patriarche-bechara-rai

Tandis que le pape François lançait, le dimanche 21 février, à l’issue de la prière de l’Angélus, un nouvel appel pour l’abolition de la peine de mort au plan mondial, à Beyrouth, le patriarche Béchara Raï rappelait au même moment le droit de l’autorité publique d’appliquer la peine de mort.

Au cours de la messe qu’il présidait dimanche, le patriarche maronite a fait référence directe au Catéchisme de l’Eglise catholique, qui, dans son point n° 2266 (*), permet à l’autorité publique légitime de sévir par des peines proportionnées à la gravité du délit, “sans exclure dans des cas d’une extrême gravité la peine de mort”.

Le cardinal Béchara Raï, chef de l’Eglise maronite, dénonçait “l’apparente impunité qui entoure certains crimes, comme celui de l’assassinat de Marcelino Zamata à Achrafieh, la semaine dernière, et celui de Georges Rif, l’été dernier, à Gemmayzé”.

Les citoyens sentent désormais que l’Etat ne les protège plus, et les assassins croient que le champ pour eux est libre, qu’ils peuvent tuer quand bon leur semble, tant que la dissuasion est absente et qu’une couverture politique leur est assurée”, a-t-il constaté.

En tout état de cause, l’Etat a le devoir de protéger les citoyens des assassins et des criminels qui circulent librement. C’est à cette fin que les lois lui reconnaissent le droit d’appliquer la peine capitale”.

(*) Catéchisme de l’Eglise catholique, n° 2266: “Préserver le bien commun de la société exige la mise hors d’état de nuire de l’agresseur. A ce titre, l’enseignement traditionnel de l’Eglise a reconnu le bien-fondé du droit et du devoir de l’autorité publique légitime de sévir par des peines proportionnées à la gravité du délit, sans exclure dans des cas d’une extrême gravité la peine de mort”.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

9 commentaires

  1. Heureusement qu’il existe encore des cardinaux « debout »
    Merci Monseigneur, Dieu peut être fier de vous.

  2. Michèle Chevrier says:

    Les déclarations du pape François ne sont plus crédible, il parle pour ne rien dire.

  3. chrétien says:

    Les Terres qu’a foulé Notre Seigneur Jésus-Christ gardent pour nous tous Chrétiens une importance Biblique car elles donnent des Hommes de la qualité de Mgr Raï. Nous devons défendre , nous Chrétiens, ces Terres de Palestine, du Liban et de Syrie en nous rappelant qu’elles sont à la source de notre Histoire.

  4. il assure mon patriarche-cardinal. dommage qu’il ne puisse pas être élu pape…ca déménagerait…

  5. DUFIT THIERRY says:

    L’enseignement de St Thomas d’Aquin est suffisamment clair sur cette question. Le Patriarche Bechara Rai est fidèle à l’enseignement de l’Eglise. C’est le pape François qui s’écarte de l’enseignement traditionnel de la Sainte Eglise. Voici les écrits de St Thomas d’Aquin 1. « Personne ne pèche en accomplissant la justice. Or il est juste que les méchants soient punis, parce que, comme nous l’avons prouvé, le châtiment fait rentrer la faute dans l’ordre. Donc les juges ne pèchent pas en punissant les méchants.
    2.Les hommes qui élevés au-dessus des autres sur la terre sont comme les exécuteurs des desseins de la divine Providence. Car Dieu, suivant l’ordre de sa Providence, réalise les effets inférieurs par les êtres supérieurs. Or, nul ne pèche en exécutant l’ordre de la Providence divine. Et il est dans l’ordre de la Providence que les bons soient récompensés et les méchants punis .Donc les hommes qui sont au-dessus des autres ne pèchent pas quand ils récompensent les bons et punissent les méchants.
    3.Plus encore, le bien n’a aucun besoin du mal, au contraire. Donc ce qui est nécessaire à la conservation du bien ne peut être mauvais en soi. Or il est nécessaire, pour conserver la concorde parmi les hommes, d’infliger des châtiments aux méchants. Donc il n’est pas mauvais en soi de punir les méchants.
    4.Le bien commun est meilleur que le bien particulier de l’individu. Donc il faut sacrifier le bien particulier pour conserver le bien commun. Or, la vie de quelques individus dangereux s’oppose à ce bien commun qu’est la concorde de la société humaine. Donc on doit soustraire par la mort ces hommes de la société humaine.
    5.De même que le médecin, dans une opération, recherche la santé, qui consiste dans l’harmonie bien réglée des humeurs, ainsi le chef de cité, par son action, recherche la paix qui consiste dans l’harmonie bien réglée des citoyens. Or le médecin fait une chose bonne et utile en coupant le membre gangrené si celui-ci menace de corruption le reste du corps. Donc le chef de la cité est juste et exempt de péché, lorsqu’il met à mort des hommes dangereux, pour que la paix de la cité ne soit pas troublée. »

  6. Saint Thomas d’Aquin soutient que l’autodéfense est justifiable,il en est de même pour les collectivités,bien évidement après un juste procès.
    Sur la Croix Notre Seigneur n’a pas condamné la peine de mort,il a récompensé la foi du larron repentant.

  7. « sévir par des peines proportionnées à la gravité du délit, sans exclure dans des cas d’une extrême gravité la peine de mort”.

    Il est bien dit que la peine de mort est pour « les cas d’une extrême gravité ». Donc il faut faire preuve de discernement.
    La délinquance est souvent à l’origine de beaucoup de délits, et aux Etats-Unis, on a usé de la peine de mort pour des cas qui ne la méritaient pas.
    De nos jours, il existe des centres de rééducation, des juges pour enfants, divers centres pour aider les jeunes, il faut les prendre en compte pour aider les délinquants (je ne parle pas ici des terroristes). Les jeunes dont l’éducation a complètement été absente, il ne faut pas les abandonner à leur triste sort.
    S’informer avant de condamner pour ne pas « sévir » systématiquement… La violence n’es pas une fatalité.
    http://video.lefigaro.fr/figaro/video/emmanuelle-bercot-mon-film-a-touche-plein-de-gens/4775879457001/

    http://video.lefigaro.fr/figaro/video/le-pape-en-visite-dans-un-centre-de-desintoxication/4776062550001/

  8. « sévir par des peines proportionnées à la gravité du délit, sans exclure dans des cas d’une extrême gravité la peine de mort”.

    https://www.youtube.com/watch?v=sKeoQlvoVsM

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com