Le journal Le Figaro publie des extraits significatifs du rapport de la préfecture de police qui répertorie minutieusement les nombreux incidents qui ont émaillé la nuit du 31 décembre 2017 au 1er janvier 2018 pour la seule région Île-de-France.

Afin de bien comprendre la situation apocalyptique et totalement hors de contrôle, précisons d’emblée que ce rapport fait 17 pages, parmi lesquelles l’affaire de Champigny y figure en quelques lignes, au milieu de tant d’autres faits de violences.

Sur cette seule nuit, sur Paris et les trois départements limitrophes (92, 93, 94), « à retenir : (…) 213 interpellations réalisées (202 en 2016), 168 mesures de garde à vue (168 en 2016), 163 véhicules incendiés (134 en 2016) dont 53 endommagés par propagation (51 en 2016), 25 jets de projectiles dont 6 mortiers tirés contre les forces de l’ordre (8 en 2016 dont 2 mortiers), 3 policiers blessés (2 en 2016), pas d’affrontement direct entre groupes (comme en 2016) ».

À Paris même, le rapport signale qu’à « 20 h 50, à l’angle de l’avenue des Champs-Élysées et de la rue Balzac, les gendarmes mobiles ont arrêté sept individus qui jetaient des canettes dans la foule. Les victimes n’ont pas pu être identifiées. Les mis en cause, de nationalité afghane, en situation irrégulière, ont été placés en retenue administrative ».

La liste des faits énumérés dans ce rapport semble interminable, entre un employé du Fouquet’s blessé à l’arme blanche, alors qu’il voulait s’interposer dans une bagarre, et une agression sexuelle contre une serveuse de bar, rue de Lappe (XIe).

Mais ce n’est en banlieue que les faits sont les plus nombreux. Par exemple à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), où la police a pris en chasse une Audi A3, avec quatre hommes à bord et un chien d’attaque. Course-poursuite jusqu’à l’A 104. Après avoir percuté une voiture de police, les fuyards sont stoppés. Il faut abattre le chien qui « a saisi la main gantée d’un policier». Retrouvés dans l’Audi: « 20 g de résine de cannabis. ». A Stains (Seine-Saint-Denis): « Usage de LDB 40 (lanceur de balles de défense), à cinq reprises, et de grenades MP7, à quatre reprises, pour se désengager ». La police a pris sur le fait plusieurs incendiaires, notamment à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), à Gentilly et Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), ainsi qu’à Choisy-le-Roi.

En grande couronne, 87 véhicules ont été incendiés, et la police a dû faire face à une attaque à Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne), nécessitant « usage de trois tirs de MP7 et cinq tirs de 40/46 pour disperser les hostiles (sic)». À Orsay (Essonne), selon le rapport de la préfecture, on signale une « rébellion lors d’une interpellation en marge d’une soirée de la commune »(…)

Et il y en a des tableaux entiers !, commente Le Figaro.

On aimerait bien lire le rapport fourni au ministre de l’Intérieur, détaillant la situation dans l’ensemble de la France.

Dormez en paix, braves gens, Macron s’occupe de tout…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Inscrivez-vous à la 1ère UDT du Pays réel !
www.udt-du-pays-reel.com

Un commentaire

  1. Cadoudal says:

    la République maçonnique, de droite et de gauche, organise partout des Bataclans.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com