limousine du pauvre

Limousine pour pauvres à la française

Tous les jours, tous les journaux télévisuels nous serinent comme un leit motiv que c’est la reprise: La spectaculaire augmentation du chômage du mois dernier ? Ce n’est que parce que la reprise n’a pas encore fait son effet! La baisse des dépenses prévisionnelles des Français pour les vacances d’été par rapport à l’année dernière? Ce n’est qu’un effet pervers de la reprise que personne ne voit… encore, vous dit-on!  L’augmentation spectaculaire du nombre de pauvres qui fréquentent la soupe populaire et les épiceries sociales ? Attendez que la salmonellose ait fait son effet: avec l’obligation faite aux grandes surfaces de donner leurs produits périmés pour les restos du coeur et on ne parlera plus de pauvres!  « En France on n’a pas de pétrole, mais on a des idées » disait un slogan de Giscard d’Estaing… Oui! ça se confirme!

On vous le dit, autant de signes flagrants de reprise! D’ailleurs, si l’économie française est en pleine reprise, elle ne fait qu’emboiter le pas à la croissance américaine. En France la « reprise » et chez les yankees, la « croissance »: à chaque communiquant » son mot!

pauvres et riches

Limousine pour pauvres à l’américaine

D’ailleurs l’Empire du mal est tellement encombré par sa croissance qu’il va augmenter ses taux d’intérêt! Si ça c’est pas une preuve!

[S’]Il n’y a pas de croissance saine et autonome, c’est parce qu’il n’y a pas de croissance autre que celle malsaine reposant sur plus de dette que de création de richesse et ce, dans un rapport globalement de 1 à 4 puisque pour chaque dollar de nouvelle croissance, il y a eu environ 4 dollars de nouvelle dette ou d’impression monétaire ex nihilo. (Source)

Mais voilà, un sondage de la FED (Réserve fédérale américaine), ne voit pas les choses tout-à-fait de la même manière:

47% [des Américains] ont dit qu’ils ne seraient pas en mesure de couvrir une dépense d’urgence de 400 $ ou bien ils seraient obligés d’emprunter de l’argent ou de vendre quelque chose, et 31% ont dit qu’ils se passaient de soins médicaux parce qu’ils ne pouvaient pas se les permettre et le même pourcentage renchérit qu’il n’a aucune épargne de retraite et aucun plan de pension.

Un sondé sur cinq précise que ses dépenses ont dépassé ses revenu au cours de la dernière année. 31% des sondés ont avoué qu’ils n’avaient aucune épargne-retraite ou de pension. (Source)

Un pamphlet savoureux de Charles Sannat, analyse la croissance américaine de façon bien différente:

Ce pays donc en pleine croissance, [les USA], et qui va monter ses taux d’intérêt pour éviter toute surchauffe (j’en rigole d’avance tant cela n’est pas crédible) voit, selon les propres rapports de la banque centrale américaine elle-même, ses habitants avoir sans doute une appréciation légèrement différente de cette fameuse croissance puisqu’ils sont pour beaucoup d’entre eux à 400 dollars près… 

D’un autre côté, ce sont des Américains… Non, il n’y a pas de haine envers les Américains (je précise tout de suite pour les brigades de la haine de mon copain Manu qui veille désormais sur nos pensées les plus nauséabondes), c’est un problème de culture… Enfin de « Kulture », maintenant on écrit comme on veut vu qu’il n’y a plus à s’emmerder avec les locutions latines… D’ailleurs, j’espère une réforme prochaine de « l’ortografe » qui permettra sans nul doute de supprimer les « fotes » de « francé ». Oui, je disais, c’est une notion de culture. Depuis tout gosse, mes parents et mes grands-parents me répètent qu’il faut économiser, que l’on n’a pas de sous, qu’il faut « attendre », ou encore qu’un sou qui rentre c’est un sou qui ne doit pas sortir. On m’a toujours appris aussi qu’il fallait « garder une poire pour la soif », ou encore ne pas « mettre tous ses œufs dans le même panier », sans oublier le fait d’avoir toujours « plusieurs fers au feu »… Eh oui, le « francé » est une langue d’une telle richesse… de même que les proverbes de la sagesse populaire.

Vous comprendrez qu’en France, pour beaucoup, faire des économies c’est une évidence, c’est l’héritage paysan de notre histoire et de notre culture. Il faut mettre de côté. La culture américaine est, sur ce point précis, très différente depuis une trentaine d’années – avant, les Américains aussi mettaient de côté. En gros, aux USA, le taux d’épargne est très faible et en France, il est élevé. Entre 0 et 3 % aux États-Unis, entre 15 et 18 % en France.

Dans notre pays, je pense que nous aurions, à ce sondage, des résultats profondément différents et pourtant nous ne sommes pas dans une croissance folle. Tout ça pour dire simplement qu’évidemment, ce n’est pas du tout une bonne nouvelle pour l’économie américaine. (…).

Officiellement tout va bien, et la FED va monter ses taux, sauf que lorsque l’on creuse un peu à l’intérieur des rapports parfaitement officiels (qu’il suffit juste d’aller lire), on se rend compte qu’il n’y a pas de croissance aux États-Unis (…). Évidemment, il y a croissance des bénéfices des 1 % les plus riches mais pour le reste, soit pour les 99 %, c’est la disette.

Encore une fois, nous sommes dans un mécanisme qui consiste à faire croire le plus longtemps possible que tout va mieux.

Nous sommes dans un mécanisme de mensonge gigantesque (…)Alors non, il n’y a pas de croissance, pas plus aux USA qu’en Europe.

Tout cela est une grande, une immense illusion, un mirage, et il finira par prendre fin. Ne soyez pas dupes. Lorsque 47 % d’un peuple, fut-il dépensier et amoureux du crédit, ne peut pas faire face à une dépense de 400 dollars alors que l’on est censé parler du pays le plus riche au monde… il y a du soucis à se faire.

L’Empire du mensonge auquel les autorités françaises se soumettent volontiers n’a qu’une croissance artificielle, tout comme la France n’a pour toute « reprise » que du vent. 

Dernière minute:

Le Fonds monétaire international (FMI) a affirmé aujourd’hui que la Réserve fédérale américaine (Fed) ne devrait relever les taux d’intérêt qu’au premier semestre 2016, attendant davantage de « signes tangibles » d’augmentation des salaires et des prix.

Cette première hausse en presque 9 ans pourra provoquer « une volatilité importante ». Le FMI enjoint aussi la Fed à tenir désormais une conférence de presse après chaque réunion de politique monétaire au lieu d’une fois sur deux actuellement. 

Ah, ha, ha!  :mrgreen: 

____________

Un petit graphique pour la route en limousine de pauvre, en marge de la croissance américaine et du rêve américain:

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

6 commentaires

  1. gustave says:

    En France on n’a pas le pétrole mais on a des idées,avait dit un ancien président Français.
    Quelle différence, alors, entre le pétrole arabes, le pétrole des autres, et les idées françaises?
    Eh bien,c’est tout simple:
    Concernant le pétrole, ses propriétaires le vendent,par moment à des prix astromiques
    Concernant les  »idées »qui sont  »fabriquées » en France,huuumm…ces derniers les donnent gratuitement.Transferts des technologies et autres,par exemple:centrales nucléaires,enrichissement uranium et autres et autres encore
    J’ai entendu dire que des avions Dassault seront montés en Inde.Est-ce des rumeurs…..Qu’on me corrige,car j’espère bien que ce n’est que du rumeur
    …Car la pointe de la technologie de l’avion militaire Francaise risque d’être livré en pature à un tiers alors que l’Europe fait face à une concurrence féroce et déloyale à travers le monde,surtout en Asie.
    Sans doute que je me trompe dans tout ça

  2. Il faut noter que pour la 1ère fois depuis 40 ans, les Américains ont commencé à épargner, ce qu’ils ne faisaient pas.
    Explication: ils pensent que l’avenir est sombre et qu’ils vont avoir besoin d’un peu d’argent au frais pour s’en sortir.
    Une révolution.

  3. Neigeait-t-il le 4 juin? Voilà qu’E Defresne en vient à citer un article du WSJ, s’appuyant lui-même sur une étude de l’horrible FED!

    Au moins notera-t-on que la FED se sert du thermomètre! Quels pourraient être les résultats si l’on réalisait la même enquête en France ou dans la sainte Russie? « L’empire du mensonge » publierait donc ses données, fussent-elles déplaisantes?

    Ensuite, retour à la normale: E Defresne a recours à l’analyse de Charles Sannat, contrarien autoproclamé, mais surtout analyste biaisé, car son « business » lié à l’or est intéressé à la propagation d’un maximum d’anxiété dans son lectorat.

    Essayons à notre tour d’être réellement contrarien: si dans une étude de 108 pages bourrée de données, C Sannat n’a rien trouvé d’autre pour effrayer, alors c’est que les Etats-Unis vont mieux que ce que l’on imaginait!

    Maintenant intéressons-nous à ces fameux 47%, en se basant non pas sur les écrits de Sannat ou du WSJ, mais sur la source, à savoir l’étude de la FED.

    Tout d’abord quelle est la question posée?
    « E3A. Suppose that you have an emergency expense that costs $400. Based on your current financial
    situation, how would you pay for this expense? If you would use more than one method to cover this
    expense, please select all that apply. »

    La question « how would you pay… » porte sur la façon dont les américains préfèreraient financer une telle dépense, et pas sur leur capacité à sortir immédiatement 400 USD. En France, en fin de mois, pensez-vous qu’il y a beaucoup de ménages français (incluant étudiants, chômeurs, inactifs, etc.) qui ne seraient pas embarrassés d’avoir à sortir 400 EUR de cash et qui ne préfèreraient pas considérer des alternatives avant d’aller au distributeur?

    Combien ne sauraient réellement pas couvrir la dépense? 14% (page 18: « Specifically, respondents indicate that they simply could not cover the expense (14 percent) ». Et en 2013? 19%, 5 % de plus!
    Pour les autres, c’est une question d’arbitrage, notamment avec le recours à une carte de crédit qui permet de différer les échéances (18%).
    Et en France, à votre avis, quand il s’agit de remplacer le lave-linge ou le lave-vaisselle qui vient de tomber en panne, est-ce que les Français se privent d’un paiement en 10 mensualités ou d’un 3x « sans frais »?

    « 31% ont dit qu’ils se passaient de soins médicaux parce qu’ils ne pouvaient pas se les permettre »
    Dont 25% pour les soins dentaires…
    Et en France, croyez-vous que tout va bien grâce au déficit indéfiniment reportable de la sécu?
    Si je prends le dernier baromètre CSA Europ Assistance sur l’accès aux soins (fin 2013), à la question
    « Au cours de l’année écoulée, vous est-il arrivé de renoncer ou de reporter des soins médicaux pour vous ou un membre de votre foyer, en raison de difficultés financières ? » On avait 33% de oui (23% pour le même sondage aux Etats-Unis!), En 2009, c’était 11% en France et 24% aux Etats-Unis.

    « 31% des sondés ont avoué qu’ils n’avaient aucune épargne-retraite ou de pension. »
    Croyez-vous qu’on fasse mieux en France où la population s’accroche à l’illusion de caisses de retraite qui vont droit dans le mur? Sérieusement, sommes-nous bien placés pour poser des critiques de ce côté?
    Une différence quand même: en France, on n' »avoue » pas être dans cette situation. On se vante plutôt de vivre sur la dette laissée à ses enfants (ou de préférence à ceux des autres).

    « En gros, aux USA, le taux d’épargne est très faible et en France, il est élevé. Entre 0 et 3 % aux États-Unis, entre 15 et 18 % en France. »

    Pipo monumental témoignant de l’incompétence ou de la mauvaise foi de son auteur. En France, on publie le « gross savings » et aux Etats-Unis, le « net savings ».
    L’OCDE précise « Saving rates may be measured on either a net or a gross basis. Net saving rates are measured after deducting consumption of fixed capital, (in respect of assets used in unincorporated enterprises and in respect of owner-occupied dwellings), from saving and from the disposable income of households, so that both saving and disposable income are shown on a net basis.
    Most countries publish ratios on a net basis. However some countries publish these ratios on a gross basis; which causes an upward bias compared to net ratios: »

    Si je me base sur Worldbank (la BIRD), en gross savings fin 2013, c’est 20% en France pour 17% aux Etats-Unis.
    Et en « net savings », c’est 2% contre 1,6%.

    Si je me fie à l’OCDE (inconscient que je suis), en net c’est 5,03% aux Etats-Unis pour 4,71% en moyenne pour l’Union Européenne (dont 9,49% pour la France et… plus de 40% pour la Chine, pour peu que cela veuille dire quelque chose!)

    Mais ces chiffres sont tous à relativiser: dites-moi quelle conclusion vous voulez, je vous dirai quels chiffres employer…

    MPI – Mainly Prank Inside

    • Et encore

      « Évidemment, il y a croissance des bénéfices des 1 % les plus riches mais pour le reste, soit pour les 99 %, c’est la disette. »

      Si C Sannat avait lu l’étude de la FED, il aurait trouvé des chiffres moins fantaisistes.

      Which one of the following best describes how well you are managing financially these days? (page 8)

      – 10% Finding it difficult to get by
      – 24% Just getting by
      – 40% Doing okay
      – 25% Living comfortably.

      Compared to five years ago, would you say that
      you are better off, the same, or worse off financially? (page 7)

      – 8,8% Much worse off (contre 11,6% en 2013)
      – 18,8% Somewhat worse off (21,5%)
      – 30,9% About the same (34,7%)
      – 26,7% Somewhat better off (20,7%)
      – 13,5% Much better off (10,1%)

      During the next 12 months, do you expect your total income to be higher or lower than in the previous 12 months? (by age) (page 10)
      – 9,1% Lower
      – 60,2% About the same
      – 29,2% Higher

    • Et un complément pour ceux qui verraient en Sannat un observateur neutre:

      « Le Contrarien Matin est édité par AuCOFFRE.com
      En partenariat avec l’agence de presse Xinhua »

      Aucoffre.com « Pour vos placements en or physique avec garde en coffres »

      Xinhua (source Wikipedia): littéralement : « Groupe Chine nouvelle », communément appelée « Agence Chine nouvelle » […] est la plus grande et la plus ancienne des deux agences de presse nationales chinoises.

      Xinhua a été fondée en 1931 par le Parti communiste chinois. Le premier nom de l’agence est Red China, puis en 1937, elle a pris le nom de Xinhua (« Chine nouvelle »)

      Conclusion: MPI par E Defresne, sert de courroie de transmission à un compagnon de route d’une émanation du Parti Communiste chinois. C’est beau, la « réinformation »…

      Bonus:
      En 2005, l’ONG Reporters sans frontières, dont le secrétaire général était Robert Ménard, la décrit comme « la plus grande agence de propagande du monde »
      Ce n’est pas moi qui l’ai dit!

  4. [DISCLOSURE: ceux qui sont persuadés que MPI est un club destiné à se rassurer en partageant les mêmes opinions sur un sujet donné sont priés d’éviter la lecture de ce qui va suivre.]

    Il est exact que le FMI a recommandé de repousser la montée des taux aux Etats-Unis à 2016.

    Cependant, on ne peut pas avancer que, comme le laisse entendre cet article, cette suggestion soit liée à un défaut de croissance aux Etats-Unis.

    S’il est vrai que, diplomatiquement, le FMI demande davantage de signes tangibles, la lecture du communiqué de C Lagarde (encore une fois, préférer la source aux analyses hâtive de la presse) montre que son inquiétude porte surtout sur les conséquence qu’aurait une remontée des taux américains en dehors des frontières américaines, tant la politique américaine reflète habituellement l’adage « our currency, your problem… »

    Déjà le titre « U.S. Economy Returning to Growth, but With Pockets of Vulnerability » contredit votre approche d’une absence de croissance aux yeux du FMI.

    « Our main point is that we still believe that the underpinnings for a continued expansion are in place. »
    Même révisée à la baisse (mais à un niveau qu’on serait heureux d’atteindre en France, ou en Russie, d’ailleurs), la prévision du FMI reste celle de la croissance américaine.
    « Nevertheless, when we look at the whole picture, we believe that growth in the coming quarters will be 3 percent or higher. » Elle est même plutôt généreuse, Christine, là…

    En fait, la crainte du FMI porte sur autre chose:
    « Nevertheless, regardless of the timing, higher U.S. policy rates could still result in significant market volatility with financial stability consequences that go well beyond U.S. borders. »
    Ce que le FMI redoute: la volatilité et les effets hors des Etats-Unis. Le reste de l’article sert d’enrobage.

    Bref, ce communiqué confirme une fois de plus:
    – Oui, il y a de la croissance aux Etats-Unis. Ce n’est pas mirifique, mais ce n’est pas non plus le marasme que nous connaissons en Europe.
    – La politique de la FED risque de faire des dégâts aux pays qui seront pris à contre-pied, à l’extérieur des Etats-Unis. Ce qui n’est pas une nouveauté.
    – Mais le FMI joue déjà perdant sur ce point en se repliant sur un conseil de communication accrue envers les marchés: « In the coming months, continued clear and effective communication by the Fed will be more important than ever. » N’est pas la Suisse qui veut…

    A part cela, qu’aviez-vous trouvé de si drôle pour éclater de rire à la fin de cet article?

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com