Le premier rapport du synode sur la famille met le feu aux poudres.

MPI a déjà évoqué à plusieurs reprises ce sujet (ici, ici, ici, ici) avertissant ses lecteurs de la révolution qui continue à Rome, révolution commencée au concile Vatican II. Alors que les médias catholiques faisaient preuve d’un angélisme béat ne voulant pas voir les conséquences de cette assemblée, le rapport officiel résumant la première semaine de ce synode a été rendu.

Il met le feu aux poudres. Tout y est, comme c’était prévisible : la communion aux divorcés remariés, une sorte de divorce « catholique » à travers un « chemin pénitentiel », un autre regard sur l’homosexualité : « sans nier les problématiques morales liées aux unions homosexuelles, on prend acte qu’il existe des cas où le soutien réciproque jusqu’au sacrifice constitue une aide précieuse pour la vie des partenaires. » !!!

La coupe semble pleine, même chez certains progressistes débordés par leur révolution conciliaire !

Monseigneur Tony Anatrella, Consulteur du Conseil pontifical pour la famille et du Conseil pontifical pour le monde de la santé, et Expert auprès du Synode sur la Famille parle de « confusions et de complaisances (qui) ne rendent pas compte de l’enseignement de l’Église » et demande à ce que le texte soit corrigé « dans sa structure et en ce qui concerne l’admission des divorcés remariés aux sacrements et l’homosexualité ».

Le cardinal Peter Erdo, Primat de Hongrie, pourtant signataire du rapport du synode, affirme ne pas avoir lu les passages incriminés et considère comme fautif son secrétaire, Mgr Forte, qu’il désigne comme l’auteur de ces passages !

Mgr Stanislaw Gądecki, président de la conférence épiscopale polonaise, juge ce document tout simplement inacceptable.

Quant au cardinal Raymond Leo Burke, préfet du Tribunal suprême de la signature apostolique, traité de fondamentaliste par son confrère et ami du pape François, le cardinal Walter Kasper, il appelle solennellement – dans un cri qui semble bien désespéré – le pape à défendre la Foi catholique et le mariage !

Le « qui suis-je pour juger » du pape François entre en application.

Ce soir, un communiqué de presse de Vatican tentait de calmer les esprits estimant qu’il est donné à ce rapport « une valeur qui ne correspond pas à sa nature ».

De la Croix jusqu’au Monde et à Libération, on exulte !

Rien ne semble arrêter la volonté du pape François. Le rempart doctrinal s’était déjà effondré dans les années soixante avec le concile Vatican II, l’enceinte morale vient de subir des coups qui rendent son effondrement plus que probable.

Plus le temps passe, plus le véritable objectif du pape François apparaît : celui de changer le regard de l’Eglise sur l’homosexualité.

Xavier Celtillos

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

5 commentaires

  1. Etienne says:

    Sans juger les personnes en situations difficiles, mais devant cette manière de travailler, on peut se demander si on ne veut pas « améliorer » le message à la femme adultère ? « Va et ne pêche plus » deviendrait « Va et prends ton pied » ?

    Ainsi, on risque d’écoeurer des fidèles fidèles, et d’accentuer l’hémorragie en cours chez nous depuis 50 ans.
    Ceci, pour convertir combien de néophytes et combien de « repentis » ?

    Le plus préoccupant c’est, je crois, que les post-chrétiens prétendent embrigader le Saint-Esprit dans ses rangs.
    Ce qui signifierait qu’avant eux l’Eglise n’était pas conduite par le Saint-Esprit.
    Ben voyons.

  2. Pingback: Le premier rapport du synode sur la famille met le feu aux poudres | Austremoine.org

  3. Pingback: L’Eglise orthodoxe de Russie est-elle le dernier rempart contre le détournement LGBT de l’Evangile? - Les Observateurs

  4. mlavie says:

    pas si vite……..vous semblez tous oublier qu’Il s’est battu fermement contre le pouvoir en argentine pour tenter d’empêcher la légalisation du mariage homosexuel…….
    n’oublions pas de faire preuve de discernement pour déméler le bon grain de l’ivraie….
    Ce n’est pas parce qu’on dit qu’on peut trouver des elements positifs dans l’union homosexuelle comme le fait d’avoir des sentiments d’amour forts pour une personne et les sacrifices que l’on serait capables de faire pour elle, par exemple ce qui en soit constitue une « vérité de la Palice » puisque même là , l’Amour reste un sentiment noble…..que l’on cautionne forcément le caractère pécamineux qui en découle et qu’on approuve l’homosexualité.
    Je pense qu’Il veut dire que si le Christ aime tous ses enfants et qu’IL ne repousse jamais personne, Il se doit de faire de même….donc si un homosexuel vient a lui dans une recherche sincère de la vérité et qu’il recherche Dieu…Qui est-Il lui pour le juger et le rejeter?…serait-il au dessus du Christ ?
    Il se doit donc de l’acceuillir et de l’écouter et de lui communiquer tout l’Amour que Dieu a pour lui, tout en l’invitant à changer de comportement en lui expliquant avec patience et tendresse pourquoi il doit arreter de vivre de cette manière s’il veut vraiment acceuillir Dieu en lui.
    et en lui disant , s’il ne s’en sent pas capable, que rien n’est impossible à Dieu et qu’il l’aidera à changer s’il s’abandonne à LUI.
    Voilà comment j’interprêterai sa fameuse »ouverture » à l’homosexualité: acceuillir oui…mais avec en perspective l’invitation et l’incitation à la conversion profonde en s’éloignant du péché mortel, mais pour que péché mortel il y ait, il faut d’abord que la personne en prenne conscience.

  5. Vous noterez que le seul document ‘semi officiel’ est la relation finale, publiée seulement en italien, du 24 octobre. Le passage « sans nier les problématiques morales… » a disparu. La doctrine traditionnelle est clairement réaffirmée au paragraphe 76 de la relation finale: « il n’existe aucun fondement pour assimiler ou établir une analogie, même lointaine, entre les unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille » (citation d’un document de la Congrégation pour lea doctrine de la foi, ‘considérations au sujet des projets de reconnaissance légale des unions homosexuelles’). Même si on aurait souhaité une expression aussi claire que Familiaris Consortio sur la question de l’accès à la communion, aucun passage n’exprime un revirement de doctrine sur ce point, malgré les propos de certains pasteurs (voir le blog de Jeanne Smits). Pour ma part, je ne suis pas inquiet, même si des courants cherchent explicitement à changer la doctrine et la pratique de l’Eglise, celle-ci reste la colonne et le fondement de la vérité. Attendons le document du Souverain Pontife et surtout, prions!

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com