05china-02-superJumbo.jpg

Cela pourrait sembler n’être qu’un simple délire de ce califat islamique. Mais Abu Bakr al-Baghdadi entend bien étendre son influence dans le Xinjiang, cette province de la Chine qui fait régulièrement parler d’elle en raison des revendications séparatistes de sa population ouïghoure de confession musulmane.

D’ores et déjà,  quelques centaines de ressortissants chinois se battent actuellement pour l’État islamique en Syrie.

Ce n’est pas la première fois que des musulmans chinois rejoignent des groupes islamistes. Cela avait déjà été le cas pour un petit nombre parti rejoindre al-Qaïda en Afghanistan.

Parmi ces djihadistes, au moins deux sont chinois
Parmi ces djihadistes, au moins deux sont chinois

Si insensée puisse-t-elle paraître, l’ambition de l’Etat Islamique de s’emparer de la province ouïghoure du Xinjiang a de quoi inquiéter la Chine mais aussi la Turquie.

La Chine est déjà fréquemment confrontée à des attentats et des émeutes d’ouïghours. La crainte est réelle que l’influence de l’Etat Islamique vienne renforcer les troubles dans cette province, voire provoquer des attentats ailleurs en Chine, comme ce fut déjà le cas par le passé, notamment à Pékin en octobre 2013.

D’autre part, les expansionnistes turcs ont toujours conservé une visée sur cette province du Xinjiang dont la population est en partie turcophone. Mais le califat de l’Etat Islamique pourrait apparaître comme concurrent pour les panturquistes à l’œuvre sur place.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com