paris hanouca

Depuis 1980, Paris accueille chaque année des allumages publics de chandeliers géants pour la fête religieuse juive de Hanouka.

En décembre 2014, Anne Hidalgo, maire de Paris, et l’ambassadeur d’Israël en France avaient participé à l’allumage d’un chandelier géant sur le Champ de Mars.

Bizarrement, les Fédérations de la Libre Pensée, les loges maçonniques et autres ayatollahs de la laïcité n’y ont jamais trouvé rien à redire, contrairement à la présence de crèches de Noël sur l’espace public qui génère chaque année de nouvelles crispations.

hanouccah paris

Cependant, cette année, la fête de Hanouka sera perturbée, non pas au nom de la laïcité ou de la « neutralité religieuse » mais en raison de l’état d’urgence et de la crainte d’attentats. Des annulations sont d’ores et déjà annoncées. C’est notamment le cas des allumages de chandeliers géants prévus place de la République et place de la Bastille. Mais le rabbin Haim Nisenbaum a affirmé que des allumages auront bien lieu.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

38 commentaires

  1. François ALLINE says:

    Il faut reconnaître qu’historiquement, la vocation prosélyte juive n’a pas suscité autant de vocations meurtrières que le christianisme et l’Islam d’hier ou l’islamisme radical… et larvé d’aujourd’hui.
    Oui aux chandeliers et aux crèches et crotte aux laïcs radicaux.

    • Domremy says:

      « la vocation prosélyte juive n’a pas suscité autant de vocations meurtrières que le christianisme et l’Islam d’hier ou l’islamisme radical »…Non, juste la crucifixion de Notre Seigneur Jésus Christ avec Israel qui n’a pas pu être délivré et dont le virus s’est répandu sur toute la terre, mais à part ça tout va bien.

      Il n’empêche, je trouve dommage que ces chandeliers ne soient pas montrés sur la Place de la république maçonnique et la Bastille (avec sa colonne de Juillet et l’ange représentant Satan, ça lui irait très bien), cela permettrait d’avoir de beaux souvenirs et un bel état des lieux.

    • Tchetnik says:

      « Il faut reconnaître qu’historiquement, la vocation prosélyte juive n’a pas suscité autant de vocations meurtrières que le christianisme  »

      -Encore une connerie qu’il serait bien en peine de sourcer ou de justifier autrement que par les habituels lieux communs aussi faux qu’insistants.

      On peut étudier l’Histoire de l’Ethiopie à la fin des Solomonides, de la Russie depuis 1917…

    • François ALLINE says:

      Comme toujours vous avez raison Technik :
      http://www.lapresse.ca/international/amerique-latine/201507/09/01-4884417-le-pape-sexcuse-aupres-des-autochtones-damerique-du-sud.php

      Selon le pape François : « Occulter ou nier le mal, c’est laisser une plaie ouverte ». Je lui donne raison.

      Sinon il y a l’acte de contrition : C’est ma faute, c’est ma très grande faute ect…
      (Encore un cours de caté que vous avez raté ?)

      A force de prêcher le djihad, l’idée de changer de crèmerie ne vous a jamais traversée l’esprit ? Vous ne vous sentiriez pas mieux avec vos frères barbus ?

      • Domremy says:

        C’est sur, les Chrétiens persécutés durant l’Empire Romain ne l’étaient pas à cause de « la vocation prosélyte juive », tout comme ils n’ont pas créé l’Islam pour nous envahir depuis la Septimanie et ainsi tenter de faire disparaitre le Christianisme par d’autre que les Romains, ceux-là s’étant converti au Christianisme…

        Quant à ce que dit ce Pape, on sait très bien que depuis Vatican 2, le but est de soumettre la doctrine catholique à la doctrine du judaisme, donc c’est inconsistant d’autant qu’ils utilisent ce qui leur a coûté de se faire chasser du temple par N-S J.C. pour parvenir à leurs fins.

        • François ALLINE says:

          « C’est sûr, les Chrétiens persécutés durant l’Empire Romain ne l’étaient pas à cause de « la vocation prosélyte juive »

          Surement pas à cause du judaïsme Domrémy.
          Les chrétiens persécutés le furent pour chercher à imposer leur Dieu unique. Comme tentent de le faire les Islamistes aujourd’hui ce que refuse notre pape (Vous êtes catho ?)… et notre société laïque.
          En 185 après JC, le philosophe romain Celse dans son « discours véritable » prédisait que le christianisme serait la mort de la civilisation greco-romaine. Avait-il tort ? « Ce sera le début de la barbarie et de l’ignorance » annonçait-il.
          Au IV/V ème siècle Constantin a fait du christianisme « la religion d’état » à l’aube de sa mort. On connait la suite : Obscurantisme et ce que Technik appelle « la seule et vraie civilisation »

          • Domremy says:

            Bien sur que c’était à cause du Judaisme. Vous n’avez pas lu la Bible qui est une source de référence expliquant bien comment les Scribes et autres princes ont cherché à crucifier Notre Seigneur Jésus Christ et en faire de même après avec nous, tandis que vous affirmez de façon tout à fait gratuite quelque chose de faux.

            Si Constantin a fait du Christianisme la religion d’état, c’est de lui-même et non parce qu’il a écouté les persécutés chrétiens, tout le monde connait la légende ! Vous êtes de pure mauvaise foi.

            Du reste, je vous recommande un ouvrage de référence pour comprendre comment ces Juifs ont suscité les vocations meurtrières dont vous parliez : http://www.amazon.fr/Histoire-Banques-Centrales-lasservissement-lhumanit%C3%A9-ebook/dp/B00TXS8HW8
            Et ils continuent aujourd’hui plus que jamais.

          • Tchetnik says:

            « Au IV/V ème siècle Constantin a fait du christianisme « la religion d’état » à l’aube de sa mort.  »

            -Encore une connerie factuelle. Décidément, çà fait beaucoup.

            C’est l’empereur Théodose qui fit du Christianisme la foi officielle de l’Empire par l’édit de Thessalonique en 386. Ce qui allait marquer un moment important de ce qui est en effet la plus brillante civilisation du monde.

            Par ailleurs- comme l’existence même des Pères Latins et Grecs le démontre – le Christianisme ne fut pas la mort des civilisations Grecques et latines mais leur renouveau. De même les avancées scientifiques furent incomparablement plus nombreuses au Moyen Age que pendant l’Antiquité.

            Il vaut mieux savoir de quoi on parle si on ne veut pas se voir complètement décrébilisé.

      • Tchetnik says:

        Comme toujours vous avez faux, Alline.

        Vous devriez – plutôt que de vous fier à la propagande antichrétienne reprise par un pape faible et féminisé (un comble de votre part), lire des études plus sérieuses comme celle de Borah et Cook sur l’Amérique du Sud, Jean Dumont et Pierre Chaunu.

        Il se trouve que la conquista – qui eut sa part de violence comme toute colonisation – ne fut pas l’entreprise sanguinaire que vous vous plaisez à croire.

        Par ailleurs, les Chrétiens ne prônent pas le Djihad mais – tout simplement – la mission, la miséricorde, la justice et la défense des plus faibles. A savoir le combat de défense, pas le combat d’agression. Chose illustrée dans l’Histoire mais que manifestement, vous n’arrivez pas à distinguer.

        • François ALLINE says:

          Quand je vous dis que vous avez toujours raison Technik, c’est faux ?
          Rien de ce qui relève de la casuistique ne vous échappe. Vous auriez fait un excellent pape…d’extrême droite.
          On se demande pourquoi Jean Paul II s’est excusé.
          Vous croyez que l’abus de cilice est une forme de jouissance masochiste ?
          Quant au pape François, depuis que l’on en attendait un qui s’approche au plus près de la parole de Jésus en sa vérité, je comprends que cela vous irrite.

          • « On se demande pourquoi Jean Paul II s’est excusé. »

            Oui on se le demande bien.

            (Quant à moi, je vous demande pardon si votre voisin vous a marché sur le pied)

          • François ALLINE says:

            Vous ne devriez pas me demander pardon, c’est un musulman et lui ne s’excuse de rien…

            • Parfait, ça va justement dans le sens du pardon de Jean Paul II à propos des nazis et de la Shoah!
              Il n’aurait pas dû demander pardon.

              • François ALLINE says:

                Evidemment, comme Tony Blair n’aurait jamais du s’excuser pour l’erreur de son gouvernement consistant à agresser l’Irak en lamentable suivisme du femelisme américain.
                Après tout ce ne sont jamais que des bougnouls et nous, nous sommes la civilisation, la vérité et la justice.
                En résumé la promesse d’un monde meilleur.
                N’est-ce-pas ?

                Je suis sûr que vous dormez très bien.
                Qu’y a-t-il de plus important !

                • C’est surtout que l’Eglise n’a pas à demander pardon pour un crime qu’elle n’a pas commis. C’est absurde et, pire, mensonger!
                  Je ne vais pas faire une leçon d’histoire, mais je vous invite à visionner cet excellent film :

                  http://www.programme-tv.net/cinema/237899-le-neuvieme-jour/

                  • François ALLINE says:

                    « L’église n’a pas à s’excuser »
                    Ce n’est pas à moi qu’il faut le dire. Ecrivez au Vatican. Moi je l’ai fait pour les féliciter.

                    • Le Vatican actuel ne tient aucun compte de nos remarques. J’ai déjà écrit, et n’ai, bien sûr, jamais reçu de réponse…
                      L’abbé Benoît sait bien que la hiérarchie ecclésiastique d’aujourd’hui n’est plus celle d’hier.

          • Tchetnik says:

            « Quand je vous dis que vous avez toujours raison Technik, c’est faux ? »

            -Face à vous, manifestement non.

            « Rien de ce qui relève de la casuistique ne vous échappe »

            -Surtout rien de ce qui relève de la réalité historique.

            « Vous auriez fait un excellent pape…d’extrême droite. »

            -Je ne suis pas catholique et « extrème droite » est un vocable qui ne veut rien dire.

            « Vous croyez que l’abus de cilice est une forme de jouissance masochiste ? »

            -Je crois surtout que l’abus de pseudo machisme et de mensonges historiques signés par cette institution ultraféminisée qu’est l’Education (sic) Nationale (resic) est visiblement dangereux pour le bon sens comme pour la culture.

            « On se demande pourquoi Jean Paul II s’est excusé. »

            -En effet, on se le damande. certains savent très bien pourquoi.

            « Quant au pape François, depuis que l’on en attendait un qui s’approche au plus près de la parole de Jésus en sa vérité, je comprends que cela vous irrite. »

            -Je comprends surtout que Fraçois puisse séduire un homme dont la connaissance biblique est de taille à passer sous le ventre d’un canard – en dehors de trois citations sorties de leur contexte – qui n’a manifestement pas compris que Jésus n’est pas un bisounours et qui est visiblement séduit par un christianisme light, sympatoche, purement compassionnel. Féministe en somme…

            • François ALLINE says:

              Vous avez fait une remarque intelligente (donc sans faire valiser le propos par St Jean de chrysotome ou l’une de vos références préférées qui vous empêchent de réfléchir objectivement)
              En effet, e ministère de l’émasculation nationale est pour beaucoup dans la débâcle actuelle.
              Féminisée ?
              Sans blague !

          • Tchetnik says:

            Piqure de rappel:

            «  » »D’abord y a-t-eu vraiment ‘agression’ dans l’établissement espagnol et chrétien sur les terres fermes d’Amérique ? Contrairement aux vues simplistes, cet établissement ne fut nullement reçu comme une ‘agression’ par un grand nombre de peuples indigènes… Et quelles qu’aient été l’énergie, la valeur militaire, l’intelligence politique des conquistadors (ceux-ci, il faut le rappeler car cela est souvent oublié, n’avaient pas derrière eux, initialement, la puissance de l’Espagne, alors considérable en Europe. Ils étaient de petits groupes d’hommes d’aventure finançant et armant eux-mêmes, avec quelques amis, leurs expéditions), jamais leurs troupes squelettiques de quelques centaines d’hommes n’auraient pu y vaincre durablement de puissants empires, s’il y avait eu vraiment ‘agression’.
            Il est au contraire patent que les conquistadors furent reçus, par de nombreux peuples indigènes, comme l’aide décisive qui leur permit de se libérer de l’oppression qu’ils subissaient de la part de ces empires tyranniques. Une oppression autant religieuse que politique : au Mexique, c’était souvent les « guerres sacrées » qui fournissaient aux oppresseurs aztèques les foules d’hommes nécessaires aux sacrifices humains permanents de leur mythologie, elle-même tyrannique.

            Lorsque Cortès débarque avec sa petite troupe sur la côte de Vera Cruz, il y est vite accueilli comme un allié par les Cempoaltèques, … qui font la majorité de l’armée d' »agression » qui s’enfonce ensuite vers le coeur du mexique et ils combatent aux côtés des Espagnols contre les Tlaxcaltèques. Ceux-ci, peuple important, avaient réussi, seuls dans le Mexique central, à conserver leur indépendance, en dépit des agressions incessantes des Aztèques. Or, le temps de réfléchir à la situation nouvelle créée par l’arrivée des Espagnols, ils se rallient eux aussi à Cortès et à sa foi. Ils seront désormais ses alliés fidèles… : ils entreront aux côtés de Cortès dans Mexico…
            Tant et si bien que toute une école d’historiens mexicains, pourtant fort ‘laïques’ et hispanophobes d’esprit, l’école indigéniste, affirme, non sans de bonnes raisons, que la conquête fut l’oeuvre ‘moins de Cortès que des groupes indigènes, lassés de la tyrannie aztèque et désireux de la secouer, qui se jettèrent dans les bras des Espagnols’ (Jorge Gurria Lacroix, Trabajos sobre historia mexicana, Instituto nacional de antropologia e historia, Mexico 1964, p. 37.) Ainsi Alfredo Chavero dans son Histoire de la Conquête (Mexico 1904) et dans ses autres travaux, qui va jusqu’à écrire : ‘En vérité, ce ne fut pas un groupe de soldats européens qui fit la conquête, mais les Indiens eux-mêmes' »
            (Source: Jean Dumont, L’Eglise au risque de l’histoire, préface de Pierre Chaunu de l’Institut, Editions de Paris, Ulis 2002, p. 201-203.)

            « En 1992, l’Espagne commémore le cinq centième anniversaire de ce fabuleux évènement. Mais un malaise se fait jour. Plutôt que le navigateur, certains préfèrent exalter les civilisations indigènes que les Espagnols auraient anéanties… C’est l’époque où le politiquement correct, venu des universités américaines, stigmatise le viol commis, au XVIe siècle, par les explorateurs européens. Tourné pour plaire au public des Etats-Unis, Christophe Colomb, le film de Ridley Scott, représente un Colomb (Gérard Depardieu) hanté par le péché de l’homme blanc, face à des Indiens qui préfigurent le bon sauvage, cher au XVIIIe siècle.
            La légende noire de l’Amérique espagnole n’est pas nouvelle. Elle a été forgée, au XVIIe siècle, par Théodore de Bry. Entre 1590 et 1623, ce protestant flamand a publié une collection de récits de voyages aux Indes dont le but était d’exposer les mille et une turpitude auxquelles les papistes s’étaient adonnés aux colonies. Les philosophes des Lumières puis les anticléricaux du XIXe siècle ont repris ces accusations. Elles reviennent aujourd’hui … : il s’agit de vanter l’égalité des cultures et de culpabiliser les anciennes nations colonisatrices.
            Dans les guides de voyage consacrés au pérou ou au Mexique, il est désormais convenu de s’extasier sur les Aztèques et les Incas, face auxquels, sans respect pour leur mode de vie, les conquistadors n’auraient montré que cupidité et brutalité… Un hebdomadaire compare l’empire inca « aux Etats européens de l’époque ou aux grandes civilisations de l’Antiquité », tout en admettant qu’on n’y connaissait « ni l’écriture, ni la roue, ni le cheval, ni le boeuf » (une légende-photo précise que l’animal de trait des Incas, c’était… la femme); c’est seulement en incidente que les lecteurs apprennent que chez les Incas, des filles « étaient offertes aux fonctionnaires méritants et que d’autres, ne présentant pas le moindre défaut physique, étaient réservées pour les sacrifices humains » (Le Point, 13 juillet 2001).
            Curieux, les mêmes qui dénoncent sans relâche les méthodes de l’Inquisition espagnole se montrent d’une inépuisable indulgence envers les coutumes de l’Amérique précolombienne, pourtant mille fois plus cruelles. Encore une indignation sélective ?…
            Cortès et Pizarre se sont trouvés confrontés à la même réalité : les moeurs des Indiens, qui pratiquaient l’anthropophagie et les sacrifices humains.
            Dans les Caraïbes, les tribus cannibales, en perpétuel état de guerre, effectuaient des razzias pour enlever et manger leurs congénères (c’est exactement ce que met en scène Mel Gibson dans son film Apocalypto). L’empire aztèque, une théocratie, vouait un culte au soleil dont la colère devait être apaisée par l’immolation de victimes, choisies de préférence chez l’ennemi. Les conquistadors ont tous dit leur effarement après qu’ils eurent pénétré dans les temples indiens : il s’agissait de charniers envahis par la puanteur et les mouches, où les prêtres mettaient à mort des vierges, des enfants et des prisonniers, arrachant leur coeur pour barbouiller de sang les idoles, puis précipitant les cadavres en bas de l’édifice afin qu’ils soient dépecés et dévorés. « Chaque jour, raconte Bernal Diaz del Castillo, les Indiens sacrifiaient devant nous trois, quatre, cinq hommes dont le sang couvrait les murs. Ils coupaient les bras, jambes, cuisses et les mangeaient, comme chez nous, la viande de boucherie (Bernarl Diaz del Castillo, Histoire de la conquête de la Nouvelle-Espagne, La Découverte, 1987.) Les temples aztèques que gravissent aujourd’hui les touristes étaient, avant la conquête espagnole, le théâtre d’abominables cruautés. Chez les Incas, le phénomène était analogue. » «  »

            Petit rappel, dans les empires aztèque et inca, les paysans étaient non seulement taillables et corvéables à merci, mais pouvaient même être déplacés à l’extrémité opposée de l’empire sur décision des fonctionnaires pour les besoins des travaux prescrits. Là encore, les anticatholique évitent d’en parler, faisant chauffer comme à leur habitude le double standard. Quant aux colons, on comptait 28 000 émigrés espagnoles entre 1509 et 1559 pour un territoire qui s’étendait de la Floride au nord-est, l’Arizona au nord-ouest jusqu’au détroit de Magellan au sud, conquis avec une poignée d’hommes, comme Cortès, Coronado, Pizarre qui n’auraient rien pu faire sans la collaboration active de tribus Indiennes entières. Pas vraiment pressés de venir s’installer les espagnols…

            Alexandre VI (oui, le « terrible » Borgia) affirmait l’unité du genre humain dans sa bulle Piis Fidelium en lançant la mission dans le Nouveau Monde dès 1493.
            La bulle Sublimis Deus de Paul III n’a fait que confirmer le principe :
            Nous qui, bien qu’indigne de cet honneur, exerçons sur terre le pouvoir de Notre-Seigneur et cherchons de toutes nos forces à ramener les brebis placées au-dehors de son troupeau dans le bercail dont nous avons la charge, considérons quoi qu’il en soit, que les Indiens sont véritablement des hommes et qu’ils sont non seulement capables de comprendre la Foi Catholique, mais que, selon nos informations, ils sont très désireux de la recevoir. Souhaitant fournir à ces maux les remèdes appropriés, Nous définissons et déclarons par cette lettre apostolique, ou par toute traduction qui puisse en être signée par un notaire public et scellée du sceau de tout dignitaire ecclésiastique, à laquelle le même crédit sera donné qu’à l’original, que quoi qu’il puisse avoir été dit ou être dit de contraire, les dits Indiens et tous les autres peuples qui peuvent être plus tard découverts par les Chrétiens, ne peuvent en aucun cas être privés de leur liberté ou de la possession de leurs biens, même s’ils demeurent en dehors de la foi de Jésus-Christ; et qu’ils peuvent et devraient, librement et légitimement, jouir de la liberté et de la possession de leurs biens, et qu’ils ne devraient en aucun cas être réduits en esclavage; si cela arrivait malgré tout, cet esclavage serait considéré nul et non avenu.

            Ce n’est pas là le seul exemple. La fameuse controverse de Valladolid, loin de porter sur la « dignité » des Indiens qu’elle avait déjà largement reconnue dans sa volonté d’évangélisation, portait en fait sur les méthodes et le rythme de cette évangélisation et de la remise en cause de croyances et de coutumes dont le relativisme n’efface pas l’extraordinaire cruauté.

            L’Église n’a jamais forcé la conversion de ces Indiens qui furent alors assez peu à embrasser la Foi Chrétienne (et d’une manière générale, l’Église Orthodoxe comme catholique et autres églises antiques, ont toujours dénié toute valeur à un baptême, à une conversion forcée. La conversion doit être un acte conscient, volontaire, librement consenti, fait d’élan de Charité et de joie vers Dieu). Il y eut en la matière un avant et un après Notre Dame de Guadalupe (miracle de la Tilda d’un jardinier sur laquelle la Sainte Mère de Dieu enceinte est apparue en 1531). Que l’Église n’ait pas été tout de suite écoutée n’est pas de sa faute et cela n’empêche qu’elle finit par avoir gain de cause. Cela signifie aussi que les gens qui nous parlent de sa « toute puissance » devraient un peu revoir leur opinion…Les pays d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale sont peuplés d’Indiens et de Métis à des proportions allant de 60 à 90 pour cent. Ce qui montre que, en dépit de violences ponctuelles et temporaires, certes condamnables, il n’y eut jamais d’entreprise raisonnée et planifiée d’extermination des Indiens. Au contraire, on constate que les sociétés mises en place par les Espagnols avec le concours de l’Église ont accordé aux Indiens de base une place et une dignité qu’on chercherait en vain dans les « civilisations » précolombiennes…Si une communauté st à blâmer pour l’esclavage aux Amériques, au Nord comme au Sud du reste, celle des Juifs et des Marranes serait certainement plus désignée et le talmud bien plus responsable.

            • François ALLINE says:

              C’est confondant Technik…
              Vous avez recopié ça où ?

              Navré que vous ayez compris que je préfère le pape François.
              Un peu jaloux ?

              Comme surpris que vous affirmiez que Jésus était une sorte d’enfoiré.
              A près tout, nous sommes en démocratie, même les plus obtus d’entre nous ont le droit de s’exprimer, n’est-ce-pas ?

              • Tchetnik says:

                « C’est confondant Technik… »

                -La réalité est toujours confondante quand elle est prouvée.

                « Vous avez recopié ça où ? »

                -La référence y est.

                « Navré que vous ayez compris que je préfère le pape François. »

                -Ca fait un moment qu’on a compris que les athées préféraient le pape François, et pour cause.

                « Un peu jaloux ? »

                -Aucune jalousie, rien que de la perplexité devant un homme qui persiste dans l’erreur une fois celle ci pourtant démontrée.

                « Comme surpris que vous affirmiez que Jésus était une sorte d’enfoiré. »

                -Négatif, fils. Simplement un Homme Fils de Dieu qui est Amour mais aussi Sainteté. Qui est miséricordieux mais aussi exigent en vertus. Et qui n’a jamais appelé à laisser mourir ses proches, sa famille ses frères dans la foi, bien au contraire.

                « A près tout, nous sommes en démocratie, même les plus obtus d’entre nous ont le droit de s’exprimer, n’est-ce-pas ? »

                -Naturellement, vous en êtes la preuve vivante. On a le droit d’être bête, c’est écrit dans les droits de l’homme. En revanche, être schizophrène ne rend pas service.

    • il n’y a pas de prosélytisme juif. La religion juive est contre le prosélytisme, comme la conversion (dans les deux sens)

    • LANKOUDU says:

      Pourvu qu’il pleuve très fort , ou qu’il neige avec un bon blizzard ! On verra la tronche du rabbin (de vapeur)!

    • Lisez la bible (ancien testament)…, vous devez être catholique, ces derniers ne connaissent pas la bible! Quand le peuple hébreu (ancêtre des juifs) arrive en Palestine, il « consacre » (litote yahviste pour : génocide), la plupart des peuples de ces terres à leur dieu tribal Yahweh…!

  2. « Mais le rabbin Haim Nisenbaum a affirmé que des allumages auront bien lieu. »

    Curieux que ce rabbin déroge à la raison d’Etat : « l’état d’urgence ».
    Mais pourquoi pas ?!

  3. François ALLINE says:

    Personne ne souhaite le port du voile. Ce qui est étonnant, c’est qu’en France il y ait autant de femmes pour le porter. Et que l’on ne dise pas qu’elles y sont obligées par leurs « mâles ». C’est inexact.
    Le nombre des femmes djihadistes est passé de 12% à 33%. Une augmentation de 116%. Pourquoi ? http://www.franceinfo.fr/actu/societe/article/le-nombre-de-djihadistes-francais-multiplie-par-deux-en-un-620125
    Je crois que la loi sur l’interdiction du port du voile est une erreur.

    • « c’est qu’en France il y ait autant de femmes pour le porter. »

      Cela devrait vous plaire, non ?
      A part ça, je crois que c’est parce qu’avec le voile, les hommes lui fichent la paix (à la femme).
      Comme vous, je pense que ce serait une bonne idée de l’imposer en France pour protéger « nos » femmes du viol des « réfugiés » et autres fanatiques.

      • Tchetnik says:

        Contre le viol des « réfugiés », le port d’armes serait infiniment plus efficace que le voile…

        🙂

      • François ALLINE says:

        Ce n’est pas tout d’avoir une arme. En Suède où l’immigration est massive, les viols se sont multipliés par 20. Vous croyez que les suédois élevés au bromure par maman patrie oseraient s’en servir ? Surement pas.

        • Parce que ce sont les hommes qui ont l’arme et non pas la femme qui se fait violer.
          A mon avis (mais je peux effectivement me tromper), d’après les témoignages de femmes violées, elles n’auraient pas hésiter à se servir de leur arme tant l’agression est traumatisante pour elles.

        • Tchetnik says:

          Ce qui est certain est que ceux qui font à la fois profession de machisme de pacotille et se révèlent curieusement réfractaires à toute idée de combat de défense, ne risquent pas d’avoir le courage d’utiliser une arme…

  4. François ALLINE says:

    Vous êtes sérieux ? Je crois d’abord et avant tout à la liberté d’être, de faire et de vivre tant que cela ne porte pas préjudice à autrui.
    Je constate simplement que dans un pays où Niqab et Burqa sont interdits, il y en a de plus en plus. Et moins pour des raisons d’agression sexuelle que de refus d’un modèle sociétal.
    Qui le définit ce modèle ?
    Vous ? Moi ? le masculin en général ?

    • « Je crois d’abord et avant tout à la liberté d’être, de faire et de vivre tant que cela ne porte pas préjudice à autrui. »

      Tout cela, c’est du bla bla.
      La liberté lorsqu’elle n’est pas définie par un Bien Souverain et qu’elle laisse chacun avoir sa propre notion de la liberté, porte TOUJOURS préjudice à quelqu’un. Et en général au plus faible.
      Etant donné que dans notre société athée, c’est toujours le catho qui doit s’écraser, c’est donc toujours sur lui que se porte le préjudice, c’est-à-dire sur le Christ.
      Donc, si on autorise la loi sur l’avortement, il y aura moins d’avortements parce que c’est autorisé ? C’est archi faux. Il y a des choses qu’il ne faut jamais autoriser sous peine d’être complices du mal. Et simplement d’un point de vue civique, l’islam est un mal puisque les musulmans n’obéissent pas aux lois françaises.
      Vous êtes un piètre catholique, si vous l’êtes; il est flagrant que vous ne portez pas en vous l’Amour du Christ, contrairement à ce que votre illusion de l’amour vous le fait croire.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com