pape-Francois-et-Mgr-Jacques-Gaillot

Alors que les milieux subversifs s’attèlent à influencer les préparatifs du Synode consacré à la Famille, il n’est pas inutile de revenir sur la rencontre entre le Pape François et Mgr Gaillot.

Mardi dernier, l’évêque français Jacques Gaillot, connu pour ses positions déviantes et contraires à la doctrine catholique, a été reçu pendant trois quarts d’heure par le pape François, pour le plus grand plaisir du lobby LGBT.

Selon le récit de cette rencontre, Jacques Gaillot, « évêque in partibus de Partenia », a défendu les revendications du lobby LGBT, ainsi que des divorcés remariés et des immigrés. « Je ne viens rien vous demander, ai-je dit au pape, mais tout un peuple de pauvres est content que vous me receviez, et se sent ainsi reconnu. Je lui ai parlé (…) , des divorcés, des homosexuels. Ce peuple attend beaucoup de vous », a dit Jacques Gaillot à l’AFP. « J’étais dans un parloir de la Maison Sainte-Marthe (où réside le pape) et une porte s’ouvre: c’est le pape qui rentre, simplement. La réunion s’est passée de manière familiale, sans protocole. C’est vraiment un homme libre. A un moment il s’est levé et a dit: vous avez un photographe? Comme il n’y en avait pas, nous avons pris (une photo) avec un (téléphone) portable ».

Jacques Gaillot dit avoir raconté au Pape comment il lui arrivait « de bénir un couple d’homosexuels ». « Je suis en civil et je bénis. Ce n’est pas un mariage, c’est une bénédiction. On a le droit de donner la bénédiction de Dieu, on bénit bien des maisons! Le pape a écouté, il est ouvert à tout cela. A ce moment il a rappelé que bénir, c’est dire du bien de Dieu à des gens ».

Jacques Gaillot affirme que le pape lui a simplement dit: « continuez, ce que vous faites est bien ».

Jacques Gaillot était accompagné du curé de la paroisse Saint-Merri dans le quartier du Marais à Paris, Daniel Duigou. Et le pape s’est félicité que le cardinal-archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, ait demandé à cette paroisse de se consacrer aux migrants, qui sont, a-t-il dit, « la chair de l’Église ».

En décembre 1988, Jacques Gaillot, alors évêque d’Evreux, avait donné une interview au magazine érotique Lui. Quelques jours après, il avait passé la soirée de Noël dans les studios de radio Pacific FM à raconter qu’il était prêt à bénir les homosexuels qui en feraient leur demande à l’occasion de leur union.

Le 2 février 1989, il publiait un article intitulé « Être homosexuel et catholique » dans l’hebdomadaire Gai Pied.

Le 12 mars 1989, Jacques Gaillot déclarait au Club de la Presse : « Il y a un droit au blasphème. Le sacré, c’est l’homme.« 

Depuis 2013, Jacques Gaillot publie des tribunes dans le Huffington Post dans lesquelles il se déclare notamment partisan de la légalisation de l’euthanasie et du mariage homosexuel.

Autant savoir.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

7 commentaires

  1. « Les modernistes sont les pires ennemis de l’Église,

    et le modernisme l’égout collecteur de toutes les hérésies. »

    (S. Pie X, Motu proprio Praestantia, 1907).

    • Raiford says:

      Oui, les modernistes sont les pires ennemis de l’Église.
      Ce sont eux qui sont responsables de la disparition de la foi en Europe.

      Les ecclésiastiques ont l’habitude d’accuser le matérialisme au lieu de prendre en considération leur propre responsabilité.

  2. Sur la photo, le pape a l’air mal à son aise avec cet évêque.
    S’il devait sévir, je crois qu’il n’y aurait presque plus aucun homme d’église dans l’Eglise…
    Quand le châtiment de Dieu tombera, ça fera mal.

  3. David Corbusier says:

    Quelle farce que cette secte conciliaire avec à sa tête le bouffon Bergoglio. Comment des catholiques le moindrement éclairés, peuvent croire que cet homme est le «pape» de l’Église Catholique avec tout ce qu’il dit et qu’il fait depuis qu’il est en poste. Tout le contraire de la Véritable Doctrine Catholique.
    Chers amis conciliaires, le modèle à suivre est Jésus de Nazareth, celui de l’Évangile, maintenant révélé historiquement et scientifiquement par le Saint Suaire de Turin (voir le dossier D’Arnaud Upinski), dont aucun prélat de la secte ne veut bien sûr parler.
    Les protestants pourraient toujours revendiquer le linceul comme étant le leur, mais le petit problème pour eux, c’est qu’un autre miracle reconnu scientifiquement comme inexplicable est la Tilma miraculeuse de Notre-Dame de la Guadalupe. Alors, ces pauvres protestants devraient expliquer pourquoi ils n’ont pas de dévotion mariale, alors que le Doigt de Dieu frappa au Mexique également en 1531 (je ne fais que donner 2 des plus grands exemples de miracles divins au cours de l’histoire humaine).
    Quant à vous tous, qui vous considérez comme «catholiques traditionalistes» sachez que l’Église Catholique est éclipsée depuis l’application des décrets de l’infâme concile vatican II (1965).
    Réveillez-vous, il se fait tard.

    • Volodymyr Bellovak says:

      Si ce pape n’était pas le pape, alors ses paroles et ses actes auraient moins d’importance…Le problème est que, justement et au moins de fait, il est pape, avec l’écrasante responsabilité que sa fonction représente; il est, hélas, le pape revé des sectes maçonniques ! Le père indigne, meme si on doit désobéir à ses ordres qui seraient mauvais, reste, au moins de fait, le père ( ne serait-ce que « biologique » )…; de meme pour ce pape indigne dont il ne faut pas suivre les mauvais exemples…, mais qui; hélas, reste le pape, ne serait-ce que de nom…

      • @ « justement et au moins de fait, il est pape »

        Des prêtres de la FSSPX disent qu’il est possible qu’il ne le soit pas, car ils doutent de la légitimité de la démission du pape précédent Benoît XVI.
        Vous voyez combien il y a de trouble dans l’Eglise… ce qui ne peut venir de Dieu évidemment.

        • La papauté n’est pas un ordre saint. L’ex-pape Benoît n’est plus évêque de Rome, donc il n’est plus pape ; mais il est toujours évêque.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com