Pope Francis arrives for an audience with Lutheran pilgrims in the Paul VI Hall at the Vatican, Thursday, Oct. 13, 2016. (AP Photo/Alessandra Tarantino)
Le pape François et la statue de Luther dans la salle Paul VI du Vatican

C’est une angoisse qui le torture quotidiennement ces derniers temps, le pape François. Le prosélytisme. Qui va contre l’œcuménisme. Quelle horreur ! Il ne peut s’empêcher en voyage, en audience, d’en parler et de le fustiger. C’est, semble-t-il à voir les mots qu’il prononce pour le fusiller, un soucis pressent, singulier, presque exclusif, qui le taraude depuis un certain temps. Une bête noire, immonde, qui rôde, sournoisement, autour des âmes, à tuer au plus vite ! Et il s’y emploie résolument.

La déchristianisation des nations autrefois catholiques, la montée de l’immoralité satanique dans le monde entier, la soumission des esprits et des corps à des idéologies sexuelles diaboliques, la main-mise d’oligarques messianiques apatrides et guerriers sur les destinées des hommes et des peuples, l’avortement de masse, le plus grand génocide de l’histoire, imposé sur la terre entière, ne sont que des bricoles en comparaison, bricoles dont il parle il est vrai, un peu, parfois, mais pas trop, vraiment pas trop, parce que a-t-il théorisé :

« Nous ne pouvons pas insister seulement sur les questions liées à l’avortement, au mariage homosexuel et à l’utilisation de méthodes contraceptives. Ce n’est pas possible. Je n’ai pas beaucoup parlé de ces choses, et on me l’a reproché. Mais lorsqu’on en parle, il faut le faire dans un contexte précis. La pensée de l’Église, nous la connaissons (…), mais il n’est pas nécessaire d’en parler en permanence. (…) »

Tandis que l’œcuménisme, l’union des confessions chrétiennes en tout premier, non-chrétiennes à la suite, c’est un grand œuvre auquel il veut apporter son soutien, y maçonner sa pierre doctrinale, y inscrire en lettres gravées sur le fronton du temple de l’union universelle sa devise œcuménique :

« Ce qui nous unit est beaucoup plus que ce qui nous divise ».

Devise qu’il matraque à chaque occasion où il se trouve face à un auditoire composite, disparate, multi-confessionnel. Lors de cette fameuse audience de jeudi dernier 13 octobre 2016, pour les pèlerins œcuméniques luthériens et catholiques marchant main dans la main vers un avenir radieux, où il a condamné les chrétiens identitaires et non-immigrationnistes, il est revenu à nouveau, sous le regard rouge sang et inquisiteur de la statue de Luther à sa droite, mise à l’honneur dans les Palais apostoliques (sic), sur l’œcuménisme et le prosélytisme. Phrase choc pour pensée choc :

« Le prosélytisme est le poison de l’œcuménisme ! »

Pas moins : un poison ! Pauvres saints catholiques morts martyrs pour avoir voulu convertir les âmes emprisonnées dans les erreurs hérétiques ou schismatiques : ils ont fait œuvre d’empoisonnement, c’est le pape François qui le dit. Depuis le concile Vatican II, la lumière de l’œcuménisme fut ! Avant c’étaient les ténèbres du prosélytisme.

C’est pourquoi, en toute logique, François l’argentin, pape, se fait une joie d’aller en Suède, dans deux semaines, « faire mémoire », explique-t-il, de la réforme de Luther, ensemble avec la Fédération luthérienne mondiale. Événement considérable, événement déjà ultra-médiatisé, événement porteur d’un nouvel évangile, l’évangile conciliaire, l’évangile du prosélytisme œcuménique. Car si le prosélytisme est un « gros péché », « un poison contre l’œcuménisme, » il est une vertu quand il s’agit de convertir les âmes à l’idée que Luther avec sa doctrine sur la justification, considérée hérétique par les papes d’antan, les vieux dinosaures d’avant Vatican II, « a fait un médicament pour l’Église« , dixit François, encore !

Il en arriverait à nous faire passer Luther pour un saint. Qui sait ? Un jour, ce faux réformateur mais vrai moine défroqué, apostat, ivrogne et débauché, sera-t-il peut-être mis au panthéon des « saints » de la nouvelle Église conciliaire, au train où vont les choses… A la question selon lui quels sont les plus grands réformateurs, François, après avoir exprimé son désir de « faire mémoire » de la réforme luthérienne et expliqué que « l’Église va toujours réformée », a usé de formules tout aussi ambiguës :

« Je dirai que les plus grands réformateurs de l’Église sont les saints, c’est-à-dire les hommes et les femmes qui suivent la parole du Seigneur et la pratiquent, qui vont, vont par ce chemin, cette réforme de l’Église, et ceux-là sont les grands réformateurs… Tant dans l’Église luthérienne que dans celle catholique il y a , il y a eu et il y a des hommes et des femmes de ce genre, avec le cœur saint qui suivent l’Évangile : ceux-ci réforment les Églises. »

Comment peut-il dire que les Luthériens suivent l’Évangile alors qu’ils abhorrent le culte des saints, d’ailleurs, qu’ils haïssent le Saint Sacrifice de la messe, qu’ils nient toutes prérogatives à la Sainte Vierge, qu’ils en nient sa virginité perpétuelle, sa maternité divine, sa médiation universelle, sa conception immaculée… Quand on vénère et aime véritablement la Mère de Dieu, la Sainte Vierge Marie, comment peut-on accepter qu’elle soit bafouée et injuriée, comment peut-on s’entendre avec ses ennemis, et parler de sainteté pour ceux qui la méprisent ?

Les paroles du pape, qui ne sont pas une nouveauté il est vrai dans cette époque post-conciliaire, sont des contre-vérités rassasiées à profusion, déversées dans des esprits déboussolés par des années de manipulation et de mensonges religieux.

Le véritable poison de Notre Temps post-moderne, apostat, relativiste, égoïste, matérialiste et despiritualisé, c’est cet horrible esprit œcuménique ! Rome est vraiment et plus que jamais néo-protestante !

Notre-Dame, qui avez en horreur toutes les hérésies, priez pour nous !

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

45 commentaires

  1. Saint Plaix says:

    Bergoglio est-il le nouveau Formose?
    On peut l’imaginer…
    Mais qui aujourd’hui pourrait convoquer un nouveau concile cadavérique???
    Toute la question est là, au niveau de délitement que l’Eglise a atteint…
    « Je suis Etienne VI »

  2. Merci pour l’article surtout:
    « Pas moins : un poison ! Pauvres saints catholiques morts martyrs pour avoir voulu convertir les âmes emprisonnées dans les erreurs hérétiques ou schismatiques : ils ont fait œuvre d’empoisonnement, c’est le pape François qui le dit. Depuis le concile Vatican II, la lumière de l’œcuménisme fut ! Avant c’étaient les ténèbres du prosélytisme. »
    « Le véritable poison de Notre Temps post-moderne, c’est cet horrible esprit œcuménique ! Rome est vraiment et plus que jamais néo-protestante ! »

    C’est vraiment plus que grave!

  3. Le véritable poison, c’est ce bergoglio!

  4. Etienne says:

    « Allez, de toutes les nations faites des disciples (…) »

    • sanfard says:

      @ Etienne : Les directives de Jésus-Christ ne l’intéressent nullement, preuve de son orgueil démesuré.
      Rémi de Völn a raison, c’est lui le véritable poison.

  5. RETENONS SPÉCIALEMENT CECI CONCERNANT L’EXORCISME : «L’exorcisme public est SOLENNEL, lorsqu’il est pratiqué AU NOM DE L’ÉGLISE,» ET CECI : «Le pouvoir de chasser les démons a été conféré par le Christ d’abord aux APÔTRES, comme nous l’indique l’Évangile : « Ayant appelé ses douze disciples, il leur donna autorité sur les « esprits impurs, avec pouvoir de les expulser ». (Matthieu 10.1 )» J.B.

    DOCTRINE DE L’EXORCISME SA CONFUSION DANS L’ÉGLISE

    INTRODUCTION

    Le 26 janvier 1999, le Cardinal Medina Estevez, préfet de la Congrégation pour le culte divin, a présenté à la presse le nouveau Rituel des exorcises. Ce texte a été publié seulement en latin et les épiscopats nationaux devront se charger de sa traduction. Des journaux et des revues ont fait écho à ce Rituel et en ont indiqué les points les plus importants, sur lesquels il importe de faire quelques commentaires théologiques. Il y a notamment un communiqué de l’Agence France-Presse, auquel nous ferons surtout référence.

    JUSTIFICATION DE LA PRÉSENTE INTERVENTION

    La présente intervention est basée sur l’esprit d’ouverture accordée au théologien par l’Instruction publiée par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, les 24 mai 1990, sur la vocation du théologien. En effet, au sujet de « l’enseignement du Magistère en matière de foi non réformable », l’Instruction admet qu’ « il peut arriver que le théologien se pose des questions portant, selon les cas, sur l’opportunité, sur la forme et même sur le CONTENU de l’intervention du Magistère ». (N.24) Et un peu plus loin, l’Instruction parle d’une application particulière dans LE CAS DU THÉOLOGIEN QUI AURAIT DE SÉRIEUSES DIFFICULTÉS À ACCUEILLIR, POUR DES RAISONS QUI PARAISSENT FONDÉES, UN ENSEIGNEMENT MAGISTÉRIEL NON IRRÉFORMABLE ». (N.28)

    LE PROBLÈME DE L’EXORCISME

    Les Églises orthodoxes et certaines confessions protestantes ont conservé bien vivante la pratique des exorcismes. Mais dans l’Église catholique, la mentalité qui prévaut est résumée dans le Droit canonique en ces termes : « Personne ne peut légitimement prononcer des exorcismes sur les possédés, à moins d’avoir obtenu de l’Ordinaire du lieu une permission particulière et expresse ». (Can. 1172, §1) C’était reprendre, en substance, ce que l’ancien code avait lui-même stipulé. (Can. 1151)

    Dans l’interprétation du canon 1172, la confusion est presque généralisée. Cependant, le Catéchisme de l’Église catholique semble y avoir apporté une timide clarification, lorsqu’il indique que « l’exorcisme SOLENNEL, appelé « grand exorcisme », ne peut être pratiqué que par un prêtre et avec la permission de l’évêque ». (N. 1673) Avant de parler de l’exorcisme solennel, il parle d’un format « simple » de l’exorcisme, qui « est pratiqué lors de la célébration du baptême ».

    En considérant que le Catéchisme parlait d’exorcisme « solennel », on aurait pu penser qu’il voulait se référer à la terminologie utilisée par les théologiens, qui distinguent entre exorcisme solennel et exorcisme privé. Mais le texte du Catéchisme demeure très ambigu et il est nécessaire d’y apporter quelques commentaires. Pour ce faire, il faut bien distinguer les différentes espèces d’exorcismes.

    DÉFINITION ET ESPÈCES DE L’EXORCISME

    L’exorcisme est l’invocation faite au nom de Dieu, afin d’éloigner le démon d’une personne, d’un animal, d’un lieu ou d’une chose. L’exorcisme peut être privé ou public, et ce dernier peut être simple ou solennel.

    1) L’exorcisme est PRIVÉ, lorsqu’il est pratiqué par un prêtre ou par un simple fidèle, selon le pouvoir et le droit d’exercer ce pouvoir, sans aucune autorisation, conformément à la collation de ce pouvoir par le Christ lui-même : « Voici les miracles qui accompagneront CEUX QUI AURONT CRU : PAR MON NOM, ILS CHASSERONT LES DÉMONS ». (Marc 16.17)

    2) L’exorcisme est PUBLIC, lorsqu’il est pratiqué AU NOM DE L’ÉGLISE, par une personne habilitée, conformément aux rites déterminés. a) L’exorcisme public est SIMPLE, lorsqu’il dépend d’autres rites, comme le catéchuménat et le baptême. b) L’exorcisme public est SOLENNEL, lorsqu’il est pratiqué AU NOM DE L’ÉGLISE, et pour cette raison, il est pratiqué par un prêtre et avec autorisation de l’évêque. En conséquence, le canon 1172, §1, avec ses restrictions, doit s’appliquer seulement à l’exorcisme solennel ; c’est ce qui sera prouvé, sans équivoque, dans les arguments qui vont suivre !…

    Ce dernier canon est l’objet de très graves confusions dans l’Église, même en hauts lieux ( !), si bien qu’on interdit tous les exorcismes qui ne sont pas solennels !… Ainsi, on interdit à presque tous les fidèles de lutter contre le démon, par le moyen spécifique que le Christ a octroyé non seulement aux apôtres, mais aussi à TOUS LES CROYANTS, et ce moyen spécifique, c’est l’EXORCISME ! …

    Cette interprétation du canon 1172, §1 se retrouve notamment dans la lettre que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi adressait à tous les évêques du monde entier, le 29 sep¬tembre 1985, ainsi que dans la présentation du nouveau rite de l’exorcisme, que faisait le Préfet de la Congrégation pour le Culte divin, le 26 janvier dernier.

    POUVOIR D’EXORCISME CONFÉRÉ AUX APÔTRES ET À TOUS LES CROYANTS

    Le pouvoir de chasser les démons a été conféré par le Christ d’abord aux APÔTRES, comme nous l’indique l’Évangile : « Ayant appelé ses douze disciples, il leur donna autorité sur les « esprits impurs, avec pouvoir de les expulser ». (Matthieu 10.1 )

    Mais ce que l’on ignore presque toujours et que, souvent, on s’obstine à vouloir ignorer, c’est que ce même pouvoir a été octroyé A TOUS LES CROYANTS par Jésus lui-même : « Et voici les miracles qui accompagneront CEUX QUI AURONT CRU : PAR MON NOM, ILS CHASSERONT LES DÉMONS » (Matthieu 16.17). Le problème fondamental des exorcismes réside certainement dans le fait que, dans l’Église à tous les paliers, on admet rarement que le Christ ait réellement octroyé à tous les croyants le pouvoir de chasser les démons, comme nous l’indiquent très clairement les paroles du Christ qui viennent d’être citées !…

    Le ministère de l’exorcisme confié par Jésus à tous les croyants est moins un charisme qu’un signe de la foi. Il ne dépend pas de titres ecclésiastiques ou d’aptitudes particulières, ni de quelque chose qui soit extérieur à nous, mais de ce que nous sommes par la grâce de Dieu. C’est pourquoi des personnes d’humble condition peuvent voir ce signe résulter de leur foi, alors que d’autres plus douées pourraient s’interroger devant l’insuccès de leurs tentatives de chasser le démon.

    Par sa Passion, le Christ a terrassé tous ses ennemis, et il a donné à l’Église de parti¬ciper à ce pouvoir dominateur. L’Église a conscience de la puissance et de la haine de l’ad¬versaire infernal. Elle connaît aussi sa propre puissance sur le démon : « Les portes de l’enfer ne tiendront pas contre elle », disait Notre-Seigneur. (Mt 16.18) Ne disait-il pas encore aux 72 disciples : « Aussi bien vous ai-je donné le pouvoir de fouler aux pieds serpents, scorpions, et toute puissance de l’Ennemi, et rien ne pourra vous nuire ». (Luc 10.19)

    Mais chaque chrétien est membre de Christ et il participe à son pouvoir ; en tant que bap¬tisé et confirmé, il a part au Sacerdoce royal du Christ. A ce titre et selon la mesure de son union au Christ par la foi et la charité, il n’échappe pas seulement aux emprises du Mau¬vais, au moins partiellement, mais il est aussi habilité à le combattre, à faire reculer son empire ; il est médiateur de sa défaite.

    LES EXORCISMES ET L’ÉGLISE PRIMITIVE

    Quand on lit les Pères de l’Église, on constate, avec l’évidence la plus absolue, que ces Pères n’ont pas falsifié, encore moins contredit directement, le pouvoir RÉEL de chasser les démons, que le Christ a conféré à TOUS LES CROYANTS !… En effet, dans l’Église primitive, l’exorcisme chrétien acquit rapidement un important prestige, car il délivrait même les païens qui en faisaient la demande. Tout chrétien était vraiment habilité à exercer cette fonction. Ce rite était vraiment transparent au temps du Christ et librement exercé. Ce fut alors un ministère spécifique, un des signes les plus marquants du Royaume !…

    Le pouvoir de chasser les démons était courant et public dans les premiers siècles, alors que TOUS LES CHRÉTIENS, CLERCS ET LAÏCS, réussissaient à chasser les démons. Nombreux sont les témoignages contemporains à ce sujet, et ils nous indiquent que ce fait servait même aux apologistes comme argument de la divinité de Jésus et du christianisme.

    Ainsi, Tertullien attire souvent l’attention des païens sur ce fait, et il leur lance même ce défi : « Qu’on amène ici, en présence de vos tribunaux, quelqu’un qui soit certainement tourmenté par le démon. Sur l’ordre qui lui en sera donné par un CHRÉTIEN QUELCONQUE, cet esprit se proclamera démon en toute vérité, comme ailleurs il se déclare faussement Dieu ». (P.L. 1, 410)

    Dans le même sens, saint Justin écrivait ce qui suit : « Vous pouvez comprendre ce que je vous dis, par les faits mêmes qui se produisent devant vos yeux En effet, un grand nombre d’hommes, saisis par le démon, dans le monde entier et ici dans votre ville même, que d’autres adjurateurs et enchanteurs n’ont pu guérir, BEAUCOUP DES NÔTRES, JE VEUX DIRE DES CHRÉTIENS, les ont adjurés par le nom de Jésus-Christ, crucifié sous Ponce Pilate, et les ont guéris, et les guérissent encore maintenant, désarmant et chassant les démons qui les possèdent ». (P.G. 6, 453B) On pourrait ajouter les témoignages de Lactance (P.L. 4, 334), de saint Hilaire (P.L. 10, 40lB) de Firmicus Maternus (P.L. 12, 1013-1014), de saint Théophile d’Antioche (P.G. 6, 1061B).

    Les Pères de l’Église ont une grande confiance dans l’argument qu’ils tirent du pouvoir qu’ont les FIDÈLES de délivrer les possédés par le seul nom de Jésus-Christ. D’autre part, de nombreux païens se sont convertis à la vue de ces prodiges. Sur ce point, on peut se re¬porter à saint Cyprien (P.L. 6, 555), à saint Athanase (P.G. 25, 181), à Munucius Félix (P.L. 3, 323-327), à saint Jérôme (P.L. 23, 348C), à saint Ambroise (P.L. 16, 1024A).

    Terminons en rappelant ce texte très probant d’Origène, qui parle de « ces démons que LA PLUPART DES CHRÉTIENS expulsent des énergumènes, et cela sans le secours de vaines prati¬ques magiques ou d’incantations, par des prières seulement et par de simples adjurations, DONT L’HOMME LE MOINS CULTIVÉ EST CAPABLE. De fait, ce sont des IGNORANTS, le plus souvent, qui font cela ». (P.G. 11, 1425-1426)

    L’ENSEIGNEMENT COMMUN DES THÉOLOGIENS

    Les remèdes contre les influences diaboliques sont la prière, la pénitence, les sacrements, les sacramentaux et les exorcismes. L’Église a même institué l’ordre des exorcistes, qui était régulièrement conféré aux aspirants à la prêtrise. Ici, il faut distinguer l’exorcisme SO¬LENNEL et l’exorcisme PRIVÉ ! …

    L’exorcisme SOLENNEL doit se faire, généralement du moins, dans une église ou une cha¬pelle ; les prêtres seuls peuvent l’entreprendre avec une permission particulière de l’évêque du lieu. Par ailleurs, lorsqu’il s’agit de l’exorcisme PRIVÉ, il est toujours permis, même aux laïcs. Ces derniers peuvent utiliser alors les prières du Rituel romain or, des formules abrégées, mais ils doivent parler en leur nom propre, non pas au nom de l’Église.

    Cette distinction est commune chez les théologiens, mais elle est relativement peu connue. Ainsi, en se basant sur les moralistes Ballerini et Lehmkuhl, le père Aug. Main, S.J. a écrit ce qui suit : « Les exorcismes peuvent être solennels ou privés. Les premiers sont ceux qu’on fait publiquement, dans l’église, en habit de chœur. Les prêtres seuls peuvent l’en¬treprendre ; il leur faut généralement la permission de l’évêque. L’exorcisme PRIVÉ EST TOU¬JOURS PERMIS, MÊME AUX LAÏCS, mis ceux-ci doivent parler en leur propre nom et pas au nom de l’Église. La forme n’est pas fixée ». (Des grâces d’oraison, Paris, Beauchesne, 1931, p.450)

    Dans son manuel de théologie morale, Dominique Prummer a écrit : « Non seulement les clercs, qui ont le pouvoir des ordres, mais aussi les LAÏCS peuvent pratiquer l’exorcisme d’une façon privée et secrète ». (Manuale theologiae moralis, Barcelona, Herder, 1945, p.384)

    Un autre moraliste réputé, H. Noldin, a écrit : « L’exorcisme PRIVÉ […] peut être exécuté PAR TOUS LES FIDÈLES. [… ] L’efficacité de cet exorcisme ne dérive pas de l’autorité ou des prières de l’Église, ni n’est réalisé au nom de l’Église, mais par la puissance du nom de Dieu et de Jésus-Christ. » (Summa theologiae moralis, Innsbruck, t.3, q.53, p.42)

    Sur le même sujet, on peut se reporter aux auteurs suivants : Saint Alphonse de Liguori, Praxis confessarii, parag. 113. A. Tanquerey, Précis de théologie ascétique et mystique, Paris, Desclée & Cie, 1928, p.965. R. Garrigou-Lagrange, O.P., Les trois âges de la vie intérieures, Paris, Ed. du Cerf, 1938, t.2, p.811. B. H. Merkelbach, 0.P., Summa theologiae moralis, Desclée de Brouwer, 1939, p.706. H. Noldin recommande aux prêtres de recourir fréquem¬ment à l’exorcisme privé, op. cit., p.43.

    D’après les paroles mêmes de Jésus conférant à tous les croyants le pouvoir de chasser les démons (Marc 16.17), selon les enseignements communs des Pères de l’Église et des théologiens, il ressort très clairement que les LAÏCS peuvent faire des exorcismes PRIVÉS, sans doute avec la prudence et la discrétion qui s’imposent !… Ce pouvoir octroyé à tous les CROYANTS conserve toute sa valeur de légitimité et toutes les interdictions ne peuvent être qu’abusives et invalides !… C’est un pouvoir fondé sur la foi et la prière. Il convient de remarquer que, parmi les pouvoirs concédés à tous les croyants, l’exorcisme est mentionné en premier lieu. Cette fonction établie par le Christ est imprescriptible et elle jouit de la pérennité !…

    C’EST UNE HÉRÉSIE DE NIER LE POUVOIR D’EXORCISME POUR LES SIMPLES FIDÈLES

    Les directives officielles des autorités ecclésiales ne tiennent aucun compte des enseignements des Pères de l’Église et des théologiens, et encore moins du pouvoir donné explicitement A TOUS LES CROYANTS par le Christ lui-même !… Malheureusement, au nom de la théolo¬gie la plus authentique, il faut qualifier une telle attitude comme étant hérétique !…

    En effet, c’est une hérésie de contredire des paroles formelles du Christ !… Malheureusement, la grande majorité des membres du clergé, à tons les paliers, ignorent qu’il y a deux espèces de dogmes : les vérités DE FOI CATHOLIQUE, qui ont été définies par le Magistère, et les vérités DE FOI DIVINE, qui sont clairement et explicitement exprimées dans l’Écriture Sainte. Or, les paroles de l’Évangile, par lesquelles le Christ octroie A TOUS LES CROYANTS le pouvoir de chasser les démons, constituent une vérité DE FOI DIVINE et, en conséquence, c’est une hérésie de contredire ces paroles du Christ ! …

    Comme il s’agit d’un pouvoir que le Christ lui-même a accordé à tous les croyants, absolu¬ment personne ne peut le contredire, même pas le Magistère actuel de l’Église ! … En effet, la Constitution de Vatican II sur la Révélation divine rappelle que « la charge d’interpréter authentiquement la parole de Dieu écrite ou transmise a été confiée au seul Magistère vivant de l’Église, dont l’autorité s’exerce au nom de Jésus-Christ ». Cependant la même Constitu¬tion ajoute ce qui suit : « CE MAGISTÈRE N’EST PAS AU-DESSUS DE LA PAROLE DE DIEU ; il la sert, n’enseignant que ce qui a été transmis, puisque, en vertu de l’ordre divin et de l’assistance du Saint-Esprit, il l’écoute pieusement, la garde religieusement, l’explique fidèlement, et puise dans cet unique dépôt de la foi tout ce qu’il nous propose à croire comme étant divinement révélé. » (n. 10)

    THÉOLOGIE ET DROIT CANONIQUE

    Il convient de remarquer que, dans trois volumes importants publiés dans les dernières années, par des auteurs très connus, sur le démon et les exorcismes, absolument aucune mention n’est faite de l’enseignement des théologiens !..- On voit aussi que les dicastères romains n’en tiennent aucun compte dans leurs directives, établies le plus souvent par des canonistes qui sont, – faut-il l’admettre -, de piètres théologiens !… En effet, les canonistes tombent parfois dans l’erreur, à cause de l’ignorance de certains principes théologiques, ignorance due à une attention trop exclusive à leur spécialité !…

    Il est nécessaire aussi de rappeler que la théologie est une science subalternante par rapport au Droit canonique qui lui est dépendant, en ce sens qu’il est constitué par l’exposé LÉGAL de certains principes théologiques ; il doit donc s’élaborer d’après les principes mêmes de la théologie !… Dans le Droit canonique, tout ce qui pourrait être contraire aux princi¬pes de la théologie comme telle doit être considéré comme étant erroné !…

    C’est le cas de l’interprétation fausse que l’on fait du can. 1172, §1, qui s’applique SEULEMENT à l’exorcisme SOLENNEL, précisément parce que ce genre d’exorcisme est pratiqué au nom de l’Église ! … Il faut affirmer que toute extrapolation d’interdiction de ce canon à l’exorcisme PRIVÉ est abusive et invalide et, – faut-il le dire -, de caractère hérétique !…

    Sans doute, tous ceux qui, jusqu’ici, sont tombés dans cette erreur ne deviennent pas immédiatement et automatiquement hérétiques, à la condition qu’ils acceptent d’examiner sérieusement et honnêtement le problème en vue de quitter leur erreur. En effet, l’hérésie suppose l’obstination à nier une vérité dogmatique, qu’il s’agisse évidemment d’une vérité DE FOI DIVINE, comme l’est la collation à tous les croyants du pouvoir de chasser les démons ou d’une vérité DE FOI CATHOLIQUE, comme l’est tout dogme défini par le Magistère de l’Église, et le Droit canonique stipule que l’hérétique encourt une excommunication « latae sententiae » (Can. 1364, §1)

    L’abolition presque totale des exorcismes dans l’Église est tout à fait contraire à l’Évangile ; une telle interdiction sert directement la cause des démons !… Comme preuve de ce désastre moral, on peut citer la lettre que le Cardinal Ratzinger envoyait à tous les évêques du monde entier, le 29 septembre 1985, par laquelle il interdisait tous les exorcismes, sauf ceux qui sont pratiqués par des prêtres autorisés par les évêques, alors que ce genre d’exorcismes est presque inexistant dans l’Église entière… Il interdisait – et malheureusement il ne fut pas le seul à agir ainsi – l’usage de la prière d’exorcisme rédigée par le pape Léon XIII : une telle interdiction ne fut certainement pas inspirée par l’Esprit-Saint !… N’est-il pas loisible de penser que les autorités religieuses sont un peu comme les mauvais anges : lorsqu’elles se trompent, leur erreur devient irréversible :… « Flens dico » !… (Phil. 3.18) Malheureusement, pour les autorités religieuses prévaut sou¬vent l’adage suivant : « Les supérieurs ont toujours raison d’avoir tort, tandis que les inférieurs ont toujours tort d’avoir raison » !… Dans l’Église de Dieu, il devrait suffire de se protéger contre les loups, mais parfois ne faut-il pas se protéger aussi contre les bergers ?…

    Pour vaincra le démon, l’exorcisme est l’arme spécifique et souvent victorieuse. Les exorcismes ne sont pas réservés à des spécialistes seulement ; sans doute, une certaine préparation est requise, mais la tradition biblique n’a jamais mis en évidence une technique des exorcismes. En effet, lorsque Jésus a transmis aux Apôtres et à tous les « croyants » le pou¬voir de chasser les démons, il n’a pas ajouté de conseils invitant à la prudence, à l’analyse des situations diverses, à l’usage des techniques, au recours aux psychologues ! … Son man¬dat fut direct et concret : « Voici les miracles qui accompagneront CEUX QUI AURONT CRU : EN MON NOM, ILS CHASSERONT LES DÉMONS » !… (Marc 16.17)

    JÉSUS FAVORISAIT LES EXORCISMES

    Les autorités de l’Église interdisent presque totalement la pratique des exorcismes. Il ne faudrait pas oublier ici l’avertissement que Jésus adressait à ses disciples, qui n’acceptaient pas le ministère d’un homme chassant les démons au nom du Christ, sans faire partie de l’équipe des douze. En effet, Jésus leur dit : « Ne l’empêchez pas ; qui n’est pas contre vous est pour vous. » (Luc 9.50)

    Celui qui chassait les démons au nom de Jésus le faisait avec succès, ce qui prouve la puissance du nom de Jésus sur les démons. Les disciples voulaient interdire à cet homme d’u¬ser du nom de leur Maître. La raison de cette intervention était que l’exorciste ne faisait pas partie de leur groupe : cela paraissait être un emploi abusif du nom de Jésus et capable de diminuer l’autorité des véritables disciples aux yeux de la foule.

    Jésus fut moins intransigeant que ses disciples. Il ne voulut pas qu’on empêchât cet homme de continuer ses exorcismes. Il eût été dommage que cette leçon ne fût pas parvenue jusqu’à nous ! … En effet, dans l’Église actuelle, on fait des défenses absolument abusives et injustes !… Si actuellement Jésus revenait en personne dans l’Église, il dirait certaine¬ment au Magistère : « N’empêchez pas vos fidèles de chasser les démons : c’est Moi qui leur en ai donné le pouvoir ; ne contredisez mon enseignement » !… Il importe grandement que l’Église retrouve le plein emploi des moyens que le Christ lui a donnés pour mener le combat spirituel contre le démon !…

    IL Y A FAUTE MORTELLE A S’OPPOSER AUX EXORCISMES

    Sans doute, il ne faut pas voir le démon partout ni pratiquer les exorcismes ou les prières de libération à la légère ! … Néanmoins, la théologie, qui a un rôle éminent à jouer dans l’Église, considère comme une faute, pour ceux qui ont charge d’âmes, de ne pas secourir une personne soumise à l’action du démon.

    A ce sujet, Mgr Auguste Saudreau, qui est un auteur de grande valeur en spiritualité, a écrit : « Les théologiens, qui ont traité ces questions ‘ex professo’, déclarent qu’IL Y A FAUTE MORTELLE pour celui qui a charge d’âmes à ne pas exorciser ceux qui sont possédés. Il est évident qu’IL Y AURAIT FAUTE MORTELLE À S’OPPOSER AUX EXORCISMES ET À EMPÊCHER QU’ON PORTE SECOURS à de pauvres ÊTRES qui ont à subir une épreuve spirituelle et corporelle aussi terri¬ble ». (L’état mystique et les faits extraordinaires de la vie spirituelle, ch. 22, Éditions Brunet Arras) Les autorités religieuses ont le devoir grave de tenir compte de cette affir-mation théologique, qui n’est pas une simple opinion plus ou moins probable (!), mis qui exprime l’ENSEIGNEMENT COMMUN des théologiens qui ont étudié cette question !…

    LES INFLUENCES DIABOLIQUES

    Dans l’action du démon, il faut distinguer une façon ORDINAIRE et une autre EXTRAORDI¬NAIRE. La première façon consiste pour le démon à pousser les hommes au péché par les tentations ; quant à la seconde façon, elle peut se traduire par les formes suivantes : 1) L’OB¬SESSION, qui est une suite de tentations plus violentes et plus prolongées que les tentations ordinaires. 2) La POSSESSION, où le démon agit réellement dans le corps du patient, au lieu de faire sentir son action seulement du dehors comme dans l’obsession. 3} La VEXATION, par laquelle le démon peut causer des troubles dans la santé, les biens matériels, les affections hu-maines, le travail, etc. 4) Les INFESTATIONS, qui peuvent atteindre différents objets, des maisons, des animaux. 5) Les SOUFFRANCES externes, coups et sévices, que l’on retrouve dans la vie des saints ou personnes ferventes. 6) L’état de DÉPENDANCE du démon, dont la cause est un pacte avec lui.

    Avant que la possession ne soit discernée, le démon provoque souvent des troubles physi¬ques et psychiques, pour lesquels les traitements et les médicaments s’avèrent le plus souvent inefficaces. Parmi les maux physiques, on constate que ce sont surtout la tête et l’estomac qui en sont le plus affectés.

    Parmi les influences diaboliques SECONDAIRES, on peut mentionner plusieurs anomalies psychiques, comme l’imperméabilité à l’égard des valeurs divines, l’aversion du sacré, le doute religieux, l’incapacité d’éprouver une vraie contrition du péché, l’impossibilité de se con¬centrer pour la prière et pour la lecture de l’Écriture Sainte, l’angoisse, l’irritabilité, l’agressivité, le blasphème, l’alcoolisme, l’immoralité, la kleptomanie, le tabagisme, la toxicomanie, etc. Devant cette diversité des influences diaboliques, que peut bien faire le psychologue ?…

    Dans notre monde permissif, plusieurs deviennent sous l’influence du démon, sans trop s’en apercevoir, en faisant des expériences du côté de la magie, de la sorcellerie, de l’oc¬cultisme, du spiritisme, des religions orientales, en ignorant les dangers qu’ils encourent. Par ailleurs, certains peuvent nuire à autrui par l’intervention du démon au moyen de la magie noire, des malédictions, du mauvais œil et des sorts.

    LA CERTITUDE DE LA POSSESSION

    Le communiqué de l’Agence France-Presse, dont il a été fait mention précédemment, indique que, selon le nouveau Rituel « l’exorciste ne doit jamais procéder à un exorcisme sans avoir la « certitude morale de se trouver réellement face au démon » !… Voilà une exigence qui est théologiquement plus que discutable !…

    Il faut rappeler d’abord que les signes caractéristiques d’une possession diabolique ne se manifestent pas constamment ; au contraire, ils apparaissent presque toujours pendant ou vers la fin d’un exorcisme. Sauf dans les cas les plus graves, le sujet possédé peut continuer à vaquer à son travail, à poursuivre des études, d’une manière apparemment normale, étant en réa¬lité le seul à connaître les efforts que cela lui demande. Lorsqu’il ne se trouve pas en présence d’une influence religieuse, le possédé n’attire habituellement pas l’attention ; au con¬traire, il peut être aimable et discret !…

    Le discernement est souvent difficile et conjectural et c’est l’exorcisme lui-même qui permet de diagnostiquer la possession. Les trois principaux symptômes de la possession, c’est-à-dire une force surhumaine, le parler en langues inconnues et la connaissance de choses cachées, ne se manifestent jamais avant l’exorcisme et toujours pendant celui-ci. C’est au cours de l’exorcisme que l’exorciste discerne graduellement la gravité du mal, qu’il constate s’il s’agit d’une possession, d’une obsession, d’une vexation, et si le mal est profondément enraciné.

    Il convient de remarquer que le nouveau Code de droit canonique n’exige plus la certitude de la présence du démon pour prononcer un exorcisme (can. 1172), comme le faisait l’ancien Code (can. 1151).

    D’ailleurs, pourquoi prendre tant de « précautions » pour éviter de nuire au démon, alors qu’il est la cause, plus ou moins lointaine, de tout le mal qu’il y a chez les homes et sur la terre ?… De plus, selon le témoignage de nombreux exorcistes, jamais un exorcisme, qui n’était pas nécessaire, n’a causé le moindre dommage ; par contre, ils ont parfois eu à regretter de l’avoir omis !…

    A ce sujet, on peut admirer la « sagesse » du père Francescau Palau, béatifié par le pape Jean-Paul II, le 25 avril 1988 !… Il accueillait les malades mentaux et il les exorcisait TOUS : alors, ceux qui étaient malades restaient malades, tandis que les possédés étaient libérés !…

    LE RECOURS AUX PSYCHOLOGUES

    La mentalité qui prévaut généralement dans l’Église et notamment chez les membres de la hiérarchie, c’est de consulter les psychologues pour détecter une éventuelle possession dia¬bolique. Cependant il faut affirmer que les psychologues, de quelque discipline qu’ils soient, n’ont habituellement pas la capacité et les aptitudes requises pour faire un tel discernement, d’autant plus qu’il existe une variété de possessions diaboliques, qui comportent des différences appréciables, quant à leur gravité et à leurs symptômes.

    On ignore presque toujours qu’il y a des NÉVROSES-MALADIES et des NÉVROSES-DÉMONIAQUES. On attribuera parfois à un dédoublement de la personnalité ce qui ne sera, en fait, que l’in¬tervention d’un esprit déchu. Il faut savoir aussi qu’une vraie possession diabolique est accompagnée presque toujours de troubles mentaux et nerveux, qui sont produits et amplifiés par le démon et dont les manifestations et symptômes sont pratiquement et médicalement iden¬tiques à ceux que produisent les névroses. Les psychologues sont habituellement incapables d’établir un discernement entre une NÉVROSE-MALADIE et une NÉVROSE-DÉMONIAQUE ! …

    Léon Bloy n’était peut-être pas très loin de la vérité, lorsqu’il écrivait : « Si des prêtres ont perdu la foi au point de ne plus croire à leur privilège d’exorcistes et de n’en plus faire usage, c’est un malheur horrible et une prévarication atroce, par laquelle sont irrémédiablement livrées aux pires ennemis les prétendues hystériques dont regorgent nos hôpi¬taux » !… Mais pour être plus conforme à la vérité, ne faudrait-il pas blâmer beaucoup moins les prêtres que les autorités romaines, qui interdisent presque tous les exorcismes ?…

    NOMBREUX SONT LES DÉMONOPATHES

    Les exorcismes sont nécessaires pour les cas de possession véritable ; cependant, en pra¬tique, les exorcistes sont sollicités et ils peuvent intervenir pour tous les cas d’influence diabolique. La différence entre la possession et les autres influences diaboliques n’est pas toujours très nette ; néanmoins, chez les « clients » des exorcistes, il y a un point commun : ce sont des gens qui subissent des épreuves ou des souffrances inexpliquées, qu’elles soient physiques, psychiques, spirituelles ou matérielles. Comme le fait toute personne en diffi¬culté, on cherche un peu partout des solutions à ses problèmes !…

    Plusieurs membres du clergé croient que les influences diaboliques sont plutôt rares et surtout les réelles possessions. Certains exorcistes officiels se croient même sans emploi ! Néanmoins, de nombreux cas d’influence diabolique, qui se rencontrent à des degrés divers de gravité, échappent souvent à l’attention de ceux-là mêmes qui devraient exercer un ministère de libération ou d’exorcisme. Les démonopathes sont très nombreux, mais très souvent ils ne peuvent trouver un exorciste, qui puisse leur venir en aide !…

    Il ne faut pas oublier que la tactique habituelle du démon est de se cacher. Quelques cas spectaculaires de possession ont peu d’intérêt pour ses fins ; il lui faut des milliers de cas d’obsession !… Et c’est là qu’un exorcisme privé peut libérer, parfois d’une façon instantanée, une âme assiégée. Or, la prière d’exorcisme publiée par ordre du pape Léon XIII peut être utilisée « dans les cas où l’on peut supposer une action du démon, se manifestant soit par la méchanceté des hommes, soit par des tentations, des maladies, des intempéries, des calamités de toutes sortes », selon les indications fournies au bas de cette prière. L’interdiction de cette prière est certainement abusive et invalide, et tous ont le droit et parfois même le devoir d’en faire usage !…

    CONCLUSION

    Il faut espérer que les erreurs indiquées dans la présente intervention seront corrigées par les autorités compétentes !… Ainsi, tous les fidèles reprendront un droit absolument strict de lutter contre le démon par le moyen spécifique que le Christ a conféré à tous les CROYANTS, c’est-à-dire l’exorcisme ! … Voilà d’ailleurs ce qui ressort clairement, pour tout esprit capable d’objectivité, de l’Évangile (Marc 16.17), de la pratique de l’Église primitive décrite par les Pères de l’Église, de l’enseignement UNANIME des théologiens qui ont étudié ce problème !…

    Le 20 avril 1999.
    Publication et photocopies autorisées.
    Un théologien

    http://maranatha.mmic.net/Amorth.html

    ________________________________________
    RETOUR

    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
    L’EXORCISME NE DEMANDE «Aucune autorisation ecclésiastique spéciale» J.B.

    INTRODUCTION A L’EXORCISME CONTRE SATAN…
    Cette prière, composée par le pape LÉON XIII, d’après le formulaire des Exorcismes du Rituel Romain, complétée et mise en français dans le texte authentique, devrait être récitée fréquemment par tous, en public comme en privé, pour mettre en fuite les démons, diminuer leur action perverse sur les pécheurs, préserver l’Église, la Patrie et les Familles, de grands maux.

    Cette très méritoire prière, enrichie d’une Indulgence plénière applicable chaque fois aux Vivants et aux Défunts, exerce particulièrement son influence libératrice sur les personnes et les lieux maléficiés par des sorts occultes, des menaces ennemies, et tout ce qui peut gravement troubler la concorde et la paix chrétienne, surtout quand il importe de triompher de dangereuses tentations contre la foi ou les mœurs, de l’endurcissement de certains pécheurs, de crise de désespoir dans le malheur, des assauts diaboliques au moment de l’agonie, en général, de toutes calamités publi-ques ou privées. C’est pourquoi il est encore particulièrement recommandé de la réciter en public au cours de pèlerinages.

    Aucune autorisation ecclésiastique spéciale, ni jeûne préa¬lable, ne sont exigés ; mais on recommande une Confession et une Communion, autant que possible, jointe à quelque pénitence préparatoire, afin de lui obtenir une complète efficacité.

    En famille, ainsi que dans les oratoires privés, en l’absence de tout prêtre, un clerc exorciste, un membre de l’Ordre reli¬gieux, et même un simple fidèle laïc, homme ou femme, peu¬vent réciter cette prière à haute voix au nom de l’Assemblée Chrétienne. Etc.

    http://elogofioupiou.over-blog.com/article-introduction-a-l-exorcisme-contre-satan-122382703.html

    oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

    POURQUOI PRIER SPÉCIALEMENT POUR LE PAPE FRANÇOIS ET POUR L’ÉGLISE? J.B.

    DOSSIER SPÉCIAL : PRIONS POUR FRANÇOIS ET POUR L’ÉGLISE

    http://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/campagnequebecvie/mailings/190/attachments/original/Bulletin-special-aout-2016-Campagne-Quebec-Vie.pdf?1471283742

    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

    Jacques Beauséjour, M. Th. P. (Maitrise Théologie Pastorale), député de l’Assemblée Nationale du Québec (1976-1985).

    • Le site pilule de Protestants dépravés !..

    • PRIONS POUR L’ÉGLISE ET POUR LE PAPE FRANÇOIS

      Notre Église et le pape François ont besoin de nos prières et je vous propose une prière inspirée par le pape Léon XIII et adaptées par des mots EN MAJUSCULES. Cette prière devrait être récitée souvent en privée ou dans des rassemblements afin de faire fuir les démons avec leurs actions perverses sur les pécheurs et de protéger l’Église et son Pasteur des menaces de l’Ennemi. Jacques Beauséjour, M. Th. P. Maîtrise Théologie Pastorale
      *************************************************
      Ps 145(144),17-18.19-20.21.
      Le Seigneur est juste en toutes ses voies,
      fidèle en tout ce qu’il fait.
      Il est proche de ceux qui l’invoquent,
      de tous ceux qui l’invoquent en vérité.

      Il répond au désir de ceux qui le craignent ;
      il écoute leur cri : il les sauve.
      Le Seigneur gardera tous ceux qui l’aiment,
      mais il détruira tous les impies.

      Que ma bouche proclame
      les louanges du Seigneur !
      Son nom très saint, que toute chair le bénisse
      toujours et à jamais !
      *************************************************
      PRIÈRE DE LIBÉRATION

      Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. AMEN.
      Nous T’ORDONNONS, qui que tu sois, esprit immonde, puissance satanique, horde de l’infernal ennemi, légion démoniaque, toute assemblée et secte diabolique; au nom et par la «Vertu» (Luc. VIII, 46) de Jésus-Christ Notre Seigneur, sois extirpé et chassé par l’Église de Dieu, des âmes (Math. XII, 43) créées à l’image de Dieu et rachetées par le précieux Sang du Divin Agneau. Désormais, n’aies plus l’audace, perfide serpent, de tromper le genre humain, de persécuter, de secouer et de «cribler comme le froment» (Luc. XXII, 31) les élus de Dieu, L’ÉGLISE ET SON PASTEUR.
      Il te le commande, le Dieu Très Haut à qui, en ton grand orgueil, tu prétends encore être semblable, Lui qui veut que «tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la Vérité» (I Tim II, 4).
      Il te le commande, Dieu le Père.
      Il te le commande, Dieu le Fils.
      Il te le commande, Dieu le Saint Esprit.
      Il te le commande, le Christ en majesté, Verbe éternel de Dieu fait chair, qui, pour le salut de notre race, perdue par ta jalousie, «s’est humilié lui-même et s’est fait obéissant jusqu’à la mort» (Philip. II, 8), qui a édifié son Église, sur le «Roc» (Math. VII, 24), et promis que «les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle» (Math. XVI, 18), «puisqu’Il demeurera avec Elle jusqu’à la consommation des siècles» (Math. XXVIII, 20).
      Il te le commande, par le signe sacré de la Croix +, et la vertu inhérente à tous les mystères de la foi chrétienne.
      Elle te le commande, la très auguste Mère de Dieu, la Vierge Marie qui, dès le premier instant de son Immaculée Conception, a, par son humilité, écrasé ta tête trop orgueilleuse.
      Elle te le commande la Foi des saints Apôtres Pierre et Paul et des autres Apôtres.
      Il te le commande le sang des martyrs et la pieuse intercession de tous les Saints et les Saintes.
      Ainsi donc, maudit dragon et toute légion diabolique, nous t’adjurons par le Dieu vivant, par le Dieu vrai, par le Dieu Saint, par ce Dieu qui a tant aimé le monde au point de lui donner Son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais ait la vie éternelle et que ton Église ET SON PASTEUR soient préservé du malin (Jean III, 15).
      Cesse de tromper les humaines créatures et de leur verser le poison de la damnation éternelle. Cesse de nuire à l’Église ET SON PASTEUR et d’entraver leur liberté. Arrière Satan, inventeur et maître de toute tromperie, ennemi du salut des hommes. Cède ta place au Christ en qui tu n’as rien trouvé de tes œuvres. Cède la place à l’Église, une, sainte, catholique et apostolique, que le Christ a acquise au prix de Son Sang. Incline toi sous la main puissante de Dieu, tremble et fuis à l’invocation que nous faisons du saint et redoutable Nom de ce Jésus qui fait trembler les enfers, à qui sont soumises les vertus des Cieux et les Puissances et les Dominations, que les Chérubins et les Séraphins louent dans un concert sans fin, disant: Saint! Saint! Saint!, le Seigneur, Dieu de l’univers! LE CIEL ET LA TERRE SONT REMPLIS DE TA GLOIRE. HOSANNA AU PLUS HAUT DES CIEUX. BÉNI SOIT CELUI QUI VIENT AU NOM DU SEIGNEUR. HOSANNA AU PLUS HAUT DES CIEUX.
      V. Seigneur, exaucez ma prière.
      R. Et que mon cri s’élève jusqu’à vous.
      V. Le Seigneur soit avec vous.
      R. Et avec votre esprit.
      Oraison
      Dieu du ciel, Dieu de la terre, Dieu des Anges, Dieu des Archanges, Dieu des Patriarches, Dieu des Prophètes, Dieu des Apôtres, Dieu des Martyrs, Dieu des Confesseurs, Dieu des Vierges, Dieu qui avez le pouvoir de donner la vie après la mort, le repos après le travail, parce qu’il n’y a pas d’autre Dieu que Vous, et qu’il ne peut y en avoir si ce n’est Vous, le Créateur de toutes choses visibles et invisibles, Vous dont le règne n’aura point de fin: nous supplions humblement Votre Glorieuse Majesté d’user de Sa Puissance pour nous délivrer, de délivrer l’Église ET SON PASTEUR de toute tyrannie des esprits infernaux, de leurs pièges, tromperies, méchancetés, et de nous conserver indemnes de tout mal. Par Jésus-Christ Notre-Seigneur. AMEN.
      V. Des embûches du démon.
      R. Délivrez-nous, Seigneur.
      V. Que Votre Église ET SON PASTEUR Vous serve dans la liberté, l’ordre, la paix et la grâce de Jésus;
      R. Nous Vous en prions, écoutez-nous, Seigneur.
      V. Que les puissances ennemies de Votre Sainte Église ET DE SON PASTEUR soient humiliées et anéanties ;
      R. Nous Vous en supplions, Seigneur, exaucez-nous.
      Antienne
      Seigneur, ne Vous souvenez pas de nos fautes, ni de celles des personnes qui nous sont chères et ne tirez point vengeance de nos péchés; ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. AMEN (Tob. III, 3 – Math. VI, 13).
      Remercier aussitôt des grâces obtenues pour nous, pour l’Église ET SON PASTEUR en récitant le MAGNIFICAT.
      Oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo
      Mon âme exalte Le Seigneur Exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur !
      Il s’est penché sur son humble servante désormais tous les âges me diront bienheureuse
      Le Puissant fit pour moi des merveilles Saint est son Nom !
      Son Amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui Le craignent
      Déployant la Force de Son bras Il disperse les superbes
      Renverse les puissants de leurs trônes et élève les humbles
      Comble de biens l’affamé renvoie les riches les mains vides
      Relève Israël Son serviteur et se souvient de Son Amour
      De la Promesse faite à nos pères en faveur d’Abraham et de sa race à jamais.
      Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

      • ( Notre Église et le pape François ont besoin de nos prières )

        l Église Catholique n’a pas besoin de prière !.. elle est sainte !..
        Concernent l’individu qui est hérétique public manifestement et qui est sur le Saint Siège  » François  » , ont peut toujours prier pour sa conversion !..
        Ainsi , bien que le Saint Siège soit de fait occupé , il est vacant de droit !..

  6. « […] qu’ils nient toutes prérogatives à la Sainte Vierge, qu’ils en nient sa virginité perpétuelle, sa maternité divine, sa médiation universelle, sa conception immaculée… »
    Voilà une liste de quatre éléments. Lequel peut tout catholique disputer avec impunité ?

    • Que tous les catholiques soient des disciples du Christ et observent tout ce que Jésus a prescrit, selon Mt.28:19,20, Les chrétiens abandonnent leurs propres idées et se tiennent à la vérité, qui est le Christ, notre seul sauveur et médiateur auprès du Père.
      Jésus a dit: « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. » (Mt.11:28) Jamais Jésus a dit: Allez d’abord voir ma mère. La tâche de Marie est finie avec sa mort.
      Conception immaculée: Lc.1: 46,47 « Et Marie dit: Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit se réjouit en Dieu, mon sauveur. » Faites comme Marie !

      • Le dernier mot de Jésus avant de mourir a été pour nous confier sa mère. Il a trouvé cette force alors qu’Il était à l’agonie, faut le faire quand même ! Vous, vous l’auriez laissée là sans vous en soucier, mais Lui, non. Prenez exemple sur Jésus et sur son amour et le soin qu’Il prend pour sa mère.
        La mission de Marie commence à la mort de Jésus : elle va nous enseigner.
        « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « voici ta mère. » Dès cette heure-là, le disciple l’accueillit chez lui. » (Jn 19, 25-27)

        • L’apôtre Jean ne représente pas tout le monde chrétien. C’est Marie qui fut confiée aux soins de Jean, non l’inverse, car dès cette heure-là, le disciple l’accueillit chez lui. Jésus ne voulait pas laisser sa mère toute seule.
          « elle va nous enseigner » Estce que la mère de Jésus peut penser que l’enseignement de son Fils ne suffit pas ? Elle va en ajouter ?
          Apo.22:18 « Je déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera de fléaux décrits dans ce livre; » Il en est de même pour toute la Bible: Deut.4:2 « Vous n’ajouterez rien à ce que je vous prescris, et vous n’en retrancherez rien; mais vous observerez les commandements de l’Eternel, votre Dieu, tels que je vous les prescris. » Oui, l’enseignement de Dieu est complet.
          Marie a soit-disant demandé un culte en son honneur, ce qui est contre sa nature d’humble servante, donc une imitation de Marie.
          J’ai déjà commentarié la-dessus.

          • Figurez-vous que saint Luc a pu écrire son Evangile grâce à Marie. Qui lui a raconté l’Annonciation ? L’ange Gabriel ?
            Marie a certainement appris beaucoup de choses à Jean : elle a vécu avec Jésus 30 ans, et Jean que 3 ans…

            @ « ce qui est contre sa nature d’humble servante, donc une imitation de Marie. »
            Vous comprenez mal l’humilité. La dignité de la personne demande qu’on la serve. Marie a servi, mais au Ciel, les anges servent la Reine des Anges, comme ils servent Jésus.
            Matth 4, 11 (récit de la tentation au désert) : « Alors le diable le laissa ; aussitôt des anges s’approchèrent, et ils le servaient. »

            • Héb.1:14 les anges « Ne sont-ils pas tous des esprits au service de Dieu, envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut ? »
              « Un ange m’a sauvé la vie » c’est facile à dire, mais je l’ai vécu de manière surnaturelle.

  7. Boutté says:

    Plaise au Christ d’enseigner nôtre Pape comme il l’a fait de ses disciples Hébreux ou Gentils !

  8. sanfard says:

    Cette réception officielle des luthériens au Vatican ennemis de la Sainte Vierge et de l’Église Catholique Romaine, cette horrible statue d’un possédé du démon, ainsi que les propos de François, comme par hasard tout ceci un 13 Octobre Anniversaire de FATIMA, sont pour moi la PREUVE qu’il EST le FAUX PROPHETE. Mais « la Femme revêtue de Soleil » écrasera définitivement la tête du serpent.
    Et maintenant « Castel Gandolfo », résidence des Papes, qu’il va transformer en musée, mais il se prend donc pour le propriétaire des lieux ? ahurissant !

    • Votre esprit n’est pas chrétien du tout. Vous ressemblez à un dragon qui crache du feu partout où il peut. Les luthériens et autres ne sont pas ennemis de la sainte vierge; ils la respectent comme un exemple de foi, de confiance et de dévouement. Mais ils la donnent sa juste place comme mère de Jésus, Fils naurel de Marie, mais divinement Fils de Dieu. Votre idolâtrie est que vous divinisez Marie en l’appelant « Reine du ciel, médiatrce de toutes grâces » et j’en passe.
      « la femme revêtue de soleil » (Apo.12:1) symbolise Israël, Même si ça vous déplait. Le soleil, la lune et les étoiles signifient la gloire et la domination qui lui ont été promises dans le royaume à venir, tout comme autrefois l’autorité de Joseph sur son père, sa mère et ses frères. Gen.37:9-11
      J’espère vous avoir aidé ?

      • MA Guillermont says:

        Vous êtes tombé sur la tête Wapi .
        Vos frères luthériens font partie des damnés , lisez les écrits de Ste Catherine de Sienne .
        Le premier titre de Marie est l’Immaculée Conception .
        Qu’en pensent les protestants ?
        Le second titre est Marie Mère de Dieu .
        Qu’en pensent les protestants ?
        Marie la toute Pure .
        Qu’en pensent les protestants ?
        Que faites – vous du culte des Saints ?
        Le culte de Marie ni celui d’aucun saint ne fut jamais idolâtrique dans la doctrine catholique .
        Serez – vous comme l’hérésiarque Nestorius , obstiné dans l’erreur , mort misérablement , la langue rongée par les vers , puni , mais non repentant de ses blasphèmes contre la Mère de Dieu ?

        • sanfard says:

          @MA Guillermont
          BIEN VU , merci !

          • MA Guillermont says:

            De rien …Sanfard …et sans reproches
            …Un débat de première importance !
            Nous sommes présents et bien vivants .
            Bien à vous et à chacun(e)

        • Je ne suis pas Luthérien, ni protestant; Je me tiens à toute la Parole de Dieu. Normal qu’il n’y a pas d’idolâtrie dans votre église: elle est complètement idolâtre. Et vous ne le voyez pas à cause de vos pensées humaines.
          Lév.19:31 « Ne vous tournez point vers ceux qui évoquent les esprits, ni vers les devins;.. » Prier les saints et Marie, n’est pas invoquer des esprits de morts ? L’église Romaine est pleine de symboles de l’ancienne Babylonie idolâtre comme le mitre, la reine du ciel et plus. (Jér.7:18; 44:17) Je ne connais que Christ-roi; il n’a pas de reine.
          Deut.4:2 « Vous n’ajouterez rien à ce que je vous prescris, et vous n’en retrancherez rien; mais vous observerez les commandements de l’Eternel, votre Dieu, tels que je vous les prescris. »
          Ce commandement est repris dans Apo.22:18,19, donc presque au début et à la fin de la Bible.
          Et bien, tous vos saintes et saints et pères de l’église que vous préférez aux apôtres ont ajouté ou changé la Parole.
          Je n’ai pas de Bible catholique Française, mais la Bible catholique Néerlandaise a changé pas mal de choses dans la traduction « Willibrord 1975, traduit sur les textes originaux » Le plus terrible est que dans Apo.1:19 on a rayé « ce qui est » de « Ecris donc ce que tu as vu, ce qui est, et ce qui doit arriver ensuite. » Ils ne reconnaissent donc pas les 7 lettres aux églises locales comme représentant toute l’église du début à la fin, de Pentecôte à l’avènement de Christ.Ca c’est grave !
          Marie est la mère de Jésus selon la chair: Dieu incarné, pas de la Trinité qui n’a pas de début ni de fin.
          Elle est une femme descendante d’Adam et donc née sous le péché.
          Luc 1:28 « L’ange entra chez elle, et dit: « je te salue, toi à qui une grâce à été faite; le Seigneur est avec vous » Grâce est faite à tout pécheur.
          Dans la prière catholique, Marie est invoquée comme dispensatrice de grâce.(pleine de grâce. Aucun apôtre n’a donné d’information quant à la personne de Marie et à son rôle.
          Nulle part, l’Ecriture ne laisse penser qu’un croyant déjà parti auprès du Seigneur intercède pour les vivants. En revanche,Jésus est monté à la droite du père où il intercède pour nous.(Rom.8:34) Pour finir:
          Mt.4:10 « Jésus lui dit: Retire-toi, Satan! Car il est écrit: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le servira lui seul; »
          Celà doit suffire pour comprendre que tout autre culte sort de l’émotionnel, humain, mais qui n’a rien à voir avec la vérité qui est Jésus. Gardons nos émotions pour adorer Dieu en son Fils.
          On ne peut pas blasphémer contre Marie, car elle n’est pas divine, mais une humble servante de Dieu. Attention aux vers !

        • Et qui a donné ces titres à Marie? Jésus, le saint Esprit? Sinon un autre esprit.

        • Buck Danny says:

          Votre réaction est un peu ridicule.

          Les protestants qui ne croient pas en l’immaculée Conception ou en la possibilité de prier Marie ne le font pas par obstination mais parce qu’ils sont sincèrement convaincus du contraire.

          Pire, un protestant croit sincèrement commettre un grave péché, celui d’idolâtrie, en priant une créature, Marie, alors que l’on doit prier Dieu seul.

          Que je sache tous les théologiens ont toujours expliqué qu’il était important de suivre sa conscience, c’est à dire de faire ce que l’on croit sincèrement juste.

          Je ne crois pas que le Seigneur rejettera un protestant sincère, qui a cherché à sanctifier sa vie sur Terre, uniquement parce qu’il aura été convaincu de ce qu’on ne pouvait pas prier Marie ni qu’elle était « l’immaculée conception ».

          La science de Dieu et sa façon de juger les hommes nous dépassent à mon avis infiniment. Au jugement dernier il y aura beaucoup de surprises.

      • @ Wapi « Votre idolâtrie est que vous divinisez Marie en l’appelant « Reine du ciel, médiatrce de toutes grâces » et j’en passe. »

        On l’appelle aussi « Epouse du Saint-Esprit » (c’est-à-dire de Dieu).

        Gen. 3, 15 : « Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon. » (il s’agit de la Sainte Vierge, la nouvelle Eve. Jésus étant le nouvel Adam, bien sûr)
        A+

        • Donc Marie, la mère de Dieu est son épouse ! (C’est de l’inceste.)
          Où estce que Marie est appelée « la nouvelle Eve ? Puis c’est la postérité de la femme (Eve), C’est Jésus qui va écraser la tête du serpent.
          Je connais Christ-Roi, mais sans reine.
          Vous êtes fixé dans le catholicisme; moi, je m’en suis délivré pour adorer la vérité. La religion est un ensemble de prescriptions et de rites extériers, matériels, autour d’une source; Une relation d’amour et d’adoration est intériure, spirituelle. Dieu ne s’intéresse pas aux rites, mais à notre coeur envers lui et le prochain.

          • Au cas où vous ne le sauriez pas, Marie a conçu du Saint-Esprit, elle est donc l’Epouse du Saint-Esprit.

            • C’est vraiment de la philosophie, tirée par les cheveux nespa. Et c’est naturellement à cause de ça que vous n’acceptez pas possible que Marie a eu d’autres enfants, les frères de Jésus. A cause de la philosophie vous êtes obligé de tordre les écritures afin de rendre un culte à une « femme parfaite », oubliant que tous les corps des croyants sont le temple du Saint-Esprit qui vit en eux. (1Co.6:19) Marie n’avait pas encore reçu le Saint-Esprit; Lc.1:35  » Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. » Marie était l’instrument choisi par Dieu pour faire ce miracle. L’épouse du Saint-Esprit ??? Comme je disais: la mère et l’épouse de Dieu: Il y a quelquechose qui cloche pour moi.
              Tous les vrais chrétiens ensemble seront l’épouse de l’Agneau, donc de Dieu, et égaux à Marie et Jésus et tous les saints, excepté égaux à la divinité de Jésus.

              • Ce n’est pas de la philosophie, car même pour un enfant, c’est évident !
                Pour un enfant, rien ne cloche.
                C’est peut-être chez vous que ça cloche.

          • Gen. 3, 15 : « Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon. » C’est Marie-Reine !

            Jean 15, 14 : « Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande. »

            Matth 8, 9-10 : « Car moi qui suis soumis à des supérieurs, j’ai des soldats sous mes ordres, et je dis à l’un : « Va », et il va ; et à un autre : « Viens », et il vient ; et à mon serviteur : « Fais cela », et il le fait.
            En entendu ces paroles, Jésus fut dans l’admiration, et dit à ceux qui le suivaient, « En vérité, je vous dis, je n’ai pas trouvé, en Israël même, une si grande foi ».

            Jésus s’intéresse à l’obéissance.

  9. raslebol says:

    Certains ont besoin, (comme Mélenchon qui se fait curieusement « orateur » de l’Histoire modifiée à sa sauce !!!! pour mieux taper sur le catholique) d’un petit rappel !

    Le sac de Rome

    « Le dimanche 5 mai 1527, une armée descendue de Lombardie atteignit le Janicule. L’empereur Charles-Quint, rendu furieux par l’alliance politique du pape Clément VII avec son adversaire, le roi de France François Ier, avait envoyé une armée contre la capitale de la chrétienté. […] Environ 20 mille hommes, italiens, espagnols et allemands, dont les mercenaires lansquenets, de confession luthérienne, se préparent à prendre d’assaut la ville éternelle. Leur commandant leur avait donné la permission de piller. Toute la nuit, la cloche du Capitole sonna à la volée pour appeler les Romains aux armes, mais il était trop tard pour improviser une défense efficace.
    A l’aube du 6 mai, à la faveur d’un épais brouillard, les lansquenets se ruèrent à l’assaut des murs, entre Sant’Onofrio al Janicolo et Santo Spirito in Sassia (deux églises romaines). Les gardes suisses se rassemblèrent autour de l’obélisque du Vatican, décidés à rester fidèle à leur serment jusqu’à la mort. Les dernier d’entre eux furent sacrifiée sur l’autel de la basilique Saint-Pierre. Leur résistance au pape de prendre la fuite, avec quelques cardinaux. A travers le Passetto del Borgo, un passage reliant le Vatican au Chateau Saint-Ange, Clément atteignit la forteresse, seul rempart resté contre l’ennemi. Du haut des gradins le pape assista au terrible carnage commencé avec le massacre de ceux qui avaient afflué vers les portes du château pour trouver un abri, tandis que les malade de l’hôpital Santo Spirito in Sassia étaient truicidés à coups de lance et d’épée .
    La licence illimitée de voler et de tuer dura huit jours et l’occupation de la ville, neuf mois. «L’enfer n’est rien en comparaison de l’aspect qu’a maintenant Rome», lit-on dans un rapport vénitien du 10 mai 1527, repoduit par Ludwig von Pastor (1).

    Les religieux furent les principales victimes de la fureur des lansquenets. Les palais des cardinaux furent pillés, les églises profanées, des prêtres et des moines tués ou faits esclaves, les religieuses violées et vendues sur les marchés. On vit des parodies obscènes de cérémonies religieuses, des calices de messe utilisés pour s’enivrer parmi les blasphèmes, des hosties consacrées rôties dans des poêles et données en nourriture aux animaux, des tombeaux de saints violés, les têtes d’apôtres, comme celle de Saint André, utilisées pour jouer à la balle dans les rues. Un âne fut revêtu d’habits ecclésiastiques et conduit à l’autel d’une église. Le prêtre qui refusa de lui donner la communion fut mis en pièces. La ville fut outragée dans ses symboles religieux et dans ses souvenirs les plus sacrés (2).
    Clément VII, de la famille des Médicis n’avait pas répondu à l’appel de son prédécesseur Adrien VI pour une réforme radicale de l’Eglise. Martin Luther répandait ses hérésies depuis dix ans, mais la Rome des Papes continuait à être immergée dans le relativisme et l’hédonisme…

    …Le 17 Octobre 1528, les troupes impériales abandonnèrent une ville en ruines. Un témoin oculaire, un Espagnol, nous offre un tableau terrifiant de la ville un mois après le sac: «A Rome, capitale de la chrétienté, aucune cloche ne sonne plus, aucune église n’est ouverte, on ne dit plus de messe, il n’y a plus ni dimanche ni jour de fête. Les riches boutiques des marchands servent d’écuries pour les chevaux, les plus splendides palais sont dévastés, de nombreuses maisons ont été incendiées, d’autres réduites en pièces, privées de portes et de fenêtres, les rues sont transformées en fumier. C’est l’horrible puanteur des cadavres: les hommes et les bêtes ont la même sépulture; dans les églises, j’ai vu des cadavres rongés par les chiens. Je ne trouve rien d’autre à comparer à cela, sauf la destruction de Jérusalem. Maintenant, je reconnais la justice de Dieu, qui n’oublie pas, même si elle vient tard. A Rome se commettaient ouvertement tous les péchés: sodomie, simonie, idolâtrie, hypocrisie, tromperie; c’est pourquoi nous ne pouvons pas croire que cela soit arrivé par hasard. Mais par la justice divine» (3).

    Le Pape Clément VII commanda à Michel-Ange le Jugement Dernier dans la Chapelle Sixtine comme pour immortaliser le drame que l’Église de Rome avait subi durant ces années,. Tous comprirent qu’il s’agissait d’un châtiment du Ciel. Il y avait eu des avertissements, comme [par exemple] un éclair de foudre tombé sur le Vatican et l’apparition d’un ermite, Brandano da Petroio, vénéré par les foules comme «le fou du Christ», et qui le jour du Jeudi Saint 1527, tandis que Clément VII bénissait la foule à Saint-Pierre, avait crié: «bâtard sodomite, pour tes péchés Rome sera détruite. Confesse toi et convertis toi, parce que dans 14 jours, la colère de Dieu s’abattra sur toi et sur la ville».

    L’année précédente, fin août, les armées chrétiennes avaient été défaites par les Ottomans sur le champ de Mohács. Le roi de Hongrie Louis II Jagellon mourut dans la bataille et l’armée de Soliman le Magnifique occupa Buda. La vague islamique semblait inexorable en Europe.
    Et pourtant, l’heure du châtiment fut, comme toujours, l’heure de la miséricorde. Les hommes d’église réalisèrent à quel point, follement, ils avaient poursuivi l’attrait du plaisir et de la puissance. Après le terrible sac, la ville changea profondément. La Rome jouisseuse de la Renaissance se transforma en la Rome austère et pénitente de la Contre-Réforme…. »

    http://benoit-et-moi.fr/2015-II/actualite/un-chatiment-misericordieux.php

    Souvenez-vous !

    Le Ciel vous, nous, a prévenu !
    A l’annonce de la démission du Pape Benoît XVI la foudre est tombée sur le Vatican !!!
    L’avion de Hollande a été foudroyé après son investiture, il devait se rendre en Allemagne… !

  10. raslebol says:

    « …Après avoir traversé le Ponte Sisto, les lansquenets et les Espagnols se ruèrent sur la ville proprement dite, et pendant huit jours ils se livrèrent à tous les abus, vol, sacrilège et massacre. Les tombes des Papes furent violées, y compris celle de Jules II. Les morts furent environ douze mille parmi la population (20 000 selon d’autres sources) et le butin d’environ dix millions de ducats.
    A la fin de l’année, Rome ne compta plus qu’un habitant sur cinq. A la dévastation succèda la peste, favorisée par la présence de cadavres laissés sans sépulture.

    Les lansquenets de Frundsberg se distinguèrent par un esprit de croisade anti-papiste.
    Devant le château Saint-Ange, sous les yeux du Pape, une parodie de procession religieuse fut organisée, par laquelle l’on demanda à Clément VII de céder l’Eglise à Luther.
    En signe de mépris, le nom de Luther fut gravé avec la pointe d’une épée sur la fresque « la dispute du Très-Saint Sacrement » dans les Chambres de Raphaël.
    Outre la destruction de reliques, l’orfèvrerie artisanale des églises fut pillée.
    Les travaux de construction de Saint Pierre furent mis à l’arrêt jusqu’en 1534…. »
    http://www.guardiasvizzera.va/content/guardiasvizzera/fr/storia/1527-sacco-di-roma.html

  11. Ah!, ça faisait longtemps que je n’étais pas venu sur ce blog. Il est revigorant de lire une critique aussi posée et détaillée sur les errements de François. Sur ce point je suis entièrement d’accord, je crains helas que le problème ne sera pas résolu de si tôt au Vatican.

    • Patricia J. says:

      Ils y a des gens, des laïcs, qui ont entrepris une démarche officielle et publique. Ils ont l’intention d’aller jusqu’au bout.
      – Recherchez sur le site… vous trouverez ; c’est en 3 articles.
      C’est une procédure qui se déroule par étape et qui est inscrite dans le Droit Canon. Des laïcs peuvent interpeller publiquement un Pape et l’amener à la démission ou à la destitution.
      Par le passé, un Pape, dont le nom m’échappe pour le moment, s’est fait destitué à postériori de son poste et de son titre de Pape, lors d’un Concile suivant…
      Les causes reconnues en étaient : Hérésies.

  12. Les plus prosélystes à l’heure actuelle sont les protestants.

  13. Il marche au captagon le Bergoglio ?

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com