Aux Etats-Unis, en 2007 le taux de fécondité était de 2,12 enfants par femme. Il s’effondre à 1,89 en 2011. Au Portugal, seules 90.000 naissances ont été déclarées en 2012, soit le chiffre le plus bas des soixante dernières années. En Espagne, le taux de fécondité était d’1,46 enfants par femme en 2008 et passe à 1,36 en 2011. Au Royaume-Uni, 47% des familles ne comptent qu’un enfant. En Italie, 25% des femmes ne seront jamais mères. Une situation que l’on rencontre également en Autriche, en Hongrie, en Pologne, en Roumanie et en Grèce.

La société moderne occidentale a produit une génération hédoniste, plus préoccupée par la jouissance personnelle que par la fondation d’un foyer. Le phénomène se développe gravement. L’enfant unique est perçu comme l’ultime concession à la maternité sans risquer de restreindre le confort de vie. Les féministes les plus rabiques préfèrent encourager à faire le choix d’une vie sans enfant. En France, 5 à 6 % de femmes auraient choisi volontairement ce refus de l’enfant et le conçoivent comme une forme « transgressive de contestation ».

La presse féminine influence de façon très négative le comportement des femmes, encourageant cette attitude égoïste en l’enrobant de théories fumeuses et en flattant les instincts matérialistes de ses lectrices.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Un commentaire

  1. Céc ilien Pelchat says:

    Cette question d’une société qui refuse globalement l’enfant est un signe indéniable d’une société qui, malgré son égoîsme évident, «  NE S’AIME PAS« .
    le Créateur a mis dans l’homme (et femme)des forces immenses d’attraction qui conduisent naturellement à la reproduction. Contrairement aux autres animaux dont l’invite à la reproduction est encadrée par l’instinct animal à quelques semaines par année, l’instinct reproducteur de l’homme ne connait pas ces limites.
    L’homme connait depuis longtemps les disponibilités
    reproductives de la femme et a de tout temps connu des moyens contraceptifs pour éviter les naissances.
    Mais, c’est surtout l’époque moderne qui aura réussi le mieux, par des découvertes et de la technique a endiguer la succession des grossesses multiples.
    D’autre part, c’est surtout la mentalité hédoniste moderne qui a pesé de tout son poids sur le refus de se reproduire.
    Naturellement, deux époux qui s’aiment ne peuvent s’empêcher de voir se concrétiser le fruit de leur amour et pas seulement à un seul exemplaire…Qu’est-ce donc qui rend nos sociétés modernes (occidentales surtout et athées) si réticentes à se reproduire ? Ce ne sont sûrement pas les conditions meilleures que jamais pour mener à terme une grossesse. Peut-être que dans nos sociétés décadentes les efforts qu’il faut faire pour mettre au monde, éduquer , nourrir, entretenir un rejeton
    font peur; alors, nous serions un peu lâches, avoir une famille demande du courage: tout n’est jamais aussi reluisant que le montre le cinéma.
    Mais, je pense que les deux raisons principales sont 1- L’absence de foi en l’avenir: la bonne vieille espérance chrétienne;
    2- le dévoiement de l’amour humain conjugal auquel il devient de plus en plus difficile de croire;
    Finalement, ce refus de l’enfant est un refus de croire en général et surtout un refus de croire en soi et en Dieu. Y-a-t-il des remèdes en vue ? Oui, il est remarquable que même au milieu de nos sociétés décadentes on trouve des poches de résistance où l’enfant est bienvenu et en nombre. mais, ces lieux bénis où il fait bon vivre sont aussi des lieux où la principale raison de vivre s’ appelle la foi en Dieu et en un avenir éternel.
    Prions pour que le Seigneur accorde de nouveau à nos pauvres sociétés malades cette Foi et cette Espérance sans lesquelles la vie doit être bien décevante. C.P.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com