Le 9 mars dernier, le théologien plus protestant que catholique, le père Hans Küng, avait publié «  un appel urgent au pape François pour qu’il permette d’ouvrir un débat impartial sur l’infaillibilité du pape et des évêques » paru sur le National Catholique Reporter des États-Unis.

Le 27 avril, le théologien a diffusé une déclaration, toujours par le biais du National Catholic Reporter, dans laquelle il affirme que le pape François a répondu positivement à sa demande d’une libre discussion sur le dogme de l’infaillibilité :

« Le 9 mars, j’ai publié un Appel au pape François pour qu’il fasse place à une libre discussion, sans préjudices et totalement ouverte, sur le problème de l’infaillibilité. Il a été publié sur les principaux journaux de différents pays. Je suis ravi d’avoir reçu immédiatement après Pâques et par la nonciature à Berlin, une réponse personnelle du pape François datée du 20 mars.

Les points suivants de la réponse du pape sont significatifs pour moi :

Le fait que François ait répondu à tout et qu’il n’ait pas fait la sourde oreille, pour ainsi dire, à mon appel ;

Le fait qu’il m’ait répondu personnellement, et non pas via son secrétaire particulier ou le cardinal secrétaire d’État;

Qu’il m’ait répondu de manière fraternelle, en langue espagnole et en s’adressant à moi comme Lieber Mitbruder (‘cher frère’) et ces paroles sont en italiques;

Qu’il soit évident qu’il a lu très attentivement mon Appel, auquel j’avais ajouté une traduction en espagnol;

Qu’il ait grandement apprécié les réflexions qui m’ont conduit à publier le volume 5 de mes œuvres complètes, dans lequel je suggère de discuter théologiquement les diverses problématiques que le dogme de l’infaillibilité soulève à la lumière de l’Écriture et de la Tradition sacrée avec l’objectif d’approfondir le dialogue constructif entre les « semper reformanda » de l’Église du XXIe siècle et les autres Églises chrétiennes et la société post-modern.

Le pape François ne fixe aucune limite. De cette façon, il a répondu à ma demande d’ouvrir un débat libre sur le dogme de l’infaillibilité. Je pense qu’il est maintenant indispensable d’utiliser ce nouveau domaine de liberté pour faire avancer les réflexions sur les déclarations dogmatiques qui sont des motifs de polémiques à l’intérieur de l’Église catholique et dans sa relation avec les autres églises chrétiennes.

Je ne pouvais pas imaginer alors le grand espace de liberté qu’allait ouvrir le pape François avec son Exhortation apostolique Amoris Laetitia. Déjà dans l’introduction, il déclare : « tous les débats doctrinaux, moraux ou pastoraux ne doivent pas être tranchés par des interventions magistérielles. »

Il dénonce « la morale bureaucratique et froide » et ne veut pas que les évêques se comportent comme s’ils étaient des « arbitres de la grâce ». Il dit que l’Eucharistie n’est pas un prix pour les personnes parfaites mais « un aliment pour les faibles. »

Il cite souvent des déclarations faites au Synode des évêques ou dans les Conférences épiscopales nationales. François ne veut plus être l’unique porte-parole de l’Eglise.

Ceci est le nouvel esprit que j’ai toujours attendu du Magistère. Je suis pleinement convaincu que, grâce à ce nouvel esprit ouvert à une discussion libre, impartiale du dogme de l’infaillibilité, cette question fondamentale pour le futur de l’Église catholique pourra être discutée au mieux.

Je suis profondément reconnaissant à François pour cette nouvelle liberté. Et j’unis mes sincères remerciements à l’espoir que les évêques et les théologiens sachent sans réserve adopter cet esprit nouveau et collaborer à la tâche en accord avec les Écritures et la grande Tradition de l’Église. »

Une réponse à Hans Küng qui s’inscrit dans la continuité de l’Exhortation apostolique Evangelii Gaudium (n°32) dans laquelle le pape évoque « une conversion de la papauté » dans l’exercice de son ministère. Et de ses différents discours où il affirme qu’au sein de l’Église « personne ne peut être «élevé» au-dessus des autres ».

Une réponse en symbiose avec la lettre, datée du mois de mars également, que François a adressée au cardinal Marc Ouellet, président de la Commission pontificale pour l’Amérique Latine et préfet de la Congrégation pour les évêques, dans laquelle le pontife argentin met en garde contre :

« le cléricalisme » qui « éteint petit à petit le feu prophétique dont l’entière Église est appelée à rendre témoignage dans le cœur de ses peuples. (…) Nous devons reconnaître que le laïc, par sa réalité, son identité, parce qu’immergé au cœur de la vie sociale, publique et politique, parce que partie prenante de formes culturelles qui se génèrent en permanence, a besoin de nouvelles formes d’organisation et de célébration de la foi. (…) Il est illogique et même impossible de penser que nous, en tant que pasteurs, devrions avoir le monopole des solutions aux multiples défis que la vie contemporaine nous présente.(…) Ce n’est pas au pasteur de dire au laïc ce qu’il doit faire et dire. »

Après la révolutionnaire Exhortation, non pas apostolique mais apostate, Amoris laetitia qui s’oppose aux doctrines intangibles sur le sacrement de mariage et le péché mortel, accepter qu’un dogme immuable de l’Église catholique,- et les autres par la suite-, puisse être soumis à discussion non pour en clarifier l’interprétation mais pour le réécrire ou l’abolir procède de cet esprit nouveau que l’on peut qualifier, sans crainte, de révolutionnaire. Esprit révolutionnaire qui habite les ecclésiastiques conciliaires depuis le concile Vatican II et défigure le visage de l’Église catholique. Esprit nouveau cher au pape François et à Hans Küng…

Francesca de Villasmundo

http://www.corriere.it/cronache/16_aprile_28/francesco-apre-caso-dell-infallibilita-papa-kung-bergoglio-70beab00-0cb8-11e6-a4db-66a817deaada.shtml

http://www.noisiamochiesa.org/papa-francesco-ha-risposto-ad-hans-kung-via-libera-alla-discussione-sul-dogma-dellinfallibilita-e-sui-compiti-del-magistero/

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

21 commentaires

  1. Patricia says:

    C’est quoi ces nouveaux délires?!
    En vérité, je ne veux plus rien avoir à faire avec tous ces guignols qui passent leur temps à détruire ce qui reste de notre ancienne religion ; à nous pourrir la vie.
    Le pire dans tout çà c’est qu’ils nous barrent le chemin qui mène au Salut de notre âme. Ils contribuent à nous désespérer en mettant en place la nouvelle religion mondialiste qui est une coque vide au service des monstres qui nous « gouvernent. »
    Pour ma part, j’ai retrouvé le Chemin et ma religion d’enfance. La vraie ; celle de Jésus-Christ.
    Merci mon Dieu!

  2. pamino says:

    Pour commencer : pour « le père Hans Küng » il faut lire « l’abbé Hans Küng », also « Don Giovanni Küng », und nicht « Padre Giovanni Küng », en allemand „der Hw. Hans Küng“ und nicht „Pater Hans Küng“ ; principiis obstate. Maintenant je lis plus loin …

  3. pamino says:

    « les diverses problématiques que le dogme de l’infaillibilité soulève à la lumière de l’Écriture et de la Tradition sacrée » : langue de bois pour « les différents problèmes ».

    « tous les débats doctrinaux, moraux ou pastoraux ne doivent pas être tranchés par des interventions magistérielles. »

    « Tous les débats […] ne doivent pas être tranchés […] „, c’est ça qu’il veut dire, qu’il y a des débats qui doivent être tranchés ? Non, il veut dire « aucun des débats […] ne doit être tranché […] » ; c’est un ancien Professeur qui aide à détruire la langue ; mais il y a là peut-être le doigt de Dieu.

    Du moins on lui a enlevé l’approbation, better late than never …

  4. iroise says:

    Pour ma part, s’il pouvait en profiter pour remettre à leur place les papolâtres, qui se basent sur un dogme de l’infaillibilité hypertrophié, j’en serais bien contente !

    • Ultima says:

      « Vous serez appelés Papistes, cléricaux, rétrogrades, intransigeants. VANTEZ-VOUS EN ! » (Saint Pie X)

      Que parmi vous il n’y ait pas de place pour l’orgueil du libre examen, qui relève de la mentalité hétérodoxe plus que de l’esprit catholique, et selon lequel les individus n’hésitent pas à peser au poids de leur jugement propre même ce qui vient du Siège Apostolique.
      Pie XII, déclaration aux jésuites réunis en Congrès à Rome, 10 septembre 1958

      « S’il faut l’assentiment de toute l’Église pour gouverner l’Église, alors il n’y a plus d’Église.»
      (saint Alphonse de Ligori, dans son Traité des Papes.)

      La société est malade, toutes les parties de son corps sont touchées; les sources de la vie sont atteintes.
      L’unique refuge, l’unique remède, c’est le Pape.
      Mgr Sarto (futur St Pie X) alors Patriarche de Venise, cité dans Pour qu’il règne, la cité catholique, 1959, p. 492

      CHAPITRE XII, § I

      D. Pourquoi les révolutionnaires attaquent-ils l’Église catholique et non les autres églises?

      R. Parce que l’Église catholique est la seule et l’unique « envoyée » de Jésus-Christ, son unique épouse fidèle, portant avec elle Dieu, et que les autres églises, filles bâtardes, épouses adultères, sont les églises de Satan, mères et nourricières de la révolution.

      D. Pourquoi attaquent-ils surtout le Pape et les évêques ?

      R. Parce que le Pape est un autre Jésus-Christ sur la terre et que lui et les évêques, successeurs des apôtres, démasquent, déjouent les projets de la révolution et se montrent toujours les colonnes de la vérité, la lumière du monde.
      CATÉCHISME DE LA RÉVOLUTION OU LA RÉVOLUTION EXPLIQUÉE DANS SES PRINCIPES, SON LANGAGE, SES ŒUVRES ET SA FIN, BLOUD et BARRAL, 1877, pages 69 et 70

      • Onclin says:

        @Ultima:
        « La société est malade, toutes les parties de son corps sont touchées; les sources de la vie sont atteintes.
        L’unique refuge, l’unique remède, c’est le Pape. »
        Question : Si le pape est comme la société « malade », il n’est donc plus l’unique remède or « unique remède » ainsi il n’y a plus de remède ??

        « Pourquoi attaquent-ils surtout le Pape? » et SI comme on le voit les révolutionnaires n’attaquent plus « ce » pape la réponse :
        Parce que « ce » Pape n’est plus un autre Jésus-Christ sur la terre et que lui, ne démasque, ne déjoue plus les projets de la révolution et se montrent alors comme les colonnes de la vérité inversée ou le mensonge, la lumière du monde inversée ou ténèbres.

  5. Voici l’article le plus TERRIBLE que pourra jamais écrire, de toute sa vie et de toute sa carrière, un écrivain catholique. « L’Antéchrist-personne devant clore notre fin des temps sera-t-il… le dernier pape LÉGITIME de l’Église catholique ? »
    http://www.eglise-la-crise.fr/images/pdf.L/AntechristSeraLeDernierPapeLEGITIME.pdf

    • Voici ce que dit l’abbé Augustin Lémann, juif converti, de l’Antéchrist : »Il est probable que les Juifs acclameront l’Antéchrist comme Messie et seront ses auxiliaires pour établir son règne. « Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne m’avez pas reçu ; un autre viendra en son nom et vous le recevrez. » (Jean, V, 43). C’est sur cette parole adressée aux Juifs, ses contemporains et ses adversaires, que cette croyance s’est établie; et l’on peut dire qu’elle est le sentiment commun des Pères de l’Eglise. »
      Mais d’après saint Thomas d’Aquin, si cette croyance est probable, elle n’est pas certaine, car beaucoup de faux Messie aimés par les Juifs et sans être des Antéchrists sont déjà apparus.
      Un pape comme Antéchrist ? Mais comment le Christ, Tête de l’Eglise, pourrait-il se couper la tête à Lui-même en la personne de son représentant sur terre, alors qu’Il a promis que les portes de l’Enfer ne prévaudront pas contre son Eglise et qu’Il serait avec elle jusqu’à la fin des temps ?…

      • Sylvain says:

        Efgy, lisez les premières pages de cet article/livre et vous aurez les réponses à la plupart de vos questions. Pour ma part, je pense comme Louis Dalencourt du blog legrandereveil.wordpress.com, que l’Antéchrist est le pape François et que le retour du Christ est pour très bientôt…

        • Cher Sylvain, je ne me pose aucune question. Je pense que le pape François n’est pas l’Antéchrist. La Bête se fera passer pour Dieu. Le pape François fait tout pour ne pas se faire passer pour Dieu.
          Quant à l’heure de sa venue, st Paul (II, Thes) dit : « Il faut que l’apostasie arrive auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme de péché, le fils de la perdition etc. ». Ce n’est pas encore l’apostasie complète, mais elle arrive à grands pas !

          • Sylvain says:

            Au moins nous sommes d’accord sur le fait d’être parvenu à la fin des temps, alors gardons nos lampes allumées.
            https://legrandreveil.wordpress.com/2014/12/17/lantechrist-existe-je-lai-rencontre/

            • Votre lien donne une opinion subjective, qui ne repose que sur des idées personnelles, alimentées ça et là de quelques certitudes, mais qui ne prouvent pas du tout que l’Antéchrist est le pape.
              Ces idées peuvent d’ailleurs être réfutées par d’autres contraires.
              Par exemple, l’Antéchrist comparée à une « petite corne » dans Daniel s’explique comme suit selon Théodoret : »Daniel appelle l’Antéchrist une petite corne, parce qu’il naîtra de la petite tribu des Juifs. »
              Et derrière lui, un nombre assez impressionnant de Pères de l’Eglise (st Irénée, saint Hippolyte, saint Ambroise, saint Augustin, saint Grégoire le Grand, saint Anselme, saint Isidore, saint Prosper, saint Antonin, etc.) pensent que l’Antéchrist sera de la tribu juive de Dan. Cela n’est pas certain, mais probable, car cette probabilité repose sur les textes bibliques. Les opinions de l’auteur de votre lien ne reposent sur rien de certain non plus.
              Par contre, saint Paul et saint Thomas d’Aquin se rejoignent lorsqu’ils montrent que le seul obstacle qui retient l’Antéchrist, c’est l’Eglise Romaine et avec elle son gardien, le pape.

          • Jean Monnaie says:

            Exact, l’antéchrist n’est pas le Pape même si François est en train de réaliser le plan pour nous rendre Noachide en faisant en sorte que toutes les religions existantes se rapprochent pour fusionner en une seule. Ce sera l’antéchrist qui portera le coup final et il ne viendra pas avant 2030 d’après des prophéties chrétiennes. Tout n’est d’ailleurs pas prêt au niveau technologique pour qu’il puisse contrôler l’humanité.

            L’antéchrist voudra faire adorer sa propre religion et malheur à celui qui le suivra.

            Même à la Salette, la Sainte Vierge n’a pas parlé de ce Pape comme l’antéchrist mais a parlé du Pape et de son successeur. François sera chassé de Rome tandis que seul N.S.J.C. pourra abattre l’antéchrist.

            • « seul N.S.J.C. pourra abattre l’antéchrist. »

              Oui car auparavant, NS aura envoyé Elie et Enoch, mais d’après une croyance commune, ils mourront martyrs pendant le règne de l’Antéchrist. Seul Jésus-Christ sera assez puissant pour tuer l’Antéchrist d’un souffle de sa bouche !

    • J’ajoute que si les Juifs accueillent l’Antéchrist comme le Messie, c’est qu’il y a de fortes probabilités pour que l’Antéchrist soit juif.

      • L’abbé Lémann commente les deux opinions selon lesquelles l’Antéchrist :
        1. aura son siège à Jérusalem
        2. aura son siège à Rome
        Il arrive à la conclusion : « Si Jérusalem devient le siège de l’Antéchrist, ses principaux fauteurs auront été les Juifs ; si c’est Rome, ce seront les Francs-Maçons. »
        Dans les deux cas, il y a de fortes probabilités que l’Antéchrist viennent des Juifs.
        Donc prions pour que « Que celui qui retient encore retienne » (II Thess., II, 7) « Qui tenet nunc, retineat. »

  6. Ultima says:

    @Question : Si le pape est comme la société « malade », il n’est donc plus l’unique remède or « unique remède » ainsi il n’y a plus de remède ??

    – temporairement seulement , car le Souverain Pontife est encore une personne morale !

    • Onclin says:

      @Ultima 21h52:
      « une personne morale » dans quelle sens :
      1- définition de droit : donc douée de « personnalité juridique » alors c’est une fiction juridique qui n’existe que par la bonne volonté d’une définition purement humaine donc sans lien avec le Dieu Trinitaire. Je ne pense pas que cela obéit à votre définition ici présentée.
      2- De l’ordre des lois naturelles et ainsi obéit aux « commandements » de Dieu (Trinitaire). Mais là il y a un gros problème avec ce pape, car il ne les respecte plus tous et par là les dogmes basés sur ces fondements. Donc est il encore moral à ce niveau ? Ou devenu un pape acatholique c’est à dire chrétien non catholiques, rejetant l’autorité du pape, c’est à dire rejetant sa propre autorité. Ne se présente t’il pas comme évêque de Rome prioritairement et ne veut il pas revoir l’infaillibilité de pape ?

      • Ultima says:

        La première sottise, donc, est de dire que le Pape est une personne physique et non une personne morale. Démontrant l’erreur en la matière. Car, le Pape … c’est un office ! UNE PERSONNE MORALE NON COLLÉGIALE !

        R.P. Augustine, A COMMENTARY ON CANON LAW, t.2, p.7 a écrit:
        Même si tout le corps des fidèles venait à cesser d’exister, le Souverain Pontife serait encore une personne morale. […] Sans exagérer, nous pouvons dire que le Pape est une entreprise à lui seul en vertu de sa souveraineté, à l’instar du Roi sous la loi anglaise.

        Le même raisonnement est à faire avec par exemple le curé d’une paroisse :

        R.P. Mothon, INSTITUTIONS CANONIQUES, t.1, p.280 a écrit:
        Le curé est une personne morale, en ce sens que tous les prêtres, qui se succèdent dans une même cure, y jouissent des mêmes droits, et y sont astreints aux mêmes devoirs.

        La deuxième sottise consiste a croire que la personne morale du Saint-Siège pourrait survivre à la mort du Pape … mais pas à ceux qui l’ont élu. Ainsi, la personne morale ne pourrait survivre à la disparition de personnes physiques … qui ne la composent pas.

        Can. 100

        § 1 L’Église catholique et le Siège apostolique ont qualité de personnes morales par l’effet de l’ordonnance divine; les autres personnes morales inférieures ont cette qualité dans Église soit par l’effet d’une prescription du droit, soit par une concession donnée par décret formel du supérieur ecclésiastique compétent, dans un but de religion ou de charité.

        Can. 102

        § 1 Une personne morale, par sa nature, est perpétuelle, elle s’éteint par l’acte de l’autorité légitime qui la supprime, ou si, pendant l’espace de cent ans, elle a cessé d’exister.

        Le canon 102, § 1, outre qu’il y ait des mesures qui relèvent du droit ecclésiastique purement humain, met en évidence la perpétuité de la personne morale qui ressort de sa nature même qui consiste à survivre malgré la disparition de ses membres.

        C’est-à-dire qu’il en va de la nature des choses que la personne morale puisse survivre à l’élément humain défaillant.

        La preuve en est que lorsque le Pape meurt, le Siège Apostolique, étant une personne morale non collégiale [c’est-à-dire composée d’un seul membre] de droit divin, ne s’éteint pas et survit à la disparition de la seule et unique personne physique qui l’occupe.

        Et si ces explications ne vous suffisent pas, permettez-moi de vous poser une autre question de logique qui devrait vous suffire :

        Advenant le cas où tous les membres [Pape, cardinaux, fidèles etc.] de l’Eglise catholique viendraient à mourrir d’une terrible guerre, diriez-vous que l’Eglise catholique, étant personne morale collégiale de droit divin, serait aussitôt morte, tout en affirmant que le collège des cardinaux, étant quant à lui une personne morale collégiale de droit ecclésiastique, survivrait encore 100 ans (can. 102, §1) !????

        Et le fait que le Saint-Siège soit une personne morale non collégiale, c’est-à-dire une personne morale de droit divin ayant un seul membre, et que cette même personne morale de droit divin puisse devenir vacant à la mort du Pape, c’est-à-dire à la disparition du seul et unique membre physique qui la compose, prouve d’une manière absolue qu’une personne morale de droit divin survit à toutes personnes physiques qui en est membres …

  7. Crusader says:

    Discuter un dogme…
    En trois mots, on comprend que ces gens sont absolument courts en matière de théologie.
    Pour qui est catholique, un dogme est une vérité de Foi.
    Ils ne sont pas catholique et n’ont pas la Foi.
    Ils ont pour nom : anathème, apostat, hérétique, et ce quel que soit le masque qu’ils empruntent.

  8. Il me semblait que cet homme avait été sanctionné et n’était plus « réellement » prêtre,avec un antipape il faut s’attendre à tout!

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com