diaconatfeminin.Le pape en avait parlé en mai dernier et a tenu parole : il vient d’instituer, après « une prière intense » et une « mûre réflexion » « une commission officielle d’étude sur le diaconat féminin ». Elle sera présidée par Mgr Luis Francisco Ladaria Ferrer, archevêque de Tibica, secrétaire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

Comme il se doit, en ce siècle de parité absolue qui envahit aussi le petit monde du Vatican, elle est composée de 6 femmes et de 6 hommes. Si ces derniers sont tous des ecclésiastiques, deux religieuses diplômées et 4 professeurs laïcs composent l’équipe féminine.

Outre leur C.V. réellement impressionnant, elles ont un point commun important : elles sont toutes, plus ou moins, préoccupées ou acteurs de la féminisation de l’institution ecclésiale et de la société : par leur situation professionnelle au sein des grandes universités européennes ou romaines, et  leurs hauts postes dans les Commissions vaticanes, et par leurs déclarations personnelles et publiques.

Sœur Nuria Calduch-Benages, membre de la commission pontificale biblique, évoque la discrimination dont elle a pu être victime par « des personnes à la mentalité fermée ou victimes des préjugés » au sein de l’Université Grégorienne où elle est professeur. Quant à Sœur Mary Melone, l’autre religieuse de la Commission, elle est la première femme Recteur de l’Université pontificale antonienne de Rome. Elle est aussi le symbole de « la révolution rose » du pape François. En mai dernier, elle avait applaudi à l’idée d’une étude sur le diaconat féminin lancée par Jorge Bergoglio :

« L’affirmation de François exprime encore une fois sa volonté sérieuse d’assurer aux femmes un rôle effectif, décisionnel, dans l’Église (…) Je respecte beaucoup tant de femmes cultivées et amoureuses de l’Église qui revendiquent le sacerdoce et souvent pour cela ont payé de leur personne. Par ma formation, toutefois, je ne partage pas cette aspiration. Je ne pense pas que l’ordination sacerdotale soit la seule condition pour garantir un rôle significatif aux femmes. »

Le Professeur Phyllis Zagano de la « Hofstra University », Hempstead, New York, a écrit un livre intitulé : « Le samedi Saint : un argument pour la restauration du diaconat féminin dans l’Église catholique. »

Tous les membres de cette nouvelle commission sont spécialistes en patristique, ecclésiologie, théologie dogmatique ou spirituelle. Ils étudieront le « diaconat féminin » des premiers siècles de l’Église.

Dans le passé récent, après le concile Vatican II qui a ouvert la voie à bien des innovations doctrinales et liturgiques, la question du diaconat sacerdotal et de la prêtrise pour les femmes avait été soulevée bien que la Tradition eut définitivement clos le sujet. Tant sous Benoît XVI que Jean-Paul II, les commissions de l’époque avaient donné une réponse négative aux souhaits de certains égalitaristes extrémistes de faire accéder les femmes au sacerdoce.

Avec l’ascension au trône pétrinien de François l’argentin, au comportement si révolutionnaire dans tant de domaines doctrinaux, le sujet ne pouvait que revenir à nouveau sur le tapis. Avec l’espoir pour les militantes et militants féministes qui veulent mettre un terme à ce qu’ils appellent « le sexisme » de l’Église catholique de gagner, cette fois-ci, la bataille.

A suivre…

Francesca de Villasmundo

http://press.vatican.va/content/salastampa/it/bollettino/pubblico/2016/08/02/0569/01268.html

http://www.stpauls.it/vita03/0308vp/0308vp48.htm

http://roma.corriere.it/notizie/cronaca/16_maggio_13/diaconato-femminile-suor-melone-le-donne-fanno-crescere-chiesa-d3bc2ada-191e-11e6-a60e-5fac25fd8ba7.shtml

https://www.ncronline.org/authors/phyllis-zagano

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. pamino says:

    Le mot grec signifie simplement ‘serviteur’, et même au sens ecclésiastique pas forcément celui du prêtre à une messe solennelle. Chez les femmes c’était une toute autre forme de service, un social rendu en premier lieu à d’autres femmes. En particulier il n’y eut jamais question de prêcher, pour ne pas parler de l’administration de la Sainte Communion. Il y a l’a un dicton du célèbre Dr Johnson, savant anglais du XVIIIe : ‘Sir, a woman’s preaching is like a dog’s standing on its hind legs. It is not well done ; but one is surprised to see it done at all.’

  2. Eddy K says:

    Si c’est juste un moyen de contourner l’impossibilité pour une femme de devenir prêtre, c’est bien triste que cette magouille soit promue par un Pape !

    • pauledesbaux says:

      APR7S LES MASSACRES QUE NOUS VENONS DE SUBIR LA REPONSE DE BERGER INFIDELE c’est de nommer des diaconesses il aurait dû faire de la politique il manie çà avec maestria…..

  3. Quelle mascarade!
    Des femmes déguisées en prêtres,les anglicans payent très cher leur adaptation au monde,à la »parité »,l’islam doit être la première religion pratiquée au Royaume-Unni.
    La communion anglicane va exploser c’est une certitude,certains ont bénéficié de l’esprit de compréhension et de charité du pape Benoît,mais avec le pape argentin ,c’est l’Eglise Catholique qui suit le mauvais exemple des anglicans.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com