Le thème des « migrants » et de ce que le pape nomme « leur droit à émigrer » est revenu sur le devant de la scène, – l’a-t-il jamais quitté d’ailleurs-, lors d’un long entretien accordé à un journal de SDF milanais «Scarp de’ tenis» , en vue de préparer la venue de François dans la ville du nord le 25 mars prochain.

Dans les colonnes du quotidien de rue, François s’est épanché sur l’urgence migratoire sans hésiter à culpabiliser l’Europe et à prôner l’accueil intégral.

«Ceux qui arrivent en Europe fuient la guerre ou la faim. Et nous, nous sommes d’une certaine façon coupables parce que nous exploitons leur terre mais nous ne faisons aucun type d’investissement dont ils puissent extraire un bénéfice. »

François confond, dans ce message trompeur, les grands groupes internationaux et multi-nationales détenus de par le monde par quelques trusts et financiers apatrides, dont le milliardaire Georges Soros au discours immigrationniste de même acabit que le sien est un exemple notable, et la pauvre masse des Européens, bourgeois moyens, pauvres ouvriers ou simples employés, submergée par l’invasion migratoire alors qu’elle n’a aucun intérêt financier en Afrique, Asie ou autre pays du Tiers-Monde. Ce ne sont d’ailleurs pas les plus riches parmi les Européens qui sont frappés, en premier en tout cas, de plein fouet par cette déferlante extra-européenne mais les plus faibles et les plus pauvres. Mais à ces pauvres-là, il semble que François préfère quand même les clandestins…

Il oublie également bien facilement que de trop nombreux pays, africains en particulier, aux richesses minières incommensurables, sont exploités par une petite caste de dictateurs noirs, bien de chez eux, après avoir rejeté violemment la colonisation européenne, qui quoi qu’en dise la bien-pensance morale internationale, du genre cette fois-ci d’Emmanuel Macron, larbin de certains banksters, avait fait plus de bien que de mal à ces pays tribaux.

Mais pour le pape jésuite, les réalités économiques, les réalités politiques, les réalités historiques, les réalités financières, la réalité d’une mondialisation en marche qui s’appuie sur le déracinement des hommes pour procurer sur le Vieux Continent de la main d’œuvre à bon marché et corvéable à merci à ces mêmes trusts qui s’enrichissent en Afrique, en Amérique Latine et ailleurs, n’entrent pas en ligne de compte quand il parle de ses amis les migrants, revêtus de toutes les qualités. D’ailleurs leur seule qualité de « migrants » échoués sur les terres européennes inhospitalières selon lui fait d’eux, à écouter El pape argentin, des êtres sacro-saints et intouchables.

« Ils ont le droit d’émigrer, a tonné François, et ils ont le droit à être accueilli et aidé.»

Il a, il est vrai, rajouté par la suite qu’il faut aussi que les gouvernements soient prudents mais pour réaffirmer dans le propos suivant l’importance de la promotion d’une intégration, qui respecte la culture de l’autre. Pour appuyer ses paroles et donner un exemple du manque d’intégration imputable à la mauvaise volonté des Européens il a reparlé des terroristes « belges » de l’aéroport de Bruxelles ! François s’est donc fait, comme à chaque fois qu’il disserte sur les « migrants », le chantre du multi-culturalisme et du brassage des peuples, du droit du sol sur le droit du sang, d’une nationalité de papier plus que de cœur, de cet altruisme immigrationniste qui est synonyme de disparition de notre Europe des peuples millénaires et de son identité chrétienne.

L’accueil des « migrants » a-t-il donc expliqué

« doit se faire avec cette vertu chrétienne qui doit être le propre des gouvernants, je parle de la prudence. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie accueillir tous ceux que l’on « peut » accueillir. Pour ce qui concerne le nombre. Mais il est tout aussi important d’avoir une réflexion de « comment » accueillir. Parce que accueillir signifie intégrer. C’est la chose la plus difficile parce que si les migrants ne s’intègrent pas, ils sont ghettoïsés. J’ai toujours en mémoire l’épisode de Zaventem (l’attentat de Bruxelles du 22 mars 2016, ndlr) ; ces garçons étaient belges, fils de migrants mais ils habitaient un quartier qui est un ghetto. Que signifie intégrer ? Voici un autre exemple : de Lesbos sont venus avec moi en Italie 13 personnes. Le deuxième jour après leur arrivée, grâce à la Communauté Sant’Egidio, les enfants fréquentaient déjà l’école. Ensuite, très vite ils ont trouvé un logement, les adultes se sont donnés du mal pour fréquenter des cours afin d’apprendre la langue italienne et pour trouver un travail. Bien sûr, pour les enfants c’est plus facile : ils vont à l’école et en peu de mois ils parlent l’Italien mieux que moi. Les hommes ont cherché un travail et l’ont trouvé. Intégrer veut dire entrer dans la vie du pays, respecter la loi du pays, respecter la culture du pays mais aussi faire respecter sa propre culture et ses propres richesses culturelles. L’intégration est un travail très difficile. »

Le monde que décrit François est une chimère, une illusion, un univers rose bonbon, gentillet, bondé de clandestins bisounours. François vit dans un rêve parallèle à la réalité crue ! L’intégration, cela fait des décennies qu’on nous rabâche les oreilles avec elle, sans que cela fonctionne, malgré les milliards qu’on injecte dedans, par la faute disons-le clairement des immigrés eux-mêmes qui veulent garder leur culture, leur religion, leurs coutumes et leurs mœurs qui s’opposent trop souvent et violemment à la civilisation européenne.

L’intégration est un échec. Elle est un échec, premièrement parce que c’est l’assimilation qu’il fallait promouvoir et non l’intégration. L’assimilation s’oppose au multi-culturalisme défendu par François et pousse l’immigré a abandonné sa culture d’origine pour adopter le mode de vie religieux, social, légal du pays adoptif. L’assimilation est le seul moyen qui permette à une nation d’intégrer des individus étrangers sans dommage pour sa culture et sa civilisation. Et prédisposent les générations suivantes à se considérer réellement partie intégrante de la nation.

Secondement, l’intégration est un échec parce que le nombre d’immigrés, surtout musulmans, sur le sol européen a largement dépassé le seuil qu’il est possible même d’assimiler. Les communautés d’origine se sont reformées et d’immigrés dociles il y a 60-70 ans passés, les nouveaux arrivants, mais aussi la deuxième ou troisième génération, sont devenus des conquérants mahométans revendicatifs hostiles aux coutumes du pays d’accueil et ambitionnant d’imposer leur mode de vie aux autres. La prolifération des mosquées sur le sol européen, des minarets, de la nourriture halal, des modes vestimentaires coraniques, etc. en sont l’illustration éclatante.

A quelques exception près, mais il y a toujours des exceptions, l’intégration est un échec parce que la charia et le Coran ne sont pas européo-compatibles ! Quoi que rêve François…

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

18 commentaires

  1. Boutté says:

    Que fait donc le Pape François de l’obligation de défendre sa famille et sa maison contre le voleur des Evangiles ? Que fait-il du « royaume divisé contre lui-même », du « serviteur qui ne peut servir 2 maîtres » etc. . . ?
    Nôtre premier devoir est la survie ! Le voyageur doit être accueilli comme un passager temporaire qui se conforme aux usages de la maison qui le reçoit .

    • HUGUEL says:

      Bien dit! Par ailleurs qu’il ouvre les yeux et les oreilles car tous ces envahisseurs sont des musulmans qui viennent conquérir les pays dans lesquels ils arrivent. Ne sait-il donc pas ce qu’ils font aux chrétiens en Irak et en Syrie? Qu’il continue dans cette voie et lui aussi sera égorgé comme tout mécréant que nous sommes. Pour ces sauvages sanguinaires ce sera le summum.

  2. Damien says:

    L’intention des peuples envahisseurs fut, de tout temps, de s’emparer des richesses. Aujourd’hui comme dans le lointains passé. Nous sommes loin, très loin, de la pauvre petite famille rejetée de sa tribu pour chercher refuge en une terre accueillante. Lorsqu’il s’agit de plusieurs milliers et centaines de milliers, il y a un objectif d’envahissement pour s’emparer des richesses. Il n’y a aucune volonté d’intégration ni de travail. Sauf rares exceptions. Ce problème de migration nous dépasse tous, y compris le pape. Dans les temps anciens, on prenait les armes, aujourd’hui, nous « tentons » de les accueillir. C’est un progrès. Mais la place commencera à manquer. La Belgique et les Pays-Bas ont une densité d’habitant de près de 350 habitants au km². Peut-on accueillir plus ? Bétonner nos champs pour y construire des maisons ? Pouvons-nous sacrifier nos culture ? Que mangerons-nous ? Chaque peuple à reçu du soleil une terre à cultiver. Qu’en ont-ils faits ? Trop paresseux pour travailler alors c’est la mendicité à grande échelle. Les pays riches ont distribué des milliards en faveur des pays en voie de développement, qu’ont-ils fait de ces mannes ? La corruption. Tenir de beaux discours « humanistes » c’est bien, lorsque toute notre fragile civilisation s’écroulera, que fera-t-on ? A partager avec tous ces « pauvres » nous allons aussi nous appauvrir et finalement, ce sera le monde entier, sauf quelques îlots préservés où s’abriteront les plus nantis …. c’est le cas avec la Nouvelle-Zeelande au sud de l’Australie. Un paradis pour milliardaire. Accuser les européens, devient l’argument tarte.

  3. Etienne says:

    Sur le fond le pape se contente de dire deux choses contradictoire.
    – Les migrants ont le droit de migrer.
    – Il faut les accueillir après réflexion.
    La forme qu’il choisit privilégie le point un et, le point deux n’est plus qu’une restriction au point un.
    Ainsi, il simplifie le problème et discrédite son message.

    Il discrédite aussi l’Eglise d’Europe de l’ouest : elle devient la complice d’un envahissement dont les autochtones les plus pauvres sont les premières victimes.
    Ce déni de réalité détruit la crédibilité des autorités catholiques plus sûrement que les quelques minables pédophiles.

    PS
    L’enquête sur la validité de la désignation de ce pape par le dernier conclave doit être menée.

    • Etienne says:

      « contradictoires ».

    • John Bourde says:

      Antonio Socci a écrit un livre là-dessus mais il n’a pas été traduit en Français à ma connaissance. Ce journaliste est une référence sur ces sujets.

      • On y va says:

        Aller sur le site canadien viens- Seigneur-Jésus.com et vous aurez les articles traduits …

        • John Bourde says:

          Ok, je vous remercie de l’information.

    • John Bourde says:

      *Sur votre post-scriptum

      • Etienne says:

        Merci.
        Il y a au moins deux éléments.
        1. Les manigances (avouées) des Danneels et consorts paraissent en contradiction avec les règles des conclaves, actualisées sous Jean-Paul II.
        2. Il paraît que des bulletins de vote n’auraient pas été détruits, comme prévu, entre deux tours de votes. D’où on peut tout supposer.

        Par ailleurs, des pressions politiciennes émanant des « des-mots-crates » américains pourraient nous avoir ramenés au bon vieux temps des royaumes du passé.
        C’est pour éviter ces pressions nationales qu’on n’a plus désigné que des Italiens.

    • anastasias says:

      métèque. voila le qualificatif pour le pape qui m’est venu à l’esprit à la lecture de l’article alors que j’ignorais le sens exact du mot. J’ai donc été voir sa définition et après lecture, j’ai pensé que le terme m’avait été suggéré !

  4. Guillaume says:

    Migrants, islam, le pape : quatre prêtres s’expriment sans langue de bois !

    Discours apaisants et protecteurs à l’égard de l’islam, discours culpabilisants, voire insultants envers le Christianisme. Mais si certains membres de l’Eglise sont béatement ou hypocritement en phase avec la vision angélique de l’islam du Pape François et soutiennent ses appels à accueillir en Europe tous les déshérités de la terre, attirés par la chimère d’un Eldorado européen, d’autres, confrontés quotidiennement à la réalité migratoire et conscients du danger mortel de l’idéologie islamique pour les non-musulmans, n’hésitent pas à s’exprimer sans mâcher leurs mots.

    Je les remercie pour leur clairvoyance.

    http://www.dreuz.info/2016/08/17/migrants-islam-le-pape-quatre-pretres-sexpriment-sans-langue-de-bois/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

  5. Raiford says:

    Le Christ dans les Évangiles ne dit pas que l’immigration de masse est un droit.
    Ce pape invente une nouvelle doctrine qui n’a jamais existée depuis 2000 ans.

    Avant le Christ, la bible interdisait aux juifs le mélange des populations de religions différentes, pour ne pas perdre la vraie religion d’Abraham.

    Ce pape serait il un sous marin envoyé pour détruire la religion catholique ?

    Quand on sait que Benoit XVI n’était pas malade, mais a été forcé de donner sa démission (paralysie financière du Vatican par le système SWIFT, jusqu’à la démission), on est en droit de se poser beaucoup de questions.

    Qui est le vrai pape actuellement ?

    • Hilarion says:

      La destruction de l’église depuis Vatican II est de toute évidence organisée, La désertification croissante des églises depuis cette période en est la conséquence directe. Quelle organisation ne réagirait pas devant cette hémorragie de fidèles en revenant aux rites d’avant le mortifère Vatican II. Aucune réaction constatée. Difficile à détruire de l’extérieur, y faire pénétrer des chevaux de Troyes était la bonne méthode. Elle est en bonne voie de réussir.

  6. Le Sommelier says:

    Ce soi disant Pape est un hérétique , un déracineur :

    http://pocombelles.over-blog.com/2014/09/simone-weil-l-incandescente-par-robert-redeker-marianne-net.html
    Or, l’enracinement est l’un des besoins primordiaux de l’âme, et la patrie est la réalité qui y répond le mieux. Mais il faut entièrement la repenser, en l’articulant à deux autres besoins aussi intenses : la vérité et la justice. La résistance a une mission spirituelle autant que politique et militaire.

    Omnia instaurare in Christo :

    Pape Léon XIII, Encyclique « Sapientiae Christianae », 1890 :
    « L’amour surnaturel de l’Eglise et l’amour naturel de la patrie procèdent du même et éternel principe. Tous les deux ont Dieu pour auteur et pour cause première ; d’où il suit qu’il ne saurait y avoir entre les devoirs qu’ils imposent de répugnance ou de contradiction. »

    Pape Benoît XV, Lettre du 15 juillet 1919 :
    « Si la charité s’étend à tous les hommes, même à nos ennemis, elle veut que soient aimés par nous d’une manière particulière ceux qui nous sont unis par les liens d’une commune patrie. »

    Pape Pie XII, Encyclique « Summi Pontificatus », 1939 :
    « Il existe un ordre établi par Dieu selon lequel il faut porter un amour plus intense et faire du bien de préférence à ceux à qui l’on est uni par des liens spéciaux. Le Divin Maître Lui-même donna l’exemple de cette préférence envers sa terre et sa patrie en pleurant sur “l’imminente destruction de la Cité sainte”. »

    Cardinal Feltin, 20 avril 1956 :
    « L’Église qui proclame que tous les hommes sont frères, corrige l’interprétation erronée qu’on donne parfois à cette fraternité universelle. Elle déclare, en effet, que chacun doit aimer particulièrement ceux qui sont nés sur le même sol que lui, qui parlent la même langue, ont hérité des mêmes richesses historiques, artistiques, culturelles, qui constituent dans l’humanité cette communauté spéciale que nous appelons notre patrie, véritable mère, qui a contribué à former chacun de ses enfants. Elle a droit à un amour de préférence. »

    Saint Augustin, docteur de l’Eglise, IVè siècle:
    « Aime tes parents, et plus que tes parents ta patrie, et plus que ta patrie aime Dieu seul. »

    Cardinal Joseph-Désiré Mercier, archevêque de Malines, lettre «Patriotisme et Endurance», 1er janvier 1915 :
    « Il n’y a point de parfait chrétien qui ne soit point un parfait patriote ! »

    Cardinal Louis-Édouard Pie (1815-1880) :
    « Vous serez davantage de votre pays, à mesure que vous serez plus chrétiens. »

    Pape Saint Pie X (1903-1914) :
    « Si le catholicisme était ennemi de la patrie, il ne serait pas une religion divine. »

    Maréchal Pétain: lettre de l’Ile d’Yeu, avril 1948 :

     » C’est vers ceux qui m’ont obéi et qui sont emprisonnés que va d’abord ma pensée. C’est leur liberté qui m’importe et qui importe à la France. Pour ma part, j’ai fait le sacrifice de ma personne et je ne songe qu’à l’union des Français.  »

    Don Fransico Franco Bahamonde, Caudillo d’Espagne, consécration de l’Espagne au Sacré-Cœur de Jésus, 1952 :
     » Mon Seigneur et Mon Dieu, avec l’humilité qui convient à un bon chrétien, je viens proclamer la foi catholique, apostolique et romaine de la Nation espagnole, son amour du Sacré-Cœur de Jésus et de notre insigne pasteur, sa sainteté Pie XII.  »

    Chesterton , dans « Le Défenseur » . :
     » Si nous sommes condamnés un jour, ce ne sera pas seulement pour la faute intellectuelle de n’avoir pas su apprécier les autres nations, mais pour la faute beaucoup plus surprenante de n’avoir pas su nous apprécier nous-mêmes.  »

    Notre Dame de Fatima à Lucie le 13 Octobre 1917 :
    “ Beaucoup de nations disparaîtront de la face de la terre.”

    Benoît XVI : in “ caritas in veritate “ et là ça dérape sérieusement ….!!!!!!!!!!!!!!
    “ Il est urgent que soit mise en place une véritable Autorité politique mondiale telle qu’elle a déjà été esquissée par mon Prédécesseur, le bienheureux Jean XXIII . ”

    Réponses à Benoit 16 soupapes :

    Nicolas Gomez Davila :
    La fonction de l’Eglise n’est pas d’adapter le christianisme au monde, ni même d’adapter le monde au christianisme, mais de maintenir un contre-monde à l’intérieur du monde.

    Exorcisme de Léon XIII :
    “ L’Église, épouse de l’Agneau immaculé, des ennemis très rusés l’ont saturée d’amertume et abreuvée d’absinthe ; ils ont porté leurs mains impies sur tout ce qu’elle a de plus précieux. Là où a été établi le Siège du bienheureux Pierre et la Chaire de la Vérité pour la lumière des nations, là ils ont posé le trône de l’abomination de leur impiété ; de sorte qu’en frappant le Pasteur, ils puissent aussi disperser le troupeau .”

    Mgr Lefebvre , 1989:
    “ Je crois sincèrement que nous avons affaire à une contrefaçon de l’Eglise et non pas à l’Eglise catholique ….On doit croire que l’Église est occupée par cette contre Église que nous connaissons bien …il y a tout simplement une loge maçonnique au Vatican …obéissance , obéissance , obéissance !!! Obéissance à l’Eglise , oui ! obéissance à la franc maçonnerie , non !…L’ennemi s’est infiltré dans l’Eglise . Il y est . Il y est .”

    • Merci pour ces excellentes citations sur la Patrie.
      Il est, en effet, un devoir pour le catholique, d’aimer et défendre sa Patrie (4 ème commandement de Dieu); et Dieu nous jugera sur ce point, à l’instant même de notre mort.
      Nos prêtres (FSSPX) feraient bien de le rappeler de temps à autre …

      • Etienne says:

        D’autant que Jésus avait un coeur patriote : les Evangiles nous Le montrent soucieux du sort de Jérusalem.
        Malheureusement, c’est vrai qu’aux prêches, on nous développe rarement cet amour de Jésus pour sa patrie terrestre. Elle va jusqu’à lui faire monter des larmes aux yeux.

  7. Le Sommelier says:

     » Et ce ne sera pas parmi leurs hérésies que nous rechercherons notre dernier destin . » Charles Péguy . Eve .

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com