ikea-ingvar_kamprad

Ingvar Kamprad, né en Suède le 30 mars 1926, a fait fortune en créant la chaîne de magasins Ikea.

A l’approche de ses 90 ans, la chaîne suédoise TV4 lui a consacré un documentaire.

Ingvar Kamprad fait partie des hommes les plus riches de la planète, avec un patrimoine cumulé évalué à environ 65,5 milliards d’euros.

Disposer d’une telle fortune n’empêche pas Ingvar Kamprad de confier aux journalistes qu’il s’habille… sur les marchés aux puces.

« Je pense ne rien porter qui n’ait pas été acheté aux puces. Cela signifie que je veux montrer le bon exemple, et pas seulement parler de contrôler ses dépenses. »

Ces propos pourraient laisser penser que, malgré sa richesse, cet homme d’affaires a su se préserver de l’ostentation du luxe, ce qui est plutôt sympathique.

Mais en vérité, ce milliardaire est surtout une caricature de l’avarice.

En 2008, dans un entretien au journal Sydsvenskan, ce milliardaire pingre s’était plaint qu’un coiffeur d’Amsterdam lui avait fait payer 22 euros pour une coupe de cheveux. Et Ingvar Kamprad de préciser sans honte qu’il préférait se faire couper les cheveux lors de déplacements dans les pays en voie de développement, parce que cela coûtait beaucoup moins cher.

Ingvar Kamprad se flatte également de n’acheter dans les supermarchés que des produits d’alimentation dont les dates de limite de consommation sont proches et les prix cassés. Et quand il va au restaurant, il choisit… la cantine des magasins Ikea.

Le même homme est aussi un précurseur des délocalisations. En 1961, il avait délocalisé la production de ses meubles en kit en Pologne, pour réduire les coûts.

Ingvar Kamprad est aussi un champion de l’évasion fiscale. En 1973, l’homme d’affaires s’était installé en Suisse pour échapper au fisc suédois. En 2012, Ingvar Kamprad a cédé la direction de sa société à ses trois fils et, deux ans plus tard, il est retourné dans son pays natal pour s’installer à Almhult où se trouve le siège d’IKEA. Il fallut attendre l’automne 2015, pour qu’il paye des impôts en Suède.

Quant à ses trois descendants — Peter, Jonas et Matthias — en 2016, ils sont arrivés pour la première fois dans le classement des milliardaires établi par le magazine Forbes.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. Molière avait raison.

  2. Geneviève says:

    Et dire qu’en Suisse dans le canton de Vaud où il était domicilié, il ne payait qu’un forfait fiscal ridicule par rapport à ses revenus !

  3. Michèle Chevrier says:

    Comme quoi d’être pingre ça rapporte, si en plus Ingvar Kamprad payait peu d’impôts en Suisse quoi de mieux.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com