berkout-mpi

L’Ukraine est de plus en plus fortement secouée par les troubles provoqués par le changement d’orientation à Kiev et la perspective d’un asservissement au FMI et aux Etats-Unis. Dans les régions russophones du pays, la contestation se propage. Les villes de Donetsk, Kharkov, Lougansk, Slaviansk, Marioupol, Enakievo et Kramatorsk sont maintenant partiellement ou totalement sous le contrôle de militants prorusses réclamant la tenue de référendums à l’instar de celui s’étant déroulé en Crimée le 16 mars.

En réponse à quoi le gouvernement de Iatseniouk né de la violence meurtrière de la place Maïdan a opté à nouveau pour l’usage de la force brute et la répression. Néanmoins, au rythme où vont les choses, le pompier pyromane occidentaliste court le risque de sacrément se brûler les mains.

Le 12 avril tout d’abord, les détachements de police anti-émeute (dénommés « Berkout » avant la prise de pouvoir par Iatseniouk et sa clique) de Donetsk ont refusé de partir en opération dans la ville voisine de Slaviansk afin d’y reprendre par la force le commissariat de police aux mains des insurgés prorusses. En sus, les policiers réfractaires ont déclaré partager les revendications des protestataires.

Le surlendemain, le président de la Rada suprême et président par intérim Alexandre Tourtchinov annonçait à la commission de conciliation des groupes parlementaires que les effectifs de la police dans les régions du sud-est de l’Ukraine seraient entièrement renouvelés. On comprend aisément que le nouveau pouvoir ukrainien doute de la docilité de ses forces de l’ordre s’agissant de réprimer des concitoyens sur l’ordre du directeur de la CIA (en « visite » à Kiev le 12 avril).

Le 16 avril, dans le cadre de l’opération militaire visant à reconquérir Kramatorsk et son aérodrome, une soixantaine de militaires ukrainiens ont rallié, avec au moins cinq blindés, les rangs de la contestation anti-Maïdan. Ces personnels de la 25ème brigade aéroportée de Dniepropetrovsk se sont expliqués en récusant l’étiquette de terroristes collée par Kiev sur les protestataires russophones et par leur refus de faire la guerre à leurs compatriotes.

Plus que jamais, l’Ukraine est au bord de la guerre civile.

Baudouin Lefranc

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Mots clefs , ,

2 commentaires

  1. Pingback: L’armée ukrainienne privée de parachutistes ?

  2. champar says:

    Vous n’avez rien compris à la démocratie :
    Un coup d’état est démocratique s’il est soutenu par les USA et son vassal, la commission européenne et un référendum n’est pas démocratique si le vote ne dit pas ce qu’a décidé les USA et son vassal, la commission européenne.
    Le tout est de définir ce qu’est la démocratie avancée …

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com