Dernière velléité en date de nos gouvernants : le prélèvement de l’impôt à la source. Pour votre bien, naturellement. Car vous, contribuable, vous souffrez de remplir votre déclaration chaque année, vous la trouvez trop complexe, il vous faut payez ensuite avec douleur…

Heureusement, le président Normal a engagé sa grande réforme, son choc de simplification : le prélèvement de l’impôt à la source. En d’autres termes, cela signifie tout simplement que vous n’aurez plus rien à déclarer, plus rien à payer, l’Etat calculera et prendra pour vous. Si vous êtes salarié, l’Etat se servira directement sur votre bulletin de paye, avant même que vous ne soyez rémunéré.

Un peu comme la TVA : le racket fiscal sera le même, mais il sera indolore. Qui se rend compte qu’il paye 20% de taxe sur tout ce qui est acheté ? Que les impôts augmentent, vous ne vous apercevrez de rien, le fisc aura simplement modifié une ligne de votre bulletin de paye, vous savez, ces lignes que vous ne regardez même plus tellement elles sont nombreuses et complexes.

Mais là n’est pas le plus grand bénéfice pour l’Etat Républicain. Par ce système il souhaite surtout gagner une année de trésorerie publique, car si aujourd’hui le contribuable paye l’impôt à N+1, demain, avec cet artifice, l’impôt sera payé en temps réel. Qui payera cette année de décalage ? Le contribuable ! Quelle question !!! Mais rassurez vous, «il y a une période de trois ou quatre ans sur laquelle il faut étaler cette réforme de prélèvement à la source » dixit le président du groupe PS à l’Assemblée nationale, Bruno Le Roux. Car comme le dit si bien le porte parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, il n’est pas question «d’affoler les gens» !

De la fiction croyez-vous ? Michel sapin nous annonce la mise en place ce racket supplémentaire dès 2016 ! Histoire de traficoter les chiffres de l’endettement avant 2017…

Xavier Celtillos

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

6 commentaires

  1. Baudouin says:

    Ce n’est pas demain la veille car c’est un vieux serpent de mer qui se heurte à beaucoup d’obstacles et de fortes réticences chez les salariés à ce que l’on connaisse leur situation, leurs autres revenus, etc.
    Et, d’abord, la mise en place la première année est presque insoluble, surtout pour un État en faillite.

  2. queniartpascal says:

    a quand le paiement des impôts par nos politiques,président,députés,ministres,sénateurs,hauts fonctionnaires sur tout ce qu’ils perçoivent,et,non sur le minimum

  3. LANKOUDU says:

    Avec SAPIN à la tête des finances , la FRANCE est bien gérée ? Y a pas eu pire depuis 40 ans !

  4. C.B. says:

    Il n’ y a rien à étaler.
    Les impôts sont destinés à assurer des ressources à l’état.
    Actuellement, le budget de l’année N est assuré par des contributions assises sur les revenus de l’année N-1. Si les contributions sont assises sur les revenus de l’année N, elles assureront aussi bien le budget de cette année N; c’est juste un changement du mode de calcul.
    Ce qui est urgent, ce serait
    1) de faire voter une loi interdisant toute subvention sur fonds publics à quelques association que ce soit (on garde simplement la «  »ristourne fiscale » déjà en vigueur relative aux « dons aux œuvres »: cela engage donc des fonds publics, mais sur une base de subsidiarité)
    2) de diminuer substantiellement le budget de l’état, en recentrant celui-ci sur ses missions régaliennes. Donc, en particulier, privatiser l’enseignement en prévoyant un « chèque éducation » qui assurerait une égalité des enfants devant l’instruction, ce chèque éducation n’étant monnayable qu’auprès d’un établissement d’instruction; exit la distinction « enseignement public »/ »enseignement privé sous contrat »/ »enseignement hors contrat », totale liberté de choix pour les familles, rémunération des personnels scolaires par un organisme de gestion percevant les chèques éducation: pas d’élèves = chômage; si le service rendu est bon, il y a aura suffisamment d’inscrits dans l’établissement.

  5. HUGUEL says:

    Bravo C.B. Excellente analyse mais ce n’est pas demain la veille que tous ces tricheurs
    participeront avec leurs gros traitements au redressement des finances publiques que,depuis
    40 ans, ils ont mise à mal.Ils laissent ce soin aux petits contribuables que nous sommes alors qu’ils devraient montrer l’exemple ce qui ferait mieux passer la pilule.

  6. hélène says:

    A quand l’exemple qui vient du haut ? Car ces branquignoles qui s’en mettent plein les poches depuis des décennies ne paient pratiquement par d’impôts et tous leurs frais sont pris en charge par nos impôts qui sont devenus insoutenables. Qu’ils commencent par mettre en pratique ce que ce président anormal avait dit : « je baisserai les salaires de tous les ministres, députés, sénateurs, tous les « élus » y compris pour moi même ». Résultat des courses : c’était inconstitutionnel. On attend le JOUR où on virera tous les déchets qui polluent l’espace politique et peut être ce jour sera-t-il admis par la CONSTITITUION !

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com