vous-etes-charlie-manipulés

En bonne logique aristotélicienne, c’est-à-dire, et quoiqu’on en dise, en logique tout court, on attribue un prédicat à un sujet selon l’une des 10 catégories. Ainsi, « je suis debout » est une position et « je suis français » une qualité, auxquelles je ne me réduis pas. De même ne suis-je pas une passion qui m’affecte, ou une action que je mène, et il en va semblablement pour cinq des six catégories restantes. Celle de la substance fait exception. Elle correspond absolument au sujet, qui en ce cas ne peut dire autre chose que « je suis moi-même » ou donner son propre nom.

Me confondre avec une autre personne ou entité relève donc de la maladie mentale (« je suis Napoléon » est un cas bien connu) ou de la possession diabolique, par exemple « je suis Belzébuth », qu’il faut exorciser. Il est, bien entendu, encore pire de s’identifier à un objet comme un journal ou un torchon, surtout s’ils se confondent.

La formule « Je suis Charlie » est ainsi à la fois, un sommet et une mine d’ambiguïtés, de confusions, d’hétéronomies et d’amalgames inavoués, excluant ceux que suggérerait le bon sens. Affectant des sujets à des degrés divers et en quantités indéfinies, ce mot d’ordre est ainsi indéfiniment détournable, exploitable et manipulable .

charlie-moutons-2

C’est une « démocratie » moderne, en l’occurrence notre « république », qui a pu produire un tel monstre mental. Les autres systèmes totalitaires, plus évidents et simplistes, ont imposé à des sujets, convaincus ou non, des affirmations comme « je suis communiste », « je suis fasciste » ou « je suis musulman », qui ne sont pas absurdes d’un strict point de vue logique. Winston Smith lui-même, dans 1984, ne dit pas « je suis Big Brother ». Quant aux identifications à des animaux totems dans des sociétés plus archaïques, elles ne sont pas dans une telle confusion. Faut-il, pour repousser d’éventuelles objections blasphématoires, ajouter que si un chrétien s’identifie humblement et spirituellement au Christ qui « vit en lui », il ne songe pas, s’il est sain d’esprit, à dire absolument « Je suis Jésus » ? et pour ce qui concerne la transsubstantiation, par définition, le pain et le vin ne restent pas tels en devenant Corps et Sang de Jésus-Christ.

Quand John Fitzgerald Kennedy, dans sa culture catholique, s’écriait en 1963 « je suis un berlinois ! » cela signifiait de la part du président des USA « je me fais symboliquement l’un d’entre vous », ce qui est sans doute très affectif mais nullement insensé. Six ans plus tard, la formule des manifestants estudiantins français « nous sommes tous des juifs allemands » lui faisait écho. Elle était plus inquiétante pour l’esprit, un groupe d’individus s’assimilant indûment et globalement à un autre, mais l’on pouvait encore n’y voir qu’un effet des phénomènes (analysés en1895 par Gustave Le Bon dans Psychologie des foules), de pression, fusion, contagion, suggestibilité et irrationalité qui affectent depuis toujours ces rassemblements.

« Je suis Charlie » copié et répété en boucle par une multitude, avant, pendant et après la manifestation du 11 janvier est la consternante nouvelle étape d’une pathologie affectant cette faculté essentielle pour l’Homme, animal social, qu’est son intelligence. Charles Maurras en 1905 s’inquiétait déjà de L’avenir de l’intelligence. De son point de vue, l’utopie démocratique promue par les intellectuels du XVIIIème siècle, asservit la pensée et sert en réalité la dictature de l’or. En 1969, Marcel de Corte, allant plus loin, annonçait L’intelligence en péril de mort en enracinant cette utopie dans l’idéalisme : « l’intelligence s’est invertie, au lieu de se conformer au réel, elle a voulu que le réel se conforme à ses injonctions », pour y parvenir « il faut violenter la nature » et « que l’intelligence s’altère » pour se soumettre à l’imagination, jugée « seule faculté capable en nous de construire un autre monde (…) œuvre de l’homme », cet autre monde lui serait totalement soumis. Une société composée d’individus égaux est donc imaginée « démocratie abstraite qui tourne le dos à la réalité sociale ». Les sciences sont prises dans cette aventure, confortant le mythe du progrès universel. La « société de masse » qui en résulte tend à être « composée d’individus isolés, étanches, déracinés physiquement et psychiquement de leur milieu, qui voient leur expérience réduite au rayon très court de leurs sensations ». Dès lors, au delà d’un cercle très restreint, ils ne connaissent autrui que par « l’information déformante » qui n’est plus simple prise de renseignement, mais diffusion par les « mass médias » de « ce qui se passe » en tout domaine, dévaluant donc ce qui demeure, privilégiant le nouveau : « la vérité ne correspond plus à ce qui est mais à ce qui devient » interprété toujours comme progrès.

« Plus les techniques d’information et les signes dont elles usent se répandent, plus les citoyens perdent leur faculté personnelle et incessible d’expérimenter vitalement la présence concrète des êtres et des choses (…) dans un système d’information composé de stimuli ou d’excitants sonores et visuels symboliques qui provoquent le déclenchement de réflexes conditionnés chez tous ceux qui s’y trouvent soumis »

Ajoutons que la frustration de l’animal social amène régulièrement les individus à « faire société » en masse pour « construire le vivre ensemble » par des moments émotionnels et fusionnels créés, manipulés ou exploités. Entre 1968 et 2015, citons par exemple « touche pas à mon pote », « Carpentras », la coupe du monde de 98, le second tour de 2002, les enfants des maternelles défilant au cri de « Le Pen-caca » (sic). A chaque étape un nouveau degré de régression mentale est franchi avant de retomber dans une « dissociété » aggravée.

Vialatte aurait pu dire « et c’est ainsi que Charlie est grand ».

Ajoutons que les médias du pouvoir en sont les prophètes. Qui les exorcisera ?

charlie-nouvelle-religion

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. michelb says:

    le drame c’est la mauvaise foi dont la logique s’attache à l’enrichissement personnel de son auteur et comme disait Richet , l’homme veut faire du mal.

    C’est l’article le plus intéressant car il démontre comme le cerveau n’est plus capable de faire face aux situations.

    quelque soit le chef, il est et/ou deviendra fou et empêchera toute contestation.

    soyons modeste, je suis rien

  2. La Luciole says:

    L’individu qui s’identifie à ce concept impersonnel qu’est « Charlie » est sujet à une dissonance cognitive qui a pour effet d’inhiber ses capacités de raisonnement. Là réside tout l’art de cette manipulation.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com