L’extrême gauche connaît un nouveau soubresaut dont l’écrivain et journaliste Patrick Gofman nous livre quelques éléments de compréhension.

POI

Le trotsko-lambertisme à l’agonie ?

Oui. C’est ce que proclament – avec une jubilation craintive et avide – les boutiquiers d’en-face : NPA de Besancenot, Médiapart et compagnie. « Crise sans précédent du lambertisme : l’explosion du POI [Parti ouvrier indépendant] est en cours », titre « Nina Pradier » le 9 juillet 2015 sur le site <tendanceclaire.npa.free.fr>. …Avec cette comparaison : « Même l’exclusion [en 1984] de Stéphane Just, le n° 2 de l’OCI [Organisation communiste internationaliste], (…) avait frappé « seulement » 150 militant-e-s (sic)…»

« Nina » oublie qu’en 1986 Monsieur le Camarade Jean-Christophe Cambadélis avait embarqué environ 500 militants au Parti « socialiste » ; anéantissant les « fractions » jeunes et étudiants de la secte Lambert. Qui ne s’en est jamais remise : une réunion du POI, héritier dégénéré du lambertisme, c’est désormais le goûter des cheveux blancs.

Mais quel est donc l’événement « sans précédent » qui soulève l’enthousiasme au NPA, avec l’espoir non dissimulé de ramasser les morceaux ? Il est vrai qu’il n’est pas mince : Monsieur le Camarade Daniel Gluckstein, président à vie débauché de la LCR de Krivine et promu par Boussel dit Lambert il y a 35 ans (à la fureur muette des vétérans soumis), vient d’être mis en minorité ! Un tiers seulement de ses quelque 4 000 adeptes soutient son opposition au virage « trade-unioniste » voulu par la majorité – c’est-à-dire l’adaptation étroite à la seule réussite du lambertisme, le noyautage, « l’entrisme » dans les syndicats, Force ouvrière en particulier.

Le conflit bureaucratique est violent, comme toujours dans la secte. Et il pourrait bien déboucher sur une scission massive… à l’échelle sectaire.

Mais au NPA on ne peut pas, ne veut pas comprendre que le trotskisme « à l’agonie » est en fait déjà mort ; qu’il n’était qu’un appendice du stalinisme, et qu’il l’a suivi dans la tombe. Le plus probable est donc que nous ayons bientôt un groupuscule de plus, et plus encore d’impuissance et de dégénérescence dans le tout petit monde du marxisme dogmatique et opportuniste. « Tout ce qui naît est digne de périr », écrivait déjà l’ancêtre Hegel. Alors c’est Georges Brassens qui montre le sentier lumineux : « Il creusa lui-même sa tombe, \ En faisant vite, en se cachant, \ Pour ne pas déranger les gens. »

Patrick Gofman

L’auteur de cet article – trotsko-lambertiste de 1967 à 1979 – est aussi celui d’un livre, « Le Trotskisme dégénéré ». 18 € sur papier aux éditions Synthèse nationale. 3,92 € en e-book « Kindle » @amazon.fr.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Un commentaire

  1. C’est drôle cette propension a vouloir absolument faire mourir le trotskysme.
    L’histoire tranchera.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com