civitas-mariage-homosexuel-mpi

Alors qu’une regrettable cacophonie semble s’installer au Front national à propos du « mariage » homosexuel, certains élus de ce parti témoigne néanmoins, sur des sujets aujourd’hui tabous, d’une belle force de conviction dont toute la droite nationale ferait bien de s’inspirer. Sans évoquer de nouveau l’exemple de Monsieur Franck Briffaut, le nouveau maire de Villers-Cotterêts qui n’hésita pas à évoquer récemment devant les caméras l’existence d’une loi naturelle supérieure aux lois humaines, l’on peut se tourner vers celui de Monsieur Gabriel de Peyrecave, tête de liste du FN-RBM à Saint-Etienne et élu au conseil municipal avec deux autres de ses colistiers (18,30 % au premier tour ; 11,79 % au second).

Dans son discours de candidature à la fonction de maire lors de la première réunion du conseil, le vendredi 4 avril dernier, l’élu natif de Pessac en Gironde, mais issu d’une ancienne famille stéphanoise, n’a pas tremblé lorsqu’il a fallu présenter à une salle plutôt fraîche les lignes essentielles de son programme. Après une allusion bien sentie à la crise de la Chrétienté en France, ce catholique pratiquant et père de famille nombreuse a fait part de sa volonté de mettre en place « un centre d’accueil pour les mamans en difficulté », et de soutenir les personnes âgées délaissées. Dans sa bouche, la défense de la vie prenait corps en plusieurs actions concrètes et réalistes, susceptibles de faire reculer l’avortement et de conjurer l’euthanasie.

Ce discours vigoureux centré sur la recherche du Bien commun, s’acheva avec une conclusion des plus inattendues lorsque Monsieur de Peyrecave, se déclarant homme d’espérance, cita… Maurice Barrès. Il fallait oser tant Barrès, grand  défenseur du patrimoine religieux et du culte public à Jeanne d’Arc, est aujourd’hui contesté.

Sans surprise, le conseiller municipal du Front national, signataire de la Charte de La Manif pour Tous et des Engagements pour la Vie de l’association Choisir la Vie, ne fut pas élu au fauteuil de maire, gagné par l’élu UMP Gaël Perdriau. Souhaitons néanmoins qu’un tel comportement engage tous les maires et conseillers municipaux de la droite nationale à se montrer moins timorés face aux tenants de la culture de mort et de la haine anti-française.

La vidéo du discours de Gabriel de Peyrecave, à partir de la 67ème minute : http://www.saint-etienne.fr/node/1812

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Olivier M says:

    L’attaque voilée de ce texte contre les élus FN concernant l’obligation d’appliquer la loi Taubira tombe à plat: en effet, cette obligation ne s’applique pas à notre cher Gabriel de Peyrecave, puisqu’il n’est pas maire et ne sera donc pas le moins du monde face à de telles obligations.
    Gabriel de Peyrecave tient par ailleurs un discours parfaitement naturel au Front National: je rappelle que Marine LE PEN défend l’adoption prénatale et le salaire maternel pour lutter contre l’avortement, et c’est la seule dans le monde politique français actuel (qu’ont dit sur ces sujets Copé? Sarkozy? Fillion? Juppé?!…).
    Par ailleurs, ce sont des centaines d’élus FN qui ont prononcé cette semaine un discours de candidature de maire d’agglomérations.

  2. peyre says:

    Gabriel de Peyrecave, j’ai eu l’honneur de faire la campagne municipale a vos côtés, continuez…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com