Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a décrété l’état d’urgence qu’il a annoncé à la télévision, parlant « d’un danger imminent » nécessitant « le déploiement de toutes les unités sécuritaires de la police, de la garde nationale et de l’armée » :

« Nous avons décidé, après avoir consulté le président du Parlement et le chef du gouvernement, de proclamer l’état d’urgence sur tout le territoire tunisien pour 30 jours »

Ce décret prévu par l’article 80 de la constitution tunisienne est assez large et confère au président des pouvoirs exceptionnels :

« En cas de péril imminent menaçant les institutions de la nation et la sécurité et l’indépendance du pays et entravant le fonctionnement régulier des pouvoirs publics, le Président de la République peut prendre les mesures nécessitées par cette situation exceptionnelle, après consultation du Chef du gouvernement et du Président de l’Assemblée des représentants du peuple et après en avoir informé le président de la Cour constitutionnelle. Il annonce les mesures dans un communiqué au peuple.

Ces mesures doivent avoir pour objectif de garantir le retour dans les plus brefs délais à un fonctionnement régulier des pouvoirs publics. Durant toute cette période, l’Assemblée des représentants du peuple est considérée en état de réunion permanente. Dans ce cas, le Président de la République ne peut dissoudre l’Assemblée des représentants du peuple et il ne peut être présenté de motion de censure contre le gouvernement.

A tout moment, trente jours après l’entrée en vigueur de ces mesures, et à la demande du Président de l’Assemblée des représentants du peuple ou de trente membres de ladite Assemblée, la Cour constitutionnelle est saisie en vue de vérifier si la situation exceptionnelle persiste. La décision de la cour est prononcée publiquement dans un délai ne dépassant pas quinze jours.

Ces mesures cessent d’avoir effet dès que prennent fin les circonstances qui les ont engendrées. Le Président de la République adresse un message au peuple à ce sujet. »

La menace terroriste se serait accentuée suite à la fermeture par le gouvernement tunisien de 80 mosquées de tendance salafiste, ce qui montre que le gouvernement tunisien semble bien plus lucide que le gouvernement français sur la question.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

6 commentaires

  1. Non seulement le gouvernement tunisien est bien plus lucide, mais il est aussi extrêmement plus courageux.
    Mais contrairement à ici, on ne se raconte pas de belles histoires invraisemblables et on ne pense pas aux élections en priorité…

  2. gillic says:

    En France, tout va bien, mais chut…..pas d’amalgame !!!!!!!!

  3. charles martel says:

    Il aura beau décrété l’état d’urgence, tant que cette idéologie barbare et esclavagiste qu’est islam ne sera pas définitivement interdit et bannit de la surface de cette terre, aucune Nation ne sera à l’abri d’un éventuelle réveil de l’ogre islamique.

    l’islam prétendument « modéré » n’est qu’une salle d’attente avant le déchaînement de la terreur islamiste.. celle la même que le tyran/jouisseur mahomet pratiqua de son VIVANT !

    Quant aux idéologues et autres adeptes du Nouvel Ordre Mondial, ils espèrent bien pouvoir profiter de cette terreur pour inciter les populations occidentales pétris de « vivre ensemble » à accepter d’échanger certaines de leurs libertés fondamentales, contre une prétendue « sécurité » qui dans ses grandes lignes permettrait de justifier « démocratiquement » le marquage/puçage RFID de toute la population… mais pour l’instant nous n’en sommes pas encore la..

    • Struyven says:

      Je trouve que vous avez entièrement raison et en tous points. Je pense cela depuis si longtemps et ne me prive pas, lorsque l’occasion m’en est donnée de faire le même commentaire. Merci !

    • Vous avez PARFAITEMENT RAISON!
      Et je partage absolument le même avis depuis bien longtemps.
      Mais il n’empêche quand même que les pires réactions à ce danger mortel sont celles des TRAITRES qui ont pris le pouvoir partout en Occident décadent!!!

  4. zézé says:

    Tout à fait d’accord, et ceux des plus anciens qui ont vécu les 4/5/juillet en Algérie il y a plus de 50 ans, vous approuveraient !!!!! mais évidemment, les boucheries de ces jours là, ne sont qu’illusions ; nos dhimmis au gouvernement et dans toutes les institutions de n’importe quel bord, vous le répètent : pasdamalgame.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com