Hier samedi 13 mai 2017, dans l’avion de retour de Fatima, le pape François a répondu aux questions des journalistes lors de la désormais traditionnelle conférence de presse en haute altitude.

Ces derniers mois, différents quotidiens italiens et français pronostiquaient une possible reconnaissance de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X le 13 mai au Portugal par le pape argentin. Cette régularisation, qui aura pour base un accord canonique et érigerait la congrégation fondée par l’évêque traditionaliste Mgr Lefebvre en prélature personnelle avec à la tête un prélat choisi par le pape, n’a pas eu lieu comme escompté par certains.

Ces derniers jours des remous au sein de la dite Fraternité ont à nouveau attiré sur elle le regard de différents acteurs de la vie religieuse et de journalistes.

Nicolas Senèze, du journal La Croix, a interrogé le pape François sur cette question d’accord qui sème la désunion entre les membres de la congrégation  :

(à partir de 6’’47) «Question :  La FSSPX a une grande dévotion pour Fatima. Un accord est-il pour bientôt ? Quels sont les obstacles ? Ce serait le retour triomphant de fidèles qui montrent ce que signifie être vraiment catholique ? »

«Pape François : J’écarterai toute forme de triomphalisme, totalement. Il y a quelques jours, la Feria IV de la congrégation pour la Doctrine de la foi – on l’appelle la Feria IV car ce conseil se réunit le 4e mercredi du mois – a étudié un document. Mais je n’ai pas encore reçu ce document. J’étudierais ce document. C’est la première chose.

Deuxièmement : les rapports actuels sont fraternels. L’année dernière, je leur ai donné (aux prêtres de la Fraternité Saint Pie X, ndlr) à tous, la permission pour la confession. J’ai aussi accordé une forme de juridiction pour les mariages.

Mais déjà avant, les problèmes qui devaient être résolus par la Congrégation pour la Doctrine de la foi, la Congrégation les traitait. Par exemple, les abus (sexuels, NDLR): les abus chez eux, ils nous en référaient. Idem pour la Pénitencerie (le tribunal du Vatican, ndlr) et la réduction à l’état laïc d’un prêtre.

Il y a des rapports fraternels. Avec Mgr Fellay, j’ai un bon rapport. Nous avons parlé plusieurs fois. Je ne veux pas brusquer les choses. Il faut cheminer, cheminer, cheminer… Et après, on verra.

Pour moi, ce n’est pas un problème de gagnants ou de perdants mais de frères qui doivent cheminer ensemble cherchant la formule qui permet de faire des pas en avant.»

Dans la pratique, la Rome moderniste et Mgr Fellay de la Fraternité Saint Pie-X cheminent ensemble pour aboutir à un accord, c’est-à-dire à « une formule qui permet de faire des pas en avant. » Peut-être d’ailleurs que cette formule est contenue dans ce nouveau document que la Congrégation de la Doctrine pour la Foi doit soumettre au pape afin qu’il l’étudie ? L’avenir nous le dira.

Mais la vraie question que l’on doit se poser est si ce pape révolutionnaire et à l’enseignement si éloigné de la saine Tradition catholique peut objectivement dispenser des brevets de catholicisme à quiconque et édicter une « formule » vraiment catholique ?

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

12 commentaires

  1. denis says:

    Ce matin à St-Nicolas-du-Chardonnet, l’abbé Bouchacourt justifiait son coup de force contre les sept prêtres s’opposant aux velléités de ralliement de Mgr Fellay.
    L’abbé de La Rocques a disparu, l’abbé Puga devient le nouveau curé par intérim.
    On n’est plus dans le cycle de Noël, mais une forte odeur de sapin flotte sur la paroisse.

  2. Sanfard says:

    Quand François met les pieds quelque part, on est sûr qu’il va introduire la discorde et la destruction !

  3. louis says:

    A la grand messe de Jeanne d’Arc, l’abbé Bouchacourt est monté en chaire pour justifier sa décision de suspendre les doyens signataires de la lettre (au sujet du mariage) publiée dans « Le Chardonnet » du mois de mai dont tous les exemplaires avaient disparu des présentoirs. C’est alors qu’en silence et respectueusement environ un quart des fidèles présents se sont levés pour sortir et qu’un petit groupe a entonné un chapelet chanté, ce qui n’a pas déstabilisé l’abbé répétant que la Fraternité resterait fidèle aux sacrements et à la messe de toujours. Promesse qui ne veut rien dire sur le fond. Après cette troublante homélie, les personnes qui s’étaient retirées ont regagné leur place et participé à la messe normalement.

  4. pamino says:

    J’ai toujours pensé qu‘il ne faut interrompre la messe ni avant l’Offertoire ni après la Communion avec un sermon, lequel devrait être délivré en surplice et étole avant ou après la messe. Comme cela on éviterait des scènes comme celle décrite dans l’article, et ceux qui sont là non pas pour être indoctrinés mais pour assister au Saint Sacrifice ne se sentiraient dans ce cas comme des prisonniers. Cette nouvelle me fait penser à la grand-messe de sainte Edwige, patronne de la Silésie, qui avait lieu une fois par an dans la cathédrale de Cologne. J’y ai été une fois par hasard : il y avait une très grande assistance composée de Silésiens réfugiés agés et la messe fut célébrée par un vieux jésuite fanatique, lui aussi Silésien, dont les propos était carrément revanchistes. À ma surprise mais puis à ma joie les deux tiers de la vieille assistance sont sortis, eux aussi en silence et respectueusement. Quant à
    « la Feria IV de la congrégation pour la Doctrine de la foi », appellée la Feria IV du fait que ce conseil se réunisse le 4e mercredi du mois, est-il possible qu’en dépit de son séjour au Portugal le pape ne sache pas encore que Feria IV signifie tout court ‘mercredi’, comme dans « Feria IV Cinerum » ‘Mercredi des cendres’ ? Tout est possible dans son cas. À propos : le Suisse armé de St Nicolas a-t-il toléré cette manifestation ? mais peut-être qu’ils n’ont plus de Suisse …

  5. François says:

    « Alors que 7 « doyens » (responsables régionaux) français de la Fraternité Sacerdotale saint Pie X – c’est-à-dire une grande majorité d’entre eux – viennent d’être démis de leur fonction immédiatement après [avoir] publié une lettre (concernant les mariages dans la Tradition et le danger d’un rapprochement avec Rome tel qu’il se fait actuellement), l’église parisienne Saint Nicolas du Chardonnet – le « phare de la Tradition » depuis quarante ans – est le théâtre de remous.

    « En effet, son « curé », l’abbé Patrick de La Rocque, fait partie des sanctionnés et il a du quitter les lieux en quelques jours. Le départ brutal de ce prêtre ayant mené quelques années d’apostolat dynamique a bien sûr choqué les fidèles de la paroisse, et beaucoup d’entre eux sont même visiblement scandalisés de la sanction dont il fut frappé.

    « Ce dimanche, le supérieur de la FSSPX pour la France, l’abbé Christian Bouchacourt (à l’origine des sanctions) est venu à saint Nicolas du Chardonnet pour lire, avant l’homélie, un communiqué relatant sa vision des évènements et expliquant pourquoi il fallait accepter ces sanctions, « avec un esprit surnaturel » : les signataires de la lettre, dont le curé expulsé, sont accusés de manœuvre « subversive », menée dans le secret (ce qui a été nié), semant la division parmi les prêtres et les fidèles. Autant de reproches que certains fidèles retournent à la direction de la Fraternité.

    « Pendant la Grand-Messe, l’abbé Bouchacourt avait à peine commencé à s’exprimer qu’une large partie de l’assistance (entre un tiers et la moitié d’après les divers témoignages qui nous sont parvenus) s’est levée et a quitté temporairement l’église en signe de réprobation.

    « D’autres fidèles (une quinzaine) ont chanté une dizaine de chapelet, au fond de l’église et sous la chaire, pendant le discours de l’abbé Bouchacourt, ce qui a suscité une empoignade heureusement légère.

    « Quoiqu’il en soit, le fossé entre la direction de la Fraternité et son clergé français (majoritairement hostile à un rapprochement essentiellement pratique – et non doctrinal – avec Rome) semble toujours profond. »

    Source : http://www.contre-info.com/crise-dans-la-fraternite-saint-pie-x-rebellion-de-fideles-a-saint-nicolas-du-chardonnet

    • Luxettenebrae says:

      Et bien sûr, vous y étiez pour attestez de ces choses…
      Je pense que les 3/4 qui sont restés (si cette information est vraie) pensent tous la même chose… Des histoires d’hommes encore et encore… Mgr Lefebvre doit se retourner dans la tombe, lui qui a toujours agi par amour pour le Christ.
      « J’honore mon Père, et vous vous me déshonorez ».
      Ils seraient temps que nous revenions à la simplicité de notre fondateur plutôt que tenter d’imiter faussement son esprit de « rébellion ».

  6. patate says:

    « cheminons cheminons  »
    oui on sait par palier nous avait-on dit….

  7. denis says:

    A-t-on des nouvelles de M. de La Pérouse ?

  8. pamino says:

    Ma réponse à la question de Denis a été enlevée. Par qui et pourquoi ? Elle était exacte.

  9. pamino says:

    J’ai fait deux réponses successives à cette question de Denis. La première a été enlevée, la seconde n’est pas parue. Qu’est-ce qui se passe ?

  10. pamino says:

    Revoici maintenant la seconde. Et la première ?

  11. Mantet says:

    Pour comprendre les réflexions pointilleuses du pape recherchez les loges et leurs émissaires.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

25,40 % récoltés 31.330 € manquants

10670 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 31.330 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com