apocalypse

Le mal qui menace notre société, ce n’est pas le terrorisme mais le libéralisme,

par l’abbé Thierry Gaudray


Abbé Thierry Gaudray

Source: Fraternité Saint-Pie X- La Porte Latine

Le mal qui menace notre société, ce n’est pas le terrorisme mais le libéralisme. Le meurtre de l’innocent est un horrible péché qui crie vengeance devant Dieu, mais il n’est pas aussi malicieux que le culte de l’homme et de sa liberté jusqu’au mépris de la parole de Dieu.

De même, le grand péché des hommes d’Église n’est pas leur complicité avec les désordres moraux de toutes sortes, mais leur allégeance à la philosophie dite des Lumières. La dissolution des mœurs est honteuse mais elle n’est que le fruit du mépris de la vérité révélée. « Et comme ils ne se sont pas souciés de bien connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur sens pervers pour faire ce qui ne convient pas » (Rom. I, 28).

La nouvelle religion instituée par le concile Vatican II est fondée sur les principes de la Révolution. Elle apporte son encens à l’autel de la liberté sous toutes ses formes et concourt ainsi à l’établissement de la nouvelle société dans laquelle on ne parle de Dieu que pour satisfaire le besoin religieux de l’homme. La vérité en est bannie.

Pourquoi s’opposer à la distribution de la communion aux adultères quand on a accepté d’ouvrir des églises catholiques à des faux cultes ?

Il  ne s’agit pas seulement du lien que les préceptes divins soutiennent entre eux (« quiconque aura observé toute la loi, s’il vient à faillir en un seul point, est coupable de tous » épître de St Jacques II, 10). L’œcuménisme et la liberté religieuse dissolvent la religion d’une manière bien plus radicale. Ils déclarent respectable toute opinion religieuse jusqu’au mépris de la vérité révélée. Ils réduisent la foi à une simple opinion. Ils ne parlent de Dieu que pour Le faire taire et mettre l’homme à Sa place.

Depuis la Révolution, la loi n’est plus l’expression de l’ordre établi par Dieu, mais une simple réglementation édictée pour assurer la plus grande jouissance de l’individu. Sous ce rapport le mariage contre-nature est l’apothéose du nouveau droit car il légalise un mode de vie stérile pour la société. Il ne s’agit pas de tendre à un bien commun mais de servir l’individu jusque dans ses ultimes turpitudes.

L’Église conciliaire, quant à elle, ne cesse de proclamer son attachement aux « valeurs » de la Révolution.

Cette hiérarchie est gravement coupable : « bien qu’ils connaissent le jugement de Dieu déclarant dignes de mort ceux qui commettent de telles choses, non seulement ils les font, mais encore ils approuvent ceux qui les font. » (Rom. I, 32). Nous voulons nous, au contraire, travailler à l’établissement du règne de Notre-Seigneur. Entre eux et nous, l’opposition est radicale ; les positions sont irréconciliables. Nous ne pouvons pas nous taire et faire semblant de les approuver.

Cette situation a des conséquences dans notre vie quotidienne. L’époque dans laquelle nous vivons ne nous oblige pas encore à l’héroïsme mais elle est sans pitié pour la médiocrité. Là encore, il ne s’agit pas seulement de constater que, les occasions de péché se multipliant, nous n’avons plus guère que la prière et la vertu pour les éloigner moralement. Dieu demande  bien plus : Il veut que nous ayons une idée très claire du but que nous recherchons et des devoirs de notre vocation. Dieu sera toujours miséricordieux à l’égard des faibles mais Il rejette ceux qui ne veulent pas de la lumière. Ainsi les prêtres qui ne prient plus ou qui n’étudient plus trahiront nécessairement. Les fidèles qui se contentent de la messe dominicale et vivent comme des brebis sans pasteur se feront dévorer.

Aimons nos prêtres, aimons notre paroisse ! Car les ennemis de l’Église s’attaquent surtout aux prêtres. Protégeons-les ! Je tiens à remercier ici les personnes qui se dévouent pour soulager les prêtres dans les tâches matérielles et pour les aider dans leur ministère. Leur vocation exige qu’ils soient le plus possible « tout entier à la prière et au ministère de la parole » (Actes VI, 4).

Je vous bénis.

Votre tout dévoué,

Abbé Thierry GAUDRAY

Source : Le Carillon du Nord n° 170 de février 2015

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

13 commentaires

  1. Chouanne says:

    Merci M. l’abbé, clair et sans bavure!
    « Entre eux et nous l’opposition est radicale ; les positions sont irréconciliables. Nous ne pouvons pas nous taire et faire semblant de les approuver. » (Abbé Gaudray)

    Non, nous devons les dénoncer parce que ce sont les bons chefs qui font les bons sujets et les mauvais chefs qui font les mauvais sujets.
    En ce moment nous n’avons que de mauvais chefs, en politique comme en religion, rien d’étonnant que les sujets soient mauvais.

  2. michelb says:

    il est bon que les prêtres donnent leur opinion sur le système et de dénoncer satan et ses sbires

    voilà t’y pas que Hollande va demander aux jeunes de travailler gratos avec le service civique et ensuite à l’oeil

    l’esclavage a encore de beaux jours devant lui

  3. D’un point de vue politique, il est nécessaire que les catholiques soient cohérents : ils ne peuvent pas voter pour le FN ou un autre parti politique, et donc pour le maintien de la République satanique, tout en condamnant cette même République. Deux options politiques s’offrent à eux : la monarchie ou la démocratie. Pour ma part, je choisis la démocratie car la grande majorité des Français sont réfractaire au retour patent à l’ordre moral qu’implique la monarchie. L’instauration de la démocratie, elle, implique un retour subreptice à l’ordre moral.

    Les Gentils Virus pour la Démocratie : http://gentilsvirus.org/le_constat.html

  4. Emmanuel says:

    Monsieur l’abbé,

    Je voudrais vous dire ma perplexité, et déception, vis à vis de quelques affirmations approximatives et sur un ton incantatoire dans votre article. Pour ne pas abuser de cette tribune et pour ne pas barber les lecteurs de Media Presse Info, je ne retiendrai qu’une seule de ces affirmations à laquelle je réserve mon commentaire ci-après.

    Vous dîtes: “Depuis la Révolution, la loi n’est plus l’expression de l’ordre établi par Dieu, mais une simple réglementation édictée pour assurer la plus grande jouissance de l’individu.”

    >>> La loi n’est plus l’expression de l’ordre établi par Dieu?!

    En passant et rapidement, vous semblez regretter l’ancien régime: parce-que le fait qu’il se soit terminer aussi lamentablement et effroyablement en 1792 ne vous suffit donc pas pour conclure qu’il y avait comme quelque chose qui ne fonctionnait pas avant ce sinistre épilogue?

    Entrons dans le vif du sujet: je connais des pays où la loi est l’expression de l’ordre établi par Dieu, ou celui considéré comme tel dans ces pays concernés: ce sont les pays de l’Islam. Là règne le plus épouvantable régime d’esclavage jamais inventer par l’être humain, soeur par le degré d’horreur des régimes totalitaires athés, nazisme et communisme. Je vous offre néanmoins volontiers un billet d’avion pour aller voir: je vous rassure, j’entend vous offrir également le billet retour ne souhaitant en aucun cas vous laisser croupir en enfer. Si, si, un enfer en tout points semblable à celui dont vous parler en chair.

    Rappelons un principe majeur du message évangélique: il n’y a aucun mérite à la vertu sous la coercition. Dans ce cas monsieur l’abbé, s’il vous plaît, dites-moi où et quand Dieu a exprimé Sa volonté de voir la loi (civile) être l’expression de l’ordre établi par Lui ?

    La vérité, et il me semble que c’est là ce que Dieu attend des hommes dans ce domaine, c’est que la loi doit n’avoir qu’un seul rôle: celui de ne jamais empêcher la liberté des personnes de faire ce qu’ils doivent faire et donc de se conformer volontairement et par pleine adhésion à Son enseignement. Ce qui, vous en conviendrez, n’est pas du tout, mais alors pas du tout la même chose que de laisser entendre que la loi doit être l’expression de l’ordre établi par Dieu.

    • Chouanne says:

      Voilà ce que c’est, Emmanuel, lorsqu’on ne connaît plus de l’Histoire que l’Histoire déformée par le politiquement correct et par la Révolution;

      On compare ce qui n’est absolument pas comparable:

      L’Islam et le catholicisme sont deux religions aux antipodes. La chrétienté a toujours été agressée par l’Islam qui n’a cessé de l’envahir depuis l’origine de cette religion au VIIè siècle. Je vous invite à observer qui a sans cesse conquis les terres chrétiennes au cours de l’Histoire. Du Moyen-Orient à l’Afrique du Nord, sans compter une partie de l’Europe, tous ces pays étaient chrétiens. Et aujourd’hui encore les chrétiens sont persécutés de partout.

      Ensuite diriez-vous que parce que la révolution bolchévique a achevé l’Empire russe dans le sang, cela prouve que l’empire russe était pire que l’Empire soviétique ?

      C’est ce qui est arrivé en France! Renseignez-vous là aussi, l’histoire ce sont des faits précis, pas des opinions. La révolution a été rejetée par tous les département de France, mais elle a été imposée dans le sang et la Terreur, en coupant des têtes comme le font les islamistes. Et notamment les têtes des prêtres et des religieux et de tous ceux qui ne voulaient pas renoncer à leur religion.
      Voilà comment s’est imposée la République que vous prenez comme modèle.

      M. l’abbé a parfaitement raison de défendre le catholicisme authentique. Depuis que celui-ci est bafoué par les clercs eux-mêmes, nous entrons dans la barbarie. Celles de l’Islam et celle du paganisme. Le paganisme et ses suppôts nous ayant amené l’immigration islamique.

      Si vous ne vous rendez pas encore compte que nous sommes entrés en régime barbare, vous risquez d’être réveillée de façon brutale. Mais il sera trop tard.

      • Emmanuel says:

        Donc, je résume:

        Je compare ce qui n’est pas comparable.

        Je ne connais plus l’histoire et seulement l’histoire déformée par le politiquement etc…

        Je reçois une leçon sur les deux religions.

        Je reçois une note sur la révolution bolchévique avec laquelle je suis supputé avoir fait une comparaison.

        Il faut que je me renseigne.

        Je suis accusé de prendre pour modèle la Révolution.

        Monsieur l’abbé a parfaitement raison. (Ca c’est la meilleure)

        Je ne me rends pas compte que nous sommes entrés en régime barbare.

        Je risque de me réveiller de façon brutale.

        Pensiez-vous ainsi avec de tels propos engager un dialogue aimable et constructif?

        Et si vous laissiez l’abbé répondre? Ca interesserait peut-être aussi les lecteurs?

        • michelb says:

          « ordre établi par Dieu » l’ordre naturel??

          la nature est mystérieuse comme Dieu, elle est soit un résultat du hasard (laïque) ou une création de Dieu (croyance).

          la nature est bien faite, on ne saurait s’en passer, mais les constructions de l’homme, virtuelles ou matérielles, tendent à la détruire, comme cette destruction de Dieu.

          Lorsque Marx écrit « la religion est l’opium du peuple », il ne s’en prend pas à Dieu puisqu’il était chrétien.

          Nietzsche aussi était chrétien et son « Dieu est mort » a que toute autre signification que celle du premier degré.

          L’ordre établi par Dieu dans la nature est un ordre de paix, les systèmes des hommes sont contre-nature et n’amènent que la violence.

  5. @ Bonjour Emmanuel,
    Afin de dissiper certains préjugés sur la Monarchie, je vous encourage à lire la page (entière) du site Christ-Roi
    http://christroi.over-blog.com/tag/avantages%20de%20la%20monarchie/

    A voir les interventions de l’Historienne Mme Marion Sigaut sur :

    1)La révolution
    https://www.youtube.com/watch?v=actI18L8_Qo

    2) De la prétendue tyrannie de l’Eglise sous l’Ancien Régime
    https://www.youtube.com/watch?v=PUc5WUbZauw

    3)Les lumières ou plutôt l’abat-jour
    https://www.youtube.com/watch?v=72aFDjwi9Pg

    Enfin, si l’approfondissement du sujet « Monarchie » vous tente :
    http://www.viveleroy.fr/

    Bon et Saint Dimanche.
    Cordialement,
    Voxdev.

    • Emmanuel says:

      Cher ami,

      Il m’amuse toujours, c’est piquant même, de voir un “citoyen” (que vous êtes probablement) s’atteler à convaincre un “sujet” (que je suis) du bien-fondé du principe de monarchie. Sur mon passeport il est en effet écrit “ROYAUME DE ************. Et sur le vôtre?

      Ensuite, vous tentez désespérément et à forces écrits et liens de faire valoir les bons côtés de l’avant-révolution. Mais…., je n’ai jamais dit que c’était un mal. En anglais nous dirions “you are barking up the wrong tree”. Néanmoins et même si j’eûs été de par ma famille “du bon côté de la barrière” en termes de privilèges, je maintiens qu’il y avait un certain nombre de choses à changer, ah ça oui très certainement.

      Enfin, comme je connais toute la bonne lecture que vous avez l’amabilité de me fournir, mis à part certains côtés un peu binaire dans l’analyse, je constate que le fil rouge est l’encensement du degré de liberté qui règnait à l’époque. La liberté? tiens tiens, mais n’est-ce pas le mal prétendûment pire que le terrorisme?

      Pour terminer, plutôt que de pleurer un passé qui ne reviendra plus jamais et de nous fourvoyer ainsi qu’y inciter nos contemporains, nous prenions à bras le corps la situation telle qu’elle se présente aujourd’hui et mettions – honnêtement et filialement – en lumière l’enseignement évangélique comprennant toute la réflexion récente telle que menée par l’Eglise…., depuis la révolution.

      Encore un mot: en gaspillant votre précieuse énergie ainsi que celle de vos contemporains, vous faites un peu comme le chien mentionné ci-dessus: vous aboyer au pieds de l’arbre dans lequel il n’y a personne.

      Cordialement,

      Emmanuel.

      • Chouanne says:

        @ Emmanuel

        La liberté et le libéralisme sont deux concepts très différents, même si la racine des deux mots est la même.

        La vraie liberté est vertueuse tandis que le libéralisme est un vice.

        Vous aurez sans doute à cœur de chercher la différence tout seul…

        • Emmanuel says:

          “La liberté et le libéralisme sont deux concepts très différents, même si la racine des deux mots est la même.”

          Je l’attendais celle-là et vous fais grâce de mon commentaire sur une telle affirmation tant c’est une énormité.

          Nous voilà donc arrivé au terme du dialogue car il sera impossible d’aller plus loin. Tout dialogue ne peut se faire qu’à condition que l’on se tienne au sens des mots.

          En effet, jouer avec la sémantique et tordre le sens des mots jusqu’à leur faire dire autre chose que leur signification est la caractéristique première des marxistes. Le malheur des marxistes est leur idéologie dont ils ne démordent pas quitte à triturer les mots à l’extrême. Le propre du Chrétien est de ne pas, ne jamais, se référer à une quelconque idéologie.

          Dommage.

          • Chouanne says:

            @ Emmanuel

            Tiens! Il y avait un dialogue ? Première nouvelle!

            La distinction entre libéralisme et liberté était surtout à destination d’autres lecteurs parce qu’il est clair que rien n’entrera dans votre cerveau, à l’évidence fermé comme une huitre.

            • Emmanuel says:

              Il est une autre évidence: le manque d’amabilité est bien peu Chrétienne. Dommage. Pour une deuxième fois.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com