2Depuis mi-juin, les sites et blogs catholiques ont été les premiers à s’inquiéter du sort des  chrétiens d’Irak suite à l’offensive fulgurante du groupe djihadiste de l’État islamique de l’Irak et de Levant. Leurs craintes se sont vite révélées être justifiées.  Les chrétiens étaient déjà nombreux à avoir quitté Mossoul mais cette fuite va être accélérée suite à l’ultimatum des djihadistes. La situation humanitaire est catastrophique et ils pourraient bientôt discrète. Les politiques français ont d’abord été discrets mais la mobilisation des réseaux catholiques aura fini par payer.

L’Observatoire de la Christianophobie et l’association Chrétienté Solidarité ont organisé la première manifestation de soutien au Trocadéro le 15 juin. Présent comme d’habitude, le Parti Chrétien Démocrate avait deux représentants avec Jean-Frédéric Poisson et son ancienne présidente Christine Boutin. Le 19 juin, Le bureau de la commission des Affaires étrangères à l’Assemblée nationale a approuvé la création d’un groupe d’études sur les chrétiens d’Orient. La demande, soutenue par plus de 110 parlementaires de tous les bords politiques, a été faite il y a neuf mois par la « Coordination des chrétiens d’Orient en danger« . Ce groupe d’études est dirigé par Véronique Besse et Valérie Pécresse.  Si on retrouve beaucoup de gens de droite, on compte 13 députés du groupe socialiste dont l’ancienne ministre du groupe socialiste Michèle Delaunay.  Le 3 juillet suivant, Claude Goasguen interpelle Manuel Valls sur le sort des Chrétiens d’Orient et introduit le débat à l’Assemblée Nationale.  Il sera suivi une vingtaine de jours plus tard par Jean-Frédéric Poisson qui adresse une question écrite à Laurent Fabius pour demander comment le gouvernement compte agir concrètement. Le 21 juillet, la diplomatie française avait condamné l’ultimatum des djihadistes aux chrétiens de Mossoul, un premier geste. Le 23 juillet,  une mobilisation spontanée a lieu devant l’Assemblée Nationale, à laquelle se joignent des députés tels qu’Hervé Mariton, Xavier Breton, Meyer Habib ou bien encore Yann Galut. En cette fin du mois de juillet, tout s’accélère.

chrétiens d'OrientParis, Lyon, Toulouse ou bien encore Nantes, de nombreuses villes ont accueilli ce week-end des rassemblements de soutien aux chrétiens d’Irak pour alerter l’opinion public. La capitale en a même eû deux, l’un samedi et l’autre dimanche. Cependant le rassemblement de dimanche était initié par des membres actifs du Front National. Si ce dernier ne l’organisait pas officiellement et n’en était pas à l’origine, certains mouvements comme le Comité de Soutien aux Chrétiens d’Irak n’ont pas voulu y participer. Cela est sans aucun doute dommage mais cela montre bien que l’enjeu politique devient bien réel entre UMP, FN et gouvernement. L’UMP y verra un moyen de pointer l’inefficacité du gouvernement socialiste tandis que le FN critiquera l’action américaine en Irak. Le dimanche, la manifestation de soutien a rassemblé 5000 personnes dont de nombreux chrétiens d’Orient. Signe de l’importance de l’image, Anne Hidalgo y avait envoyé un représentant dont nous avons parlé ici. Mais de nombreuses autres personnalités politiques étaient présentes : Nathalie Kosciusko-Morizet, Roger Karoutchi, Jean-Christophe Fromantin, Yves Jégo, Rachida Dati, Claude Goasguen, Hervé Mariton, Ludovine de La Rochère, plusieurs adjoints socialistes de la mairie de Paris et encore bien d’autres. Des parlementaires ont même adressé une lettre ouverte à François Hollande pour qu’il demande pour saisir la Cour Pénale Internationale sur les exactions commises à l’encontre des minorités en Irak dont les chrétiens. Le député PS Puponni a déclaré que la France devait faire plus et qu’on assistait à une véritable épuration. On ne compte plus les prises de position d’élus pour soutenir les chrétiens d’Irak.

Lundi, les ministres des Affaires étrangères et de l’Intérieur, Laurent Fabius et Bernard Cazeneuve, se sont dits prêts à « favoriser l’accueil », au titre de l’asile, des chrétiens d’Irak victimes de « persécutions » de la part des djihadistes. Les médias n’hésitent pas à parler des rassemblements de soutien. La mobilisation en faveur des chrétiens d’Irak a dépassé le cadre religieux pour atteindre une dimension politique. Certains parleront de récupération politique mais on ne peut pas se plaindre du silence et de l’indifférence puis ensuite condamner les élus qui agissent grâce à la mobilisation. On devrait se réjouir que la classe politique prenne enfin conscience de la situation dramatique dans laquelle se trouvent actuellement les chrétiens d’Irak.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

10 commentaires

  1. Courivaud says:

    « on devrait se réjouir que la classe politique prenne enfin conscience »….

    sans doute.
    C’est vrai que les chrétiens et les hommes de bonne volonté se réveillent.

    mais à l’instar du  » mariage pour tous »,c’est un peu tard, tout de même : pour les chrétiens d’Irak, il fallait réagir dès l’arrivée des Américains à Bagdad en mars 2003 ; tous les milieux bien informés savaient que cette occupation signifierait le départ des Chaldéens et cela n’a pas manqué de se produire.

    Mais CELA NE SUFFIRA PAS « DE SE REJOUIR » : IL FAUT EXIGER EN FRANCE LE CHANGEMENT IMMEDIAT DE DIPLOMATIE qui meurtrit tous les chrétiens d’Orient, et aussi les autres hors « Occident » et ne plus faire de la diplomatie en fonction de l’offre et de la demande médiatique, les deux téléguidées par les Américains, Qatar, l’Arabie séoudite, etc.

    Pour commencer, faire une pétition adressée à TOUS LES MINISTRES COMPETENTS (en attendant le président de la République, si les ministres à leur niveau de responsabilité ne réagissent pas). Bien sûr, je signe.

    Et ce n’est que « pour commencer »……

    car beaucoup comme moi constatent que le pape François 1er, si prompt à s’exprimer dans « la Reppublica », sur l’esplanade de Jérusalem ou dans les jardins du vatican ne semble pas très prolixe pour parler de chrétiens qui revendiquent une civilisation antérieure au christianisme.
    Alors, il faudra aussi adresser une supplique au pape François 1er
    … pour éviter, comme pour l’Irak, en 2000, un certain silence de son prédécesseur. à l’époque, doit-on rappeler, on tuait silencieusement la population sous embargo et parmi celle-ci des chrétiens. Et le pape Jean-Paul II a très vite renoncé à son voyage à Ur et se dépêcher d’aller à Jérusalem pour « dialoguer avec les religions ».
    C’est un précédent que l’on n’aimerait pas voir se réitérer.

  2. chambssy says:

    Nous avons perdu trop de temps ; voir Elish Yako à Nantua : les chrétiens d’ Orient sont en danger – http://www.dailymotion.com/video/xconqk_elish-yako-a-nantua-les-chretiens-d_news via @Dailymotion 2010 ou http://youtu.be/Lbbb3FrydLw 2013

  3. Pingback: Médias-Presse-Info : La classe politique prend conscience du drame des Chrétiens d’Irak | Coordination Chrétiens d’Orient en Danger

  4. Le gouvernement français fait preuve d’une hypocrisie diabolique car l’armée et les services secrets français soutiennent en sous-main l’Etat Islamique aussi bien en Irak qu’en Syrie.

  5. « Laurent Fabius et Bernard Cazeneuve, se sont dits prêts à « favoriser l’accueil », au titre de l’asile, des chrétiens d’Irak victimes de « persécutions » de la part des djihadistes. »
    C’est juste faire le jeu des « djihadistes » qui veulent réaliser l’épuration ethnique.
    Ce n’est évidemment pas à écarter, mais la priorité de l’action politique, en matière de communication, devrait plutôt être une condamnation ferme et une action pour que ces barbares soient traduits devant un tribunal: il semble que ce qu’ils ont est largement pire que ce qui s’est passé au Kosovo.

    • Courivaud says:

      pardon, C.B.,

      les ministres, surtout s’ils sont des ministres des affaires étrangères n’ont pas, à titre de « priorité de l’action politique » de faire de la « communication ».
      On a déjà vu ce qu’a donné cette « communication », chez M. Kouchner par exemple, une communication que certains ont qualifié de « néo-colonialiste ».
      Franchement, les Irakiens et en particulier les Chaldéens, n’ont pas BESOIN DE CELA !

      Et puis ces Proche-Orientaux ne sont pas les habitants du Kossovo, car la France, pour commencer (donc, en priorité), a une mission, qui s’étend au diplomatique, celle de protéger les chrétiens d’Orient. Lorsque l’on est un gouvernement responsable, dans quelque pays que ce soit, il faut protéger tous les chrétiens, bien sûr, mais la diplomatie française, ELLE, doit veiller en particulier sur les chrétiens d’Orient.

      Il faut donc, a minima, des initiatives à la hauteur – et plus – de celles prises en 2002-2003 par M de Villepin.

      J’ajoute que les pétitions et les suppliques que j’ai évoquées dans mon courriel d’hier sont toujours d’actualité et si au final, ni le gouvernement français, ni le Saint-Siège ne mènent aucune action diplomatique, il faut se substituer à leur silence catastrophique.
      C’est d’ailleurs ce qu’a fait Mgr Barbarin en allant en Irak, avec un certain nombre d’initiatives et une déclaration (sur place) que l’on peut discuter (il y a matière, en effet)… MAIS QUI ONT LE MERITE D’EXISTER !

      • Je me suis sans doute mal exprimée.
        Je suis bien d’accord, « Courivaud 29 juillet 2014 à 12:48  » que « les ministres, surtout s’ils sont des ministres des affaires étrangères n’ont pas, à titre de « priorité de l’action politique » de faire de la « communication ». » La priorité des priorités est une action (soutenir et/ou compléter les actions entreprises en relation avec les diocèses irakiens qui sont quand-même les mieux placés pour savoir ce qui est souhaitable et ce qui est possible) et non simplement du blabla.
        Mais en termes de « communication », il me semble quand-même que c’est très lamentable de n’avoir rien d’autre à dire que de proposer d’accueillir des réfugiés. J’aurais trouvé normal d’entendre une condamnation ferme et l’annonce d’une action pour que ces barbares soient traduits devant un tribunal.

        • Courivaud says:

          Merci pour votre réponse, C. B.

          Plus qu’un manque de communication, les pouvoirs publics, en France, ne disposent plus d’une ligne diplomatique cohérente et efficace pour agir au Proche-Orient.

          En outre, la division des chrétiens en Orient entre eux (au-delà de la multiplicité des statuts « constitutionnels », reconnus ou tolérés dans les pays en cause) et le peu de transparence de leur représentation sur le plan diplomatique ET MÊME au titre de l’action caritative, sont de véritables obstacles, un constat que se fait bien cruel aujourd’hui.

  6. Pingback: L'observatoire de la Christianophobie | Chrétiens d’Irak : un enjeu politique en France ?

  7. Pingback: Le sort des Chrétiens d’Irak est devenu un enjeu politique – Médias-Presse-Info | actualités

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com