médecins-horreur

Les psychiatres se sont toujours demandé comment de braves médecins, bien formés, peuvent un jour basculer dans l’horreur. Bien sûr on pense aux médecins de la mort qui expérimentaient sur des Juifs ou des Polonais pendant la Deuxième guerre mondiale. Aux avorteurs qui piquent le cœur des enfants dans le sein maternel ou les découpent vifs en morceaux au nom de l’idéologie abortive. Ces médecins hollandais qui ont tué l’an dernier 680 enfants à la naissance au nom de ce qu’ils appellent « l’avortement post-natal ». La question se pose aussi à propos du djihadiste qui transforme de bons praticiens pères de famille en effroyables tortionnaires.

C’est « le double jeu de la vertu et de l’atroce ». La liste des médecins passés au terrorisme est impressionnante. La totalité de ceux qui ont été identifiés sont issus du Moyen-Orient bien que formés en Europe ou ayant la nationalité d’un pays européen. Une exception est celle de Christophe Caze étudiant lillois en 5ème année de médecine et chef du gang de Roubaix, responsable d’une dizaine d’attaques à main armée. Les cruautés dont ses amis et lui ont fait preuve sont tellement insoutenables qu’elles n’ont jamais été diffusées à la télévision.

Le code de déontologie médicale défend l’indépendance des médecins qui pourtant sont souvent sous le contrôle militaire, politique, voire religieux comme on le voit avec l’État Islamique.

Ce qui est appelé « l’effet Lucifer » chez les psychiatres est le décrochage moral faisant d’un bon médecin de famille un effroyable tortionnaire. C’est le cas du Dr Jekyl and Mr Hyde mais aussi du fameux Dr Petiot. Le terme d’effet Lucifer a été créé en 1971 par Philip Zimbardo, professeur à l‘Université de Stanford. Il a réparti un rôle de prisonniers et de gardiens à un certain nombre de braves étudiants. En quelques jours certains d’entre eux dérapaient vers des injures, puis des agressions, puis ensuite vers une conduite véritablement sadique. En fait, d’autres études ont démontré que deux soignants sur trois étaient capables d’infliger des chocs électriques à d’autres personnes si on leur en avait donné l’ordre. Seulement 10 % d’entre eux donnèrent un refus formel. Cette situation s’aggrave quand celui qui pratique la torture pour une raison ou une autre estime par exemple qu’il sert un grand idéal de justice voire de bien pour l’humanité elle-même.

Au Moyen Orient, un certain nombre de médecins ont fui pour ne pas être obligés de participer à des actes que réprouvait leur conscience. À Mossoul l’État Islamique a abattu 50 médecins qui refusaient de se mettre au service de leur effroyable besogne de génocide. Même chose à Alep, la seconde ville de la Syrie occupée par Daesh : ils étaient 6000 avant la prise de la ville par les islamistes : ils ne sont plus que 250. Dans la banlieue de Damas qui est sous la pression des terroristes ils ne sont plus qu’une trentaine sur un millier. Lors de l’héroïque résistance de Kobane il n’y avait qu’un seul médecin kurde. Le personnel médical est la cible de choix de l’État islamique. S’il faut ajouter qu’un hôpital sur deux, tant en Syrie qu’en Irak, a été détruit, le nombre de personnes décédés faute de soins est estimé à 300.000.

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. L’effet Lucifer est plus connu sous le titre « expérience de Stanford ».

    Mais la plus révélatrice de la condition humaine est sans nul doute l’expérience de Milgram, qui visait déjà à comprendre comment tant de gens avaient pou collaborer ou laisser faire les nazis. Résultat : 10% à peine de « réfractaires » au rôle de bourreau… nous sommes tous des moutons, et on passe vite du mouton au monstre.

  2. « nous sommes tous des moutons ,, »ne pas juger les autres d apres soi meme .perso je suis « p4″parceque refuse de mettre l habit militaire apres un an d armee , »tu ne laissera pas l assassin en vie,mais « tu ne tueras pas le juste et l innocent  » d accord en temps de paix .mais les témoins de Jehova ont été les premiers dans les camps nazis pour « objection de conscience .Alors pas de « nous sommes tous , »il n y a pas que des lopettes .
    ps je ne suis pas temoin mais croyant au Dieu de Jacob .

    • Je faisais plutôt référence à notre tendance grégaire naturelle. Après, il y a une distinction entre avoir conscience et savoir gérer ce fait, ou suivre aveuglément. Même les 10% cités plus haut ont obéi jusqu’à un certain point.

    • Boutté says:

      Comment pourrait-on se référer au « Dieu de Jacob » après avoir lu les anciens écrits bibliques ?
      Il n’y a que les Evangiles d’acceptables même si ses adeptes ont eu parfois des comportements que réprouve
      sa propre morale .

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com