Depuis quelques semaines les Américains sont passés à la vitesse supérieure en Syrie.

Jusqu’au siège d’Alep et à son heureuse conclusion, leur présence était assez discrète. Des avions stationnés au Qatar ou en Turquie venaient bombarder des positions de l’Etat islamique autour de Raqqa, ou du Front al Nosra dans la Province d’Idlib. Des drones étaient envoyés pour éliminer quelques figures islamistes. Et des membres des forces spéciales étaient discrètement présents pour aider à la coordination de tout cela mais aussi pour encadrer leurs alliés kurdes et éviter toute attaque des Turcs.

Cependant le gros de l’effort se portait en Irak et la Russie semblait avoir les mains libres en Syrie.

Tout a changé avec le siège de Mossoul en Irak. De nombreux djihadistes ont alors fui vers l’ouest syrien pour rejoindre Der es Zor et ses environs, encore tenus par Daech. Un peu plus loin, toujours vers l’ouest, il y a Raqqa, capitale de l’Etat islamique.

L’Etat-major américain a alors décidé de lancer une offensive contre Raqqa. Sans mandat de l’ONU bien sûr (personne n’en a d’ailleurs) et sans l’accord de l’Etat syrien, contrairement aux Russes et aux Iraniens qui sont intervenus à sa demande. Mais quand on a la mission sacrée de défendre et promouvoir la démocratie universelle, on peut s’affranchir de bien des contraintes inutiles..

Les Kurdes ont été choisis pour être la chair à canon de l’histoire. Protégés, financés et armés par les Américains, ils n’ont guère le choix et, de toutes façons, cela vaut mieux que d’affronter l’armée turque qui voit d’un très mauvais oeil l’autonomie kurde s’organiser dans le nord de la Syrie.

Comme il n’y a aucun peuplement kurde dans la région de Raqqa, il faut tout de même des combattants arabes et la CIA a improvisé quelques unités issues des rangs rebelles. Les soi-disants modérés chers à nos médias !

La solde étant confortable et l’équipement de qualité, le recrutement a été facile, d’autant qu’après la victoire (certaine comme à Mossoul), il y a la perspective de se tailler un fief dans la région. Ce sera face à l’armée syrienne mais sous haute protection américaine et  les Russes pourront difficilement se mettre en travers, sauf à provoquer une dangereuse escalade.

Bachar a bien tenté de réagir mais ses hommes et ses chars ont été tenus à distance par l’aviation américaine. Un avion syrien a même été abattu.

Parallèlement, les Américains ont pris une initiative plus audacieuse encore : construire une base dans le sud de la Syrie, près des frontières irakienne et jordanienne.

Elle s’appelle Al-Tanf et a été érigée dans une zone reprise à Daech. Ce ne fut d’ailleurs pas très compliqué, la zone étant assez désertique et le nombre de combattants islamistes plus que réduits.

Mais l’endroit n’a pas été choisi au hasard : il s’agit, sous couvert de lutte contre l’Etat islamique, d’empêcher la continuité d’un axe chiite partant de l’Iran, traversant l’Irak et la Syrie jusqu’au Sud-Liban, fief du Hezbollah chiite.

Cet axe chiite potentiel est le cauchemar des sunnites et d’Israël.

Rappelons qu’un des objectifs des sunnites dans cette guerre syrienne était la création d’un axe sunnite sud-nord qui passait nécessairement par la prise de contrôle de la Syrie. Si ce conflit aboutit au contraire à la mise en place d’un arc chiite est-ouest, l’humiliation est totale.

Quant à Israël elle a évidemment intérêt au morcellement de son vieil ennemi syrien et à l’isolement du Hezbollah. C’est ce qui explique son appui, discret mais réel, à la rébellion islamiste depuis le début de la guerre.

Les Américains qui soutiennent indéfectiblement Israël et qui viennent de renforcer leur alliance avec l’Arabie Saoudite, semblent donc s’orienter vers une intervention directe pour empêcher cette continuité chiite Iran-Irak-Syrie-Sud-Liban. Personne en effet ne prendra le risque d’attaquer une base américaine.

C’était d’ailleurs bien la peine de renverser Sadam Hussein, ce sunnite au pouvoir dans un pays majoritairement chiite, mais passons…

Les Russes, pour l’instant, ne bougent pas et se contentent de protester. Poutine prend toujours son temps et ne réagit jamais à chaud, contrairement à son homologue américain.

L’affaire ne fait que commencer.

Antoine de Lacoste

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

4 commentaires

  1. Paul-Emic says:

    en fait ils sèment les germes d’une conflagration plus dure et plus générale. Je leur souhaite le pire

  2. horace says:

    Les USA sont des fouteurs de merdes dans le monde.

  3. Debra says:

    Bon article. Analyse intéressante. Merci

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com