pape-philippines

Les médias d’habitude si critiques envers l’Eglise et si prompts à s’attaquer à sa doctrine se font des gorges chaudes des paroles prononcées par le pape François dans l’avion qui le ramenait des Philippines à Rome.

« C’est vrai que l’ouverture à la vie est condition du sacrement de mariage. Un homme ne peut pas donner ce sacrement à une femme et une femme à un homme s’ils ne sont pas d’accord sur le fait d’être ouvert à la vie. À tel point, que si l’on peut prouver que quelqu’un s’est marié avec l’intention de ne pas être « catholique », le mariage est déclaré nul. La non ouverture à la vie est cause de nullité matrimoniale. […]

Le refus de Paul VI (de la contraception, ndlr) n’était pas lié seulement à des cas personnels – il dira aux confesseurs d’être compréhensifs et miséricordieux – : il voyait le néo-malthusianisme universel existant, à travers lequel les puissances cherchaient à contrôler la natalité. […]

Cela ne signifie pas que les chrétiens doivent faire des enfants en série. J’ai admonesté une femme qui en était à sa huitième grossesse après sept césariennes ; je lui ai dit : « Vous voulez que vos enfants soient orphelins ? ». Il ne faut pas tenter Dieu… Mais je voulais dire que Paul VI a été un prophète. »

Comme dans tout discours moderniste, ces paroles contiennent du vrai et du faux : il est vrai que le refus de la procréation entraîne une nullité du mariage. Mais pour ce qui concerne la contraception, même si le « malthusianisme universel » est une réalité, ce n’est pas la raison de la condamnation de la contraception.

La contraception est une atteinte à l’ordre voulu par Dieu pour sa création : l’acte sexuel a pour finalité première la procréation, ce qui ne veut pas dire que la procréation est nécessaire à sa légitimité, mais que l’ouverture – ou la possibilité – à la procréation est nécessaire. Or la contraception – avec pour seul but d’exclure volontairement toute possibilité de procréation – dissocie l’acte sexuel de sa fin et introduit un désordre naturel dans le couple et un désordre spirituel. Il est une atteinte à Dieu.

Et le pape d’ajouter « il dira aux confesseurs d’être compréhensifs et miséricordieux », ce qui est très dangereux : bien sûr que la miséricorde est le propre des confesseurs, car le confesseur est là pour pardonner au nom de Dieu par le sacrement de pénitence. Mais une telle miséricorde ne peut s’exercer que par le repentir sincère et donc accompagné d’une volonté déterminée de rectifier son comportement. On est bien loin d’une miséricorde bien vague visant quelque part à accepter la contraception.

Profitant d’une fausse condamnation de la contraception, le pape s’attaque ensuite ni plus ni moins aux familles nombreuses, prenant pour cela un cas bien isolé et assez hypothétique d’une femme enceinte de son 8ème enfant après 7 césariennes. Il lance alors ces paroles :

« Certains croient, excusez-moi du terme, que, pour être bons catholiques, ils doivent être comme des lapins ! »

A l’heure où les instances internationales utilisent tous les moyens pour imposer aux Philippins la contraception, à l’heure où, au milieu de grandes tribulations, ce peuple garde la Foi envers et contre tout, ces paroles sont une insulte aux Philippins et aux catholiques du monde entier.

Pourquoi le pape se préoccupe-t-il d’abord d’un cas exceptionnel d’une femme ayant eu une césarienne alors que le danger massif est celui des femmes qui mettent en danger leur santé par la pilule ? Le pape François ignore-t-il que c’est dans les pays catholiques que le taux de fécondité est hélas le plus faible, et ce depuis plus d’un siècle ? Le pape François ignore-t-il par exemple que le taux de fécondité de l’Italie du nord était déjà en dessous du seuil de renouvellement dès la fin du XIXème siècle ?

A l’heure où les pays chrétiens connaissent un vieillissement de leur population qui déséquilibre gravement les équilibres économiques et détruit les structures sociales et sociétales, le pape ne trouve rien de mieux que de dénoncer les familles nombreuses !

Le pape Pie XII avait un autre langage :

« Un berceau consacre la mère de famille plusieurs berceaux la sanctifient et la glorifient devant son mari et ses enfants, devant l’Église et la patrie. Elles s’ignorent elles-mêmes et ce sont de malheureuses insensées, ces mères qui se lamentent lorsqu’un nouvel enfant se presse contre leur sein pour y puiser un aliment de vie. Ce n’est pas aimer le bonheur de son foyer que de gémir sur la bénédiction de Dieu, alors que Dieu est là qui l’entoure et le développe. L’héroïsme de la mater­nité est la fierté et la gloire de l’épouse chrétienne. Quand sa maison est vide, quand il y manque la joie d’un petit ange, sa solitude se tourne en prière et en invocation à l’adresse du Ciel ; ses larmes se mêlent aux pleurs d’Amie qui, à la porte du Temple, supplie le Seigneur de lui faire don de Samuel (1 Rois I).

Chers jeunes époux, élevez donc constamment votre pensée à la considération de votre responsabilité pour la sereine joie de la vie conjugale, dont vous connaissez aussi les difficultés et les charges. » Discours aux jeunes mariés du 25 février 1942 – Pie XII

Xavier Celtillos

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

33 commentaires

  1. Christiane says:

    Les loges maçonniques ont infiltré Rome et,depuis Vatican II, l’Eglise catholique, en la personne du pape, soumis au diktat de ces dernières, n’est plus un obstacle au NOM dont le but est la disparition de l’Eglise et de toutes les religions refondues dans la laïcité universelle devenue la nouvelle religion mondiale; c’est à dire le règne de Satan.
    La liberté des cultes, l’oecuménisme à l’envers et la soit-disant fraternité qui devrait en découler ne sont ni plus ni moins que la réplique de « liberté, égalité, fraternité » frappés par les loges lucifériennes, qui forment les (fausses) valeurs de notre « république ». Toutes ces soit-disant valeurs dont se gargarise notre république, existent-elles vraiment? Non, elles n’existent que lorsqu’elles sont à l’avantage de la mafia qui nous gouverne depuis des décennies,et que l’église conciliaire se garde bien de combattre.

  2. Merci à l’auteur de cet article de nous avoir donné l’occasion de relire ce si beau discours de Pie XII.
    Cela nous réconforte et nous conserve dans la bonne doctrine.

  3. Faustine says:

    Vous êtes bien sévère avec le Pape François. Manifestement, vous ne l’aimez pas… et faites comme les journalistes : comme eux, vous extrapolez ses paroles, chacun dans le sens qui l’arrange…
    En réalité, le Pape, comme ses prédécesseurs, appelle les couples chrétiens à l’ouverture à la vie… dans le cadre, bien sûr, d’une paternité et à d’une maternité RESPONSABLES.
    Et je n’ai pas vu qu’il encourageait à user de moyens illicites !

    • Xavier Celtillos says:

      Madame,

      A aucun moment je n’ai dit que le pape encourageait les moyens illicites. Je dis simplement qu’il détourne – ou déforme – la cause de la condamnation des moyens contraceptifs, qui ne sont pas condamnés parce qu’ils sont malthusiens, mais parce qu’ils sont contraceptifs tout simplement ! Et il est vrai hélàs, que si la contraception n’est plus condamnée en tant que tel, de façon intrinsèque, cela ouvre de facto la porte à une contraception qui serait légitime si elle n’est pas malthusienne ! D’où le glissement vers une soi-disant miséricorde que le pape se garde bien de définir comme étant conditionnée au repentir.

      La question n’est pas d’aimer ou de ne pas aimer le pape. La question est de savoir si sa doctrine est catholique ou pas. Normalement, ce type de question ne devrait pas se poser, mais force est de constater qu’avec le pape François, la réponse devient une évidence.

      • Il est dommage que vous ayez tronqué l’information.
        Le Saint-Père a été explicite (même si la plupart des journalistes n’ont apparemment pas entendu ce passage): la contraception naturelle n’est nullement contradictoire avec l’engagement du mariage catholique.
        En plus, elle est à la portée des plus pauvres, puisqu’elle est totalement gratuite (évidemment, ça ne fait pas marcher le commerce); et, conforme à l’écologie chrétienne, elle ne pollue pas la planète.

        • D’ailleurs, plutôt que « contraception naturelle », qui est une formulation ambigüe, il serait plus pertinent d’employer une expression comme « méthode naturelle de paternité responsable ».

        • Xavier Celtillos says:

          Je ne crois pas avoir tronqué l’information, mais il faut accepter de voir la réalité : le pape condamne la contraception dans le cadre d’une application malthusienne, et affirme que c’est ce qu’a dononcé Paul VI dans son encyclique.

          Or ceci est faux. La contraception est condamnée en elle-même, en tant que fermeture de l’acte conjugale à la vie. Un point c’est tout.

          Que la réalité malthusienne existe et que nous devions la combattre c’est une chose, mais ce n’est pas la cause de la condamnation de la contraception. Une tel changement de référence est gravaissime.

          De plus, parler de régulation naturelle peut être légitime, car la régulation naturelle ne ferme pas en soit toute possibilité procréative. Mais user de méthodes naturelles dans une optique purement contraceptive n’est pas légitime selon le magistère de l’Eglise.

      • Voyons !
        Faustine a raison. En effet, vous faites bien un faux procès au Pape !
        Car, faisant constamment référence à Humanae Vitae, il condamne de fait la contraception, contrairement à ce que vous affirmez faussement,
        vu que cette encyclique la condamne fermement. Mais peut-être n’avez-vous lu qu’entre les lignes ce si beau texte que lui-même déclare « prophétique » ?

        • Xavier Celtillos says:

          Le pape fait référence à Humanae Vitae certes, mais déforme les propos de l’encyclique.

          En effet, comme je l’ai indiqué, le pape condamne la contraception dans le cadre d’une application malthusienne, et affirme que c’est ce qu’a dononcé Paul VI dans son encyclique.

          Or ceci est faux, ce n’est pas le sujet d’Humanae Vitae. La contraception est condamnée en elle-même dans Humanae Vitae, et avant par Pie XII, en tant que fermeture de l’acte conjugale à la vie. Un point c’est tout.

          • M. Celtillos,

            Vous avez bien fait d’écrire ce texte.
            Si François 1er est bien le chef légitime de l’Eglise légitime, il ne fait pas toujours honneur à sa charge, et de moins en moins je le crains. Et ce n’est pas parce que vous et moi « aimez ou n’aimez pas le pape » (ce serait discuter sur la papolâtrerie ! c’est inutile, futile).

            Ce que François 1er a exprimé de façon parfois triviale et en tout cas offensante pour les familles nombreuses (j’en fait partie : ma mère n’aurait guère aimé cette ‘petite phrase’ que je ne crois pas maladroite, mais dite sciemment) nous éloigne de plus en plus du Magistère que Pie XII que vous citez à bon escient.
            C’est lamentable de parler de façon à la limite de la vulgtarité, et contrairement à ce que pensent certains dans ce forum de discussion, si prompts à défendre François 1er tenant des propos démagogiques, ce n’est pas servir le Magistère infaillible que de parler de la sorte.

            Qu’allons nous devenir – à horizon terrestre bien sûr – si le successeur de Saint Pierre accumule des propos qui ne l’honorent ni nous honorent, nous qui voulons rester fidèles à l’enseignement de Jésus-Christ ?

  4. Franchement, je suis à deux doigts d’adhérer aux thèses de Louis Hubert Remy ! (en cours de réflexion, vraiment…).

    • Xavier Celtillos says:

      Cher monsieur,

      Il y a un constat terrible de la crise de l’Eglise : nous ne le comprenons pas, mais nous le constatons. Il a aussi la promesse du Christ, que « les portes de l’enfer ne prévaudrons point contre elle ». Nous sommes là devant un mystère qui demande beaucoup de Foi. Posons cet acte de Foi.

      La danger est de vouloir tout comprendre, l’élaborer des hypothèses. En tant de crises, contentons nous de nous accrocher à ce qui est certains, laissant à un futur apaisé et redevenu stable de définir et d’expliquer ce qui s’est passé en en donnant les raisons.

      Regardons le Christ : l’un de mes amis prêtre me disait récemment, que même au moment où le grand prêtre blasphème devant le Christ, même au moment il cherche à faire condamner le Messie, jamais le Christ ne dénie l’autorité et les prérogatives de ce malheureux. C’est sans doute un exemple à suivre dans ces instants tragiques. Gradons ce regard sur la passion, c’est le meilleur moyen de ne pas sombrer.

      • Faustine says:

        Alors donc, plutôt que d’écouter Paul VI, Jean-Paul II, Benoît XVI ou le Pape François, qui ont tous tort, selon vous, il faut s’en remettre à M Xavier Celtillos ?
        L’humilité, cher monsieur, n’a pas l’air de vous étouffer.

        • Xavier Celtillos says:

          Madame,

          Je vous donne des arguments, textes et magistère à l’appui. Vous préférez l’invective à l’argumentation. C’est un peu faible.

      • Merci pour votre réponse Mr Xavier Celtillos.
        Comme je le disais, je suis en cours de réflexion…
        Rien de déterminé donc mais vous avez bien raison : faut franchement resté accroché.

        Récemment, un collègue de travail, chez les conciliaires me disait que les fidèles donnaient de moins en moins d’importance à La Très Sainte Vierge Marie, Mère De Dieu.

        Bref, le fruit de la destruction de ces derniers Papes d’où le fait que j’ai énormément de mal avec à me dire qu’ils ont été Pape…

        La thèse du Cardinal Siri qui aurait été Pape est aussi quelque chose de bouleversant en soit.
        Faut voir. Je tiens tout de même a creusé le sujet même si, au départ, la thèse de « la chaise vide » me laisse perplexe.

      • excellente réponse, Monsieur Celtillos.
        On peut souffrir des iniquités et des manquements offensants des « grands prêtres » d’hier et d’aujourd’hui, mais on doit le vivre et le combattre aussi dans la foi et ne jamais renier ce que le Christ nous a enseignés par des « petits prêtres » qui n’ont pas fait 10 années de théologie ! Merci et grâce leur soient rendues !

    • C’est que vous n’êtes pas obligé d’adhérer à l’une ou l’autre thèse, remarquez ! Le sédévacantisme est une opinion. Par conséquent, elle est libre.
      Pour ma part, je la tiens en effet, au vu des circonstances, comme « plus probable » (je suis une scientifique, je parle donc ici comme tel) que sa contraire. Cependant, il n’y a que je sache – et croyez que j’ai énormément cherché – aucun moyen d’avoir une certitude ni dans un sens ni dans l’autre.
      Il nous sied donc d’attendre qu’un jour un véritable pape catholique tranche la question…si Dieu le veut. En attendant, croire qu’un pape peut être hérétique ou au contraire penser qu’un hérétique ne peut pas être pape ne change rien à la pratique à avoir concernant ce qu’on doit penser de des hérésies du personnage. Ces hérésies, elles, ne sont pas une opinion plus ou moins probable, mais bien un FAIT avéré.

    • Alexis de Butler says:

      GI voici un article qui devrait vous éclairez entièrement face a la logique simpliste du sédévacantisme prônée, entre autres, par Louis Hubert Remy:

      http://www.la-question.net/archive/2010/10/23/la-papaute-de-droit-divin.html

      Vive le Christ Roy!

  5. Joseph J says:

    Ce titre est incorrect. Le pape n’a pas critiqué les familles nombreuses, il a uniquement dit qu’il n’était pas nécessaire d’avoir une famille nombreuse pour être un bon catholique. Il est en cela tout à fait en ligne avec la doctrine catholique de paternité responsable (CEC 2368), et il a rappelé quels étaient les moyens licites. Il est regrettable que les médias n’en garde que les phrases chocs, mais je constate qu’avec ce titre, vous faites de même (qui plus est de manière erronée), ce qui est tout à fait regrettable.

    • Xavier Celtillos says:

      Vous avez certainement raison sur le fait que le titra ait été mal choisi : je l’ai donc modifié.

    • L’article avait pour but aussi de montrer également « qu’en s’attaquant » aux familles nombreuses, le pape manquait sa cible : outre le raccourci du pape, qui sera en fait peut-être un encouragement – pour les couples pas assez formés – à limiter le nombre de naissances (sans motif licite), ces propos découragent toutes les familles ouvertes à la vie et qui désirent le rester … C’est lamentable !

      • Joseph J. says:

        Ce serait vrai si le pape n’avait pas parlé en d’autres occasion en de termes très élogieux des familles nombreuses, voire fustigés qui n’est pas ou pas assez ouvert à la vie. On peut regretter peut-être que le pape aurait pu être plus prudent et prévoir que ses propos allaient être amplifiés très au delà de ce qu’il dit habituellement et déformés, mais le pape souligne ce que l’église a toujours dit en maintenant les deux bords : ouverture à la vie et parenté responsable. On ne peut pas plus lui reprocher l’interprétation stupide qui est faite de ses propos que celle délirante qui a parfois été faite de ceux de Benoit XVI (malgré la clarté exceptionnelle avec laquelle ce dernier s’exprimait).

  6. Joseph J. says:

    Pour votre gouverne, voici les termes élogieux dans lequel le pape François parle (vraiment) des familles nombreuses, bien loin du procès d’intentions que vous lui faites :

    http://fr.radiovaticana.va/news/2014/12/28/le_pape_fran%C3%A7ois_re%C3%A7oit_des_centaines_de_familles_nombreuses/1116218

  7. Garantez says:

    Ce Pape est une anguille et un démagogue, selon qu’il est entendu par tel ou tel, il chante une chanson complètement différente, alors forcément, tout le monde y trouve son compte … ou plutôt personne, et en tous cas, pas ceux qui cherchent un vrai Pasteur …

  8. Bonjour,
    merci pour cet article, très pertinent.

    Après il y a une question qui me taraude. Que la pilule ou les moyens de contraception n’aillent pas dans la même direction de l’Eglise, je le conçois et il est évident que les recommandations de l’Eglise de toujours sur la contraception naturelle sont, d’essence même, supérieures, ne serait-ce que sur le raisonnement ou la sante.

    En revanche, il ne me semble pas que le mode de vie actuel soit compatible avec une contraception naturelle de masse.
    Le premier obstacle est l’évolution des moeurs. Ceux qui disent que le meilleur est l’attente n’ont surement pas du séduire depuis 20 ou 30 ans, peut-être n’ont même jamais séduit réellement ou ont oublié a quel points ils étaient encore plus pressés que les jeunes actuels de « conclure » !
    La hiérarchie amoureuse d’une fille actuelle, a fortiori dans les grandes villes, est la suivante:
    Dating (sortir ensemble, passer des moments seuls) -> sex friend (amis avec relations sexuelles) -> relation exclusive (soit sexfriend avec embryon de relation/sentiments) -> boyfriend (petit ami officialisé) -> couple (vie commune) -> mariage.
    J’oublie surement des étapes mais ces réflexions sont compatibles avec les travaux du sociologue stephane edouard.
    Autrement dit, pour passer à la dernière étape, il faut valider celles avant (même instantanément). Vous remarquerez qu’il y a un flottement entre le début du sexe et l’hypothèse des enfants. Comment être en accord avec l’Eglise tout en respectant les étapes ?
    Ensuite, et c’est ce qui me semble le plus grave et profond, notre mode de vie n’est plus compatible avec la contraception naturelle.
    Ou devrais-je dire directement que le loup est le salariat féminin.
    Il est impossible aujourd’hui de vivre convenablement avec un seul salaire pour un ouvrier ou un petit employé.
    Pour une femme lambda, un enfant non désiré en période de chômage ou pire, d’études, est une catastrophe. Surtout si elle est dans une phase de sa vie femme et pas encore mère. Tant qu’on y est, rajoutons que la relation amoureuse avec cet homme en est au début.

    Alors, bien sûr il faut se battre contre l’avortement, la débauche, l’eugénisme mais il faut bien comprendre que même si l’Eglise a raison, son message ne peut être appliqué massivement aujourd’hui car le mode de vie capitaliste pressant comme des citrons des salariés esclaves ne laisse pas de place pour l’imprévu d’un enfant.
    Alors, tout en combattant ce mode de vie voulue par les multinationales et les 68ards mais que nous subissons contre notre volonté, il me semble que la contraception de type préservatif et pilule est un moindre mal, en l’attente de jours meilleurs. Car il ne faut pas tenter le diable non plus, le premier des combats est l’avortement et par analogie si l’accouchement sous X n’est pas idéal, il est un moindre mal par rapport à l’avortement et compatible avec le mode de vie actuel.
    Pensez-vous comme moi que rappeler la hiérarchie naturelle et incontestable de l’Eglise ne doit pas faire oublier qu’il s’agit d’un objectif, d’une direction vers laquelle tendre, chacun avec ses moyens mais aussi ses possibilités…..

  9. garantez says:

    On doit viser le bien et pour cela ne pas envisager le mal.
    Votre démonstration est assez vague et part d’une mauvaise base: le mode de vie actuel contre lequel précisément nous devons nous dresser.
    Je connais nombre de familles véritablement catholiques qui,avec la grâce de Dieu qui ne nous manque jamais, et en faisant des sacrifices, réalisent l’idéal chrétien…
    La base de leur raisonnement, il est vrai, n’est pas de s’aligner sur un constat défaitiste…
    Hauts les coeurs !

  10. Manjulika says:

    Juste une question : les photos n’ont aucune source ? Quelle est la source de la photo du pape faisant le signe satanique ? Les montages sont tellement courants que, selon moi, une information sans source n’est pas crédible.

    Merci !

    • Pierre-Alain Depauw says:

      La photo est prise lors du déplacement du Pape François aux Philippines. Cet étrange positionnement qu’on appelle le signe des cornes a plusieurs interprétations selon diverses superstitions et en fonction des coutumes locales.
      Nous y reviendrons ultérieurement.

  11. Gilbert says:

    Sans se torturer la cervelle pour se demander ce que le Pape a bien pu vouloir dire exactement, une fois de plus, il est manifeste que cette expression est vulgaire dans la bouche du descendant de Saint-Pierre et que les familles nombreuses peuvent se sentir dévalorisées.

  12. Pearl says:

    « Si donc quelqu’un dit que ce n’est pas par l’institution du Christ ou de droit divin (iure divino), que le bienheureux Pierre a des successeurs perpétuels (perpetuos successores) dans sa primauté sur l’Église universelle,

    ou que[u] le Pontife romain n’est pas le successeur du bienheureux Pierre en cette primauté[/u],

    [b]qu’il soit anathème. [/b]»

    (Constitutio dogmatica Pastor Aeternus § 2. De perpetuitate primatus beati Petri in Romanis Pontificibus, Vatican I, 1870).

    http://www.la-question.net/archive/2010/10/23/la-papaute-de-droit-divin.html

  13. le gall says:

    Ce pape, et le type à côté, ne peut pas être inconscient de la symbolique des gestes de la main. c’est stupéfiant !

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com