A l’approche de son voyage en Égypte, vendredi et samedi prochains, le pape François a tenu à adresser un message-vidéo au peuple égyptien.

Diffusé par la télévision égyptienne, ce message qui se veut porteur de paix humaine a des accents plus proches du langage maçonnique que de celui christique. Ainsi qu’il en est coutumier, le pape se montre encore une fois partisan du multi-confessionnalisme et témoigne de son habituelle islamophilie idéologique. Attitude paradoxale peut-être en ces temps de terrorisme islamique mais si nécessaire pour affermir l’idée dans les mentalités catholiques, mais pas uniquement, que la paix ne se « construira » que par et avec l’œcuménisme et le dialogue inter-religieux conciliaires dont Jorge Maria Bergoglio est un chantre professionnel.

C’est donc « un message d’amitié », de « fraternité » et de « réconciliation » pour tous les enfants d’Abraham, « particulièrement pour le monde musulman », « dans lequel l’Égypte occupe une place de premier plan » qu’envoie le pape à l’univers mahométan tout en souhaitant que son voyage soit une «contribution appréciable» pour le dialogue interreligieux. Et pour mettre fin à la « violence aveugle » qui déchire le monde, El papa argentin insiste sur la nécessité d’avoir des «bâtisseurs de ponts de paix, de dialogue, de fraternité, de justice et d’humanité».

Aucune mention,- et en cela aussi le pape ne déroge pas à ses mauvaises habitudes de déserteur de la foi -, de la nécessaire conversion des peuples au Fils de Dieu fait homme, le Prince de la Paix Jésus-Christ, dont il est le Vicaire infidèle, et au respect des commandements divins que Dieu donna à Moïse pour l’humanité tout entière à la sortie de cette terre d’Égypte où se rendra pourtant François prochainement !

« Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage. Tu n’auras pas d’autres dieux que moi. Tu ne feras aucune idole… Tu ne te prosterneras pas devant ces images, pour leur rendre un culte. Car moi, le Seigneur ton Dieu, je suis un Dieu jaloux : chez ceux qui me haïssent, je punis la faute des pères sur les fils, jusqu’à la troisième et la quatrième génération ; mais ceux qui m’aiment et observent mes commandements, je leur garde ma fidélité jusqu’à la millième génération. »

énonce le Premier et le plus grand des commandements divins.

S’il est louable et désirable, pour tout catholique bien né, d’œuvrer à la paix dans le monde et à l’entente entre les nations et les peuples, il ne faut pas moins se souvenir du message que le Christ adressa à ses apôtres avant de les quitter pour rejoindre son Père :

« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix; je ne la donne pas comme la donne le monde » (Jean 14, 27 )

puisqu’il leur a dit aussi :

« N’allez pas croire que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive.» (Mathieu, 10, 34)

La paix que donne le monde, que veut imposer le monde, et à laquelle a souscrit la Rome néo-moderniste et néo-protestante, c’est la paix illusoire et stérile issue de la tolérance absolue et de la reconnaissance universelle de toutes les religions, de l’égalitarisme entre la Vérité catholique et l’erreur, de la pluralité des dieux. Cette paix mondaine est souveraine dans l’Olympe du relativisme et de l’indifférentisme religieux, où l’horrible a même droit de cité que le Beau.

La paix du Christ est tout autre. Elle est avant tout individuelle, spirituelle et intérieure, régénérescence de l’âme à la source de la Vérité divine qu’est le Christ, Verbe de Dieu. Elle se répand sur le monde par la conversion des cœurs et des intelligences à la foi catholique, sur les hommes de bonne volonté qui cherchent la Vérité divine. La paix du Christ ne peut tolérer la fausseté des autres religions et pactiser avec elles. La paix du Christ est un glaive qui sépare les fidèles des infidèles :

« Le Père aime le Fils, et il lui a tout remis entre les mains. Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; mais celui qui ne croit pas au Fils ne verra pas la vie ; mais la colère de Dieu demeure sur lui.» (Jean 3, 35-36) 

Alors, le pape François pourra multiplier les appels à la paix mondiale par le dialogue inter-religieux et l’œcuménisme, l’Église conciliaire pourra continuer, pour « bâtir » cette paix universelle, à promouvoir des rencontres inter-confessionnelles avec Bouddha, Shiva, Mahomet et toutes les autres fausses divinités, mis scandaleusement sur un pied d’égalité avec le Christ Jésus, cette paix ne sera jamais qu’une fausse paix construite sur les sables révolutionnaires de la trilogie maçonnique, liberté-égalité-fraternité, qui perpétue dans le temps le cri de révolte de Satan contre Dieu. C’est la paix de l’ONU, réminiscence de la paix de l’antique tour de Babel idolâtre, le même rêve démiurgique de créer un monde nouveau, « un meilleur des mondes », où par la multiplicité des dieux confessés l’idolâtrie sera reine   :

« Car il y avait entre eux une perverse paix et unité, tant très outrageante à l’encontre de Dieu que nuisible pour eux-mêmes, non moins que accablante et dangereuse pour les élus. En effet, de même que rien n’est meilleur que de s’unir tous très fortement en Dieu et pour tout bien, ainsi il n’y a rien de pire que de s’unir en une puissante conspiration pour faire le mal.
Pareillement, de même que rien n’est plus honorable à l’égard de Dieu que tous adhèrent à Lui comme à leur Tête unique et souveraine en s’y soumettant et n’aient d’autre désir que de défendre et magnifier l’Empire et la Principauté de Dieu, à l’opposé rien n’est plus injurieux et intolérable pour Dieu que tous, après avoir négligé Dieu et son Règne, établissent qu’il puisse y avoir une autre tête et un autre règne pour eux tous. Etait-il donc tolérable que les hommes, peu après un tel déluge, une fois de nouveau multipliés, aient choisi un vulgaire tyran, à savoir Nemroth, pour l’établir comme une tête unique de tous, et s’efforcent de fonder pour toujours une ville pour servir de capitale à un Etat dirigeant le monde entier
? » commente Saint Thomas à propos de Babel in Gen. 11,6s.

« Quand les hommes diront Paix et sécurité ! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point » prévient Saint Paul (1 Théssaloniciens 5, 3).

Francesca de Villasmundo

 

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

23 commentaires

  1. Michelyne says:

     »Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimé »? Comment Jésus aimait les Pharisiens????

  2. Onclin says:

    « La paix du Christ ne peut tolérer la fausseté des autres religions et pactiser avec elles. » et « il est le Vicaire infidèle » plein dans le mille!

  3. Gauvain says:

    Alors que le pape François s’apprête à se rendre en Egypte, Benoît XVI relance son discours de Ratisbonne :

    « Au défi sur la vérité et la raison, lancé par Benoît XVI, François oppose le défi de la «rencontre comme message», comme lui-même l’a définie. Pour François, l’important est de se voir, de se parler, dans la conviction qu’en se connaissant, beaucoup de barrières tombent et qu’on peut construire des ponts. Ainsi , François n’a jamais mentionné l’islam en termes problématiques, par exemple en référence à l’immigration; il continue de répéter que l’islam est une religion de paix et qu’il n’y a pas de différence entre la violence des islamistes et celle des chrétiens.

    Reste à voir s’il s’agit simplement d’une stratégie «opération sympathe» ou d’une conviction. Ce qui est certain, c’est que certaines affirmations ne correspondent pas à la réalité, comme ne cessent de nous dire ceux qui vivent dans les pays musulmans ou qui sont des spécialistes du monde musulman. Comme par exemple le jésuite égyptien Samir Khalil Samir, islamologue, professeur à l’Institut pontifical oriental et qui fut conseiller de Benoît XVI. Ces derniers jours, parlant à des journalistes, il a dit clairement: «Le pape François vient d’Argentine, il ne connaît pas l’islam. Il a rencontré à Buenos Aires un imam très gentil avec qui il a eu une bonne relation [ndt: cela, c’est la version charitable…], mais son ignorance de l’islam ne sert pas le dialogue. Bergoglio a souvent dit que l’islam, est une religion de paix et cela, c’est tout simplement une erreur».

    http://benoit-et-moi.fr/2017/benot-xvi/lavertissement-dramatique-de-benoit-xvi.html

  4. Le Pape François, comme le faisait Jésus, parle avant tout aux hommes et femmes de bonne volonté. Tous les musulmans ne sont pas des terroristes ! Son désir est d’apporter d’abord le message de miséricorde de Dieu, de rejoindre les hommes et femmes dans le concret de leur vie (voyez Jésus et la Samaritaine) sans leur imposer la conversion par le haut ou leur dire « croyez en Jésus ou vous irez en Enfer ». Ce n’est pas ça le christianisme ! Il faut avoir un coeur vraiment endurci pour ne pas comprendre le Pape François.

    • Youssef says:

      Merci de ton intervention qui met la pendule à l’heure

  5. DUFIT THIERRY says:

    « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous la donne pas comme le monde donne ». (Jean 14-27)
    « Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire ». (Jean 15-5)
    Voilà l’enseignement de Notre Seigneur.
    Sans Notre Seigneur pas de paix possible « car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ». (Timothee 2-5).
    C’est dire la terrible malédiction qui tombe sur la fausse paix maçonnique des papes Jean-Paul II et François avec une toute aussi fausse religion créée par Satan.

    • Horace says:

      Je n’apprécie pas trop les références tirées de l’A.T. elles sont sujettes à mille interprétations selon que tourne le vent. Ce que l’auteur de l’article fait un peu trop facilement. Par contre votre commentaire @Duffit Thierry me convient. A celui-ci j’ajoute le verset 44 du chapitre 8 de St.Jean. Curieusement aucun ecclésiastique ou herméneute n’ose le lire. Ce verset est révélateur car il oppose le Dieu des Juifs ( A.T.) au Dieu-Père de Jésus Christ (N.T.). Tout est dit. Or, les musulmans se réfèrent au Dieu de l’A.T.

      • Etienne says:

        Bonjour Horace.

        Parmi les omissions ordinaires dans la prédication contemporaine, il y a aussi celles qui témoignent de l’amour Christ pour sa patrie terrestre.

        – Quand le Christ pleure sur Jérusalem.
        – Et encore (Mt 23 : 37 ou Lc 13 : 34) « (…) que de fois j’ai voulu rassembler tes enfants comme une poule rassemble sa couvée sous ses ailes(…) »

        Serait-ce que, quand on est jésuite et pape, on oublie volontiers ces tendresses-là ?
        On se croit trop intelligent, ou trop « fourbe » ?
        On voit le monde depuis 3000 mètres d’altitude ?

        Dans ce cas-là, qu’on ne nous demande pas « d’aimer » ce pape (?) et son clergé, autrement que par devoir.

      • Pardonnez-moi, mais je ne cite qu’une seule fois l’A.T. et uniquement à propos du Premier commandement qu’il me semble ne nécessite aucune interprétation étant par lui-même explicite pour tout catholique.
        Dans le catéchisme de Saint Pie X ce premier commandement tiré des tables de la loi données à Moïse par Dieu est énoncé comme suit :

        Je suis le Seigneur ton Dieu.
        1 Tu n’auras pas d’autre Dieu en ma présence.

        Les musulmans, et les juifs tout autant, ont beau se référer au Dieu de l’A.T. ils n’en ont pas moins une fausse conception puisqu’ils refusent qu’Il soit Trine.

        Les autres citations sont du N.T. ainsi qu’un commentaire de St Thomas d’Aquin.

    • MA Guillermont says:

      Jean-Paul II est un Saint , Thierry Duffit .

      • DUFIT THIERRY says:

        Oh non pauvre Ma Guillemont Jean-Paul II n’a rien d’un saint loin s’en faut !!!
        Ce pape champion de l’œcuménisme, laudateur continuel de Vatican II a accumulé les scandales au cours de son pontificat : visite aux temples protestants, aux synagogues, le sommet de l’horreur fut atteint à Assise où toutes les religions prièrent leurs faux dieux (on a même retiré un crucifix pour mettre Bouddha à la place). Jean-Paul II encourageait les fausses religions et alla jusqu’à embrasser le Coran et dire « que St Jean Baptiste protège l’Islam ». Il osa dire que musulmans et chrétiens avaient le même dieu. Ce fut aussi le pape des droits de l’homme, de la révolution mondiale. Au nom de la liberté religieuse il laïcisait les sociétés autrefois catholiques. Il fit repentance pour le passé de l’Eglise. Ne parlons pas des Messes sacrilèges auxquelles il a pris part au cours de ses innombrables voyages.
        Ce pape a favorisé l’apostasie des catholiques et l’islamisation de l’Europe.
        Jean-Paul II se référait sans cesse à Vatican II dans tous ses écrits et discours. On peut dire en effet qu’il fut bien le digne continuateur de ce concile qui provoque tant de ravages dans l’Eglise et la perte des âmes.
        Jean-Paul II fut d’abord et avant tout le grand destructeur de la Foi Catholique.

        • MA Guillermont says:

          J’ai déjà répondu à vos sempiternelles attaques contre St Jean-Paul II …

          • DUFIT THIERRY says:

            Arrêtez donc avec votre Jean-Paul II qui n’a rien d’un saint. Relisez plutôt les encycliques des papes Pie IX , Léon XIII, St Pie X, Pie XI, Pie XII. L’enseignement de ces papes qui s’appuient sur la Révélation et la Tradition éternelle de l’Eglise est contraire mot pour mot à celui de Jean-Paul II.

            • MA Guillermont says:

              Pour l’heure , c’est vous qui n’avez rien d’un saint …

              • DUFIT THIERRY says:

                La sainteté est quelque chose de très sérieux. Avant le déchainement de la folie conciliaire un procès de canonisation pouvait durer des siècles. Tous les écrits et paroles du vénérable étaient examinés à la loupe, de même que sa vie. Rien à voir malheureusement avec les canonisations bâclées, à la chaine, pratiquées d’aujourd’hui.
                Il ne faut pas prendre non plus à la légère l’enseignement des papes qui ont condamné les erreurs modernes.

                • MA Guillermont says:

                   » Mais vous mes bien – aimés que votre foi très sainte soit le fondement de la construction que vous êtes vous – même.
                  Priez dans l’Esprit-Saint , maintenez – vous dans l’amour de Dieu , attendant la miséricorde de Notre Seigneur Jésus-Christ en vue de la vie éternelle. « 

              • fiatlux says:

                « Cette « si grande contradiction » (He XII, 3), dorénavant lot ordinaire et quotidien de l’Église, est marquée comme peut-être elle ne l’a encore jamais été autant depuis qu’elle vit et meurt la Passion du Christ, dans la canonisation de Jean-Paul II.

                Si l’on veut encore bien prendre la mesure des choses, cet évènement ecclésial est en effet, pour toute âme catholique, inouï, renversant, bouleversant, presque impensable.

                Considérons en effet que le Magistère pontifical de Jean-Paul II, au for public, est entaché de manière multiforme et universelle non pas seulement par l’hérésie, mais par la dernière hérésie qui à la fois les récapitule et les dépasse toutes, c’est-à-dire celle que prêchera l’Antéchrist aux foules lorsqu’il viendra en ce monde pour clore l’iniquité des Temps, par son règne de malédiction. Cette hérésie dernière consiste en la déification de l’homme en tant qu’homme, de tout homme et de tout dans l’homme, en apostasiant complètement le Dieu réel et transcendant, Père, Fils & Saint-Esprit. Or, ceci est LE message majeur et récurent de Jean-Paul II dans tout son Magistère pontifical. En fait, il est trop vrai de dire que Jean-Paul II fut une matière d’Antéchrist sur le Siège de Pierre, magistériellement parlant. La figure scripturaire de « l’agneau à la voix de dragon » (Apoc. XIII, 11) prend en lui une terrible et singulièrement concrète illustration.

                … Et cependant, Jean-Paul II est saint en son for privé (la bulle du pape François, dotée de soi de l’infaillibilité, nous fait formelle obligation de le croire, de fide). Extrêmement contradictoirement, donc, à son for public, de soi antéchristique.

                La « si grande contradiction » ne saurait être plus marquée, en vérité. La première question qui vient à l’esprit catholique, est : la chose est-elle possible ? Est-ce qu’un des deux attendus qui confectionne l’insupportable contradiction (que, il est bon de se le rappeler, n’ont pas pu supporter onze Apôtres sur douze lorsqu’ils l’ont vue dans Jésus vivant sa Passion), n’est pas erroné, ce qui supprimerait ladite contradiction ? Mais alors… lequel des deux ? Est-ce le Magistère de Jean-Paul II qui n’est pas aussi hérétique que certains le disent, encore moins antéchristique, cette vision des choses n’étant qu’affabulation d’intégristes coincés ne comprenant rien à rien ? Ou alors, est-ce la bulle de canonisation de François qui est nulle et non-avenue, soit parce que François n’est pas pape, soit parce que sa bulle de canonisation est, théologiquement ou canoniquement, défectueuse ?

                Or bien, il appert de l’étude approfondie des choses tout-à-fait renversantes de la canonisation de Jean-Paul II, que lesdits attendus sont tous les deux bel et bien réels et vrais : 1/ le Magistère pontifical de Jean-Paul II est au for public complètement antéchristique (c’est bien pire qu’être seulement hérétique) ; 2/ et la bulle de canonisation dudit Jean-Paul II est tout ce qu’il y a de plus canonique, théologiquement parfaite, indubitablement valide. Ce qui signifie pour la fin de la fin, que la « si grande contradiction » ne peut être… supprimée.

                Ce qui du reste ne saurait surprendre l’âme spirituelle qui a compris que l’Église contemporaine est en train de vivre et mourir sa propre et personnelle PASSION…

                Cet article (qui, au fil de sa rédaction, est devenu un livre, tellement le sujet est grave et difficile, impossible à traiter sans mettre le soc de charrue très-profond), a pour but d’exposer cette « si grande contradiction » qu’est la canonisation de Jean-Paul II dans le cadre surnaturel de notre Église contemporaine vivant et mourant la Passion du Christ. Tant il est important que le catholique rende compte de sa Foi, à toute heure et sur toutes choses, et d’abord… à sa propre âme. »

                http://eglise-la-crise.fr/index.php/la-canonisation-de-jean-paul-ii-une-si-grande-contradiction

  6. Guy de la Croix says:

    Mais quand allons nous faire taire ce jésuite apostat , hérétique , possédé de Satan et lié à la juiverie franc-maçonne de B’nai B’ritt…???

    Seigneur ayez pitié de nous..

    Je cite quand même un passage de l’évangile de St LUC Chapitre 19 verset 27 :
    ‘ ( Sainte Bible de Osty ):

     »Quant à nos ennemis , ceux qui n’ont pas voulu que je règne sur eux, amenez les ici et égorgez les tous devant moi »
    Jamais un prêtre catholique ne m’a parle de l’existence de ce verser de l’évangile… étrange….???

  7. Loin de ces considérations, n’oublions pas que le mois de mai est le mois de la très Sainte Vierge Marie : http://queteverite.blogspot.com/2017/05/mois-de-mai-mois-de-marie.html

  8. Youssef says:

    J’ai le cœur qui saigne à la lecture de cet article et des commentaires le concernant.
    Je reçois depuis longtemps ce journal, mais c’est la 1ère fois que j’en découvre l’esprit.
    Je connais très bien l’Islam, et je suis anti-Islam, et pourtant, j’avais étudié la théologie pour créer un dialogue avec les musulmans.
    Cela m’aide à comprendre le sens du discours du pape sans le condamner. Sa mission est de transmettre l’amour du Christ et non de créer des guerres dogmatiques. Créer un dialogue interreligieux c’est donner à l’autre la chance de découvrir l’enseignement de Jésus. Jésus est venu pour appeler les pécheurs comme Il l’avait avoué Lui-même.
    Par ailleurs, vous connaissez bien la réaction du monde occidental au discours du Pape Benoît XVI. Et pourtant, non seulement, il avait raison, mais aussi, il s’était exprimé avec une délicatesse savante et inimitable.
    L’Occident est en train de se déchristianiser, et nous Chrétiens, nous avons besoin de nos énergies pour empêcher sa déchristianisation et son islamisation.
    J’ai le cœur qui se déchire quand je lis un article et des commentaires de ce genre où nous jetons de l’huile sur le feu.
    Chers frères,
    Quelle que soit votre obédience, vous avez le droit de vous exprimer en toute liberté, mais n’oubliez pas que la dernière prière de Jésus était pour que nous restions UN, comme Lui et sont Père sont UN.
    Que l’amour et la paix de Jésus remplissent nos cœurs !

  9. On y va says:

    Le problème de l’Église aujourd’hui c’est Bergoglio qui est possède par un esprit de mensonges :
    http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/t27067-le-probleme-de-l-eglise-aujourd-hui-c-est-bergoglio-qui-est-possede-par-un-esprit-de-mensonges#653202
    St Robert Bellarmin écrit même ce qui suit :
     » Comme il est de droit de résister au Pape qui attaque le corps , il est aussi de droit de résister à celui qui attaque les âmes ou qui brouille l’ordre civil ou , par dessus-tout , qui tente de détruire l’Eglise , je dis qu’il est de droit de lui résister en ne faisant pas ce qu’il commande et d’empêcher que sa volonté soit mise à exécution « .
    Pas d’intérêt d’avoir compris le danger de la religion islamique pour croire en la fausse foi de l’argentin marxiste …

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com