lait-maternel-MPI

Une nouvelle découverte concernant le lait maternel vient mettre à mal l’idéologie du genre.

En effet, le lait maternel diffère selon qu’il s’agit de nourrir un garçon ou à une fille. Pour nourrir les garçons, les mamans produisent du lait plus riche en graisse et en protéines tandis que pour alimenter les filles les mamans produisent de plus grandes quantités de lait. C’est ce que révèle une recherche publiée vendredi dernier.

«Les mères produisent des recettes biologiques différentes pour un garçon et pour une fille», a expliqué Katie Hinde, une biologiste de l’Université de Harvard. Le constat vaut pour les humains comme pour les animaux. C’est du moins ce qu’indiquent des études réalisées sur des humains, des singes ainsi que différents mammifères.

Plusieurs théories ont été avancées pour expliquer ce phénomène, a relevé Katie Hinde lors d’une présentation à la conférence annuelle de l’Association américaine pour l’avancement de la science (AAAS) réunie à Chicago du 13 au 17 février.

Singes

Chez les singes rhésus par exemple, la femelle a tendance à produire plus de calcium dans son lait destiné à des progénitures femelles qui héritent du statut social de leur mère.

«Cela permet aux mères de donner plus de lait à leurs filles ce qui va permettre d’accélérer leur développement pour commencer à se reproduire plus jeune», a expliqué la biologiste.

Les mâles n’ont pas besoin de parvenir à la maturité sexuelle aussi vite que les femelles car leur seule limite sur la fréquence de leur reproduction dépend du nombre de femelles qu’ils peuvent conquérir.

Les femelles chez les singes sont nourries au lait maternel plus longtemps que les mâles qui passent plus de temps à jouer et qui ont de ce fait besoin d’un lait plus énergétique.

Humains

La biologiste n’est par contre pas en mesure d’expliquer pourquoi chez les humains les mères produisent des laits différents pour leurs nourrissons selon leur sexe.

Des indications montrent que tout est déjà programmé quand le bébé est encore dans le ventre de sa mère.

Vaches

Une étude de Katie Hinde publiée la semaine dernière montre que le sexe du fœtus influence la production de lait des vaches longtemps après la séparation de leurs veaux, le plus souvent dans les heures après avoir mis bas. Cette recherche menée sur 1,49 million de vaches a montré qu’au cours de deux cycles de lactation de 305 jours, elles ont produit en moyenne 445 kilos en plus de lait quand elles donnaient naissances à des femelles comparativement à des mâles.

Voilà qui contrarie le raisonnement égalitariste de Najat Vallaud-Belkacem ! Mais, comme on l’a déjà vu, sa volonté de faire plier le réel est sans limite…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

6 commentaires

  1. Jean Ris says:

    Manifestement, cette Katie Hinde n’est qu’une militante d’extrême droite, inféodée au lobby ultra-libéral réactionnaire fascisant, et ses soi-disant études sur les foetus nous rappellent les heures les plus sombres de notre histoire.

    Toutes ces études sont donc biaisées et n’ont été faites que pour nous empêcher d’éduquer correctement les enfants que vous avez produit, en les extrayant de leur milieu d’ignorance crasse et leur inculquer pour leur futur nos bonnes valeurs morales et citoyennes.

  2. Noélie says:

    Merci Jean pour cette analyse subtile et sans parti-pris !

  3. Exquisiteur says:

    « différents pour leurs nourrissons selon leur sexe. »
    Non LEUR GENRE , les individus sont ils des sexes ou ont ils un sexe ? s’ils ont un sexe il ne peut jamais être le même qu’un autre , s’ils sont un sexe, il y en a des milliards différents, s’ils sont d’un sexe , lesquels, il y en a des milliards différents.

    Pour Jean RIS je m’en amuse.

    « Males and Females Differ in Specific Brain Structures
    Tue, 02/11/2014 – 2:19pm
    Overview of average regional sex differences in grey matter volume. Areas of larger volumes in women are in red and areas of larger volume in men are in blue. (Source: Neuroscience and Biobehavioral Reviews)Reviewing more than 20 years of neuroscience research into sex differences in brain structure, a Cambridge University team has conducted the first meta-analysis of the evidence, published in Neuroscience and Biobehavioral Reviews

    Jean Ris , votre connaissance de la biologie semble très très faible d’après vos propos, la MORALE est supérieure à l’évidence biologique. Donc si un individu a la peau « qualifiée de noire » je ne peux pas le dire car c’est de l’ignorance de ma part qu’elle est en fait « verte ».

  4. balthazar says:

    Sale coup pour vous, l’auteure de l’étude en fait une présentation complètement différente…
    Parfois c’est bien d’aller voir ses sources.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com