’elle n’aurait pas accès au rapport d’autopsie. La Code de procédure pénale prévoit pourtant qu’en cas d’autopsie judiciaire (pour suicide ou mort suspecte), tout membre de la famille peut en faire la demande auprès du Parquet. Inutile : tel est le message déjà envoyé à une mère endeuillée qui « veut savoir la vérité ».

2. L’arme de service d’Helric Fredou n’était pas munie d’un silencieux. Sa mère a donc posé une question élémentaire à ses collègues : « Pourquoi n’avez-vous rien entendu alors qu’il était environ minuit ? ». Réponse laconique : « Son bureau était bien isolé. »

3. D’après sa mère, Helric Fredou voulait passer un coup de fil important après avoir effectué deux choses : débriefer « trois enquêteurs » partis interroger la famille d’une victime de l’attentat deCharlie Hebdo (en l’occurrence, les parents de Jeannette Bougrab – compagne autoproclamée de Charb – comme l’avait recoupé et divulgué Panamza) et consulter ensuite « les réseaux sociaux ». C’est à ce moment-là que Fredou aurait réalisé une déduction tellement importante qu’il « voulait continuer de travailler ». Précision importante : le « commandant » en poste ce soir-là (non-identifié) aurait voulu se charger lui-même du débriefing des enquêteurs et de la rédaction du rapport, mais Fredou aurait insisté en lui répliquant : « C’est mon boulot. » Le supérieur direct d’Helric Fredou est Gil Friedman, directeur du service régional de police judiciaire de Limoges.

 

 

4. Selon la police, Helric Fredou aurait posé le canon de son revolver sur le front et la balle serait restée à l’intérieur du crâne.

5. Le médecin traitant d’Helric Fredou, avec lequel sa mère s’est entretenu jeudi 22 janvier, refuse de valider le portrait esquissé par les rares articles parus au sujet du policier, faisant état d’une prétendue « dépression » et d’un quelconque « burn-out ».

6. La mère a voulu savoir à qui était adressé le dernier appel de son fils. Les policiers lui auraient rétorqué « On ne peut pas savoir » avant d’affirmer finalement qu’aucun coup de fil n’avait été passé.

7. « Quatre directeurs » de la police, venus expressément de Paris, ont rencontré la mère d’Helric Fredou pour lui adresser leurs condoléances et la convaincre qu’il s’agissait d’un « suicide ».

Enfin, un élément d’information subsidiaire mérite ici d’être rapporté : hormis l’auteur de ces lignes, AUCUN journaliste n’a contacté – depuis le 8 janvier – la mère ou la sœur d’Helric Fredou pour éclaircir l’affaire.

Hicham Hamza

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

14 commentaires

  1. En France c’est toujours la même chose dès que quelqu’un dérange le pouvoir en place,il s’est suicidé.Remontez et rappelez vous de l’affaire Boulin et vous verrez combien se sont suicider depuis .

    • lynxseptique says:

      et Bérégovoy noyé allongé sur le bord, le menton dans l’eau ? fallait qu’il en veuille! et de G…….à l’Elysée?, auto-suicidé dans le dos ? quel acrobate!
      Pour Monsieur Fredou, il est impossible que, le canon posé sur le front, le projectile n’ait pas détruit l’arrière du crâne ! ( où sont mentionnées par ailleurs les traces de poudre sur la peau qui auraient dû s’y trouver ? Admirons la technologie des nouveaux pistolets qui n’ont plus besoin de « silencieux » pour être « discrets ». On nous prend pour des c… dans toute cette « série américaine » (tiens…tiens…)

      • lynxseptique, tu confonds avec l’affaire du Ministre BOULIN en 1979

        • Non Chipie,l’affaire Boulin c’était du temps de Giscard et Bérégovoy du temps de Miterrand .
          Va sur google et tapes : Les suicidés de Miterrand,tu vas te régaler .
          Amitié .P.C.

      • Quand l’affaire est trop importante, il n’y a même plus besoin de suicidés, on tire à vue : l’assassinat de JFK est une affaire toujours pas dévoilée, et ne le sera jamais.

  2. Ehrlacher says:

    je continue à penser , comme je l’ai pensé dès le départ, notamment en voyant l’attitude de F.H. et en entendant ses premiers mots , que les véritables auteurs de l’attentat sont rentrés chez eux en pleine santé, et que ce ne sont pas forcément les islamistes qui sont derrière cette histoireEhr

    • lynxseptique says:

      « Tttttt; cher ami, chassez ces vilaines pensées qui s’approchent trop de la vérité !
      Reprenez l' »Histoire (triste) de France  » depuis Fouché
      et les polices parallèles. Que ceux qui le veulent bien comprennent! Il s’agit d’un montage de « poupées russes » très pervers dans lequel seules les Forces de Police encasernées ont joué un jeu honnête et héroïque car ce sont des hommes vrais ,sans calculs ,et donc, Français!

  3. michelb says:

    si l’on cache des informations, c’est qu’il y a un secret d’état qui pourrait même atteindre Hollande
    bravo pour votre courage

    puisque la loi l’autorise à voir le rapport d’autopsie, elle devrait avoir un refus motivé.

    elle devrait faire une pétition sur internet pour réclamer ce rapport et/ou prendre un avocat pour réclamer ce rapport et dénoncer « l’apologie du déni de droit ».

    en plus j’apprends ici que Cazeneuve est mélé à ça alors que je trouvais bizarre qu’il fasse passer des lois en Novembre 2014 et qu’un mois plus tard c’est boum!!

    vraiment c’est pas clair mais il est probable que ce sera moins obscur que pour Boulin.

    cette affaire montre bien que les petites gens sont de la merde!

  4. michelb says:

    Le suicide du commissaire Helric Fredou, le jour de l’attentat…

    http://fr.sott.net/article/24484-Le-suicide-du-commissaire-Helric-Fredou-le-jour-de-l-attentat

    Cazeneuve:
    « Redevenu député, il sera rapporteur de la mission d’information parlementaire sur l’attentat de Karachi, qui en 2002 fit 15 morts, dont neuf employés de DCNS de Cherbourg. Il est propulsé de fait porte-parole de l’opposition sur cette affaire, dont le volet financier met en cause des proches de Nicolas Sarkozy. »
    http://www.lepoint.fr/politique/bernard-cazeneuve-nomme-ministre-delegue-aux-affaires-europeennes-16-05-2012-1462224_20.php

    Jeannette Bougrab : une photo avec Charb, la polémique prend de l’ampleur
    http://www.linternaute.com/actualite/personnalites/jeannette-bougrab-une-photo-avec-charb-la-polemique-prend-de-l-ampleur-0115.shtml

  5. Ça me rappelle Madame Bérégovoy…

  6. Tiens, vous avez remarqué que tout citoyen qui ne pense pas
    comme les dictateurs illuminés et doctrinaires de la « gôche »
    sont froidement éliminés. Il a du y avoir une magouille dans
    cette affaire pour qu’il soit refusé à la mère de ce policier
    d’avoir des précisions sur le soi disant suicide de son fils. Cette affaire me rappelle celle de Monsieur Bérégovoy.
    Vivement que ces dictateurs soient traduits en justice
    pour trahison envers le peuple qu’ils doivent protéger.

  7. Le 3., le 5., et le 7. ne m’interpelle pas.
    Au contraire le 3. fait état d’une altercation avec son chef, ce qui peut étayer une mauvaise ambiance de travail, et des relations difficiles avec la hiérarchie, ce qui pourrait être une cause de suicide, quoiqu’en dise le médecin (qui ne valide pas, mais n’invalide pas non plus. En tant que médecin traitant il n’a en effet que trop peu d’éléments à mon avis; donc cet avis me semble plutôt normal).

    Pour le 1. et le 6., ce n’est troublant que si c’est définitif, ne pourrait-ce être lié au secret de l’enquête?

    Restent le 2., et le 4., effectivement se pourraient être soit des approximations de l’enquête ou de ce qui en a filtré, soit faire penser à une dispute ou à un accident maquillé en suicide par le(s) collègue(s) fautif(s).

  8. (édit: en fait pour être exacte pour le 4. non plus je ne vois pas non plus ce qu’il y a d’interpellant à ce que la balle « ne ressorte pas », certes je ne suis pas légiste).

    • AhLesCharlots says:

      … mais peut-être un peu avocat du diable quand même non? 🙂 #Curieux. Moi ça m’interpelle;)

      Ah là là, les fameux : « On l’a retrouvé suicidé avec 3 balles dans le dos et au fond de l’eau une pierre attachée aux pieds… »

      Dossier classé ! Vous ne l’aurez pas ! Circulez y a rien à voir…

      En attendant cet « attentat islamiste » a quand même fait un bien fou à beaucoup de monde qui en avait bien besoin, au bon moment ! Mais bon, tout cela n’est que du conspirationnisme/complotisme n’est-ce pas.. Comme on nous dit toujours la vérité franchement c’est abusé, moi je dis.. Vous croyez peut-être qu’on nous mentirait ? Bande de paranos réactionnaires va.. 🙂

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com