Le pape François est devenu une star médiatique inquiétante ! Sa lune de miel avec la mastodonte presse de gauche n’est toujours pas consommée après plus de 5 ans à la tête du Vatican : sa popularité auprès des élites politiques internationalistes et des journaux cultes appartenant à l’establishment apatride est au beau fixe, signe effroyable sur les connections bergogliennes avec le monde des technocrates mondialistes.

Son extrémisme socialo-humanitariste idéologique et son regard post-soixantuitard avec lesquels il affronte les problèmes anthropologiques, économiques, sociétaux de notre époque post-moderne qui secouent dans leur fondement notre société occidentale en voie de décomposition ont fait de lui un ami des plus farouches détracteurs de l’Eglise catholique, de la civilisation chrétienne, de la loi naturelle, de l’Europe des nations.

Sa stratégie médiatique bien huilée est parfaitement en phase avec les exigences politiquement correctes du média mainstream qui l’attire comme un aimant : immanquablement il dit ce que les élites mondialistes veulent entendre.

L’actuel détenteur du trône pétrinien se met à la remorque de l’Esprit du Temps, comme jamais peut-être auparavant un pape conciliaire ne l’avait fait.

Que le pape François débite sur le sujet de l’immigration des messages qui pourraient être écrits par l’Open Society, fait froid dans le dos : ce démolisseur tant du dogme catholique que du monde européen, qui effraye le reste d’humanité attaché aux valeurs immortelles de patrie, de nation, de catholicité, de tradition, d’identité, s’attire les sympathies des extrémistes no borders et autres exterminateurs de la civilisation européenne millénaire. Il est l’équivalent religieux du mondialiste Georges Soros, bénéficiant de surcroît de sa position de pontife pour promouvoir « sa théologie mondialiste mortifère » !  

Les positions et les affirmations de Jorge Maria Bergoglio sur l’immigration confinent au fanatisme. Tout doit se plier, selon lui, aux exigences supérieures de l’immigré. L’accueil inconditionnel qu’il prône est absolu et absolutiste. En cela le pape François ne fait d’ailleurs que pousser jusqu’à sa plénitude la logique de la Constitution conciliaire Gaudium et spes qui énonce que le droit de la personne à émigrer est inscrit au nombre des droits humains fondamentaux.

Aux chrétiens qui s’insurgent contre cette invasion migratoire dévastatrice aux conséquences bouleversantes pour l’identité des nations européennes, le marxiste internationaliste utopiste argentin leur répond en les traitant d’égoïstes et d’individualistes qui méconnaissent l’amour du prochain. L’extrémisme immigrophile qui agite la pensée bergoglienne « banalise ce drame historique sans précédent que constitue cet exode de populations voulu par le pouvoir mondialiste en un simple problème d’égoïsme national des sempiternels Européens racistes et xénophobes » pour reprendre l’analyse d’un journaliste italien. Dans les mains du pape François cette belle vertu chrétienne qu’est la charité personnelle envers les pauvres, les humbles, les malheureux, qu’une myriade de saints a pratiqué jusqu’à l’héroïsme sans attendre ses admonestations humanitaristes, devient un levier sentimental pour faire politiquement avancer le projet mondialiste des élites cosmopolites.  

Ne faut-il pas lire dans cette optique mondialiste cette dernière déclaration ahurissante du pape qui proclame qu’il faut non seulement accueillir toute la misère du monde qui entre illégalement sur le sol européen mais qu’il faut en outre favoriser « le regroupement familial – y compris des grands-parents, des frères et sœurs et des petits-enfants – sans jamais le soumettre à des capacités économiques» ?

Ainsi les citoyens d’un pays dans lequel arrive clandestinement un immigré devront, comble du comble, subvenir à la famille de ce dernier au sens large au nom d’une intégrité familiale que le migrant lui-même a désintégrée ! On peut être étonné par ailleurs de voir ce pape qui avec son Exhortation Amoris Laetitia a mis à mal le sacrement de mariage, fondement de la pérennité de la famille chrétienne, s’inquiéter de l’unité familiale des clandestins en majeur partie mahométans. Décidément l’altruisme de l’hôte du Vatican est à géométrie variable !

Pour le pape-people sud-américain, tiers-mondialiste et internationaliste, il semblerait bien que l’immigration globale soit devenue un phénomène qu’il veut rendre irréversible, comme la réforme liturgique issue de Vatican II. Il est vrai que pour les tenants du Progrès, idéologie créatrice de chaos et de re-création diaboliquement humaine, la marche en avant progressiste vers des lendemains meilleurs n’a pas de fin… Le déracinement de millions de personnes loin de leurs terres, de leurs coutumes, de leurs traditions n’est-il pas d’ailleurs un avantage pour réaliser ce qui tient si à cœur au pape François, comme à sa façon à son alter-ego Soros : l’œcuménisme intégral et l’avènement en la croyance plurielle en un Dieu unique des religions ?

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

5 commentaires

  1. Horace says:

    Est-ce que le Pape est marié ? Car s’il l’était, il saurait que la notion de « patrie » regroupe l’attachement à nos familles, nos villages, nos paysages, nos champs, nos bois, voisins et aussi nos jobs et nos entreprises. On ne partage pas cela sans mettre en danger nos propres familles et nos biens acquis par le travail de plusieurs générations. Mais lorsqu’on n’a pas de famille, …. lorsqu’on n’est pas responsable du devenir de ses enfants et petits-enfants, on peut tout proclamer. Lors des premières années du christianisme les plus riches vendaient leurs biens pour les partager avec les plus pauvres. En finale, ils étaient tous pauvres. Cette expérience n’a pas duré. La société a besoin de richesse et heureusement qu’il y a des gens audacieux qui investissent cette richesse dans des ateliers et des entreprises. Préparons nous à la future crise de pauvreté générale. Ce sera l’égalité sociale tant recherchée depuis des lustres.

    • Serviteur says:

      Bien vu.

      Mais, vous savez, ce n’est pas parce que certains audacieux développent les richesses, que cela rend plus facile l’entrée d’un riche au Paradis.

      Si tout le monde était riche, alors le paradis serait vide.

      Ce n’est pas moi qui le dit, c’est le Christ ; « Il est plus facile pour un chameau de passer par le trou d’une aiguille, que pour un riche d’entrer au royaume des Cieux. »

      Je n’ai rien contre les « riches », j’ai pitié d’eux car c’est une parole lourde de conséquences.

  2. Apocalypse de Saint Jean chapitre 3 versets 11 et 12 :
    Je vis ensuite une autre Bête monter de la terre; … Elle parlait à la dragonne…elle amenait la terre et tous ses habitants à adorer la première Bête.

    • Isaïe says:

      Bonjour
      Je pense que vous avez oublié la touche 1 puisque ce texte concerne Apocalypse 13.
      Ici je prends la Bible Nouvelle traduction de chez Bayard.
      « Je vis une autre bête monter de la terre; elle avait deux cornes comme un agneau et elle parlait comme un dragon. Tout le pouvoir de la première bête, elle l’exerce en sa présence et elle fait que la terre et ses habitants se prosterneront devant la première bête, celle dont fut guérie la plaie mortelle »
      La première bête est l’OTSC c’est à dire l’ex URSS Qui fut ruinée puis qui, comme on le voit de plus en plus clairement redevient de plus en plus puissante. Les deux petites cornes sont celle de deux petites puissance. Je pense à la bande de Gaza qui continue le pacte réazlisé entre le moufti de Jérusalem et Hitler en 1942 et le Liban qui acclama Hitler en 1939 (ou 38, je ne me souviens plus). La bête au sept Têtes est donc la Russie et ses alliés (voir les peuples nommés dans Ezechiel ch.38: Meschec est Mosc des assyriens, Togarma est l’Arménie. Dans ce texte nous pouvons voir que l’es empire Perse est allié avec cette puissance ainsi que d’autres peuples dont Puth (L’Afrique du nord), L’éthiopie (Littéralement Kusch) l’Afrique de l’est et peut-être le sud (ou l’est) de l’Arabie.
      Les commentaires qui sont à ma disposition donnent les mêmes données.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com