Le pape François, lors du voyage de retour d’Égypte à répondu aux questions des journalistes présents dans l’avion. Virginie Riva, d’Europe 1, a posé une question, tendancieuse dans sa formulation, concernant l’élection présidentielle française :

«Vous avez parlé à l’université Al Azhar des populismes démagogiques. Face à la tentation du vote populiste ou extrême en France, quels éléments de discernement pour les électeurs catholiques ? »

Le pape a donné une réponse mitigée. Sans prendre parti ouvertement contre la candidate de la droite « forte » comme il dit, il a cependant expliqué que « l’Europe est en danger de se dissoudre », ce qui est une indication que son cœur balance vers ceux qui défendent la construction européenne. Il a évoqué également le problème de l’immigration qui fait « peur », en insistant à nouveau sur cette idée cosmopolite que l’ Europe serait le fruit de multiples migrations, venues d’on ne sait où. Alors que les migrants des siècles passés, particulièrement au temps des grandes invasions des premiers siècles de notre ère, qui ont migré en Europe étaient issus d’un tronc commun européen et racial. Et à partir du Ve siècle et des siècles successifs, les Européens, tout en conservant la spécificité de chaque peuple et de chaque nation, ont lentement été unis par une même foi religieuse, le christianisme, source d’unité civilisationnelle et culturelle. Rien de comparable donc avec les migrations extra-européennes et surtout musulmanes d’aujourd’hui !

A partir de 3 minutes 20 :

« Il y a le problème de l’Europe et le problème de l’UE, a donc commencé par répondre le pape François à madame Riva. Ce que j’ai dit de l’Europe je ne le répéterai pas ici. J’en ai déjà parlé. (…)

Chaque pays est libre de faire son choix devant cette question. Je ne peux juger si ce choix est fait pour ce motif de l’Europe ou pour un autre parce que je ne connais pas la politique intérieure. Ce qui est vrai, c’est que l’Europe est en danger de se dissoudre. Cela est vrai. (…) Nous devons méditer sur cela seulement, l’Europe qui va de l’Atlantique à l’Oural.

Il y a un problème qui fait peur à l’Europe et qui peut-être alimente le problème de l’immigration. Cela est vrai. Mais n’oublions pas que l’Europe a été faite par les migrants, des siècles et des siècles de migrants. Voilà ce que nous sommes. C’est un problème qu’il faut bien étudier et aussi respecter les opinions mais les opinions honnêtes. C’est une véritable question politique, la grande politique, avec un « P » majuscule, et non avec la petite politique du pays qui se termine à la fin par une chute.

Sur la France, je vous le dis sincèrement. Je ne comprends pas la politique intérieure française. (…) Des deux candidats politiques, je ne connais pas l’histoire, je ne sais pas d’où ils viennent. Oui, je sais que l’un représente la droite forte, mais l’autre vraiment, je ne sais pas d’où il vient. Pour cela je ne peux pas donner une opinion claire sur la France. (…)»

Et comme le venin est dans la queue, voici la conclusion :

«  Les populismes ont un rapport avec les immigrés. Mais ce n’est pas le sujet du voyage. »

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Philibert says:

    L’Europe a été faite de migrants… Mais bien sûr, et les migrants nous ont apporté prospérité depuis leurs pays tout pauvres du fin fond de l’Afrique et d’Asie ou d’Amérique, ce pourquoi d’ailleurs c’est nous qui les avons découvert et non l’inverse…

    J’espère vraiment que Marine Le Pen ne passe pas. Cela serait trop facile pour l’establishment de justifier la faillite de la situation qu’ils ont créé depuis 60 ans et de prendre les Français qui en ont marre comme responsables. De toute façon, la France est coincée, le nombre de Français avec les yeux fermés est trop important, surtout chez les cathos.

  2. Claude says:

    Le Pape François s’est vu remettre le prix Charlemagne il me semble…qui récompense les personnalités actives à leurs niveaux de responsabilité dans la déconstruction de l’Europe civilisation au profit du projet d’une Union Fédéraliste Européenne, structure technocratique au service de la financiarisation du monde et de l’économie, de l’asservissement des peuples à l’idéologie cosmopolite mondialiste.

    « Sur la France, je vous le dis sincèrement. Je ne comprends pas la politique intérieure française » …Tout est dit !

    Sa réponse est donc conforme à ce qu’il fallait en attendre. Ce Pape ne connait ni l’Histoire, ni la culture de ce continent et de la France, pays dont on dit qu’elle est fille ainée de l’église dont il est le chef !

    Ou alors cette connaissance ne l’intéresse pas plus que ça ! Il y a peut être des raisons objectives à cela.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Partenariat_Euromed

    http://www.iss.europa.eu/uploads/media/ISSreport03.pdf

    Paragraphe 3 du Chapitre II intitulé « Enjeux Essentiels » de ce document pdf

    – 3. Mise en œuvre d’une approche positive à l’égard des migrants et de leurs communautés.

    Les migrants sont des acteurs du processus de Barcelone en tant que migrants, et non en tant que menace pour la sécurité. De fait, traiter la question de la migration selon les principes et les valeurs de la Déclaration de Barcelone(1) a représenté un défi de taille pour les relations euro-méditerranéennes, et à plus forte raison maintenant que la question de la migration occupe une place centrale dans le discours politique et dans le domaine de la sécurité en Europe.

    Par ailleurs, le processus d’intégration euro-méditerranéenne en une région unique ne pourra pas se faire si la dimension humaine en est exclue, notamment si l’autre est perçu comme un problème et non comme une chance.

    Il est de la plus haute importance de traiter les communautés de migrants comme des acteurs à part entière de la coopération euro-méditerranéenne.
    Les fonds qu’ils envoient génèrent des investissements ; eux-mêmes peuvent à leur tour contribuer aux transferts de technologie, voire faire passer en Afrique du Nord leur vision et leur expérience de l’Europe. Simultanément, il est essentiel de mettre fin aux comportements xénophobes à l’égard de ces communautés de migrants en Europe.
    Cette question a eu des effets néfastes sur la capacité du processus de Barcelone à rendre les migrants acteurs des relations euro-méditerranéennes et cet échec a contribué à la montée de la xénophobie dans les pays européens.

    L’un des principaux objectifs de l’Union pour la Méditerranée doit donc être de changer cette approche à l’égard à la fois de la migration et des communautés qui en sont issues afin de dynamiser la dimension humaine du Partenariat.

    L’Union proposée devrait également faire de la lutte contre la xénophobie l’une de ses priorités, conformément aux principes énoncés dans la déclaration de Barcelone, dans laquelle il est clairement précisé que les partenaires soulignent l’importance de lutter résolument contre les phénomènes racistes et xénophobes et contre l’intolérance et conviennent de coopérer à cette fin.-

    Charlemagne a contribué à la christianisation du continent européen…le prix qui le commémore est décerné à ceux qui contribuent à sa déchristianisation….

    Tout va bien dans le monde de l’inversion…..

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com