La Pologne n’est pas la France. Les spectacles blasphématoires n’y sont pas encouragés par les autorités. Bien au contraire, la justice polonaise n’hésite pas à ouvrir une enquête lorsque les faits peuvent permettre d’interdire le spectacle en question.

Ainsi, le parquet polonais a ouvert mercredi une enquête au sujet d’une immonde pièce de théâtre blasphématoire intitulée « La Malédiction » et jouée en ce moment à Varsovie au théâtre Powszechny.

Le procureur Lukasz Lapczynski a ouvert l’enquête sur base d’extraits du spectacle disponibles sur internet.

Ce spectacle anticatholique contient plusieurs scènes extrêmement choquantes. Des personnages en soutane s’y prêtent à des scènes de violence et d’accouplement.

Une actrice agenouillée devant une représentation du pape Jean Paul II simule une scène de fellation. Ensuite le pape est pendu en haut d’une potence avec une inscription « défenseur des pédophiles ».

Le metteur en scène croate Oliver Frljic, connu pour ses provocations scandaleuses, affirme s’être inspiré d’un texte de l’auteur polonais du XIXe siècle Stanislaw Wyspianski, qui traite des relations complexes des Polonais avec la toute-puissante Eglise catholique. Wyspianski y évoque un drame dans un petit village polonais dont les habitants rejettent sur une femme qui a eu deux enfants avec un prêtre toute la responsabilité d’une sécheresse qui frappe leurs récoltes et demandent son châtiment.

Oliver Frljic a aussi suscité l’indignation parmi les Croates pour une scène durant laquelle une actrice incarnant une immigrée musulmane simule un accouchement et sort un drapeau croate de son vagin.

Le parquet a ouvert en même temps une deuxième enquête pour « incitation à commettre un crime » sur la personne de président du parti au pouvoir Droit et Justice (PiS) Jaroslaw Kaczynski, a indiqué le procureur. Dans une des scènes finales, une actrice évoque la possibilité d’une collecte d’argent, auprès des spectateurs, pour payer un tueur à gages qui assassinerait le président de PiS, avant de dire que le metteur en scène Oliver (Frljic) lui a ordonné de supprimer cette scène, qui représente un crime passible d’une peine de prison.

De nombreux particuliers envisagent aussi de porter plainte « pour offense publique aux sentiments religieux », a ajouté le procureur.

La pièce a aussi suscité l’indignation de l’Eglise. « La pièce de théâtre revêt des caractéristiques d’un blasphème », a écrit le porte-parole de la Conférence de l’Episcopat polonais, le père Pawel Rytel-Andrianik, dans un communiqué publié mardi.

Mais, bien sûr, la direction du théâtre tente de se défendre en prétendant qu’il ne faut y voir que de l’art. Pas sûr que cet argument suffira à convaincre la justice polonaise. 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 commentaires

  1. Xavier S. says:

    Il serait temps que l’on déboulonne le sois-disant droit des artistes et que l’on arrête les subventions publiques pour toutes ces oeuvres contemporaines sans réelle valeur artistique ou esthétique, à commencer par celles qui offensent les valeurs chrétiennes.

    • Saint-Plaix says:

      Il serai surtout temps d’arrêter de qualifier « d’artistes » des gens minables plus que médiocres dont le seul « talent » consiste par tous les moyens à choquer les spectateurs, pour faire parler d’eux, en s’attaquant aux valeurs socio-historiques (dont les valeurs sacrées et religieuses évidemment).
      « La dictature de la fécalité »…
      Le dénommé Oliver Frljic devrait se recycler chez Charlie-Hebdo, c’est de son niveau et on l’y accueillerait certainement à bras ouvert!

  2. Sanfard says:

    Dépravation et satanisme rien d’autre. « l’art » a le dos large…
    J’espère que cette pièce sera interdite.

    • matthieu says:

      sera interdite et que tous ces dépravés finiront en prison.

  3. Marie-Thérèse Struyven says:

    OUI ! L’art a le dos large en effet. C’est révoltant cette pièce et j’espère de tout cœur que je peux croire en la Pologne chrétienne afin de condamner ce qui n’est qu’une insulte à Dieu et aux chrétiens. Un grand merci à la Pologne vers qui nombre de chrétiens espèrent et tournent leurs regards. Que Dieu vous bénisse.

  4. patrick says:

    Dans le blasphème il n’y a jamais d’art mais de l’hypocrisie, de la haine et toujours un appel criminel contre ceux qui pense différemment… Quelque chose de très courant chez les Soros et les francs-maçons, mais eux agissent toujours en sous-marin poussant les imbéciles au devant de la scène…

  5. Michelyne says:

    Satan est partout…..même au théatre! Personnellement, je le sortirais à coup de pied dans le c….en l’aspergeant  »d’eau bénite » pour être certaine qu’il ne reviendra pas.
    Quel culot! Tâchons d’en avoir autant. C’est la  »grâce » que je nous souhaite!

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

25,40 % récoltés 31.330 € manquants

10670 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 31.330 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com