italie-castellucci-cristo-blasfemia

« Sur le concept du visage du fils de Dieu », la pièce de théâtre blasphématoire, même si l’auteur s’en défend, de Romeo Castellucci, qui avait justement indigné de nombreux catholiques français lors de sa représentation sur le territoire du pays qui fut la fille aînée de l’Église, est programmée en Italie, dans la ville de Trente, par le Centre des Services culturels Sainte-Claire (sic) à partir du 5 avril 2016.

« La gauche qui gouverne la Province et la municipalité de Trente a patronné l’œuvre de Romeo Castelluci, un soi-disant artiste du spectacle dans lequel le visage du Christ est rempli d’excréments. Pendant que des chrétiens sont tués chaque jour dans le monde pour leur foi, ces infâmes insultent le symbole de la chrétienté, se cachant comme des rats derrière le paravent de la liberté artistique. Ces gens me dégoutent. « 

Ainsi s’est exprimée publiquement et fermement la présidente du parti nationaliste Frères d’Italie-Alliance Nationale, Giorgia Meloni.

Giorgia_Meloni

Aux antipodes du père dominicain français Thierry Hubert qui fait la promotion de cette œuvre scatologique, avec des accents dithyrambiques: « Êtes-vous certain d’avoir vu la création de Romeo Castlluci ou d’avoir lu la Bible, si on considère en même temps la première comme un acte blasphématoire contre la Bible elle-même et plus précisément contre la figure du Fils de Dieu ? Certainement pas, puisque la proposition du scénariste italien peut-être lue au contraire avec les yeux d’un croyant comme une profonde méditation sur la révélation chrétienne. Romeo Castelluci s’est nourri des gestes de la Tradition chrétienne comme il l’a lui-même expliqué à Avignon durant le dernier festival. Que ces éléments de la Tradition échappent aux croyants qui se disent pudiquement conservateurs n’est pas étonnant. Mais que ces mêmes croyants ne se servent pas au minimum d’une Bible pour comprendre le spectacle, voilà ce qui est plutôt inquiétant. « 

Ce qui est inquiétant c’est qu’un prêtre dominicain puisse défendre un tel spectacle scatologique et blasphématoire. Renversant ! Ce père dominicain ferait bien de faire un petit séjour en cellule, au couvent dominicain Saint Marc de Florence, pour contempler le visage du Fils de Dieu peint par Fra Angelico, le bienheureux disciple de saint Dominique. Pour se remettre les idées à l’endroit…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Un commentaire

  1. Georges S says:

    Il aurait fait cette pièce avec le Mahomet, il serait déjà mort et la planète socialiste serait en révolution. Mais où sont les preux chevaliers d’antan qui n’hésitaient pas à se sacrifier au nom de la chrétienté et de leur foi, l’église est entrain de se faire hara kiri.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com