Tel est le constat que les médias israéliens, même les plus apologistes, sont aujourd’hui contraints de faire !

Encore que les fanatiques religieux s’empressent de faire un distingo pour souligner que ce mouvement de rejet manifeste d’Israël, qui enfle d’année en année, est surtout, selon leurs dires :

– très fréquent chez les juifs laïques (36%, plus d’un sur trois !)

– moins marqué chez les juifs religieux – les haredi (moins de 10%, mais près d’un sur dix tout de même !)

http://alyaexpress-news.com/enquete-36-juifs-laiques-veulent-quitter-israel/

La question en Israël n’est pas l’immigration qui ne concerne que quelques dizaines de milliers de personnes, mais bien l’émigration qui en concerne plus de deux millions !

Israël, même quand on est juif, on veut bien y aller comme touriste, mais surtout pas pour y vivre !

Et ce ne sont pas les juifs américains, canadiens, britanniques, allemands ou français qui diront le contraire…

Un constat qui ne surprendra pas ceux qui – au-delà de la propagande médiatique éhontée relayée à dessein notamment en France via les officines du CRIF – suivent d’un peu plus près l’actualité locale où la situation économique est tellement catastrophique que plus rien ne peut la masquer, même et surtout si les autorités locales font tout pour laisser supposer le contraire, utilisant cyniquement les attentats comme rideau de fumée…

Il ne s’agit pas du tout de question sécuritaire comme certains lecteurs pourraient le supposer, mais des soucis sociétaux et relationnels auxquels les juifs, notamment les immigré récents, sont confrontés journellement.

– coût de la vie faramineux

(notamment une crise du logement chronique et des loyers qui flambent, suite à une spéculation immobilière effrénée dont les Israéliens sont les premières victimes.

http://www.tel-avivre.com/2014/12/28/immobilier-israel-le-prix-de-la-location-a-augmente-de-60-ces-six-dernieres-annees/

De violentes émeutes – avec occupation symbolique du boulevard Rothschild à Tel Aviv par des tentes – ont agité le pays au début de la décennie.

Un mouvement aussitôt dénoncé comme « gauchiste » par les médias extrémistes qui ont l’apanage de la diffusion internationale de la propagande !

http://www.cclj.be/actu/israel/boulevard-rothschild-tentes-contestation

Pourtant les observateurs impartiaux ont pu s’en rendre compte :

« C’est la fronde d’une classe moyenne de gens bien formés, correctement payés, qui sent qu’en dépit de ses efforts, de sa loyauté envers l’Etat, de son service militaire, ne récupère pas sa part du « rêve sioniste du 21e siècle » : travailler très dur, monter sa société high-tech et prendre sa retraite à 45 ans. »

On avait même vu alors des manifestants désespérés s’immoler par le feu…

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/07/23/un-autre-israelien-tente-de-s-immoler-par-le-feu_1736919_3218.html

– difficulté endémique d’emploi

La formule à la mode dans classe moyenne israélienne en alya en dit long : «  alya boeing » 

http://fr.timesofisrael.com/une-vague-massive-dalyah-francaise-la-tendance-alyah-boeing-le-dement/

Les familles s’installent en Israël mais conservent leurs activités en Europe, notamment en France, ce qui n’est pas la meilleure preuve d’intégration !

(Mais il est vrai que si un médecin gagne cinq fois moins en Israël qu’en France, son choix sera vite fait !)

– faible taux de rémunération :

Les salaires sont en moyenne de 30% inférieurs à ce qu’ils sont par exemple en France !

Les 2/3 de la population sont en-dessous du salaire moyen et les emplois à temps partiels sont la règle dans le secteur des services…

(Un pays où les enseignants ne gagnent pas plus que les agriculteurs !)

https://www.i24news.tv/fr/actu/economie/116203-160609-israel-66-de-la-population-gagnent-en-dessous-du-salaire-moyen

– faibles retraites :

http://alyaexpress-news.com/avantages-et-allocations-pour-les-retraites-israeliens-la-main-droite-donne-la-main-gauche-enleve/

– antinomie viscérale (pour ne pas dire racisme intrinsèque) et apartheid ashkénaze / sépharade qui va jusqu’aux écoles :

quand on parle de « mixité » par exemple des assemblées et manifestations diverses culturelles et religieuses, voire politiques, en Israël il s’agit le plus souvent non pas de mixité raciale entre juifs et « arables » palestiniens, ni de mixité entre hommes et femmes, mais bien de la présence conjointe tolérée des sépharades avec les ashkénazes !

De même un « mariage mixte » ne désigne pas un mariage non homosexuel ou un mariage entre un juif et un goyim (horreur !) mais bien un mariage entre ashkénaze et sépharade…

http://www.tribunejuive.info/ANCIEN-SITE/israel/segregation-anti-sefarade-dans-les-ecoles-de-jerusalem

C’est en général la plus grosse difficulté, avec la barrière de la langue, à laquelle les nouveaux arrivants (olim) notamment français, sont confrontés : très majoritairement ce sont les descendants de familles de pieds noirs du Maghreb… Donc des Sépharades !

On estime que la communauté française – qui est connue comme l’une des plus grandes du monde et la plus importante d’Europe – est à 75% sépharade. D’où la « plaisanterie » très en vogue en ce moment dans ses rangs, qui en dit long sur l’antagonisme qui oppose les communautés : « Tu es juif ou ashkénaze ? »

Il est vrai que depuis peu nous avons assisté à une véritable révolution : entre le Consistoire conquis par Joël Mergui et le Crif maintenant aux mains de Francis Kalifat, la communauté juive qui est en France a aujourd’hui des institutions plus représentatives de sa composition où les sépharades règnent en maître.

Mais en Israël même, cela ne s’arrange pas !

Car si l’Etat d’Israël est fondamentalement ashkénaze bien avant qu’il existe, de par les origines du sionisme, la population sépharade occidentale, notamment ibérique et maghrébine – également « diasporisée » pro parte dans l’Empire Ottoman, notamment dans l’actuelle Turquie – est en plus en butte aux représentants de la branche historique orientale juive composant les Mizrahim, eux-mêmes les premiers à avoir rallié l’état d’Israël où les Ashkénazes les désignaient par le sympathique vocable yiddish de « vilde ‘hayïes » (bêtes sauvages!) Le ton était donné !

On a coutume aujourd’hui de regrouper les Sépharades et ces Mizrahim dans une même communauté de « rites non ashkénazes » abusivement globalement dénommée « sépharade », mais où ces Mizrahim savent rappeler aux Maghrébins qu’ils sont, eux, les descendants, et donc authentiques héritiers, des rédacteurs du talmud de Babylone !

C’est d’ailleurs à cette branche qu’appartient la famille de l’actuel grand rabbin sépharade d’Israël, Yitshak Yosef. Une dynastie : son père, Ovadia Yossef, ancien grand rabbin d’Israël était reconnu comme « Posseq » (décisionnaire talmudique) et est aujourd’hui considéré comme « le plus grand talmudiste depuis Maïmonide » ! Il est à l’origine de la scission du parti politique religieux israélien, créant un parti proprement sépharade le Schass…

Autrement dit les immigrants sépharades d’Occident sont discriminés même parmi les Sépharades Israéliens où les Mizrahim règnent en maître…

Une dure réalité à assumer pour un Eric Zemmour ou un Gaston Ghrenassia (E. Macias)

En fait le tout est de savoir de quoi on parle : un pays à l’économie artificielle sous totale perfusion américaine, qui, depuis cinquante ans, l’a surarmé avec l’aide de l’Allemagne, et qui continue à le faire…

Il suffit de voir les indicateurs économiques internationaux concernant Israël !

Cela n’empêche pas ces donneurs de leçons de la propagande de clamer qu’Israël est un pays merveilleux, et de se poser en « modèle mondial » (sic !)

http://www.lemondejuif.info/2017/03/vietnam-israel-modele-mondial/

En fait Israël, ce n’est que la matérialisation du mythe biblique.

Un mythe dont le moins qu’on puisse dire est qu’il n’est pas partagé par la majorité de ceux à qui il s’adresse : si on admet, en gros, une population juive globale de 15 millions de personnes dont 6 millions en Israël où un tiers rêve de s’évader, on constate que la population sioniste convaincue n’excède pas quatre millions de personnes ! Les autres, mêmes s’ils soutiennent Israël du bout des lèvres, prennent bien soin de ne pas y aller, ou, s’ils y sont, rêvent d’en sortir…

Bien peu sont des sionistes « convaincus et militants » : au total à peine 25%  de la population juive revendiquée !

En plus, les justifications bibliques sont aujourd’hui définitivement balayées par les résultats archéologiques…

«Après 70 ans d’excavations et de fouilles extensives sur la terre d’Israël, les archéologues ont trouvé que les actions du patriarque sont des histoires de légende; nous n’avons pas séjourné en Egypte, ni fait un exode, nous n’avons pas conquis la terre. Il n’y a pas non plus de mention de l’empire de David et de Salomon.

Ceux qui s’y intéressent savent tout cela depuis des années, mais Israël est un peuple têtu et ne veut pas en entendre parler.»

Ze’ev Herzog Professeur d’Archéologie et d’Histoire antique du Proche Orient – Université de Tel Aviv.

(Ha’aretz Magazine, 29 Octobre 1999)

 Le mythe de la « Terre promise » Les Palestiniens dans la tourmente depuis un siècle

Un constat qui ne fait que confirmer les travaux de Finkelstein, l’auteur du célèbre ouvrage « La bible dévoilée » dont les chrétiens, apôtres des fables vétérotestamentaires, entérinées par Vatican II à travers le dogme de l’ingérence biblique, devraient bien s’inspirer…

On en vient donc à se demander quel sera, à terme, le véritable rôle de ce « mur de la honte » qui enceint aujourd’hui Israël ?

Et si, comme son prédécesseur édifié à Berlin, le but final de ce mur était de contenir les habitants à l’intérieur ?…

A l’époque du mur de Berlin – dont les seuls soutiens étaient les « intellectuels engagés » occidentaux – la grande plaisanterie était de dire: « Le mur est à l’est, les communistes sont à l’ouest »…

Dira-t-on bientôt la même chose des sionistes ?

Claude Timmerman

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

12 commentaires

  1. SI on comprend bien, personne ne peut se revendiquer du titre biblique de « juif » ni de « peuple élu » ?
    L’anti-sémitisme n’existerait pas ?
    Dieudonné (GivenGod) se tromperait-il ? et Manuel Vals aussi ?
    Certains vont peut être désespéré car ils vont devoir se rabattre sur les papous (ex peuple élu pour se manger les autres)

  2. gustave says:

    Au secours!! On n’y comprend rien.
    Est-ce à dire, aussi, selon les travaux de cet archéologue,que les religions juives,chrétiennes…et par extension l’Islam ne sont que des fables?
    Car toutes les trois ont pour base l’Ancien Testament, auquel Jésus et aussi Mahomet ont souvent fait références.

    • Effectivement, on se demande comment de tels propos peuvent passer sur un site catholique. Il y en a beaucoup qui ne savent pas faire la part des choses dans leur critique du judaïsme ou du sionisme, et qui ne se rendent pas compte qu’ils scient la branche sur laquelle ils sont assis, c’est-à-dire le Christianisme. A moins que ce Claude Timmerman soit un infiltré ?

  3. LANKOU RU says:

    Pour aller Où ? En Palestine bien sûr ….Ah Ah Ah .

  4. Claude Timmerman says:

    Depuis le XIIeme siècle les rabbins ont émis de sérieux doutes sur la rédaction de la bible!
    Cela n’a vraiment rien de neuf!
    Lorsqu’il a rédigé « Histoires des Juifs » Marek Halter a bien souligné que ces histoires étaient vraies…ou étaient fausses: « La Bible n’est pas un livre révélé. C’est une histoire du peuple juif qui s’est écrite chemin faisant ».(sic!)
    Aucune autorité rabbinique n’a contredit cette formule!
    Alors ne soyons pas plus israélites que les juifs pour sacraliser un livre qui n’a pas ce caractère pour eux!
    Comme le souligne Daniel Horowitz: « Foi est un mot creux dans le judaïsme. »
    http://arielgurevitz.blog.lemonde.fr/2010/04/05/une-approche-du-judaisme/
    Ce qui est nouveau c’est que 70 ans de fouilles méthodiques où tout à été retourné sur plusieurs mètres à travers tout le pays, politiquement menées pour « prouver » l’existence d’un « peuple juif vivant depuis quatre mille ans sur la terre de Palestine » suivant les vicissitudes bibliques, ont abouti exactement à prouver l’inverse: le « peuple juif » est un rameau cananéen individualisé par endogamie au XIIeme siècle, qui a constitué deux petits « royaumes » éphémères dont l’indépendance n’ont jamais dépassé deux siècles avant leur conquête par les Assyriens, royaume au nord dit d’Israël d’abord (capitale Samara), royaume plus au sud dit de Juda (capitale ville jébusite construite à partir d’une bourgade hyxôs, Jérusalem) qui aura une destinée plus longue mais sous forme de vassale puis de province d’Assyrie et de Perse
    Deux confettis territoriaux qui devraient limiter bibliquement les prétentions sionistes à la réelle occupation juive antique: la Judée et à la Samarie!
    Il n’existe aucune trace d’une « captivité en Egypte » dont on comprend d’ailleurs mal l’origine et qui curieusement, alors que les textes sont parfois d’une grande précision historique, notamment pour décrire les prises de Jérusalem, n’a aucune référence historique autre que le nom collectif de « pharaon »…
    Preuve s’il en est que les rédacteurs de la Genèse ne connaissait rien de l’Histoire de l’Egypte, autre que ses administrateurs puisque la Palestine était d’abord une colonie égyptienne depuis – 2800 / – 2600, époque de la fondation de Gaza, près de 1500 ans avant celle de Jérusalem!!!
    Et on pourrait continuer longtemps…
    On nous sort à loisir des théories fumeuses sur l’inhérence biblique qui ne résistent jamais à une analyse sérieuse…
    Ni Salomon ni David n’ont eu d’existence avérée, ni de « royaume » étendu. Il est d’ailleurs cocasse de voir que personne ne s’étonne que ce peuple « qui aurait bâti des villes en Egypte » ait été obligé – selon le récit biblique – d’aller se chercher des architectes pour construire le fameux « temple » de Salomon!..
    Mais il est vrai à la différence des Jébusites et autres, que les Hébreux n’ont jamais été des bâtisseurs!
    Et bien entendu – malgré tous les efforts de Jacques Attali qui a cherché récemment à inventer une langue bimillénaire « proto-sinaïque », qui ne résiste pas à l’examen et qui est apparue beaucoup plus tard et pratiquée par les Edomites dans le sud du Sinaï conscient du danger de cette constatation pour l’odyssée de Moïse – les Hébreux n’avaient pas d’écriture!!!
    Et on pourrait continuer longtemps…
    L’Ancien Testament, surtout le Pentateuque est une saga mise en forme principalement ou totalement durant l’exil à Babylone où les Judéens ont été confrontés à une immense civilisation, à ses mythes, à ses bibliothèques et à sa cosmogonie…
    Les rédacteurs bibliques s’en sont très largement inspiré alors, surtout dans la Genèse, ce qui explique la foule d’anachronismes et de traits proprement mésopotamiens abusivement « resitués » en Egypte…
    Tout cela, des tas d’exégètes et d’universitaires biblistes juifs en conviennent, l’ont dit et redit!
    Je conseille à chacun de lire attentivement:
    – « Qui a écrit la bible » ed. Exergue -de Richard Friedmann – universitaire bibliste juif américain
    – « La Bible et l’invention de l’histoire », 2003, trad. Ed. Bayard 2008 – de Mario Liverani
    – « La bible dévoilée – Nouvelles révélations de l’archéologie » trad.ed.Gallimard 2004 – de Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman – historiens et archéologues, biblistes, israéliens.
    Le contre sens de certains chrétiens a été de vouloir en faire de l’Ancien Testament le « berceau du christianisme », en lieu et place de l’Evangile, alors que c’est précisément l’inverse qui s’est produit historiquement! C’est à cause d’une vision déformée de la nature de Dieu – que les israélites étaient parvenus tout de même à avoir en se dégageant du polythéisme hébraïque initial de règle en Israël et liquidé par Ezéchias en Juda – que le Christ est venu pour remettre « les choses à l’endroit ».
    C’est tout le sens de la fameuse formule « Je suis venu accomplir la loi ».
    Etant sous entendu alors: « ce que vous avez compris jusqu’ici n’est pas acceptable » et de donner Ses préceptes dont l’essentiel est l’universalité de l’accession à Dieu et du message d’amour universel, en total opposition avec la vision d’un « Dieu Jaloux et ethno centré ».
    En ce sens, le « judéo-christianisme » est un oxymore!
    Mais nous ne sommes prêts à voir l’Eglise – qui s’est ralliée à une vision totalement vétérotestamentaire depuis Vatican II, alors que jusque là l’Ancien Testament était regardé jusque là avec beaucoup de circonspection, au point que sa lecture en était déconseillée sinon interdite aux fidèles – convenir de cette fracture!…

    • Je suis désolé pour vous, mais vous ne pouvez pas vous dire Chrétien, et encore moins Catholique. Au moins avez-vous le mérite d’être clair. Mais la rédaction de MPI me déçoit, c’est ce qu’il advient lorsqu’on tisse des liens trop étroits avec un fourre-tout idéologique comme le site Egalité et Réconciliation.
      Vous avez des arguments certes, mais je ne me place pas sur le terrain de l’analyse ou de la réfutation, simplement sur celui de l’orthodoxie. Cela dit, les questions que vous posez ne sont pas moins valables, mais cela ne veut pas dire que vous y répondez correctement.

      Vous tronquez le sens de la parole de Notre-Seigneur Jésus-Christ : Matthieu, 5, 17-18. « Ne pensez pas que Je sois venu abolir la loi ou les prophètes ; Je ne suis pas venu les abolir, mais les accomplir. Car en vérité, Je vous le dis, jusqu’à ce que passent le ciel et la terre, un seul iota ou un seul trait ne disparaîtra pas de la loi, que tout ne soit accompli. »
      Pourquoi accomplir et non abolir ? Parce que Notre-Seigneur Jésus-Christ fut prophétisé, annoncé et donc justifié dans l’Ancien Testament. Vous n’y voyez qu’une fracture à cause de votre méconnaissance théologique, les Pères de l’Eglise ont passé leur vie à exprimer le sens (qui est parfois bien difficile) de nombreux passages de l’Ancien Testament. De plus, c’est la croyance infaillible au dépôt de la Foi qui constitue le Catholique, dépôt qui a toujours été formé de la Genèse jusqu’à l’Apocalypse. Textes qui ont formellement été reconnus au tout début du Christianisme. Ainsi, tout le Christianisme repose sur l’Ancien Testament, les dogmes de la Trinité, de l’Incarnation et de la Rédemption, la doctrine du péché originel, etc. Si on ampute la doctrine catholique en ne gardant que le Nouveau Testament, alors il nous reste un texte certes admirable, mais tout à fait incompréhensible dans ses motivations.

      Le grand tort des juifs c’est de n’avoir pas su écouter Dieu à travers Ses prophètes et donc leurs propres textes, d’avoir préférer se conformer à la lettre plutôt qu’à l’esprit de Dieu animant la Loi. Et encore, la plupart des juifs n’obéissaient qu’à leur propre interprétation de la Loi et des Ecritures. Notre-Seigneur Jésus-Christ est venu pour corriger tout ça, c’était sa mission d’enseignant. Mais Il n’est pas venu que pour ça, contrairement à ce que prétendent les musulmans, Il est aussi venu pour faire offrande de Son Sacrifice à Son Père, ce qui vaut notre rachat.

      Du reste, si Dieu en tant que Providence n’agissait pas en faisant en sorte de préserver Son enseignement révélé, alors il ne pourrait y avoir de véritable Religion, ce qui va à l’encontre de la bonté et de la sagesse divines. Dieu nous a donc fait connaître d’une manière ou d’une autre la grande tradition qui nous unit à Lui depuis l’aube du monde.

      Après, l’Eglise (je ne compte évidemment pas l’après Vatican d’eux) a toujours professé un anti-judaïsme clair et net, et elle reconnaît que le peuple déicide devenu les fils préférés du diable n’a eu de cesse de renverser l’ordre et la civilisation chrétienne. Je ne sais pas ce qu’il vous faut de plus. Je suis sûr que l’on pourrait répondre à toutes vos préoccupations, certainement légitimes, quant à l’Ancien Testament, mais uniquement si vous ne cherchez pas à en tirer prétexte pour l’exclure. Par exemple, l’universalité de Dieu et de la Religion avait déjà été prophétisée par certains Prophètes juifs. Si Dieu est jaloux c’est parce qu’Il nous aime, et que la fornication de nos âmes avec les démons ne peut que nous damner et nous séparer de Lui. Et si Dieu a choisi un peuple en particulier qu’Il a soigneusement préservé de la corruption des autres, c’est non pas parce qu’Il se refusait aux autres peuples ou parce que les juifs étaient supérieurs, mais parce qu’il fallait d’abord que l’Incarnation opère avant de conquérir les âmes aux quatre coins de la terre. Dieu est patient et Il sait comment diriger au mieux Son Plan. Notre-Seigneur Jésus-Christ devait naître au sein d’un peuple préservé un minimum de l’idolâtrie. Et l’Ancien Testament nous montre que ce ne fut pas de tout repos, bien loin de faire des juifs un peuple idéal, Dieu a souvent exprimé que ce peuple était dur de la tête et qu’un autre aurait mieux pu faire l’affaire. En tout cas, Il fut fidèle à la promesse faite à Abraham, et la religion juive est essentiellement la religion de cette promesse.

      • Accuser l’ami Claude Timmerman de ne pas être catholique, ça c’est la meilleure… Sachant qu’il a enseigné dans l’école catholique la plus ferme doctrinalement de France…

        • Si vous avez des arguments valables, vous êtes le bienvenu. En attendant, il est clair que la doctrine catholique exige l’unité et la continuité entre l’Ancien Testament et le Nouveau. J’attends de ferme foi celui qui viendra apporter la contradiction.

          • qu’est qu’un argument valable ?

            (lu après 2500 ans) Un TESTAMENT « MENT » qu’il soit nouveau ou ancien en ce sens que la raison, les croyances cultuelles et culturelles et les langues des hommes de cette époque n’ont rien à voir avec les mêmes des hommes d’aujourd’hui. (tout comme la planète) Leur entendement est pollué par nos formes de raisonnements d’aujourdhui, sur lesquels nous batissons nos croyances.

            La licence « religieuse » tout comme la poétique, permet aux hommes d’inventer des croyances de discipline sociales ( chez les maçons la Fraternité) permettant de fabriquer des mythes comme le peuple élu autorisant à se donner une raison de vivre dans le bain de souffrance universelle créée par les hommes entre eux (cannibalisme religieux, politique, économique, …..)

            Il se pourrait que etre catholique (universel) ou d’une quelconque croyance y compris non croyance c’est accepter des « gourous » au détriment d’une recherche pacifique de ce qui nous fait « être humain » .C’est le mythe du 4ème roi mage, qui n’arrive jamais à venir adorer Jésus car tout au long du long chemin il découvre l’émerveillement d’une vie sans adoration de la pensée. (ce qu’est un testament)

  5. Soupape says:

    La structure de l’article est un exemple d’école.

    1 – D’abord on part d’un sondage, comme d’une vérité révélée.

    2 – Puis on invente au sondage des explications « socio-économiques »
    (la socio-économie servant de religion de remplacement, pour « occuper » les sans-Dieu)

    3 – Et, après cette préparation mentale,
    on « émet l’hypothèse » de réduire l’Ancien Testament à un ramassis d’histoires inventées,
    un peu comme tentent de l’insinuer aujourd’hui
    certains imposteurs appointés par bergoglio à propos de l’Evangile.

    Comme quoi, on peut être … franc-maçon et mondialiste … sans le savoir !

  6. Raphael says:

    Un des pays les plus heureux au monde, un taux de croissance à faire palir les zeropeens, plein emploi et pour la première fois un taux d’immigration supérieur à celui de l’émigration.
    J’attends avec impatience ton prochain article mon cher Claude.

  7. MissMarple says:

    Je remercie Monsieur Timmerman pour toutes ces révélations instructives que je vais essayer d’ enregistrer C’ est un document à conserver !..

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com