Ces dernières semaines, le général de Villiers avait entamé une série de « Lettres à un jeune engagé ». Après sa décision de démissionner, il en adresse une ultime à ses frères d’armes.

Mon cher camarade,

J’avais encore pas mal de choses à vous dire ; et puis, – je dois bien l’avouer – j’avais pris goût à ce rendez-vous hebdomadaire, qui me permettait d’aborder certains sujets importants, de vous faire part de mes réflexions et de recueillir vos réactions.

Mais voilà, l’heure du départ est arrivée, plus rapidement que prévu. Cela ne vous étonnera pas, vous dont l’imprévu est le pain quotidien. Depuis le premier jour, nous avons appris à avoir, avec nous, un sac prêt pour partir « au coup de sifflet bref ». Choisir d’être militaire, c’est accepter de ne plus s’appartenir, tout-à-fait.

Pour autant, la disponibilité à servir « en tous temps et en tous lieux », d’une ville à l’autre, d’un continent à l’autre, ne fait pas de nous des déracinés. Nous appartenons à une patrie que nous aimons ; nous sommes les héritiers d’une histoire qui nous a façonnés ; nous sommes porteurs de convictions qui nous font avancer. Sortir de sa zone de confort, c’est s’exposer, mais c’est aussi se révéler ; à soi-même, pour commencer. « Je vaux ce que je veux ! ».

Au moment de partir, je vous redis à quel point la vie militaire mérite d’être vécue. Aimez-la avec passion. Donnez-lui beaucoup, car on ne peut s’engager à moitié. Et si parfois il lui arrive d’être ingrate, considérez un instant tout ce qu’elle vous a donné.

A titre personnel, je reste indéfectiblement attaché à mon pays et à ses armées. Ce qui m’importera, jusqu’à mon dernier souffle, c’est le succès des armes de la France.

Fraternellement et fidèlement,

Général d’armée Pierre de VILLIERS

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

10 commentaires

  1. Paul-Emic says:

    Au-delà des mots les actes, nous vous attendons mon Général.

  2. on n’a jamais vu un militaire défendre la France et les Français, sauf peut-être le Maréchal Pétain qui mourut abandonné sur un îlot par ses petits camarades.

  3. Gabriel Zallas says:

    Lui au moins aura eu un courage que d’autres abandonnereront au profit de leur carrière. Bravo !

  4. vaxelaire says:

    Tout a fait d ‘accord avec vous Gabriel Zallas ,et encore bravo mon Général

  5. Soupape says:

    Un bon remède … contre la mais-soixante-huit-attarderie ? …

    La fourche-au-cul-thérapie !

    Le traitement consiste à poursuivre le malade avec une fourche …
    en visant la partie charnue de son postérieur,
    afin de réveiller ses ardeurs !

    Acré bonssouèrre de bonssouèrre !

  6. Pour continuer à aimer la France telle qu’elle est devenue, le général de Villiers doit être atteint d’une sacré myopie.
    Nègres, bicots, bougnoules du fin fond de l’Afrique, ce sont les nouveaux français. Ne lui en déplaise, je n’ai aucune envie d’aimer les remplaçants de mon peuple et il me suffit de les regarder pour comprendre qu’ils ne sont pas mes frères, mais seulement des envahisseurs. Avant de pouvoir de nouveau aimer la France, il faut la nettoyer de fond en comble, en chassant ces ignobles parasites et, surtout, en éliminant tous les traîtres et les collabos.
    Alors, seulement, on pourra reconstruire une France que chacun de ses enfants pourra aimer.

  7. cadoudal says:

    le salut de la France est dans l’ élimination de la République maçonnique qui nous tyrannise, qui organise l’ invasion islamique, le génocide des petits Gaulois, la fiscalité bolchevique qui nous mène à la ruine.

    Dieu et le Roi !

    malheureusement le pape est un intrus qui se fiche de l ‘Eglise ;

    le roi de droit (Louis XX) n’a pas l ‘intention de se mouiller pour le salut de la France.

  8. cadoudal says:

    La République est belliqueuse

    mais elle a toujours été fâchée avec la victoire :

    de Waterloo et Trafalgar à l’ Algérie en passant par mai 1940,
    que des désastres ;

    la défaite, une grande valeur de la République .

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com