Osoro-SierraC’est à la surprise générale que le 28 août 2014 avait été nommé le très progressiste Mgr Carlos Osoro Sierra comme archevêque de Madrid, mettant fin à une position conservatrice du diocèse de Madrid sur les questions sociétales : il est, parait-il, aligné sur les positions du pape François…tout un programme !

L’archevêque émérite de Madrid, le cardinal Rouco Varela, adversaire résolu du gouvernement socialiste de José Luis Rodríguez Zapatero, faisait défiler depuis 2007 chaque année les madrilènes Plaza de Colón contre les lois contre-nature du gouvernement.

Ces refus publics et notamment de l’avortement ne sont plus : « cette manifestation a été supprimée et remplacée par une journée diocésaine de prières et de bénédictions. » Ou comment cesser de se battre sous couvert de piété…

Selon le blog progressiste http://paroissiens-progressiste.over-blog.com :

« Osoro a prouvé, au fil des ans, comme le pape François, qu’il est en faveur d’une Église productive. Une Église qui souhaite être avec les peines et les joies des gens, attentive aux signes des temps et consommées par zèle pour Dieu. Une Église sans ennuis, sans penchant pour des groupes fermés sur eux et sans contact avec la vie réelle. Il désire une Église qui dialogue. Son souhait est un retour à la thèse du cardinal Tarancón : L’Église comme autorité neutre et morale. Elle sera gratuite et non partisane, afin d’exercer, plus librement, sa capacité à dénonciation prophétique. Et finalement il veut une Église de tous et pour tous. »

En résumé, l’éternelle stratégie de l’enfouissement au nom d’une plus grande accessibilité à tous, une Eglise qui se veut ouverte et sans exigence et donc tout le monde se retire. Somme toute, l’échec « jusqu’au boutiste » d’un concile Vatican II dont le poison continue de produire ses effets les plus pervers.

Bref un vrai disciple du pape François, bien à l’image du « qui suis-je pour juger ». Un éclaireur dans une Espagne dite conservatrice qui aura du mal à avaler la pilule du synode de 2015 – qui finira le travail entamé avec le synode de 2014 – avalisant sans doute une sorte de divorce soit-disant catholique et présentant l’homosexualité comme n’étant pas intrinsèquement mauvaise.

Certes ce nouvel archevêque est quelque peu prisonnier de la pensée des catholiques d’Espagne, réticents à ces évolutions sociétales. Mais tout ceci n’est qu’une question de temps, comme le montrent d’autres nominations ou prises de positions criminelles de la part de prélats qui ne semblent souffrir d’aucune mise en garde de Rome, bien au contraire. Voici quelques articles parus sur MPI qui en témoignent :

Mgr Bonny, cheval de Troie LGBT dans l’Eglise, pourrait être le prochain primat de Belgique

Mgr Jean-Michel di Falco-Léandri est lui aussi homosexualiste

Mgr Claude Dagens, franc-maçon, homosexualiste et islamophile

Mgr Nunzio Galantino : un évêque qui sent le soufre

Un archevêque gay-compatible pour le diocèse de Cologne

Dénaturation du mariage au Grand-Duché de Luxembourg – L’archevêque fuit ses responsabilités

Ce funeste concile Vatican II et ses textes hétérodoxes et relativistes pousse chaque jour l’Eglise conciliaire vers la culture de mort comme le dit et le répète l’ami du pape François, le cardinal Kasper :

« Nous nous trouvons aujourd’hui dans une situation semblable à celle du dernier concile, a-t-il affirmé. Déjà à ce moment-là il y avait, par exemple à propos de la question de l’œcuménisme ou de celle de la liberté de religion, des encycliques et des décisions du Saint-Office qui paraissaient exclure d’autres voies. Le concile, sans violer la tradition dogmatique contraignante, a ouvert des portes. On peut se demander s’il n’y a pas également, pour la question dont nous parlons, la possibilité d’un nouveau développement ».

« Le deuxième mariage, bien sûr, n’est pas un mariage au sens chrétien du terme. Et je serais opposé à ce qu’on le célèbre à l’église. Mais il y a (dans cette union) certains éléments du mariage. Je comparerais cette union à la manière dont l’Eglise catholique considère les autres Eglises. L’Eglise catholique est la véritable Eglise du Christ, mais il y a d’autres Eglises qui possèdent des éléments de la véritable Eglise, et nous reconnaissons ces éléments. De la même manière, nous pouvons dire que le vrai mariage est le mariage sacramentel ; le second n’est pas un mariage au même titre, mais il possède des éléments de celui-ci : les partenaires prennent soin l’un de l’autre, ils sont liés exclusivement l’un à un autre, il existe l’intention de demeurer dans ce lien, ils prennent soin des enfants, mènent une vie de prière, et ainsi de suite. Ce n’est pas la meilleure situation, c’est la moins mauvaise. »

Ce concile doit être abandonné par les catholiques et condamné par les hommes d’Eglise – en attendant que l’Eglise le fasse : ce sera une œuvre de salut public, tant sociale que religieuse !

Xavier Celtillos

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

8 commentaires

  1. « les partenaires (…) sont liés exclusivement l’un à un autre, il existe l’intention de demeurer dans ce lien, »
    Donc ils sont opposés au divorce et à l’adultère… mais pourtant ils sont dans une situation de vie adultère.
    Ça ne s’appelle pas de la schizophrénie? ou au minimum du déni de réalité?

  2. j lemoine says:

    ce pape détruit l’église de Jesus ..la vraie ÉGLISE ne doit suivre les modes des déviances humaines
    SINON A QUOI SERT UNE ÉGLISE ???
    si chacun fait ce qu’il veux sans regles
    OU ON ADHÈRE OU PAS …
    CE PAPE EST LE DERNIER ET SON NOM (selon St MALACHIE ) DE PAPE EST ..KAPUT NÉGRUM .. ce qui veux dire LA TETE NOIRE NOIRE POUR  » SA ROBE  » NOIRE DE JÉSUITE  » QUI ne viens pas de la même hiérarchie,.. ce pape est le pape de l’apocalypse …
    IL EST DERNIER PAPE QUI VA DÉTRUIRE LE DOGME DE L’ÉGLISE NE L’ÉCOUTEZ PAS ET SUIVEZ UNIQUEMENT LES ÉVANGILES ….QUE DIEU VOUS BÉNISSE

  3. Théophile says:

    Bergoglio est un moderniste qui applique les plans de la maçonnerie,et du mondialisme.Il mets en place ses pions aux postes clés pour mieux détruire la religion catholique!

  4. Régis says:

    Je me pose la question de l’interprétation que M. Celtillos fait du passage de l’Évangile où Jésus mange avec des pécheurs, fait qui est dénoncé par toute une classe de pharisiens de l’époque. Manger avec des pécheurs n’est pas vouloir faire comme eux, ni vouloir faire entendre que l’on peut, même avec relativisme, se comporter en pécheur? Même question concernant Zachée: comment se fait-il qu’après avoir mangé avec lui, Jésus affirme que le bonheur soit entré dans sa demeure? Pour la question du deuxième mariage, n’est-il pas un fait objectif qu’il présente des caractéristiques du premier, tel que cela est décrit, est-ce pour autant dire que l’on peut, chrétiennement parlant, accéder à ce deuxième état sans avoir à en subir une conséquence personnelle? Merci de vos éclaircissements sur votre pensée, je ne cache pas que je ne fais pas partie de votre « Eglise » mais que je l’écoute avec intérêt.

    • Théophile says:

      St Grégoire le grand nous dit: »Nous devons être miséricordieux envers les personnes,mais intransigeant avec le péché ».L’Eglise catholique a toujours accueilli tous les hommes,et les pécheurs;mais doit condamner le péché,et les relations immorales!

      • Régis says:

        Oui, bien sûr; et j’ai toujours entendu les médias laïcs se plaindre que le pape n’accepte pas le préservatif, et explique pourquoi, refuse l’avortement tout pareil, le divorce et le remariage, l’adoption d’enfant par des paires homosexuels…, il scandalise même au sein de l’Eglise parce qu’il ne donne pas un « droit à la prêtrise » aux femmes. Certains évêques mènent des actions de pure charité envers les personnes concernées par l’homosexualité, sans pour autant leur dire de continuer ou que ce n’est pas grave. Mais c’est vrai qu’ils ne proclament pas haut et fort que l’homosexualité est immorale. Mais est-ce nécessaire?

    • Xavier Celtillos says:

      Cher monsieur,

      Je vais essayer de répondre au mieux. Sur des sujets complexes il faut faire des distinctions, chose que notre société actuelle refuse de faire, préférant coller des étiquettes !

      La première distinction à faire est celle entre le pécheur et le péché. Le Christ a toujours eu horreur du péché, qui est une offense faite à Dieu, et a toujours eu aussi beaucoup de compassion pour le pécheur pour lequel il a versé son sang sur la Croix afin de le sauver. Et nous sommes tous pécheurs. Les pharisiens croyaient ne pas pécher, et jugeaient leurs proches. Si l’on peut condamner tel ou tel acte, on doit s’abstenir de juger du for interne de la personne, car ce jugement appartient au Créateur.

      Bien sûr que l’on doit, à l’image du Christ, user de toutes les délicatesses pour parvenir à toucher les cœurs de nos contemporains pour qu’ils acceptent de vivre selon les préceptes du Créateur. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’on accepte leurs désordres, mais qu’au contraire, on fait ce qui est possible pour les en sortir. C’est ce que fait le Christ : « va et ne pèche plus ». C’est ce qu’ont fait les missionnaires.

      L’œcuménisme et le dialogue interreligieux font le contraire : sous couverts d’être « charitables », ils disent respecter les erreurs, chacun cherchant soi-disant chez l’autre une part de vérité. Cela va contre la charité. On doit respecter les musulmans, mais la vraie charité consiste à leur faire abandonner l’Islam pour les amener au Christ.

      C’est toute la nocivité du concile Vatican II qui, au nom de la pastorale, a contrevenu à la doctrine, alors que les aspects pastoraux ne sont là que pour rendre acceptables selon les époques une doctrine qui, elle, ne change pas.

      Pour ce qui concerne le cas d’un second « mariage », le problème n’est pas de savoir s’il existe d’éventuelles similitudes apparentes ou pas. Les pseudo-similitudes sont également applicables aux duos homosexuels, le cardinal Kasper prenant bien soin de parler de « partenaires ». Et le synode de 2015 ira dans ce sens, celui de l’acceptation de l’homosexualité. Au nom des similitudes on pourra alors tout justifier !

      Il y a une réalité : celle du sacrement. Il y a une exigence divine : l’indissolubilité. Aller contre le sacrement par son infidélité et aller contre l’indissolubilité est une faute grave qui place la personne en étant d’inimitié avec Dieu, qu’on appelle péché mortel. Vouloir bénir quelque chose que Dieu réprouve n’a pas de sens.

      En espérant avoir répondu à votre attente.

      Cordialement,

      Xavier Celtillos

      Ps : pouvez-vous m’envoyer votre adresse postale à contact@medias-presse.info, je vais vous envoyer un DVD qui expliquera un peu cette problématique.

      • Régis says:

        Je réponds dès aujourd’hui partiellement seulement par manque de temps, en vous priant de m’en excuser. Certes le dialogue oecuménique ne consiste pas à dénoncer des erreurs. Cependant il s’agit d’un dialogue, et donc de la recherche d’une relation de confiance en excluant le rapport frontal qui devient vite conflictuel. Le dialogue est une marque de respect de l’autre qui amène la confiance, et celle-ci permet de creuser ce qui rassemble. Pour autant je ne vois pas de perte du message de l’Evangile tel que la Tradition nous l’a transmis. Avant que les autres confessions chrétiennes, puissent reconnaitre qu’ils pèchent, il faut qu’il soit établi qu’ils ne professent plus que Jésus est ressuscité, qu’il est Fils unique du Père et Dieu lui-même. Après, si l’on se réfère à St Paul (nous appartenons au Christ d’abord, notre chef) , il me semble qu’il n’y a de grave problème… La communion chez les protestants me questionne, mais je ne suis pas théologien et ne prends pas position.
        Il y a encore beaucoup à développer, mais déjà je crois émettre quelques points sensibles.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com