De fraiches jeunes filles chantent contre la pensée unique…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

9 commentaires

  1. Les Brigandes sont un ravissement pour l’oreille, pour les yeux, pour l’esprit.
    Elles incarnent la France pour ceux qui l’aiment.
    Ce qui est triste et honteux, c’est que les médias, soumis à l’idéologie du politiquement correct et multiculturaliste destructeur qui dénigre le passé de notre pays pour mieux l’asservir, se gardent bien de les inviter sur les plateaux.
    transrealisme.org

    • Pierre says:

      « Les Brigandes sont un ravissement pour l’oreille, pour les yeux, pour l’esprit. Elles incarnent la France pour ceux qui l’aiment. »

      Je ne suis pas du tout de votre avis :
      Tout ceci est long, le rythme est trop lent et monotone, la chorégraphie est figée, et, pour couronner le tout, les paroles sont vulgaires.

      Était-t-il nécessaire de choisir comme paroles du refrain en canon « on s’en branle » ? NON
      La plupart d’entre nous ici se sont evertués, je l’espère, et durant des années, à inculquer à leurs enfants une éducation, un savoir-vivre et une correction qui sont loin de ceci.
      Certes si l’on envisage aujourd’hui chez nous une révolte populaire, et notamment celle de nos jeunes, ce n’est pas en leur demandant de respecter un style de dame de patronage que nous irons bien loin. Il n’empêche.
      Nul besoin de passer à la vulgarité de ce que nous dénonçons, comme celle du RAP en particulier.

      De très belles chansons existent dans nos répertoires je pense entre autre à « La Blanche Hermine « , ou à « Eh garçon prends la barre « , chansons régulièrement reprises en coeur aussi par nos troupes de marine, sans qu’elles n’aient pour cela une once de vulgarité.

      Inutile de passer ainsi à la troisième mi-temps, nous ne sommes pas des « Lansquenets ».
      Ainsi, aujourd’hui ce sont bien les dictatures comme celles du Maïdan qui emploient ces tristes personnages, à l’instar de nos monarques qui utilisèrent les mercenaires allemands, suisses ou marseillais pour manipuler ou mâter les révoltes populaires (Bonnets rouges au XVIIème, Chouans au XVIIIème).

      Quitte à être comparés à des aristocrates, si nous voulons lever la tête face à la tyrannie, la médiocrité, et la vulgarité, ce n’est donc pas en imitant tout cela , c’est en proposant une mieux.

      Je félicite néanmoins le travail des Brigandes (le nom est-il vraiment si judicieux ?) et de toute leur équipe:
      Puissions nous compter sur vous pour des prestations toujours meilleures.

      • « On s’en moque » serait moins perturbant pour certaines oreilles. Mais reconnaissez que les expressions vulgaires, ou grivoises, ont souvent plus d’impacts, et que les rappeurs les emploient avec le succès incontesté que vous savez, et qui est largement divulgué.
        Par ailleurs, la chanson de Pierre Perret sur le zizi vous a -t-elle choqué ?
        La vulgarité ne se trouve pas dans les mots, mais surtout dans ceux qui les prononcent. Les brigandes ne sont pas vulgaires mais vaillantes. Elles utilisent des mots qui heurtent pour éveiller à la lucidité qui fait défaut actuellement.

        • Certes, mais ce qui peut être toléré chez des hommes est tout de même choquant chez des femmes, et a fortiori des jeunes filles (?).
          L’apanage principal de la femme, c’est justement ce qu’on appelle encore parfois « la belle vertu », c’est pourquoi une femme qui s’abaisse à tenir des propos grivois ou pire se dégade davantage que ne le fait un homme qui tiendrait les mêmes.

  2. Pierre says:

    « Les Brigandes » ?
    Derrière la légende, la grande criminalité…

    Au Moyen âge, comme à toutes les époques troublées de l’histoire, le brigandage présente une recrudescence effrayante.

    Ce ne sont pas seulement les serfs révoltés contre leurs seigneurs, les paysans réduits à la misère par la famine ou la guerre, les soudards licenciés après la fin des hostilités, qui se réunissent en bandes pour vivre de rapine et de pillage, ce sont aussi les barons et les seigneurs qui, à la tête de leurs troupes, descendent de leurs châteaux pour détrousser les marchands passant dans la plaine.
    Que nous promenions nos regards sur l’Allemagne, sur la France, sur l’Angleterre, le spectacle est partout le même.

    Les confédérations des cités allemandes durent surtout leur origine à la nécessité de tenir les routes et les rivières libres pour le passage des personnes et des marchandises malgré les nobles qui infestaient les grands chemins. Encore fallait-il que ceux qui étaient chargés de la sécurité et du maintient de l’ordre jouent leur rôle.
    En France, à l’époque de la captivité du roi Jean, une brigade de surveillance fut instituée pour le maintien de I’ordre dans Paris; mais elle exploita la force dont elle disposait pour le pillage et la rapine;

    Aussi le peuple créa-t-il pour désigner ces soldats le sobriquet de brigands, du nom d’un corselet d’acier, appelé brigandine, qu’ils portaient.

    Dans les villes, les hors-la-loi médiévaux pouvaient se rasembler dans d’étonnantes organisations, hautement structurées. Ainsi, à Paris, Les matois (fileus), les malingreux (fausses plaies), les callots (teigneux), les sabouleux (faux épileptiques), les piètres (faux estropiés), le hubins (faux enragés), les coquillards (faux pèlerins), les rifodés (faux incendiés), les courtauds de boutanche (faux ouvriers se disant sans travail), les drilles, narquois, gens de petite flambe, tous les ribauds et toutes les ribaudes, toutes les classes de voleurs, d’assassins, de mendiants et de vagabonds, formaient une association dirigée par le grand Coësre, ou roi des Truands, et qui constituait le royaume d’Argot et qui parlait la langue verte.

    Les termes de brigandage (criminalité plutôt rurale) et de truanderie (plutôt citadine) s’appliquent à la criminalité ordinaire.

    Mais, parallèlement, se développe aussi le banditisme. Les bandes étaient, dans le principe, une petite troupe de soldats d’aventure réunis et marchant sous une bannière. Elles apparaissent sous les premiers Capétiens.

    « Les grands feudataires, dit Boutaric, dans ses Institutions militaires de la France avant les armées permanentes, entretenaient des bandes soldées, composées de gens à pied et à cheval, connues sous le nom de coteraux, brabançons ou routiers, bandits d’une cruauté implacable. »

    A partir du règne de Philippe-Auguste, ces mercenaires sont fréquemment employés au service des rois de France et deviennent, dans l’intervalle des guerres, le fléau du paysan qu’ils pillent et accablent des plus cruelles exactions.

    Le phénomène prend un telle ampleur que lorsque Philippe-Auguste part pour la Terre-Sainte (Croisades), il décide que les soldats « convaincus de brigandage » recevront sur la tête une libation de poix bouillante, qu’ils seront couverts de plumes et abandonnés en cet état sur le premier rivage venu. Rien n’y fera.

    La chronique de Saint-Denis les déclare : « pillards, voleurs, larrons infâmes, dissolus, excommuniez » et, pendant cinq siècles, ils sont un objet de terreur et d’exécration sous les noms significatifs d’aventuriers, ribauds, francs-taupins, mauvais garçons, écorcheurs, fendeurs, mille-diables, etc.
    La guerre de Cent ans vit les tard-venus, les malandrins ravager les campagnes.

    Pour s’y retrouver, voici quelques éléments de vocabulaire :
    Les Brabançons. – En 1135, Guillaume d’Ypres amena à Étienne de Blois des bandes de mercenaires recrutés en Brabant, qui l’aidèrent dans ses entreprises en Angleterre.
    Répandus quelques années plus tard sur le continent, ravageant et dévastant les pays où ils passaient, se mettant à la solde de qui voulait les payer, ces aventuriers donnèrent au nom de Brabançons une renommée sinistre. Longtemps le peuple donna le nom de brabançons, quelle que fut du reste leur origine, aux brigands armés qui vivaient de pillage et de rapines.

    Les Malandrins. – D’après Du Cange, le mot malandrin (malandrinus, maladrinus) signifie voleur, brigand, pirate). Il en faut rapprocher le mot malandre, qui voulait dire, entre autres sens, lèpre, ulcère, et, généralement, maux. Il paraît qu’à l’époque des croisades on appelait malandrins les voleurs arabes ou égyptiens.
    Ce nom fut ensuite donné, en France, aux routiers qui, depuis le XIIe siècle, jusqu’à la fin de la guerre de Cent ans, y exercèrent trop souvent leurs brigandages.
    Tels furent les Cotereaux, les Tard-Venus, les Ecorcheurs, les aventuriers de tous les pays, qui formèrent les Grandes compagnies. Le nom de malandrins se trouve dans le récit que Froissart consacre à l’expédition de J. de Vienne en Écosse (1385).

    Les Cotereaux (Coterelli, Ruptarii). – Nom que l’on donnait, au XIIe siècle, aux soldats mercenaires qui tantôt s’enrôlaient dans une armée et tantôt pillaient et combattaient pour leur propre compte. Louis VII et l’empereur Frédéric Barberousse s’engagèrent solennellement à Vaucouleurs, vers 1165, à ne plus prendre à leurs services ces auxiliaires qui étaient la honte des armées.
    Au début du règne de Philippe-Auguste, leurs brigandages avaient pris de telles proportions que le roi dut faire contre eux une expédition. Il en détruisit plusieurs bandes près de Bourges en 1183.
    « Tels gens, dit un chroniqueur de cette époque, comme costereaux, brigans, gens de compaignies, pillars, robeurs, larrons, c’est tout un, et sont gens infâmes et dissoluz et excommuniez.
    Ils ardoient les monastères et les églises où le peuple se retraioit et tourmentaient les prêtres et les religieux et leur disoient quand il les battoient : cantatours, cantez. »
    On n’est pas d’accord sur l’origine de cette appellation de cotereaux. On a prétendu qu’ils la devaient à leurs grands couteaux et qu’ils avaient dû être appelés d’abord cultellarii, ou bien qu’ils avaient été ainsi nommés parce que leurs bandes se recrutaient parmi les paysans, habitants des coteria; on a dit enfin que ce devait être à l’origine une désignation ethnique analogue à celle de Brabançons, parce que les premières bandes étaient composées d’Écossais (Scoti).

    Les Routiers. – Les routiers étaient de bandes de paysans que le goût du brigandage rassemblait sous la conduite de chevaliers ou de bâtards de grande maison; ils formaient, sous Philippe-Auguste, des compagnies redoutables; à la fin du XIIe siècle, ils eurent pour rivaux des chaperons, autres coureurs de routes.
    Au XIIIe siècle, Louis IX tenta d’exterminer les routiers qui infestaient les campagnes ; mais, sous Charles VI, on en retrouva des bandes nombreuses; jusqu’au XVe siècle, les routiers qui s’appelaient aussi armagnacs, cotereaux, malandrins, continuèrent à désoler le pays qu’ils traversaient.

    Les Aventuriers. – Ce nom était donné à ces milices qui, au Moyen âge, vendaient leurs services au plus offrant, et se composaient d’un ramassis de gens sans aveu, dont le plus grand nombre sortait d’Italie. Suivant les temps et les lieux, ils servaient à pied, en cavalerie légère, en lances garnies ou en troupes régulières. On les voit figurer en France depuis Louis le Jeune jusqu’à Charles V vers 1370, époque de la création des premiers régiments français.

    Dans la deuxième moitié du XIVe siècle, Du Guesclin avait réussi à détourner quelques une de ces bandes sur des contrées étrangères. Mais ce ne pouvait être qu’un pis-aller.
    Les compagnies de routiers s’étaient reformées, remplacés par les trente mille diables conduits par le bâtard de Bourbon et le bâtard d’Armagnac, connues sous les noms d’écorcheurs et les retondeurs, ces bandits continuèrent de sévir jusqu’à la Renaissance, avant être progressivement intégrés dans les régiments réguliers, et servir à d’autres guerres.

    • Grand merci pour cette leçon d’histoire, de notre histoire que nos gouvernants actuels, grands fervents de la pensée unique actuelle, cherchent à estomper pour favoriser culpabilisation, repentance, …, de notre peuple.
      Mais, nos brigandes ne sont nullement des brigands du Moyen-âge, mais des preux chevaliers actuels qui dénoncent ceux qui veulent nous soumettre, au point de nous faire justement oublier notre histoire, et qui nous invitent ainsi à la résistance, en étant obligées de cacher leur visage tout comme on s’applique à ne pas les présenter sur les plateaux TV qui préfèrent les rappeurs qui haïssent les Français …
      Elles pourraient ainsi s’appeler les « charlesvaillantes » pour souligner leur affiliation à nos grands Charles (Martel, De Gaulle). transrealisme.org

    • Koopa Troopa says:

      Une époustouflante culture historique mais qui oublie l’essentiel : le terme « brigandes » est évidemment une allusion au nom duquel la racaille bleue désignait les femmes vendéennes en 1793, lors du génocide…

      • Merci de rappeler une époque de notre histoire qui connut les horreurs de la guerre civile. La sagesse serait d’éviter que cela ne se reproduise , cela pourrait survenir si on laisse se développer l’Islam dans notre pays.
        Les brigandes contribuent à tirer l’alarme en chanson.
        Le fait, qu’elles se cachent le visage et que les médias les évitent ou les ignorent, peut prouver que la confrontation est sur le point de survenir.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com