Capture

Vu dans la presse:

Charles de Meyer, fondateur de l’association SOS Chrétiens d’Orient et rédacteur en chef de nouvelarbitre.com, revient de Syrie, où il s’est rendu à Noël, alarmé par la détresse des chrétiens. Avant de participer au carrefour royal du 18 janvier, il a bien voulu nous rendre compte de son voyage…

 

L’AF  – Tout d’abord pourquoi cette association SOS Chrétiens d’Orient ?

CHARLES DE MEYER – Nous avons lancé l’association SOS Chrétiens d’Orient suite à un appel. Un simple appel d’un journaliste qui nous décrivait les exactions commises par les jihadistes dans le village chrétien de Maaloula. Nous considérions alors qu’il nous fallait agir concrètement pour montrer notre solidarité avec les communautés chrétiennes orientales qui souffrent dans un silence accablant depuis des années. Qu’elles soient coptes, syriaques, chaldéennes, grecques orthodoxes ou catholiques latines, toutes les diverses Eglises du Levant sont victimes d’une vision de l’Islam qui n’a aucune humanité pour ceux qui sont vus comme des infidèles. Cette association cherche donc à mener des expéditions en convoyant jouets, couvertures et vêtements auprès de communautés qui sont prises soit dans la guerre civile, soit dans des politiques de discrimination. Elle est pérenne et prévoit de renouveler les convois régulièrement dans l’année afin d’alerter l’opinion publique française et d’affirmer combien l’indignation ne peut suffire devant le martyr de nos frères aînés dans la foi.

Qui avez-vous rencontré ? Dans quelle situation se trouvent aujourd’hui les chrétiens de Syrie ? Quelle est leur disposition d’esprit ? Nous avons rencontré des Syriens de toutes confessions qui s’accordaient dans le rejet de la barbarie financée par l’Arabie séoudienne sur le sol de leur Nation. Du Grand Mufti de Syrie aux prélats catholiques ou orthodoxes, tous faisaient part de leur écœurement devant l’archaïsme et le fanatisme de combattants souvent étrangers. La situation des chrétiens de Syrie est tout à fait particulière : ces derniers jouissaient en effet d’un dialogue religieux particulièrement avancé pour le Levant avant le début de la guerre civile, ils étudiaient et vivaient en paix depuis des centaines d’années avec leurs compatriotes musulmans. Aujourd’hui comme de nombreuses minorités, ils subissent une recrudescence de haine de la part des combattants.

La Syrie est fière de sa civilisation et de son modèle de société et les Chrétiens cherchent à être des citoyens modèles, ils refusent absolument de se singulariser ou de jouer la carte communautaire. Ainsi, tous nous ont répondu souffrir en premier lieu en tant que Syriens de l’importation de conflits internationaux au cœur de leur pays. Ils sont dans l’incompréhension totale devant l’attitude de l’Occident et particulièrement de la France qui a pourtant un rôle historique de soutien et de protection des chrétiens d’Orient. Des armes et de l’argent français ont en effet contribué à des attaques de villages chrétiens et de monuments historiques syriens. Toutefois, les Syriens sont encore nombreux à parler français, à aimer notre civilisation, ils distinguent aisément l’oligarchie dirigeante du peuple de France, et pour cause, comment assimiler la Terre de Saint Louis et du protectorat de 1920 avec quelques terroristes qui occupent le Krak des chevaliers sur ordre de prédicateurs wahhabites ?

Quel bilan tirez-vous de ce séjour ? Vous interlocuteurs ont-ils souhaité adresser un message aux Français ? Nous sommes fiers d’avoir pu amener quatre tonnes de jouets, de couvertures et de vêtements auprès des Syriens. Au-delà de l’image conformiste, il y a bien entendu un moment d’humanité très fort dans le regard d’un enfant malade ou traumatisé par le conflit et qui reçoit tout de même un jouet pour Noël. C’est la preuve que nous pouvons tous agir avec humanité et efficacité au service de nos convictions si nous nous en donnons les moyens. Le temps de la réinformation vis-à-vis de la doxa médiatique doit être complété par cette confrontation au réel, et la réalité syrienne est pleine de paradoxes, de douleurs autant que d’un espoir tout à fait admirable.

Les Syriens attendent des Français de retrouver une marque de l’amitié historique entre nos peuples. Nous devons continuer à alerter l’opinion sur les méthodes utilisées par les rebelles soutenus par la France mais nous devons également retourner en Syrie, visiter l’Eglise du baptême de Saint Paul ou les souks. Nos interlocuteurs savent que la France ne se réduit pas à quelques locataires du pouvoir et qu’elle peut redevenir cohérente avec son héritage, à nous de voir !

Source: Action Française

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com