Il prône en continu le dialogue avec tous… et toutes, il chante l’écoute attentive envers tous… et toutes, il se fait le paladin de l’ouverture à tous… et à toutes, il se veut inclusif, -comme l’orthographe-, pour avancer sur le chemin de l’union fraternelle… mais il ne lit pas « les sites internet de cette soi-disant ‘Résistance’ » qui pointe ses hérésies.

Le pape François, qui avait pourtant écrit, en mai 2016, au journaliste Antonio Socci, très réprobateur envers son action pontificale, que « les critiques elles aussi nous aident à marcher sur le droit chemin du Seigneur », n’aime pas tant que ça, dans les faits, ces fameuses critiques, surtout si elles sont doctrinales…

« Certains me disent que c’est normal qu’il y ait de la résistance quand quelqu’un veut faire des changements. Le fameux ‘on a toujours fait ainsi’ règne partout…[…] Je ne peux pas nier qu’il y en a, des résistances. Je les vois et je les connais »,

a déclaré le pape argentin à ses confrères jésuites lors du colloque privé qu’il a eu avec eux le 16 janvier dernier à Santiago du Chili et dont certains extraits, transcrits par le père jésuite Antonio Spadaro, ont été publiés sur Vatican Insider hier 15 février.

« Ce sont des résistances doctrinales. Pour ma santé mentale, je ne lis pas les sites internet de cette soi-disant ‘Résistance’. Je sais qui ils sont, je connais ces groupes, mais je ne les lis pas, simplement pour ma santé mentale… Quand je perçois des résistances, je cherche le dialogue, quand le dialogue est possible ; mais certaines résistances viennent de personnes qui croient posséder la vraie doctrine et t’accusent d’être hérétique. Quand dans ces personnes, dans ce qu’elles disent ou écrivent, je ne trouve pas de bonté spirituelle, je prie simplement pour eux. »

Étant donné le silence avec lequel il a répondu aux dubia des quatre cardinaux, à la Correctio filialis, et à toutes les autres initiatives destinées à corriger son exhortation apostate Amoris laetitia, il a du estimer qu’avec ces ’résistants’ doctrinaux le dialogue était impossible avant même de le commencer. Tout le contraire des aimables protestants ou musulmans avec qui El papa latino est en dialogue permanent…

Dans la Rome bergoglienne, les ecclésiastiques et laïcs fidèles, tout au moins à l’enseignement matrimonial et moral de l’Église catholique, sont bannis du sacro-saint dialogue pontifical…

En fin de compte, le pape François lui-aussi ferme des portes, construit des murs au lieu de ponts, crée des exclus et des ‘migrants’ dont il ne veut pas : les catholiques !

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. cadoudal says:

    Dingoglio , fidèle à sa devise :  » semper deconare »

    on ne le changera pas à 80 ans

    il n’ a que haine et mépris pour l’ Eglise tridentine

  2. Cadoudal says:

    un pape qui ne croit pas au Dieu catholique, qui dit » qu’il n’y a pas de Dieu catholique  » ; c’est quoi ?

    et que dire de ceux qui croient qu’un homme qui tient un tel discours puisse être le Vicaire du Sacré Cœur ?

  3. Aube De La Force says:

    « Quand dans ces personnes, dans ce qu’elles disent ou écrivent, je ne trouve pas de bonté spirituelle, je prie simplement pour eux. »

    Lire: » Quand je ne trouve pas de soumission à mes dictats , je les éloigne et les voue au silence ».

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com