En 2017, la Libye et l’Algérie sont passées sous le contrôle de Daesh qui en a fait le Califat du Ponant. Profitant du désarmement moral des Européens, les islamistes décident de l’envoi, par vagues successives, de 4 millions de migrants vers l’Europe et plus spécifiquement vers la France, nouveaudâr al-harb[1]. A bord de certaines embarcations, ont pris place des kamikazes chargés de couler les navires portant secours aux forceurs de frontières et cela, afin de déstabiliser encore davantage l’ennemi. L’opération est baptisée Prophète des mers.
Face à cette guerre navale asymétrique, les rares frégates ultra-sophistiquées de la marine française, taillées pour la lutte de haute mer, sont débordées. A l’inverse les navires garde-côtes qui auraient dû être construits depuis longtemps afin de sécuriser les frontières maritimes, manquent cruellement. Faute de prise en compte par les autorités politiques des enjeux stratégiques vitaux que constitue la frontière maritime méditerranéenne, la marine française est impuissante.
Au sud, harcelé le long d’un front ouvert depuis la Mauritanie à l’ouest jusqu’au Soudan à l’est, le dispositif Barkhane s’est replié sur le Burkina Faso afin de protéger la Côte d’Ivoire. Quant aux dernières réserves opérationnelles françaises disponibles après des années de déflation des effectifs, elles ont été positionnées autour de N’Djamena afin de couvrir le Cameroun. Boko Haram, un moment affaibli, a en effet refait ses forces grâce à des cadres venus de Libye, d’Algérie mais aussi de Syrie.
En France même, alors que se déroule la campagne présidentielle, plusieurs banlieues se sont soulevées à la suite de contrôles d’identité ayant dégénéré. En raison de la dissolution de plusieurs escadrons de gendarmes mobiles opérée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, les forces de l’ordre qui n’ont pas les effectifs suffisants pour intervenir doivent se contenter de boucler les périmètres insurgés. Les associations d’aide aux migrants dénoncent l’ « amalgame »  et leurs mots d’ordre sont abondamment relayés par les médias. Vingt cinq mille réservistes de la gendarmerie sont rappelés cependant qu’ un peu partout, face à la passivité de l’Etat, se constituent clandestinement des groupes de résistants prêts à passer à l’action. La France est au bord de la guerre civile.
Comment en est-on arrivé là ? Entre 2011 et 2017, conduite au chaos par l’intervention franco-otanienne, la Libye est passée de la plus totale anarchie au califat, Daesh ayant réussi à y engerber les milices. Quant au général Haftar, sur lequel la « communauté internationale » comptait pour constituer une troisième force, il n’a pas pesé lourd face aux jihadistes.  Impuissante, l’Egypte s’est illusoirement retranchée derrière un mur électronique cependant que, quotidiennement, des attentats y entretiennent un climat de guerre civile. Quant à la Tunisie, une artificielle quiétude y règne car lesjihadistes qui ont besoin d’un pays-relais, se gardent de trop y tendre la situation, se contentant d’y maintenir une pression calculée. Après plus d’un demi-siècle de gabegie, de détournements de fonds publics, de népotisme et de récriminations à l’égard de l’ancienne puissance coloniale, l’Algérie, cible principale des islamistes de toutes obédiences depuis la décennie 1990, a, quant à elle, basculé dans l’islamisme à la suite d’émeutes urbaines déclenchées par l’effondrement de la rente pétrolière.
Tel est le scénario auquel nous pourrions nous attendre à la veille de l’élection présidentielle française. Avec une Marine sans moyens, mais en première ligne face à la déferlante venue du sud, une Armée de terre aux effectifs rognés et isolée sur le rideau défensif sahélien et une Gendarmerie démotivée en raison de son alignement sur le modèle policier.
Bernard Lugan
07/08/2015

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

17 commentaires

  1. Rémi de Völn says:

    Bonjour à tous,
    ce scénario n’a, hélas, rien de fantaisiste; la seul incertitude porte sur la date de réalisation: si ce n’est pas 2017, ce sera 2018 ou 2020.
    Il suffit de relire « Le camp des saints » de Jean Raspail, et « Le duc de l’Apocalypse » de Beaudouin Forjoucq, pour en être convaincu.
    Préparons-nous individuellement, en famille, en communautés et en réseaux; en vivant à la campagne, avec potager; en s’inscrivant à un club de tir; … et en nous sanctifiant, afin d’obtenir l’a

  2. Passifs « nos » gouvernants ? allons donc ! si l’État ripoublicain voulait vraiment en finir avec l’EI, il suffirait d’envoyer quelques agents pour zigouiller les chefs…
    La vérité c’est évidemment que « nos » dirigeants sont COMPLICES !

    • Rémi de Völn says:

      Ce sont ces « co-allah-borateurs » qu’il faudra « zigouiller », le moment venu, en appliquant les principes que Saint Pie V exposait vis-à-vis des huguenots, dans ses lettres à Charles IX, Catherine de Médicis, prélats et princes français catholiques.

  3. La stratégie islamique s’applique à terroriser, mais surtout à miner de l’intérieur, grâce à un endoctrinement basé sur les ressentiments et le mirage séduisant d’une idéologie totalitaire, corroborée par une soi-disant exigence divine insensée.
    Force est de reconnaître qu’un nombre aussi inconnu que grandissant y adhère dans notre pays, et que le gouvernement actuel ne prend pas les mesures qui s’imposent, face à la menace de plus en plus probante d’une guerre civile.
    Une armée insuffisante, des moyens militaires non adaptés, une population désarmée qui, face à des djihadistes beaucoup moins nombreux mais résolus et bien préparés, serait à la merci de ces derniers et aura grande difficulté à s’organiser pour répliquer et se libérer. Il suffit de constater comment peuvent réagir les populations envahies par ces vandale sanguinaires.
    Si sur notre sol, nous continuons la politique de la chèvre et du choux, abdiquons devant les zones de non droit en se battant stupidement la coulpe, adulons ceux qui nous invitent à une repentance, n’éradiquons pas dans l’œuf les foyers djihadistes, sans chercher à faire croire à la justesse de les dé radicaliser, nous allons laisser les « nazislamistes » nous plonger dans l’horreur.
    Avec des forcenés, seule la force peut les arrêter. Plus nous nous montrerons faibles, plus ils s’estimeront, et seront, forts.
    Si nous n’affirmons pas notre identité, (dont nous pouvons être fiers), nous risquons de la perdre et la mort pour ceux qui y tiennent…
    L’idéologie islamique ne saurait prospérer sur la terre qui a donné naissance aux Droits de l’Homme.
    La politique intérieure « bisounours » électoraliste, honteusement vassale à l’extérieur, est dirigée par des aussi soucieux de leurs égos que privés de lucidité, qui risque fort de nous conduire au chaos.

  4. Un exemple frappant prouvant combien le gouvernement ne réalise pas la situation et s’adapte piteusement à la menace : le Plan vigie-pirate qui offre trois soldats à une rafale de kalachnikov.
    On ne protège personne en s’offrant comme cible … Un chef des Armées n’a pas pour fonction de sacrifier ses soldats.

  5. Christiane says:

    Cette situation des plus calamiteuses pour la France est en grande partie due à l’aveuglement de beaucoup d’entre nous qui ont toujours voté pour les traîtres au pouvoir. A présent, nous ne pouvons compter que sur l’aide divine qui seule pourra sauver notre pays du pire.

  6. Je n’ai qu’un mot à vous dire, bande de crétins: c’est que si les militants de DAESH (qui sont cyberconnectés) n’en n’avaient pas encore l’idée, vous venez de la leur donner. Vous créez vous même vos propres menaces et vos propres peurs.
    C’est un cercle vicieux. Et n’oubliez jamais, vous qui faites les autruches, que DAECH est une filiale de la C.I.A

    • Le crétin est celui qui croit que son ennemi est incapable de penser, comment vous vaincre ou éliminer.
      Créer nos propres menaces ou peurs ?! De quelle planète peut-on tenir de tels propos d’Autruche, après toutes les horreurs et agressions grandissantes au Moyen Orient, en Afrique, en Europe, après que nos soldats sont envoyés les combattre, …?
      l’EI serait une filiale des EU qui les bombarde…
      Les EU sont les alliés des islamistes qui ont abattu les deux tours… Même sur le continent nord américain, le terrorisme islamique sévit…
      le désir d’hégémonie des EU peut prendre des aspects pervers d’apprenti sorcier, comme amener stupidement F. Hollande à montrer ses « biscotos » à Poutine et à éloigner la Russie de l’Europe, tout en se rendant ridicule … Mais, ne dénigrer jamais des fous idéologues comme les Islamistes qui entendent bien développer leur stratégie diabolique. Staline, Hitler, Pol Pot … sont allés jusqu’à l’ultime de leur folie qui a atteint gravement le monde entier.

      • Pierre gouverneur, Karl a raison quand il dit que Daesh est une filiale de la CIA. Tout le monde le sait, sauf vous, apparemment. L’implication d’Israël apparaît tout à fait probante d’ailleurs. La stratégie est simple : faire régner la stratégie du chaos en Irak notamment pour détourner l’attention des masses populaires des véritables responsables de la crise économique, dont la conséquence est que la Grèce est en situation d’urgence humanitaire (bientôt en France?), les banquiers juifs, juifs, juifs de wall Street, dont Mr David Rockefeller (il a du mal à crever, la justice immanente se refuse à intervenir sur lui). J’ai lu avec attention l’article de odi ola, intéressant. Bernard Lugan, qui refuse de « voir » la main invisible (complots qui provoquent des guerres en Afrique, de la CIA, des juifs d’Israël, du Quai d’Orsay, de la GNLF), dit que DAESCH est susceptible de monter jusqu’au caucase. Les judéo-Protestants ont mis en place les communistes, pour créer un ennemi, maintenant c’est les fanatiques djihadistes. L’ennui, c’est que l’ennemi est bien là, malheureusement.

    • Et subventionné par Israël…on est au courant.
      Et ça change quoi au fait que le but est de détruire la France ?
      L’islam est dès l’origine une création « juive », l’un des moyens que les talmudistes utilisent pour détruire la chrétienté. Quand un assassin lance son pitbull sur vous pour vous tuer, il faut d’abord éliminer le chien…ensuite on s’occupe de son maître.

  7. Olivier de Tarbes says:

    Bientôt sur nos écrans, le défilé des forces de Daech sur les Champs Elysées avec leurs magnifiques 4×4 Toyota, et le drapeau noir flottant sur Paris (ptet plus tôt qu’on ne le pense…)

  8. Chevrier Michèle says:

    C’est un scénario catastrophe,
    Quand je pense que les socialistes, l’UDI, Les Républicains sont complices des Islamistes, il n’y a qu’à les voir pour comprendre, j’en ai un haut le coeur.

  9. Vieux Jo says:

    Je pense même qu’à la fin de l’année, à cause du synode, il va y avoir de grands bouleversements. Relire les prophéties de Marie-Julie Jahenny.

  10. Odi ola says:

    Certes ces réactions passionnelles sont intéressantes, mais elles sont des réactions bien tardives, et qui justement, plus précoces, auraient pu ne pas être passionnelles !
    Comme écrivait Machiavel : (de mémoire) « Comme pour les fluxions pulmonaires, en politique, au début, le mal est difficile à déceler, mais très facile à guérir, ensuite, il devient très facile à déceler, mais très difficile à guérir ».
    Certes je pense que le scénario imaginé par Bernard Lugan est utile à évoquer.
    Il est peut-être même bien en retrait d’éventualités plus terribles encore.
    Certes encore, quand la maison brûle, ce n’est pas le moment de chercher la chandelle qui y a mis le feu : Il faut avant tout éteindre le feu.

    Cependant, il est utile aussi de regarder l’histoire du « long terme », comme il dirait lui-même :
    Depuis la naissance de l’islam il y existe une tendance radicale, cf. ibn Taïmiyya et successeurs.
    C’est connu. C’est interne à l’islam. A chacun son problème.
    Mais, s’il y a à nous battre la coulpe, ce n’est pas pour une repentance de notre méchanceté, mais pour une repentance d’erreurs de gouvernance, et même de bévues aberrantes, de notre part.
    Naturellement, tous les peuples en commettent : « errare humanum est »
    => Quelques jalons :
    La mises à sac de Byzance par les croisés en 1204, qui à terme a été plus destructrice pour Constantinople que les attaques turques musulmanes.
    Les alliances contre nature de François premier, qui pour lutter contre Charles Quint, a fait la cour à Soulaïman le magnifique ; a invité les Ottomans à Toulon, a imposé la langue française dans une Europe encore latinisée, et voulut, par le concordat, avoir mainmise sur le clergé et les évêques.
    Dès lors, impossible de reprendre Constantinople, projet qui était portant très présent dans tous les esprits.
    La France n’a pas été présente à Lépante en 1571.
    => Grand saut temporel car ceci n’est pas un cours d’histoire : La question d’Orient.
    Personne n’a tenu les promesses faites aux arabes, durant la guerre de 1914-1918 de les rendre libres après la guerre, s’ils aidaient les alliés de la Triple Entente à vaincre l’empire ottoman qui les subjuguait encore.
    L’idée était de partager l’empire ottoman.
    L’époque est pleine de retournements et de contradictions:
    Constantinople aurait du revenir aux Grecs. Mais on aurait préféré l’éviter et donner la ville à la Russie. Mais la Russie s’est retirée de la guerre en 1917…
    D’autre part, le sionisme de Théodore Herzl à la fin du XIX siècle conduit à l’implantation du « jude Home » en Palestine, imposée au sultan Abd el Hamid qui n’en voulait pas dans l’empire ottoman. Les suites tragiques sont connues.
    => Après 1918, personne n’a cherché à défendre la Grèce d‘Asie Mineure et de Thrace orientale rejetée à la mer par AtaTürk (« La grande catastrophe ») aboutissant au traité de Lausanne en 1922.
    (Depuis les turcs ont envahi le nord de Chypre en 1974 et personne ne dit toujours rien …)
    => En 1939, « on a donné » à la Turquie le sandjak d’Alexandrette (qui appartient à la Syrie) pour que la Turquie n’entre pas en guerre contre les alliés dans la 2 ème guerre mondiale.
    C’est ces anciennes « provinces arabes de l’empire ottoman », martyrisées pendant des siècles, qui prend les armes maintenant avec la création de « Daoula Islamiyya el ‘Iraq wa es Cham » = DAESCH.
    Après moult hésitations et échecs (Nasser, etc.), entre arabisme ou islamisme, c’est l’islamisme qui a pris de dessus.
    => L’extension :
    Jusqu’en 1945, le mot « isti’mâr » (« colonisation ») n’était pas péjoratif, voire l’inverse en arabe.
    Tout dépend bien sûr de ce qu’on en fait : L’Algérie nous reprochait seulement notre matérialisme et notre absence de spiritualité.
    Enfin, les français ont cessé, à peu près à cette date, de s’intéresser à la culture et à la langue arabe, jusqu’à aujourd’hui d’ailleurs, ce qui et certainement extrêmement grave ; et plus important que la question des armes quand un dialogue est encore possible.
    Il faut toujours chercher à comprendre l’autre, dans sa langue, dans sa culture, son identité et ce que nous représentons dans son imaginaire ; et la France a longtemps bénéficié d’une aura favorable de modèle jusqu’à au moins encore la calamiteuse affaire de Suez en 1956.
    La France d’alors, enfin, et d’un point de vue franco-français, n’avait encore rien à voir avec ce qu’elle est devenue aujourd’hui, état de fait dont les arabes ne sont responsables en rien.
    Ensuite le monde est devenu bipolaire de la façon que chacun connaît.
    Mais les Français n’ont pas voulu écouter Massignon. Ils ont préféré écouter de Gaule, qui n’a peut-être pas bien apprécié les enjeux de ce qui se passait, et donné le Sahara à un FLN qui ne le demandait même pas.
    Comme en politique il y a beaucoup de secrets, il est difficile de savoir ce qui s’est passé en sous-main. Le pétrole y a été découvert vers 1956.
    Le monde entier peut-être, à commencer par nos grands frères américains, redoutait peut-être une « France puissance pétrolière ».
    La suite, Bernard Lugan le raconte avec précision.
    Le passé est fait de belles histoires et de belles erreurs.
    L’avenir n’est jamais écrit.
    A sa façon, Bernard Lugan nous secoue les puces.
    Ma façon de dire est un peu différente : comprendre ne veut pas dire entériner : je préfère : « corriger ».
    C’est tout.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com