Plus d’un million de Kurdes peuplent le Nord de la Syrie et cohabitent avec un peu moins d’un million d’arabes. Pragmatiques, ils vivaient en bonne intelligence avec le régime, bénéficiant d’une certaine autonomie en échange de leur neutralité politique.

Leurs relations avec les arabes (sunnites, alaouites ou chrétiens) étaient distantes mais sans hostilité manifeste. C’était avant la guerre et les Kurdes, malgré leur propension naturelle à l’hégémonie, n’avaient de toutes façons guère le choix. Toutefois, leur rêve d’un Etat kurde officieux, les habitait toujours.

La guerre va leur permettre de progresser dans leurs ambitions.

L’armée syrienne, en grande difficulté jusqu’à l’intervention russe, n’avait plus les moyens de contrôler le nord du pays : la priorité était d’endiguer la marée islamiste qui voulait prendre le pouvoir. Tel n’était pas le but des Kurdes qui se contenterait toujours d’un territoire à eux dans le Nord. Des deux maux Assad a choisi le moindre et a donc fort logiquement laissé les Kurdes prendre le contrôle des villes et des postes-frontières, à l’exception d’un seul, au Nord-Est, tenu par des milices chrétiennes et quelques militaires syriens.

Des combats entre l’armée et les  milices chrétiennes d’un côté, les combattants kurdes de l’autre (regroupés dans les YPG) eurent lieu, faisant toutes de même des victimes et des prisonniers de chaque côté. On était toutefois loin de la conflagration générale.

Les Turcs regardaient cela d’un mauvais oeil, mais leur préoccupation de l’époque était surtout d’organiser la révolte islamiste pour renverser Assad.

La bataille de Kobané va tout changer.

Grâce à l’aide des Turcs, Daesh réussit à conquérir une partie du Nord de la Syrie faisant ainsi la jonction avec la frontière turque. Après la conquête de la vallée de l’Euphrate (Raqqa, Deir ez-Zor en partie, Mayadin, Al Quaïm) et des champs pétrolifères du Sud-Est du pays, les islamistes ont pu  vendre le pétrole jusqu’en Turquie grâce à des norias de camions qui circulaient dans l’indifférence générale.

L’aviation de la coalition ne les a quasiment  jamais attaqués, ce qui est tout de même curieux. Il faudra attendre les avions russes pour qu’enfin cesse le trafic.

Il restait toutefois une ville à conquérir pour Daesh : Kobané, peuplé majoritairement de Kurdes. Des combats furieux entre les YPG et les islamistes durèrent plusieurs semaines.

C’est là que se noua l’alliance entre les Kurdes et les Américains : ceux-ci décidèrent d’aider massivement les combattants kurdes. Le soutien de leur aviation fut décisif (comme toujours d’ailleurs au cours de cette guerre) et Daesh dut se retirer. Le bilan était lourd des deux côtés mais la victoire des kurdes allait sceller leur alliance avec les Etats-Unis.

Armés et financés par eux, les Kurdes purent consolider leurs positions le long de la frontière turque n’hésitant pas à attaquer les militaires syriens et les milices chrétiennes pour mieux assoir leur autorité.

L’armée turque a alors réagi, a franchi la frontière afin de couper en deux le territoire kurde et l’empêcher ainsi de se tailler un territoire en continu. Les Kurdes se sont retirés devant les chars turcs sur ordre des Américains qui ne voulaient pas d’affrontement direct entre ces deux forces.

Aujourd’hui, les Kurdes sont l’infanterie des Etats-Unis : ils sont en train de reprendre Raqqa (ex-capitale du califat maintenant moribond) et prennent position au Nord de Deir ez-Zor afin d’empêcher l’armée syrienne de reprendre le contrôle de la totalité du pays.

Raqqa et Deir ez-Zor sont de peuplement arabe et non kurde, mais peu importe : ce qui compte pour les Etats-Unis, c’est de détruire Daesh et d’empêcher les Syriens de reprendre le contrôle de leur pays. Le retour de la paix sous l’égide d’Assad n’a jamais été l’objectif.

Mais, une fois de plus, ce sont les chrétiens qui souffrent de la situation.

Ils sont relativement nombreux dans la région, et il faut savoir que les exactions kurdes à leur endroit ne sont pas rares : vexations, arrestations et, plus grave, assassinats ciblés voire parfois déplacement forcés de populations. Le silence est assourdissant sur le sujet, mais les Kurdes font partie des héros médiatiques de cette guerre et il convient de ne pas entacher leur réputation.

Le sujet n’est pas nouveau pourtant : les Kurdes ont participé au génocide de 1915, soit sur ordre des Turcs, soit, le plus souvent, pour dépouiller les malheureux Arméniens ou Assyriens. Le brigandage est une vieille tradition chez eux…

Certes, certains chrétiens leur doivent la vie par leur résistance opiniâtre contre Daesh; les YPG sont assez efficaces. Mais cela ne doit pas masquer la réalité sur ce que sont les Kurdes : ils sont Kurdes et le reste ne compte pas. Leur islam est très lointain et l’idéologie marxiste qui les habite assez théorique, mais les chrétiens comptent encore moins pour eux.

Ils veulent un territoire et sont prêts à tout pour cela : les Américains l’ont bien compris et s’en servent pour éliminer Daesh. Et les Kurdes se servent des Américains pour assoir leur Fort heureusement, les chrétiens sont encore assez nombreux dans la région, en particulier dans le Nord-Est. Les villes d’Hassaké (180 000 hab) et Qamishli (170 000 hab) comptent de nombreux syriaques catholiques et orthodoxes dont les jeunes sont armés et organisés. Mais la vie y est très difficile et beaucoup songent à partir.

C’est précisément ce qu’attendent les Kurdes.

Antoine de Lacoste

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

Un commentaire

  1. Guillaume says:

    Les kurdes grand massacreurs d’Arméniens :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Nombre_de_victimes_du_g%C3%A9nocide_arm%C3%A9nien

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com