Wikileaks, l’organisation de Julian Assange, dévoile le rapport semestriel du 29 janvier 2016, au Comité militaire et au Comité politique et de sécurité de l’union Européenne, de l’amiral Credentino, le commandant de l’opération Eu Navfor Med, opération Sophie, commencée le 18 mai 2015 et qui devait venir à bout des trafiquants d’hommes en méditerranée à partir de la Libye. L’information a été reprise par différents quotidiens italiens ces jour-ci, parmi lesquels des titres nationaux comme Le Giornale, La Stampa, l’Espresso.

Ce trafic d’êtres humains via la Libye génère, selon l’amiral Credentino, « un chiffre d’affaires de 250-300 millions. Les canots pneumatiques sont un truc et nous ne pouvons pas arrêter les trafiquants ».

Véritable tour-opérateur, ce trafic est bien rodé : les migrants sont recrutés  à travers les réseaux sociaux et des « agences de voyage » très spéciales.  Les aspirants à l’Eldorado européen sont emmenés dans des maisons sûres à quelques kilomètres des plages où ils attendent là pendant des jours, parfois des mois. Un peu avant le grand départ, ils sont transférés et entassés dans des zones touchant les plages. Pour y arriver, il faut passer par des zones de conflits. Les passeurs embauchent donc des escortes et ils payent aux check-point. Les futurs clandestins en Europe embarquent vers minuit.

Les trafiquants utilisent surtout des canots pneumatiques chinois de contrebande et s’arrangent pour que ces embarcations ne soient pas en mesure de traverser la Méditerranée. Peu de nourriture et d’eau, peu d’essence, l’objectif étant d’arriver à côté des bateaux européens, outre les eaux territoriales libyennes. Les passeurs savent très bien que la flotte européenne recueille tout le monde, soit les réfugiés que les clandestins.

L’amiral est confronté à un problème majeur dans sa lutte contre les contrebandiers : si la flotte entre, comme prévue, dans les eaux territoriales libyennes, la couverture légale sauterait « pour poursuivre les trafiquants en Italie. Sans un accord – avec le gouvernement de l’ONU en Libye – nous serons contraints de relâcher les contrebandiers suspectés et arrêtés dans les eaux territoriales libyennes, avec comme conséquence la perte de crédibilité de l’opération auprès des médias et de l’opinion publique européenne. » 

Sont donc nécessaires, selon l’amiral, une nouvelle résolution de l’Union Européenne qui consente les opérations dans les eaux territoriales libyennes ainsi qu’une invitation officielle à venir l’aider à combattre la plaie des trafiquants d’êtres humains de la part du nouveau gouvernement d’unité nationale mis en place en Libye. Avec la formation d’une garde-côte et marine libyennes entraînées par l’Eu Navfor Med.  Et tous les risques d’une « nouvelle guerre fratricide » sur le territoire libyen.

Étant donné les nombreuses difficultés auxquelles doit faire face l’amiral Credentino, les trafiquants d’êtres humains ont encore de beaux jours devant eux pour s’enrichir et peupler l’Europe de nouveaux clandestins. 

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. Daniel Daflon says:

    Il s’agit d’une invasion illegale du sol de l’Europe par des espions et des terroristes. Il faut appliquer la loi martiale car il s’agit d’une guerre. Les bateaux des envahisseurs doivent être detruits des qu’ils franchissent nos eaux territoriales, les survivants recueillis selon les lois maritimes et déposés sur une ile déserte.
    Notre responsabilité s’arrete là. Il faut, quel qu’en soit le prix, arreter l’invasion et l’inverser.

  2. Il faut réformer le droit maritime ainsi que les textes des nations unies sur le droit d’asile et en extrême urgence. C’est une question de survie civilisationnelle, l’occident doit être défendu par tous les moyens. Rétablissons toutes les frontières pour les êtres humains et les animaux [pour protéger les espèces endémiques par contre laissons libres le trafic des marchandises. Arrêtons la bisounourserie !

  3. Hilarion says:

    D’un côté, une invasion qui met en péril mortel nos civilisation occidentales. Et en face des textes de loi alambiqués nous interdisant d’empêcher l’invasion !
    Comment ne pas voir que tout est mis en oeuvre pour favoriser cette invasion et que les prétendues protections ne sont que tromperies pour gogos.

  4. HUGUEL says:

    Tous ces traîtres tant chez nous qu’à l’échelon européen n’ont pas voulu prendre les décisions indispensables pour éradiquer cette invasion: traquer et éliminer tous les trafiquants de chair humaine, arraisonner toutes les embarcations et les reconduire là où elles sont parties.
    Tous ces responsables se moquent éperdument du mal être de leur peuple.Leur principal soucis est de conserver leur place bien au chaud et fortement rémunérée et que les migrants votent pour eux en remerciement de leurs largesses Le reste ne les intéresse nullement. Lors des prochaines échéances choisissez des politiques dont la priorité est le bien être de leur peuples au lieu de leur enrichissement personnel.Je crains qu’ils ne sont pas légion et personne n’osera en faire la liste et la diffuser à leurs concitoyens pour que leurs choix assainissent notre pays.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com