Sœur Leticia Rawles, une religieuse "catholique", "ordonnée prêtre". Un prélude à la volonté du pape François ?
Sœur Leticia Rawles, une religieuse « catholique », « ordonnée prêtre ». Un prélude à la volonté du pape François ?

Régulièrement ces dernières décennies, depuis la libération « de la femme », la crise existentielle de mai 68, la révolution conciliaire, l’éruption d’un égalitarisme absolu et de quotas de non-discrimination sexuelle, la thématique du rôle de la femme au sein de l’Église et plus particulièrement de son accès au sacerdoce revient sur le devant de la scène. De façon plus féroce, plus récurrente, en ce début du XXIe siècle où les attaques, par les tenants de l’idéologie du gender et autres déviances sexuelles, contre la loi naturelle, la différentiation des sexes et la mission de chacun dans la société se multiplient. Il faut que le reste d’Église s’aligne sur les modes et les pensées modernes !

Idéologies permissives et destructrices d’humanité vraie qui s’insinuent et gagnent du terrain au sein du monde ecclésiastique conciliaire rallié de plus en plus à ces théories fumeuses pour des tas de raisons : peur de déplaire au politiquement correct, de ne pas être dans le vent, d’être traités de rétrogrades, d’ennemis de la modernité, plus grave de néo-fascistes obscurantistes… Si ce ne sont déjà des esprits pervertis aux idéaux maçonniques, désireux de changer totalement la religion catholique en une religion humaniste et moderne qui n’aura plus rien de commun avec le catholicisme traditionnel. De devenir les super-héros d’une super ONG philanthropique et ouverte !

Jeudi 12 mai 2016, l’idéologie féministe, qui a ses adeptes en semblant d’habit religieux, est reparti à l’assaut de la doctrine catholique. Le château était bien mal gardé. Pas gardé du tout. Il a été pris sans coup férir, le prince en a ouvert grandes les portes à ces matamores en jupons ! Il faut reconnaître que François préconise les portes ouvertes à qui veut rentrer en Europe. Alors, juste une continuité de pensée et d’agir…

Recevant au Vatican 600 responsables de l’UISG, l’Union internationale des supérieures générales actuellement réunies à Rome en assemblée plénière, il les a assurées de son souhait de donner plus de place aux femmes : « L’Église a besoin que les femmes entre dans le processus décisionnel. Qu’elles puissent même gérer un bureau au Vatican. L’Église doit impliquer consacrées et laïques dans la consultation, mais aussi dans les décisions parce qu’elle a besoin de leur point de vue. Et ce rôle croissant des femmes dans l’Église n’est pas féminisme mais la coresponsabilité est un droit de tous les baptisés : hommes et femmes. »  Dans cette optique novatrice et égalitariste, ne leur a-t-il pas déjà donné une place, en rupture avec la Tradition, au lavement des pieds du Jeudi Saint !

François a été plus loin : il leur a confirmé vouloir répondre à leurs attentes concernant le diaconat féminin en créant « une commission d’étude de cette question. »  En effet, ces religieuses bien de Notre temps, plus féministes et égalitaristes que bien des femmes du monde, lui ont demandé pourquoi l’Église exclut les femmes du diaconat. « Pourquoi ne pas construire une commission officielle qui pourrait étudier la demande ? » a demandé l’une d’elle. Le pape lui a répondu qu’il avait parlé de la question avec « un bon, sage professeur » qui avait étudié l’usage des diaconesses dans les premiers siècles de l’Église et qui lui avait dit que tout n’était pas encore clair sur le rôle qu’elles avaient. Et surtout si « elles avaient l’ordination ou pas ? Ce n’est pas encore tout-à-fait clair quel était le rôle et le statut des diaconesses à ce moment-là. »  « Créer une commission officiel pour étudier la question ? » s’est demandé le pape à haute voix. « Je crois que oui. Ce serait faire le bien de l’Église que de clarifier ce point. Je suis d’accord. Je parlerai pour faire quelque chose de semblable. J’accepte la proposition. Cela me semble utile d’avoir une commission pour bien clarifier les choses. »

Clarifier les choses, clarifier le rôle de la femme dans l’Église, son statut primitif de diaconesse ? Aux oubliettes, le grand Saint Paul qui demandaient aux femmes « de se taire dans les assemblées » (1 Co 14, 34);.les siècles de théologie catholique sur la question, les écrits des pères et docteurs de l’Église, reconnus pour leur sainteté, leur haute spiritualité et leur connaissance des Saintes Écritures; l’exemple de la Sainte Vierge Marie, mère du Christ, qui fut toujours discrète et effacée malgré son rôle éminent et unique dans l’histoire de la Rédemption du genre humain; les modèles lumineux des grandes saintes qui ont traversé les siècles sans jamais revendiquer de place masculine; la doctrine de saint Thomas, le docteur angélique, sur le diaconat que rappelle pourtant le site officiel du Vatican : « il inclut sa sacramentalité en tant qu’il appartient à l’Ordre, l’un des sept sacrements de la loi nouvelle. Chacun des divers ordres constitue d’une certaine façon une réalité sacramentelle, mais trois seulement (prêtre, diacre et sous-diacre) peuvent être considérés ordines sacri au sens strict, en raison de leur rapport particulier à l’Eucharistie. » 

Nous ne pouvons être qu’étonnés par l’ignorance du pape argentin sur une question si fondamentale et continuellement attaquée en cette époque empreinte d’un égalitarisme et d’un féminisme exacerbés, même au sein du monde religieux, et par le prétexte invoqué pour rouvrir le débat. Un « bon, sage professeur », tout-à-fait inconnu au demeurant, a parlé. La cause est entendue : la question des femmes diacres n’a pas été assez clarifiée au cours de 2000 ans de christianisme pour François l’avant-gardiste ! Qui applique l’adage : faisons table rase du passé.

Oublions et innovons sournoisement, de commissions en synodes, de synodes en commissions, mais avec un but précis, déterminé : changer les règles. C’est la politique pratique du pape François le révolutionnaire! Sur la famille, le sacrement de mariage, l’homosexualité, maintenant les femmes-diacres…

Vraiment la révolution du pape François avance à grands pas…

Francesca de Villasmundo

http://www.lastampa.it/2016/05/12/vaticaninsider/ita/vaticano/il-papa-le-diaconesse-della-chiesa-primitiva-una-possibilit-per-loggi-K1hFpynjfmsGKhWFyltUWM/pagina.html

http://www.news.va/fr/news/le-pape-francois-pret-a-creer-une-commission-detud

http://www.ilsecoloxix.it/p/italia/2016/05/12/ASlIBfhC-diaconato_possibile_commissione.shtml

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

59 commentaires

  1. theophile says:

    N’appelez pas cet homme « pape »,mais l’occupant du Vatican!C’est un imposteur,et un destructeur,pas un vicaire du Christ!

  2. Efgy says:

    Le problème, c’est que lorsqu’on trouve dans st Paul (1ère lettre à Timothée) qu’il existait des diaconesses (diacres femmes acceptées, à condition qu’elles n’aient connu qu’un seul homme), il devient difficile de contredire le pape.

    • Le terme de diaconesse ne reflète plus la même signification : les diaconesses dont parlent St Paul n’avaient pas de rôle pastoral ou sacerdotal, ne recevaient aucun caractère sacré. D’après la tradition, soit elles étaient les femmes des prêtres, soit des veuves, soit des vierges consacrées. Leur rôle : le même que celui des saintes femmes autour du Christ pendant sa période de vie publique : entretien, soin des pauvres, peut-être baptême (de toute façon tout le monde peut donner le baptême du moment qu’il suit les règles.)Les premières religieuses en somme,choisies par les Apôtres comme modèles pour leur vie exemplaire, auxiliatrice du prêtre pour les tâches matérielles, l’éducation des autres femmes chez qui les pasteurs n’allaient pas seuls les entretenir en particulier afin de ne pas prêter le flan à des soupçons malsains (bien des païennes se préparent au baptême), l’entraide… Mais pour St Paul les femmes avaient l’interdiction d’enseigner avec autorité, avec éclat et à la manière des pasteurs dans les Églises.
      St Thomas d’Aquin, le docteur angélique, a explicité le rôle de la femme dans l’Église et l’impossibilité pour elle de devenir diacre (diaconesse si on féminise le mot). Car le diaconat appartient aux ordres majeurs qui préparent à la prêtrise.

      Aujourd’hui, on revendique avec ce terme de diaconesse, (terme que l’Église n’utilisait plus pour éviter les confusions avec le diaconat masculin), le même rôle que les diacres, c’est-à-dire un rôle sacerdotal et pastoral, d’enseignantes avec autorité dans l’Église, de dispensatrices des sacrements à l’égal du prêtre, même si hypocritement on explique que ça n’ira pas jusqu’au sacerdoce total des femmes.

      Même l’Église conciliaire s’est prononcée contre : Notification de trois Congrégations du 17 septembre 2001: « Il n’est pas permis de proposer des initiatives qui, de quelque manière que ce soit, visent à préparer des candidates à l’ordination diaconale ».

      Je vous renvoie à un texte paru en juillet 2002 sur cette révolution qui prépare le diaconat pour les femmes. Comme toute révolution elle prend son temps, revient à la charge régulièrement. L’épisode d’hier avec François n’est qu’un nouvel épisode, plus concluant que les précédents car il revendique l’idée que l’Église n’a, jusqu’à maintenant, jusqu’à lui donc, pas bien clarifié les choses, ce qui est grandement mensonger :

      http://laportelatine.org/vatican/sanctions_indults_discussions/2000_2005/07_2002_acces_femmes_au_diaconat.php

      Voici deux extraits qui démontrent bien la persévérance de cet assaut du féminisme dans l’Église :  » Dans une interview à l’APIC, Mgr Mamie, ancien évêque de Fribourg – qui n’est pourtant pas particulièrement féministe – confiait: « Actuellement, la question de l’ordination diaconale des femmes reste ouverte. Je serais pour ma part prêt à cela, pour autant que le diaconat féminin ne soit pas considéré comme un chemin vers l’ordination de femmes prêtres. » Il avait été précédé dans cette voie par le cardinal Martini, ancien archevêque de Milan qui avait fait autrefois la même proposition. »
      Et: « C’est ici que se révèle l’intention profonde des révolutionnaires de Vatican II : la volonté d’en arriver à un diaconat féminin trouve sa source dans le désir de voir un jour des femmes-prêtres. Les remises en questions des décisions romaines montrent que les différentes interventions du magistère n’arrivent pas à stopper ce mouvement, preuve supplémentaire que l’autorité s’est sabordée. Si certains cardinaux y opposent un « non » catégorique, l’ensemble de la politique romaine n’a pas la même limpidité; la vidéo-conférence internationale organisée par la Congrégation pour le clergé, le 29 octobre prochain, sous le thème: le rôle de la femme dans l’Église, sera intéressante à suivre… »

      Nous sommes donc dans un registre profondément différent que celui de St Paul. On prend le même mot, diaconesse, mais on lui applique un sens nouveau afin de révolutionner les règles de l’Église concernant les femmes et leur rôle. C’est François qui contredit St Paul et 20 siècles de Tradition !

  3. jeremy says:

    De toute façon les ordinations sacerdotales (et sacres épiscopaux) dispensées par cette secte sont invalides.
    Voir à ce propos l’étude du Rore-Sanctificat.
    Et pour « Francçois », il est évident pour qui à un peu de bon sens Catholique que c’est un anti-pape.

    Un vrai successeur de Pierre ne peux pas enseigner à l’Église des hérésies !

    Alors qu’ils ordonnent même des chiens si ça leur chante car finalement ce n’est qu’une secte qui se fait passer pour l’Eglise Catholique , et tous leurs actes sont Nul parce que illégitimes.

    PS : aux léfévbristes qui prétendent que François est un mauvais pape mais pape quand-même, jetez un œil sur la Bulle de Paul IV : « Cum Ex Apostolatus ».

    • Jérémi, la bulle de Paul IV est disciplinaire et non dogmatique. Si cette bulle était couverte par l’infaillibilité, l’Eglise n’existerait plus depuis le… sixième siècle et l’élection du pape Vigile…

      Voir ici :
      http://eglise-la-crise.fr/images/stories/users/43/BulleDePaulIVLImpubliableA5RvisMisEnFormeMai2015.pdf

      Ou là, à partir de la page 54 :
      http://eglise-la-crise.fr/DL/ref_sede.pdf

      • La bulle de Paul IV est disciplinaire et non dogmatique. Si cette bulle était couverte par l’infaillibilité, l’Église n’existerait plus depuis le… sixième siècle et l’élection du pape Vigile.
        Instruisez-vous dans la Foi en cliquant sur mon prénom.

        • jeremy says:

          Monsieur, je connais ma Foi merci bien.
          La Bulle de Paul IV est infaillible et valable à perpétuité, disciplinaire ou dogmatique, ce n’est pas la question.son contenu est clair.
          Vous avez l’air d’ignorer que le Magistère de l’Église est infaillible , dans son mode Ordinaire ou Extraordinaire.
          L’Église ne peux ni se tromper ni nous tromper (prière du matin du Missel)
          C’est de Foi.si vous le niez vous êtes Hérétique.

          En tant que simple fidèle, je n’ai pas la prétention d’aller contre une Bulle adressée à l ‘Église Universelle par un souverain pontife.

          Pour ceux qui lise ces commentaires, voici de quoi on parle :

          Bulle de Paul IV, 1559 :

          « []
          § 6. De plus, si jamais un jour il apparaissait qu’un évêque, faisant même fonction d’archevêque, de patriarche ou de primat ; qu’un cardinal de l’Église Romaine, même légat ; qu’un SOUVERAIN PONTIFE LUI-MÊME, avant sa promotion et élévation au cardinalat ou au souverain pontificat, déviant de la foi catholique, est tombé en quelque hérésie, sa promotion ou élévation, même si elle a eu lieu dans la concorde et avec l’assentiment unanime de tous les cardinaux, est NULLE, SANS VALEUR, NON AVENUE. Son entrée en charge, consécration, gouvernement, administration, tout devra être tenu pour ILLÉGITIME.

          S’il s’agit du souverain Pontife, on ne pourra prétendre que son intronisation, adoration (agenouillement devant lui), l’obéissance à lui jurée, le cours d’une durée quelle qu’elle soit (de son règne), que tout cela a invalidé ou peut invalidé son pontificat ; celui-ci ne peut être tenu pour légitime JAMAIS ET EN AUCUN DE SES ACTES.

          De tels hommes, promus évêques, archevêques, patriarches, primats, cardinaux ou SOUVERAIN PONTIFE, ne peuvent être censés avoir reçu ou pouvoir recevoir AUCUN DROIT d’administration, ni dans le domaine spirituel, ni dans le domaine temporel. Tous leurs dits, faits, et gestes, leur administration et tous ses effets, tout est dénué de valeur et ne confère, par conséquent, aucune autorité, aucun droit à personne. Ces hommes ainsi promus seront donc, sans besoin d’aucune déclaration ultérieure, privés de toute dignité, place, honneur, titre, autorité, fonction et pouvoir, même si tous et chacun de ces hommes n’a dévié de la foi catholique, tombant dans le schisme ou l’hérésie, qu’après son élection, soit en suscitant soit en embrassant ces erreurs.

          []
          § 10. Que personne donc ne se permette d’enfreindre ce document qui exprimant notre décision, innovation, sanction, statut, dérogation, décret, interdiction ou d’y contrevenir avec une audace téméraire. Si quelqu’un avait cette outrecuidance, il encourrait, qu’il le sache, L’INDIGNATION DU DIEU TOUT-PUISSANT ET DES BIENHEUREUX APÔTRES SAINT PIERRE ET SAINT PAUL.

          Donné à Rome, à Saint Pierre, le 15 des calendes de mars, l’an 1559, la quatrième année de notre pontificat.

          • Sylvain says:

            Une bulle d’ordre disciplinaire n’est absolument pas couverte par l’infaillibilité…

            • Robert says:

              Une bulle est la Magistère ordinaire Universel d’un Pape , comme une encyclique et bien couvert par le Dogme de l’infaillibilité Pontificale dite négative , c’ette Bulle a été repris au Can 188.4 de Naz 1917

            • jeremy says:

              Mgr De Segur « Le Pape est infaillible » 1870

              Chapitre IV:

              […]
              Or, comme Cher de l’Église et Vicaire de Jésus-Christ, le Pape a pour mission de garder pur et intact le dépôt de la foi, de maintenir partout la pureté de la doctrine chrétienne et de la pratique de la religion, de faire régner Jésus-Christ sur le monde, de sauver et de sanctifier les hommes, de proclamer en toutes choses la vérité et la justice, de condamner l’erreur, l’injustice et le péché. Voilà sa mission, sa mission sacrée; il n’en a pas d’autre. C’est la mission même de l’Église, la mission de Jésus-Christ, Chef céleste de l’Église.

              Le Pape est infaillible en tout cela; mais, en dehors de cela, il n’est nullement infaillible. En d’autres termes, il est infaillible quand il parle comme Pape, mais non pas quand il parle comme homme. Et il parle comme Pape, lorsqu’il enseigne publiquement et officiellement des vérités qui intéressent toute l’Église, au moyen de ce qu’on appelle une Bulle, ou une Encyclique, ou quelque autre acte de ce genre.

              […]

              Brochure complète :http://www.virgo-maria.org/Documents/infaillibilite-pontificale/Segur_mgr_Le_pape_est_infaillible.htm

            • Sylvain says:

              Pour qu’une bulle fasse partie du magistère infaillible, il faut absolument qu’elle concerne une vérité de Foi, ce qui n’est pas le cas de cette bulle d’ordre disciplinaire qui s’oppose formellement à une loi de droit divin, à savoir l’acte de reconnaissance ecclésiale universelle du pape nouvellement élu. Le Droit canon ne couvre absolument pas de son infaillibilité, lorsqu’il cite le § 6 incriminé dans les lieux théologiques, la proposition de Paul IV concernant l’invalidité ipso-facto de l’élection d’un pape hérétique.
              L’Histoire ecclésiastique nous enseigne le cas d’un pape vrai pape, Vigile au VIe siècle, qui fut, avant son accession au souverain pontificat, un formel « complice d’hérétiques », ce qui signifie que la proposition de Paul IV dans son § 6 n’est pas de droit divin car le droit divin ne supporte évidemment aucunes exceptions.
              Si cela ne vous suffit pas, reportez-vous aux liens que j’ai donnés.

              • jeremy says:

                Écoutez, le bon sens me suffit, je ne sais pas de quoi il retourne concernant le Pape Vigle, ce que je sais par contre c’est que il est impossible que l’Église soit infaillible uniquement quand elle propose un Dogme.

                Sinon cela voudrait dire que cette même Église pourrait enseigner et proposer des choses douteuses;Un Pape ne peux pas contredire un autre Pape dans le temps.Il peux révoquer explicitement une Bulle mais c’est tout.
                Quand Le Magistère Ordinaire nous propose des enseignements, mesures disciplinaires ou liturgiques, on doit le croire divinement révélé et absolument fiable.(Dei Filluis Ch3 )

                Dans le cas de la Bulle de Paul IV, il est évident que les sanctions énoncés sont toujours valides puisque non révoquées explicitement par un successeur.

                L’Église étant sainte, elle ne peux pas nous tromper, même quand elle nous instruit sur un mode ordinaire.

                Si vous avez en votre possession un texte émanant du Magistère expliquant clairement que l’Église est infaillible que quand elle propose une vérité de Foi, je vous invite à le produire ici car je n’ai pas le temps de lire votre thèse.

                Voici la courte étude sur le Magistère de l’Église rédigé Par le théologien VACAN : http://www.virgo-maria.org/Documents/documents-utiles-crise/Vacant-MOU.pdf

                C’est vraiment très clair: le Pape est infaillible quand il parle Ex Cathedra.

                « Ce magistère ordinaire n’est autre chose, en effet, que celui dont l’Église tout entière nous offre
                continuellement le spectacle, quand nous la voyons parler sans cesse par la bouche du pape et de tous les évê-
                ques catholiques, se mettre par tout l’univers à la disposition et à la portée de tous les hommes, des infidèles et
                des chrétiens, des ignorants et des doctes, leur apprendre à régler d’après la révélation divine non seulement leur foi, mais encore leurs sentiments, leur culte et toute leur conduite. Ce mode d’enseignement, qui s’exerce aujourd’hui partout et sur toutes choses, il est facile de
                montrer qu’il s’est toujours exercé de la même manière et qu’on a toujours reconnu son infaillible autorité. « 

              • Robert says:

                (R.P. M. Liberatore, S.J., Le Droit public de l’Église, éd. Retaux-Bray, Paris, 1888, p. 113 et ss.)

                « Il en est qui, soit ignorance, soit plutôt malice, prétendent que le magistère de l’Église n’est infaillible que lorsqu’il définit les dogmes révélés par Dieu ; ils disent que l’Église s’acquitte de ce magistère uniquement lorsque, par un jugement solennel, elle définit un point de foi ou de morale, soit au sein des Conciles, soit dans les décrets pontificaux. Ces affirmations sont toutes deux contraires à la vérité.
                D’abord le magistère de l’Église est double : l’un extraordinaire, l’autre ordinaire.
                Le premier est uniquement celui qui s’exerce par un jugement solennel, quand certains doutes ont surgi par rapport à l’intelligence des dogmes, ou bien encore à raison de quelque erreur pernicieuse menaçant la pureté de la croyance ou des mœurs.
                Mais le magistère ordinaire est celui qui s’exerce, sous la vigilance du Pape, par les pasteurs sacrés répandus dans le monde entier, soit par la parole écrite ou parlée dans les prédications et dans les catéchismes, soit par l’exercice du culte et des rites sacrés, soit par l’administration des sacrements et toutes les autres pratiques et manifestations de l’Église.
                Ces deux genres de magistères sont affirmés en termes exprès par le Concile du Vatican [Vatican I] : « On est tenu de croire, de foi divine et catholique, tout ce qui est contenu dans la parole de Dieu écrite ou transmise par la tradition, et que l’Église, soit par un jugement solennel, soit par un enseignement ordinaire et universel, propose à notre croyance comme révélé de Dieu. »
                Prétendre que le fidèle n’est obligé de croire que ces vérités qui ont été l’objet d’une définition solennelle de l’Église, ce serait aboutir à dire qu’avant le Concile de Nicée il n’y avait pas d’obligation de croire à la divinité du Verbe ; ni à la présence réelle de Jésus-Christ en la sainte Eucharistie, avant la condamnation de Béranger.
                En second lieu, l’infaillibilité du magistère extraordinaire et du magistère ordinaire ne s’étend pas uniquement aux dogmes que Dieu a révélés, mais encore aux conséquences qui y sont renfermées, et généralement à tout ce qui est connexe avec eux, à tout ce qui est indispensable pour les conserver intacts et les protéger contre les attaques et les pièges de l’erreur. Sans cela, Dieu n’aurait pas pris des mesures suffisantes pour que les pasteurs sacrés fussent à même de préserver les fidèles contre les sources empoisonnées, il ne les aurait pas pourvus des moyens nécessaires pour garantir efficacement le dépôt de la foi qui leur est confié. »

              • Robert says:

                Card. Billot, De Ecclesia Christi, Rome, 1927, tome 1, p. 477.
                : La puissance législative de l’Eglise a pour matière aussi bien ce qui concerne la foi et les mœurs que ce qui concerne la discipline. En ce qui concerne la foi et les mœurs à l’obligation de la loi ecclésiastique s’ajoute l’obligation de droit divin ; en matière disciplinaire toute obligation est de droit ecclésiastique. Cependant à l’exercice du suprême pouvoir législatif est toujours attachée a l’infaillibilité, dans la mesure où l’Eglise est assistée de Dieu pour que jamais elle ne puisse instituer une discipline qui serait de quelque façon opposée aux règles de la foi et à la sainteté évangélique. »

  4. Lionel says:

    DU DIACONAT FÉMININ AU “SACERDOCE” DES FEMMES (14 mars 2005) : personne ne s’y est laissé tromper. Les femmes ne pourront jamais avoir accès au Sacerdoce, car ce n’est pas inscrit dans le dessein de Dieu. Même si un évêque procédait à une « ordination », ce ne serait pas valide, ce ne serait qu’un simulacre sacrilège et ce qui, à mon avis, revêtirait une extrême gravité, c’est qu’il y aurait un risque de rupture dans la « succession apostolique ». C’est cela qu’il faut craindre le plus.
    De toute éternité, Dieu a choisi de s’incarner dans un homme par l’intermédiaire de la Vierge Marie Immaculée qui, plus que toute autre femme, aurait pu mériter d’être ordonnée prêtre. Le Sacrement de l’Ordre étant étroitement lié au Sacerdoce éternel du Christ Jésus mort sur la Croix pour nous sauver, chaque prêtre est l’icône du Christ, malgré ses défaillances, dans une relation totalement surnaturelle qui nous dépasse et que nous découvrirons, je pense, dans l’au-delà. De plus, comme je viens de l’évoquer, le Sacerdoce n’est pas dissociable du Sacrifice de la Croix perpétué dans le temps par le Saint Sacrifice Eucharistique et c’est un homme qui est mort sur la Croix, Jésus Christ, le prêtre par excellence et non pas une femme. Par conséquent, pour ceux qui, dans la mesure du possible, savent évaluer l’importance et la valeur du Sacerdoce éternel à la lumière de l’enseignement constant de l’Eglise et du témoignage des saints, il est impensable qu’une femme y ait accès et toute « ordination » serait, dans ce cas, invalide et sacrilège d’une façon certaine.
    On pourra toujours objecter que les protestants ont déjà procédé à « l’ordination » de femmes. Eh bien, ça n’a aucune importance, car ils ont depuis longtemps rompu la « succession apostolique » et leurs célébrations ne sont par conséquent que des simulacres de sacrements. Ils peuvent singer l’Eglise, mais leurs cérémonies n’ont aucune consistance, elles sont vides de la présence de Dieu et le fait de laisser croire, en connaissance de cause, que leur clergé est investi du Sacerdoce et peut donc agir en communion avec le clergé catholique ou orthodoxe qui lui n’a pas rompu la « succession apostolique », constitue un véritable péché.
    « L’ordination » de femmes est tout simplement impossible, car ça n’a pas été prévu dès l’origine.
    (July 24, 2010 at 1:51 pm) L’Église catholique vénère Notre-Dame comme le summum de la féminité, à la fois comme Mère et Vierge.
    Pour une femme de demander le Sacerdoce suppose une dimension distincte de l’accomplissement de la féminité réalisé par Notre-Dame. Elle diminuerait Notre-Dame en tant que modèle de la femme parfaite et complète en introduisant un autre rôle pour les femmes auquel Elle ne participe pas.
    L’avènement de femmes prêtres signifierait que Notre-Dame, en dépit de sa position en tant que Mère de Dieu et Vierge des vierges, ne représente plus le summum de la féminité. Ce serait un aveu qu’Elle fait défaut dans son accomplissement de ce rôle depuis qu’Elle a été privée d’un autre rôle qui est le Ministère Sacerdotal.
    De toute évidence, pour les catholiques ce serait une situation intolérable. Notre-Dame est une créature parfaite de Dieu qu’Il a couronnée en tant que Reine du Ciel. Elle a reçu la faveur de Dieu et ne manque de rien. Le “ministère de la femme” serait en contradiction avec sa position et donc en contradiction avec les merveilles que Dieu a réalisées en Elle.

    • Efgy says:

      Exactement. Il faut dire aussi qu’une femme ne peut pas être prêtre, parce que c’est Dieu qui choisit ses prêtres, et non l’inverse. Il faut y être appelé. Je ne vois pas pourquoi d’un seul coup Dieu appellerait des femmes alors qu’Il ne les a jamais appelés avant. Bref, c’est encore un mauvais coup de ce sale grappin.

  5. la chouette says:

    Regardez ce qu’il s’est passe dans l’Eglise Anglicane :un grand nombre de femmes ordonnees « pretres » ont tout abandonne!!!une catastrophe!!Et un grand nombre d’Anglicans sont devenus catholiques! !peut etre par la suite rejoindre les Tradis! !n’importe comment laissez les tous macerer dans leur fange! Jusqu’au degout extreme! Il parait que la place Saint Pierre se vide, les gens se detournent de ce (faux) pape qui a renie tous les Mysteres!!

  6. Bravo Théophile et Jérémy. Vous avez bien tout compris et continuez votre beau travail de réveiller tous ces beaux endormis.
    « POUR AVOIR REFUSÉ L’AMOUR DE LA VÉRITÉ QUI AURAIT PU LES SAUVER, DIEU LEUR ENVOYA UNE PUISSANCE D’ÉGAREMENT…« 
    Cécilien

  7. C’est tout de même paradoxale, ceux qui refusent ce féminisme dans l’Eglise (donner des charges et des responsabilités religieuses à des femmes) alors qu’ils sont adepte d’un « moindre » féminisme dans la société (des femmes qui travaillent indépendamment de leur Mari, qui enseignent à travers des articles, etc.).

    C’est comme s’ils pensaient qu’il peut y avoir un bon féminisme, un féminisme pour la bonne cause. Or, quand Saint Paul rappelle l’interdit aux femmes d’enseigner et d’avoir autorité sur des Hommes, cela n’est pas contextuel ! Il rappelle ce qu’il y a de naturel, c’est-à-dire ce qui a été voulu par Dieu au commencement du monde. Eve a été tirée d’Adam, et non l’inverse…

    • Efgy says:

      Enseignement du NT : Et le Christ a été tiré de Marie, avec uniquement son consentement.

      • Vous le faites exprès ou quoi ? Cela n’a rien de comparable. Le Verbe s’est incarné en le sein de la Vierge Marie, Il n’a pas été tiré par essence de Sa Mère. Sinon cela veut dire que vous diviniser Marie.

        Une femme ne peut pas procréer toute seule, encore moins un Homme. Et comme je ne pense pas qu’il y ait eu matérialisation d’une semence humaine, je le vois plutôt ainsi : à l’instar d’Adam, Dieu a formé l’Humanité du Christ à partir de la matière fournie par la Vierge Marie (le Christ est le nouvel Adam). Matière qui en elle-même (comme le limon pour Adam) ne contenait pas en puissance l’Humanité du Christ, car il n’y aurait pas eu de fécondation. En ce sens, la puissance vient de Dieu ; mais ce qui est très spécial c’est qu’il s’agit de quelque chose entre la génération et la création. En tout cas, ce n’est pas une génération au sens commun, ni à la manière d’Eve qui sort d’Adam… Mystère de l’Incarnation !

        • Deuxième paragraphe, je voulais dire :
          Une femme ne peut pas procréer toute seule, mais encore moins peut-elle engendrer seule un Homme. Sinon, le supérieur viendrait de l’inférieur. Alors que selon la Genèse (et Saint Paul), c’est l’inverse.

        • Efgy says:

          @ « Le Verbe s’est incarné en le sein de la Vierge Marie. »

          Marie est Mère de Dieu. Réfléchissez-y, Lars,
          ou plutôt, méditez-le, car j’ai l’impression que vous faites plus fonctionner votre cervelle que votre esprit. Vous êtes sur un site catholique, non pas athée.

        • Je ne sais pas vraiment quoi dire. Je ne crois pas que faire usage de son intelligence soit à blâmer, pour autant qu’on y met de la bonne volonté. Il n’y a pas de mal à préciser les termes ; bien sûr il faut le faire avec prudence, et c’est exactement ce que j’essaie d’apporter.

          Il est très vrai que la Vierge Marie soit la Mère de Dieu, cela est son plus beau titre. En revanche, tel titre n’a pas n’importe quel sens : il ne fait pas de Marie la Mère du Père, ni même la Mère de la divinité du Fils, car le Verbe existe depuis l’éternité, engendré par le Père.
          C’est par l’Incarnation que Marie est Mère de Dieu, mais plus précisément, c’est à cause de l’union hypostatique du Christ (indissociabilité de ses deux natures, divine et humaine) que la Vierge Marie, parce qu’elle est Mère de l’Humanité du Christ, et aussi Mère de l’entière personne du Christ, qui est Dieu.

          Et je ne suis pas en train de dire que je comprend à plein ce Mystère ; au contraire, je ne me lasse pas de le méditer. Mais il est parfois nécessaire d’éclaircir, ce que fait normalement l’Eglise tout au long de son histoire, pour ne pas arriver à des conclusions inacceptables, mettant en danger la Foi à cause de quelque confusion.

          Après, si je donne une mauvaise impression, c’est peut-être que je m’exprime mal, pas assez chaleureusement. Pourtant je suis sincère, souhaitant m’exprimer en Catholique. J’attend simplement que l’on me corrige si je fais erreur.

          • Efgy says:

            Non, ce n’est pas à blâmer, car c’est un don qui nous vient de Dieu et que l’on n’a pas le droit d’enterrer. Mais cela vaut pour une femme aussi bien que pour un homme. Qui a instruit Jésus ? Qui a enseigné st Jean ?
            Quel est le rôle de Marie, la Mère de Dieu ? Elle est éducatrice. Elle forme les coeurs, mais aussi les intelligences au mystère de Dieu. Pas seulement dans les « choses » quotidiennes de la vie, mais sur des « choses » bien supérieures, car qui mieux qu’Elle connaît Jésus ? Marie est le modèle de toutes les femmes. Ce qui vaut pour Elle vaut pour toutes.

            Si vous êtes près de Paris, allez à des conférences données par des femmes. Vous verrez que vous avez beaucoup à apprendre d’elles. Elles sont plus « proches » de Dieu que les hommes, car Marie était plus « proche » de Jésus que Joseph. Un abbé de la FSSPX a d’ailleurs fait une très belle conférence à ce sujet.
            Radio silence vous tiendra informé de conférences intéressantes proposées par des hommes ou des femmes :
            http://www.radio-silence.org/
            Il y en avait d’ailleurs une d’actualité le 20 mai :
            « chers amis de Radio-Silence, « notre radio sur Internet « Radio-Silence » (www.radio-silence.org) organise un nouveau dîner-débat à Paris le 20 mai, d’une actualité brûlante. Réservez s.v.p. dès maintenant, pour ne pas risquer que la salle soit déjà pleine, comme c’était le cas lors des 2 derniers dîners-débat très fréquentés (avec l’auteur Laurent Glauzy sur “Le satanisme et les FM”, puis le professeur Gérard Lucotte sur la Sainte Tunique).
            La conférencière, Mme Traudl Wally, auteur catholique, co-rédactrice de notre radio, active dans la recherche des Reliques du Christ et l’évangélisation des musulmans, habite à Vienne et vit donc de près l’élection présidentielle qui se déroule actuellement en Autriche (2ème tour le 22 mai!). Son messaged’avance :
            “Je peux vous assurer que cela ‘barde’ chez nous, l’Eglise Catholique étant totalement divisée sur la question de l’Islam (et par conséquence de l’immigration)… Tout cela se résume par une « immense bataille spirituelle » comme cela est décrit dans l’apocalypse… Enfin, c’est quand -même curieux que tous les anciens pays de la couronne habsbourgeoise soient unanimes dans la question de l’Islam… il faut dire qu’ils étaient aussi les premiers à en souffrir, comme les Hongrois!… Mais nous savons aussi que la Bête et le faux prophète (qui est à son service) seront capturés et jetés dans l’étang de feu … (Apoc. 19,20).”

            • Efgy says:

              « Il y en aura d’ailleurs une » et non pas « il y en avait d’ailleurs une » !

          • Non, vous vous trompez à propos du rôle de la femme, et ce que vous dites est grave. La Très-Sainte Vierge Marie n’a pas enseigné (au sens d’exercer une autorité), par contre, comme une mère veuve a le devoir de transmettre à ses enfants l’éducation que leur Père voulait mettre en œuvre, la Vierge Marie a certainement eu cette influence auprès des Apôtres. La Vierge Marie se drape derrière son rôle de Mère de Dieu, jamais elle ne s’est mis en avant, elle fut l’humilité parfaite.

            Tout au contraire, les femmes qui prétendent enseigner publiquement à des Hommes dans des conférences sont perdues dans leur orgueil. Cela est contre-nature, et jamais aux premiers temps de la Chrétienté cela ne s’est vu (voir les citations que j’ai déjà donné, notamment de Saint Paul) ! Les femmes n’étaient point apôtres, mais elles aidaient discrètement, avec beaucoup de réserve. De nos jours, les rôles sont bouleversés, et vous êtes dans une confusion extrême pour comparer les agissements de ces femmes à ceux de la Vierge Marie.

            Il est vrai, chacun à des dons selon sa mission. Or la mission de la femme n’est pas de sortir de son foyer pour aller enseigner n’importe qui. Une femme continuant sur cette pente, pourra se sentir plus intelligente que son Mari en certains domaines, et ainsi ne pas se sentir obliger de lui obéir en toutes choses. Si on en est arrivé à une période où les confusions fusent de toutes parts, c’est premièrement car l’on a pas su précisément et constamment où était la place de l’Homme et celle de la femme.
            Maintenant, quand je prends du recul et que je regarde dans les siècles passés, il n’est pas très difficile de percevoir où se situe le problème, et qu’est-ce qui a changé depuis…

            Je vous ai déjà informé de nombreuses citations très sûres qui prouvent à l’envie la différence fondamentale entre l’Homme et la femme. Manifestement, vous n’avez pas fait plus de recherche et vous continuez de soutenir un certain féminisme, ancêtre de nos maux actuels : tant pis pour vous !

            Bien charitablement je l’espère…

  8. Patricia says:

    C’est la dernière fois que je parle de cet homme car maintenant je préfère l’ignorer.
    Je prie pour qu’il soit remplacer le plus tôt possible.
    L’Eglise du Christ ne lui appartient pas. Il n’a pas le droit d’en faire ce qu’il veut ni de suivre les modes et les idéologies du monde.
    C’est un traitre ; un point c’est tout.
    Une fois j’ai vu une photographie de lui… j’ai été surprise de son regard « méchant » oui je dirai même « mauvais »
    Sur le moment : je me suis dis, « tu n’as pas le droit de juger… » mais là maintenant je dis que je ne l’aime pas et qu’il est dangereux pour l’Eglise et l’Enseignement du Christ.
    Je dis aussi qu’il nous malmène nous les catholiques car nous ne savons plus où nous en sommes avec toute cette révolution. Or ce que je sais par contre : l’Enseignement de NSJC est immuable. On n’a pas le droit d’y toucher un point ou une virgule car c’est l’Enseignement du Bon-Dieu.
    Bref, vivement qu’il s’en aille : nous souffrons à cause de lui et de ses semblables.
    J’ai même vu par inadvertance une vidéo sur inter net où l’on voit Mgr. Gaillot vous savez cet évêque d’extrême gauche qui a un égo démesuré… Il félicitait les actions du Pape actuel et il disait qu’il lui avait écrit pour le remercier!!!
    Tout est dit là : ces gens sont des imposteurs et je ne les reconnais pas comme étant mes références et mon guide spirituel, en mon âme et conscience.
    Or donc : maintenant c’est l’indifférence car de toutes façons « l’erreur finit toujours par se contredire. »

    • Efgy says:

      @ Patricia
      Je vous le dis sans aucune méchanceté :
      « Aimez vos ennemis et priez pour eux », sinon que faites-vous de plus que les pharisiens ?

      « Nous ne sommes pas tant blessés par nos ennemis lorsqu’ils nous causent des injures, que quand notre patience vaincue par leur malice renonce à ses sentiments habituels de bonté. Ne haïssez donc pas celui qui vous injurie, ne maudissez pas celui qui vous persécute ; aimez-le plutôt parce qu’il vous fournit l’occasion d’acquérir des biens abondants et le moyen d’arriver aux suprêmes honneurs. Autrement, vous souffrirez beaucoup de peines et vous n’en recueillerez point de fruit ; vous éprouverez un grand dommage et vous perdrez votre récompense. » (st Jean Chrysostome)

      • Patricia says:

        Merci pour votre réponse que je viens de lire maintenant. Je sais qu’il n’y a pas de méchanceté.
        Je préfère entrer dans l’indifférence pour ce qui concerne cet homme qui aime tant les médias et la compagnie « des puissants » de ce monde qui nous le savons bien méprisent les gens du Peuple… Nous le constatons chaque jour de manière plus visible.

  9. Jean Monnaie says:

    Le vrai Pape est Benoit XVI et celui-ci a été contraint à donner sa démission par les banques qui ont coupé les automates jusqu’à qu’il cède. Il n’y a donc pas consentement à cette démission ! Le siège n’est pas vacant, François réalise maintenant les mesures que les banques demandent et que Benoit XVI n’aurait sans doute pas fait. C’est quand même la 1ère fois que ceci arrive et c’est N.S J.-C. qui chassait autrefois les marchands du temple et faux monnayeurs.

    • Lionel says:

      Il paraîtrait que le Pape Benoît XVI aurait pris la décision de se retirer à la suite d’une chute lors de son voyage au Mexique (source: Catholic Truth – Scotland).
      Comment vérifier?

      • Efgy says:

        Le pape Benoît XVI a pris cette décision pour des raisons de santé, a-t-il déclaré, et parce que « l’Eglise est ingouvernable » (les évêques font ce qu’ils veulent).

      • Jean Monnaie says:

        C’est écrit ici et tout le monde peut comprendre entre les lignes en lisant ces paragraphes que la vraie raison de mettre Benoit XVI sur la touche est liée aux banques (et comme ils tiennent tous les journaux, il ne faut pas compter sur eux pour des aveux (tout comme ce qui est écrit dans « The Rockfeller file » de Gary Allen à propos de leurs fondations soi-disantes caricatives…)):
        « The central bank said that the Vatican was not compliant with international rules; was Deutsche breaking the law by servicing the ATMs? The Bank of Italy then sent another letter, seen by the FT, that ordered Deutsche Bank to close its accounts with the Vatican bank by the end of the year.
        Deutsche did what regulators had hoped it would. On January 1 2013, a peak holiday time, there were no ATMs functioning anywhere inside Vatican City. Lines of visitors to the Sistine Chapel were unable to enter unless they paid in cash. “The message sent was simple: if you want to participate in the modern world, you have to adopt modern rules,” says a senior banker at another correspondent bank.
        In the waning days of his papacy, Benedict made appointments that would help steer the church towards some sort of financial resolution. He appointed Rene Bruelhart, a Swiss lawyer who made his name as the head of Liechtenstein’s ­financial intelligence unit, as head of the Vatican’s financial regulator. Among the pontiff’s last official decrees was to appoint a new Vatican bank chief, Ernst von Freyberg, a mergers and acquisitions banker and aristocratic German who in his spare time led pilgrims to the healing waters of Lourdes.
        Bruelhart, the younger of the two men, was involved in the return of assets owned by the regime of Saddam Hussein to the new Iraqi government. He also helped to uncover the Siemens contract scandal of 2006, which involved bribery of government officials. This legal profile, combined with his crisp good looks, led some in the media to dub the 41-year-old the James Bond of the financial world.
        Bruelhart worked swiftly to restore ATM services in Vatican City. By February 12, he had engaged Aduno Group, a Swiss ­company, to take over operation of the cash machines, neatly circumventing Italian and EU regulatory pressures.
        In March 2013, there was a new pope »
        http://www.ft.com/intl/cms/s/2/3029390a-5c68-11e3-931e-00144feabdc0.html

      • Efgy says:

        Il y en a qui ne vont pas par le dos de la cuillère pour expliquer « les véritables raisons de la démission du pape Benoît XVI. Et les tradis sont mis dans le collimateur, parmi ceux à qui cette démission ne peut pas convenir par simple intérêt personnel… Il y a des mauvaises langues partout. Et bien sûr, c’est un italien qui écrit l’article : ils ne supportent pas les papes étrangers (Jean-Paul II aussi en prend pour son grade avec ce « journaliste » bien orienté…).

        https://fr.sott.net/article/13615-Les-veritables-raisons-de-la-demission-de-Benoit-XVI

  10. Efgy says:

    La « soeur » Letitia de la photo n’a franchement pas l’air épanoui d’être devenue ce qu’elle est devenue… C’est pas la joie…

    • MA Guillermont says:

      Bien vu , prénom très en vogue …
      Après Amoris Laetitia , bienvenue à soeur Laetitia débordante d’allégresse !

  11. Etienne says:

    En ce qui concerne l’autorité dans l’Eglise, au-delà de l’infaillibilité pontificale telle que définie précisément par Vatican I.

    Prenons les questions de pastorale.
    Avez-vous noté que pendant des décennies, nos clercs nous ont imposé une liturgie qui n’était pas directement issue de Vatican II (mais plutôt de leur Vatican III) .
    Et ce, jusqu’à ce que le pape Benoît XVI dise publiquement ce qu’on cachait aux fidèles, soigneusement et avec force : la liturgie ancienne n’est pas abrogée.
    Pendant des décennies, notre clergé s’est donc payé la tête de ses fidèles, la nôtre.

    Suite à cette expérience exemplaire, permettez qu’on prenne toutes les décisions pastorales « cum grano salis », y compris celles prises par sa sainteté la dernière en date.

    Celle-ci n’ayant d’ailleurs, à ce jour, émis que des considérations pastorales. Ce pape-ci ne brasse que du vent : c’est la plus grande éolienne de l’histoire catholique.

    • Le mauvais vent qu’il brasse ce sont les fumées de satan
      qui ont envahi le Vatican !

      « l’abomination de la désolation installée dans le lieu saint » !

      Apocalypse :
      « 12 Voici que je viens sans tarder, et j’apporte avec moi le salaire que je vais donner à chacun selon ce qu’il a fait.

      13 Moi, je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.
      14 Heureux ceux qui lavent leurs vêtements : ils auront droit d’accès à l’arbre de la vie et, par les portes, ils entreront dans la ville.
      15 Dehors les chiens, les sorciers, les débauchés, les meurtriers, les idolâtres, et tous ceux qui aiment et pratiquent le mensonge !
      16 Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange vous apporter ce témoignage au sujet des Églises. Moi, je suis le rejeton, le descendant de David, l’étoile resplendissante du matin. »
      17 L’Esprit et l’Épouse disent : « Viens ! » Celui qui entend, qu’il dise : « Viens ! » Celui qui a soif, qu’il vienne. Celui qui le désire, qu’il reçoive l’eau de la vie, gratuitement. »

  12. Emily says:

    Précisons tout de même que cette soeur Leticia a bien été excommuniée par l’Eglise en raison de cette « ordination » et exclue de sa congrégation : https://www.cath.ch/newsf/une-religieuse-catholique-americaine-excommuniee-apres-avoir-ete-ordonnee-pretre/.

    • Etienne says:

      Vous voyez bien que pour faire le malin sa sainteté n’hésite pas à se promener aux marges.

      Ce que les autres ont fait, est-ce que ça compte à ses yeux ? Il fait semblant de pouvoir tout défaire. Mais quand – dans ces cas-là – il devrait s’y mettre, il se contente de symboles et d’ambiguïtés.

      C’est un « souffleur de bulles » de savon.

      • Efgy says:

        C’est un jésuite, comme le faisait remarquer Mgr Bruno Forte.

        • Mais les Jésuites ont donné de grands saints à l’Eglise.
          Pour vous citer celui que j’aime le plus :
          Saint Régis.
          Les protestants venaient l’écouter prêcher et se convertissaient !

          • Efgy says:

            C’est quand même une congrégation qui a disparu pendant quelques années… ce qui était un châtiment du Ciel pour leur infidélité.

      • Emily says:

        Effectivement, Etienne. Le pape sera sans doute assez fin pour ne pas aller jusqu’aux ordinations sacerdotales « féminines » … Instaurer un service de diaconesses serait largement suffisant pour entretenir l’ambiguïté (pour l’instant, la question ne serait à envisager « qu’au » stade d’une discussion au sein d’une commission).

        L’ambiguïté a déjà été introduite avec l’admission de filles comme « servants » d’autel.

        Cependant, l’Eglise n’est pas non plus une « auberge espagnole »; il y a sans doute des limites que le Ciel ne permettra pas de franchir; enfin, je l’espère.

        • Jean Monnaie says:

          Ce pape pourrait bien aller jusqu’à permettre le mariage des prêtres…

          • Emily says:

            Oui … ou plutôt l’ordination d’hommes mariés. Le pape François pourra toujours prendre des références historiques puisque cela a existé dans l’Eglise primitive et jusqu’au Haut Moyen-Age.

  13. Sans commentaries .C’ eat triste de penser de la sorte.
    Je n’ai pas envie de vous dire ce que je ressens devant de tels propos.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com