synode

L’avis de Jean-Marie Guénois, vaticaniste du Figaro, à propos du synode :

« Le document final exprime à la fois les positions fermes et indiscutables de l’Eglise, comme l’indissolubilité du mariage mais il rend bien compte des débats intrinsèques et intenses sur les divorcés remariés et sur l’homosexualité que la culture catholique a effectivement du mal à aborder. Le rapport final a été approuvé à l’exception de trois paragraphes sur les divorcés remariés et sur les homosexuels. Ils sont les seuls sur une soixantaine à ne pas avoir recueilli la majorité des deux tiers nécessaire. Le Vatican a cependant immédiatement précisé que ces paragraphes n’avaient pas été «rejetés» mais qu’ils n’avaient simplement pas eu «le niveau de consensus suffisant pour être intégrés dans le rapport final». Beaucoup pensent que l’Eglise va finir par laisser de côté ces sujets mais ils se trompent car ils n’ont pas encore réalisé le niveau de détermination réformiste de ce pape et de son équipe rapprochée. A l’exception unique et notoire du cardinal Pell, australien, elle va dans le sens de la réforme.

En somme, le synode a parfaitement atteint l’objectif initial fixé par le Pape. Il souhaitait ouvrir un débat pour faire évoluer les positions et résoudre des questions essentielles. Il a donc lancé les discussions en donnant un coup de pied dans la fourmilière. Les positions opposées se sont exprimées librement, le Pape a ainsi pu mesurer et les arguments, et le refus ou l’acceptation de ces changements. Ce qui signifie que le résultat du vote a peu d’importance. Il n’empêchera pas le pape de prendre une décision après la seconde session du synode. Elle sera délicate car François veut concilier indissolubilité du mariage avec un accès possible, dans certains cas, à la communion pour les divorcés remariés. Mais le climat et les esprits auront été préparés pour une mutation sur un sujet que beaucoup pensaient figé. »

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. C’est « l’avis de Jean-Marie Guénois », qui n’est ni Dieu, ni l’Esprit-Saint … ni même le Pape.
    Les paroisses et les diocèses vont avoir à faire avancer la réflexion pendant l’année qui vient … et rien ne dit que ça ira dans le sens imaginé par Jean-Marie Guénois.
    Pour la femme adultère, après « je ne te condamne pas » il y a « va et ne pèche plus ».

    • champar says:

      @ C.B.
      Je suis totalement d’accord avec votre conclusion et j’espère que vous avez raison mais je crains que M. Guénois ait fait une analyse correcte sur la technique utilisée et la conclusion de Mgr Vingt-Trois que j’ai vue dans une vidéo sur internet me semble aller dans un sens similaire ce qui me rend très inquiet : Il rappelle qu’il s’agit d’un synode extraordinaire, que l’an prochain il y aura un synode ordinaire qui traitera la même question avant la décision définitive du Pape.
      Tous ces synodes à tiroir m’inquiètent au plus haut point, la technique qui consiste à avoir un poisson pilote qui tient des propos hors norme permettant de détecter les opposants lors d’une première réunion pour les éliminer avant une seconde réunion est un classique que j’ai vu appliquer en entreprise, j’espère que je me trompe mais après 1968 il y a eu tellement de coups tordus qu’une telle hypothèse ne peut pas être balayée d’un simple revers de la main.

      Il me semble en tout cas qu’en France il faut exiger au plus vite la fin de l’obligation du « pseudo mariage civil » avant le mariage religieux, le seul qui ait de la valeur, cela réglerait aussi de nombreux problèmes car encore une fois il n’y a pas de divorce religieux donc quelqu’un qui est marié-divorcé serait dans la même situation que quelqu’un qui est marié et a une maîtresse. De la même façon quelqu’un qui ne serait « marié » que civilement ne serait pas considéré comme marié qu’il soit baptisé ou non, cela éviterait de créer des différences stupides comme le fait le droit canon actuel (le mariage civil des non-baptisés est considéré comme valide alors que le mariage civil des baptisés n’est pas considéré comme valide).

  2. Pensez-vous donc que les avis des paroissiens ne seront pas filtrés et organisés comme souhaité, au fil de leurs remontées? On peut toujours rêver…

  3. A prendre ou à laisser says:

    Le commencement de la Fin ? ou La Fin du commencement?
    Espérons une fin du commencement la plus rapide possible A T O Finalement nous chrétiens vivons tous dans l’attente de cette fin qui nous révélera le Ressuscité

    Pour l’instant il faut tenir (TENET) Et prier comme les premiers chrétiens et les pères de l’Église martyrs pour leur foi…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com