migrants-manuel-scolaire

Le site « breizh info » a relayé une information parue dans l’hebdomadaire « L’Echo de l’Armor et l’argoat » du 30 novembre 2016, révélant que des collégiens avaient été chargés de collecter des produits d’hygiène et de première nécessité au profit des migrants et ce, dans le cadre leur programme d’ « éducation morale et civique ».

Pour ce faire, leur professeur a fait intervenir un militant du collectif de gauche « utopia 56 » un des collectifs les plus mobilisés en France paraît-il, concernant l’accueil des migrants.

Une politique nationale

Il ne faut pas voir dans cette situation un fait divers, une toquade du chef d’établissement ou du professeur concerné.

En réalité, ces actions s’inscrivent dans le cadre de la  loi de « refondation de l’Ecole » du 7 juillet 2013 pour nos enfants et sont amenées à se répandre comme autant de métastases dans notre beau pays de France de plus en plus défiguré par cette politique immigrationniste assassine.

L’ article 3 de cette loi de « refondation de l’Ecole » stipule en effet  : « la Nation se fixe comme mission première à l’Ecole, de faire partager les valeurs de la République, parmi lesquelles l’égale dignité de tous les êtres humains…la solidarité… »

Par ailleurs, l’article 8 précise « … à l’acquisition de connaissances et instruments du savoir, substituer l’objectif de sens moral et civique… »

Un abus de pouvoir

Ainsi, les cours sont progressivement supprimés pour aboutir à leur suppression totale à la rentrée 2018, remplacés par des activités au cours desquelles les élèves sont endoctrinés : au nom de l’égalité et de la solidarité, les élèves sont embrigadés pour réaliser des activités qui répondent à des logiques destructrices de notre identité qu’ils ne peuvent non seulement pas contester, mais qu’ils sont dans l’obligation de servir et de servir « au mieux » ( !!!) .

En effet, ces activités obligées étant notées, les élèves sont conduits à déployer un zèle particulier afin d’obtenir une bonne note.

Appréciés, non plus sur des savoirs mais sur des comportements, ils sont amenés à collaborer bien malgré eux, à entretenir une situation qui détruit notre pays.

Nous devons dénoncer cette situation et nous opposer à l’embrigadement de nos enfants dans des logiques qui n’ont rien à voir avec ce que doit être une Ecole.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

16 commentaires

  1. Philibert says:

    Très franchement, quand on voit que les Toulousains eux-mêmes laissent flotter devant leur conseil régional le drapeau catalan à côté du drapeau occitan, de la France et de l’UE, je crains que nombre de Français n’aient déjà plus toute leur tête ni une idée de leur identité, sachant qu’on leur a bourré le crâne depuis 40 ans qu’ils doivent défendre les étrangers de leurs autres compatriotes français présumé raciste.

    Même à l’école, les parents n’oseront jamais rien dire contre ces programmes maintenant qu’ils sont archi-minoritaires. Déjà il y a 30 ans ça en prenait allègrement le chemin, il ne reste plus que faire l’éducation à la maison en se rassemblant comme les écoles coraniques salafistes qui, elles, ne sont bien évidemment pas inquiétées. Il faut une façade salafiste à l’extérieur et une doctrine catholique à l’intérieur…jackpot

  2. A propos des soi-disant « migrants » !
    >
    Pourquoi les journalistes – et même ceux qui se disent de droite !-, reprennent-ils le vocabulaire de la gauche en parlant de  » crise des migrants  » (1) alors que l’expression juste est  » invasion de clandestins « , d’ « immigrés illégaux », de « hors-la-loi » ?

    Cette pusillanimité, ce manque de courage et cette falsification de la réalité sont la honte de tous ces journalistes asservis à leur rédaction et au politiquement correct !

    Adopter le langage de l’adversaire et ne pas nommer les choses par leur nom c’est déjà capituler !

    Le terme migrant est, en effet, caractéristique de ce laxisme dans l’expression qui, ici, se double de la volonté d’ escamoter la réalité tragique du problème de cette invasion que nous subissons, de pousser la poussière sous le tapis.

    Migrant est en fait un vocable anglo-saxon qui n’existe pas en français en tant que substantif.

    C’est donc, une fois de plus, un exemple de cette « novlangue  » que veulent nous imposer les traîtres au pouvoir et les merdias subventionnés qui leur servent la soupe !

    (1) on connaît la paresse atavique des journalistes quand il s’agit de traduire des textes anglo-saxons, leur fâcheuse habitude de transcrire, sans les traduire, les vocables anglais ( ex : mainstream, buzz, bashing, agenda, zapping etc…).

    (Michel Saffroy)

    • Marie-Emmanuelle Fontaine says:

      attention, une toute petite précision….Agenda n’appartient pas au vocabulaire anglais, il fait partie de ces expressions latines intégrées à la langue française (quiproquo, alter ego,consensus,etc .)Il signifie précisément « les choses qui doivent être faites ».

  3. Paul-Emic says:

    tout cela n’est pas sans rappeler l’embrigadement des jeunes dans les jeunesses hitlériennes ou les jeunes gardes rouges

    • Jacques says:

      exacte nous voici revenu aux années 30 avec la montée du nazi. Il est vrai que dans le gouvernement Pétain les socialos étaient majoritaires. Donc rien à changé, ils remettent ça comme en 40, il ne manque que leur grand chef lamitterrante… tant que la France acceptera des ennemis au gouvernement…

    • j allais faire un commentaire dans ce sens…

  4. balaninu says:

    Nous, pauvre peuple malheureux français, nous devons subir, QUOIQUE ! nos gouvernants qui sont exactement la réplique, très très fidèle des dirigeants de la Pologne (le nom de ce tortionnaire, je ne sais pas l’écrire), de la Roumanie, et des nazis, (quand on pense que le Pape Benoît XVI a été largement critiqué parce qu’il avait soi-disant fait partie des chemises noires, des italiens dont les enfants étaient embrigadés chemises rouges, des bolchéviques… etc etc ! ha elle est belle notre France à ces mains de dictateurs….. et les suivants seront obligés de suivre le mouvement…. les cerveaux sont tellement lobotomisés !!!!!! que les français dans leur grande majorité, préfèrent traîner dans la boue les chrétiens catholiques, et leur soi-disant « racisme », et quand on entend cette S. royal faire un commentaire aussi idiot destiné à ce dictateur argentin !!!!!!!!

    COMPRENEZ-VOUS FRANçAIS QUE NOUS SOMMES EN DANGER DE MORT ?
    COMPRENEZ-VOUS FRANcAIS QUE VOS ENFANTS SONT EMBRIGADES DE FOOOOOOOORCE !!!!!

    REVEILLEZ-VOUS FRANçAIS DANS 1 AN IL SERA TROP TARD !!!!!!

  5. daniel ridey says:

    il semble que votre article( fort intéressant par ailleurs) soit un peu anti-date.

  6. Renard066 says:

    Réveil français la république française est en danger et nos valeurs HONTE à VALLS et ce gouvernement et non à cette pensée unique . Vivement un grand grand changement pour la FRANCE en 2017………..

  7. Une manœuvre répugnante de la part de certains enseignants qui utilisent leur pouvoir de coercition sur leurs élèves sans, bien sûr, que les parents soient informés. L’action est claire : Contraindre les enfants à trahir leur pays en les engageants à apporter leur soutien aux envahisseurs du pays de leurs ancêtres.
    Ces gens me donnent envie de vomir.

  8. carobelo says:

    Connaissez vous François Asselineau? Il vous plaira.

    • tirebouchon says:

      Asselineau comme Dupont Aignan ou de Villiers doivent ou rejoindre le FN ou dire pour qui ils travaillent ! D’autant que l’on connait les parcours politiques des uns et des autres qui ont servi les mêmes maitres !

      • Paul-Emic says:

        A défaut de rejoindre le FN avec lequel ils ont peut-être des différents ils pourraient peut-être fonder un mouvement commun qui fédèrerait d’autres groupuscules et négocier ensuite avec le FN pour une ligne politique commune un « plus petit dénominateur commun ». Parce qu’actuellement on aura bientôt plus de tendances sur les marges de l’extrême droite que d’électeurs.

  9. balaninu says:

    A quand le goulag pour délit d’opinion ?

    • Paul-Emic says:

      c’est à tort que vous utilisez le mot goulag, parce dans les pays communistres, le crime politique était reconnu et les prisonniers politiques étaient incarcérés comme tels. En France tout est hypocrisie, les crime politiques sont considérés et traités comme des crimes de droit commun . Les prisonniers politiques sont incarcérés au milieu de la racaille avec tous les risques que cela comporte pour eux, que ce soient des manifestants, des contestataires ou des penseurs politiques dissidents comme les négationnistes par exemple.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

25,40 % récoltés 31.330 € manquants

10670 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 31.330 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com