Adaptation de la chanson originale des Frères Martineau.

Le texte est particulièrement à écouter tant il est magnifique.

 

« C’est par un soir de fin d’hiver à la veille de nos fiançailles
que je partis avec mes frères et me jetai dans la bataille
mon cœur saignait de te quitter mais secrète fut ma douleur
je jouais le brave et je laissais de tes doux yeux couler mes pleurs!

Depuis dix mois que je combats, dans la pluie le vent la froidure,
à chaque instant je pense à toi dans cet enfer qui dure dure
et je te couvre oh ma prière, chaque soir de mes plus doux mots
et je presse le scapulaire que tu cousus sur mon paletot!

Lorsque la nuit se fait trop noire, lorsque j’entends au loin les loups,
lorsque me prend le désespoir, que mon front tombe sur mes genoux
Je te contemple oh bien aimée tirant le fil de coton rouge
et donner forme au cœur sacré mouillé des larmes de tes joues!

Entre tes doigts qui vont et viennent traversant l’étoffe de lin
renaît autant qu’il m’en souvienne, ta douce voix de séraphin.
Je me repais de tes je t’aime dont j’ai tant besoin maintenant
Ton scapulaire est mon emblème, il est victoire des amants!

Mais il faut qu’enfin je te dise
Hier matin dans le hallier, soudain rougissant ma chemise un coup de feu m’a terrassé
Et je t’écris de ma litière où j’ai reçu les sacrements après le trou à mon scapulaire à tes pleurs j’ai mêlé mon sang!

J’ai ton amour comme viatique, ton scapulaire comme oriflamme, j’ai tes plaintes comme cantique.

DIEU QUE JE T’AIME A FENDRE L’AME!!!!!! »

Frères Martineau

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. De la révolution, il ne convient de ne retenir que les droits de l’homme, l’affirmation de la liberté, de l’égalité des Droits, de la solidarité. La terreur, tuer le Roi et les royalistes, ne correspondent nullement aux valeurs humanistes. Mais, était-ce nécessaire ? Aujourd’hui, ne faudra t-il pas, malgré l’état de droit, nous libérer de ceux qui projettent de nous égorger et nous soumettre ? L’Homme ne saurait demeurer agneau devant le loup qui les agresse. L’état de droit ne saurait devenir un état de faiblesse et de soumission.

  2. Olivier says:

    « La terreur, tuer le Roi et les royalistes, ne correspondent nullement aux valeurs humanistes. Mais, était-ce nécessaire ? »

    L’Humanisme affirmant la primauté de l’Homme, ne peut tolérer un roi, incarnation du principe d’autorité qui trouve son origine en Dieu. Son meurtre était donc indispensable.
    Les populations ayant le Catholicisme chevillé au corps devaient également périr car le principe même de l’Humanisme qui chasse Dieu et divinise l’Homme leur était inacceptable.

    Mais en plus d’être meurtrier, l’Humanisme est également mensonger puisqu’on ne peut mettre à pied d’égalité tous les hommes, par nature dotés de caractères divers.
    La démocratie représentative en est l’illustre exemple puisqu’elle a remplacé l’aristocratie tant honnie par un ersatz bourgeois profitant des avantages de sa position mais rejetant ses responsabilités sur le peuple qui l’a élu.

    L’humanisme est donc diabolique, puisque meurtrier et mensonger dès l’origine.

    Les Droits de l’Homme ne sont qu’une répugnante parodie maçonnique des Commandements divins.

    • Rien n’est parfait, dans notre système actuel, loin de là. Mais avoir foi en l’Homme implique un dépassement qui ne se limite pas à critiquer.
      Que proposez-Vous ?

      • Volodymyr Bellovak says:

        Avoir Foi en Dieu plutot qu’aux hommes, différents entre eux par nature et « blessés » par le péché originel…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com