Avec l’écriture inclusive, les fautes en tout genre, c’est le cas de le dire, vont foisonner dans tous les champs lexicaux…

Notre lecteur assidu Pamino, le meilleur correcteur d’orthographe et de grammaire de MPI, ne saura plus où donner de la tête et va y perdre son latin !

Mais qu’il se rassure, cette dernière folie de ces extrémistes féministes n’aura pas droit de cité à MPI. Ils.elles sont vraiment cinglé.e.s !

Francesca de Villasmundo  

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. domremy says:

    Mais bien sur , Anne que l’école est devenu un lieu politique .

    J’ai pour tache d’aider les enfants en difficultés scolaires :troubles du comportement , retard scolaire etc. .

    Il advient qu’après des années on a le sentiment de n’avoir pas travaillé en vain :l’enfant vient tout fier avec ses cahiers nous montrer ses progrès et ses résultats :bonnes notes en français , en math , et « regardez en histoire : 18,5 ».

    L’ Histoire de France : rien d’autre depuis un mois et demi que l’Histoire de l’Esclavage textes , images , témoignages …. Bref de quoi être fier de sa patrie esclavagiste….

    Sùr que la prochaine fois on aura droit aux misères de la femme au Moyen-Age ou à l’inquisition … et comment dire à cet enfant qui sort de la mouise du retard scolaire que ses notes en histoire ne nous réjouissent pas tant que ça …. comme si tout ça était de sa faute

  2. « Si, en effet, le français connaît deux genres, appelés masculin et féminin, il serait plus juste de les nommer genre marqué et genre non marqué. Seul le genre masculin, non marqué, peut représenter aussi bien les éléments masculins que féminins. En effet, le genre féminin ou marqué est privatif : un « groupe d’étudiantes » ne pourra contenir d’élèves de sexe masculin, tandis qu’un « groupe d’étudiants » pourra contenir des élèves des deux sexes, indifféremment. On se gardera également de dire les électeurs et les électrices, les informaticiennes et les informaticiens, expressions qui sont non seulement lourdes mais aussi redondantes, les informaticiennes étant comprises dans les informaticiens. De la même manière, l’usage du symbole « / » ou des parenthèses pour indiquer les formes masculine et féminine (Les électeurs/électrices du boulevard Voltaire sont appelé(e)s à voter dans le bureau 14) doit être proscrit dans la mesure où il contrevient à la règle traditionnelle de l’accord au pluriel. C’est donc le féminin qui est le genre de la discrimination, et non, comme on peut parfois l’entendre, le genre masculin. »
    Extrait d’une déclaration de l’Académie française.

  3. pamino says:

    Evviva l’Accademia Francesca !

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com