Les fruits de la révolution conciliaire qui a bouleversé l’ordre social et éthique traditionnel et les ordres religieux sont toujours davantage scandaleux.

Dernièrement ce sont les Frères de la Charité de la province belge qui font parler d’eux en appliquent une nouvelle forme de charité post-moderne : la mise à mort de leur patients, au nom de la dignité humaine certainement.

En effet ils ont décidé de rendre possible l’euthanasie de leur malades même ceux qui ne sont pas en phase terminale. Ils suivent ainsi la logique politiquement correct de la société belge qui s’évertue à être bien en phase avec les progrès de la culture de mort dans leur pays.

Il faut souligner que le Conseil d’administration belge des Frères de la Charité est composé de laïcs, autre effet de l’aggiornamento conciliaire pratiqué dans les ordres, et que ce sont eux qui ont pris cette décision contraire à l’éthique chrétienne.

La salle de presse du Vatican fait savoir aujourd’hui que le pape a

demandé à la communauté belge des Frères de la charité de Gand de renoncer à pratiquer l’euthanasie sur ses patients. »

News Va qui relaye la nouvelle explique :

« En mai dernier, la province belge de cette communauté de religieux avait déjà été rappelée à l’ordre par son supérieur général à Rome, le frère René Stockman rappelant que l’euthanasie est «contraire aux principes de base de l’Église catholique». La Congrégation pour la Doctrine de la foi avait ajouté qu’il s’agit du «meurtre délibéré moralement inacceptable d’une personne humaine».

La remontrance avait été formulée après que l’équipe administrative de la province, composée de laïcs, ait décidé rendre possible l’euthanasie de ses patients, y compris ceux qui ne sont pas en phase de «maladie terminale», dans les 15 centres psychiatriques qu’ils gèrent en Belgique, l’un des trois pays de l’Union européenne à avoir institutionnalisé l’euthanasie, avec ses deux voisins du Benelux, les Pays-Bas et le Luxembourg.

Le 5 août dernier, le frère René Stockman, avait donné jusqu’au 5 septembre au Conseil d’administration belge pour qu’il modifie ses positions en matière d’euthanasie des patients psychiatriques dont ils ont la charge, sinon «les mesures juridiques nécessaires seraient prises», avait-il assuré. Cela signifie concrètement que la province belge des Frères de la Charité pourrait être exclue de l’ordre et perdre son label catholique.

En Belgique, la communauté a bien reçu le message du Saint-Siège, mais n’y a toujours pas répondu.”

Francesca de Villasmundo  

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

53 commentaires

  1. mia vossen says:

    Un ami est mort dans une institution « chrétienne » après des heures d’atroces souffrances. On ne pratiquait pas l’euthanasie et j’ose dire qu’il faut un grand courage et une belle âme charitable au médecin qui accepte de donner une bonne mort.

  2. pamino says:

    C’est idiot. On peut toujours donner quelque chose contre la douleur, même s’il y a le risque que le patient en meure. Ce qui est interdit est de tuer quelqu’un pour qu’il ne sente plus de douleur. Si vous ne comprenez pas la différence, instruisez-vous un peu en théologie morale. Le médecin n’a pas le droit de donner la mort, mais seulement celui de soulager la douleur.

    • mia vossen says:

      Notre ami est mort étouffé lentement, c’était horrible pour sa fille, présente, qui ne pouvait RIEN faire et je me moque de théologie morale, je suis humaine et ne vois pas l' »utilité » de cette souffrance absurde.

      • MA Guillermont says:

        Lorsque la personne en fin de vie présente un syndrome respiratoire terminal , il convient de le traiter et la médecine est dans l’obligation de le soulager …
        Quelle est donc la prise en charge médicale appliquée à votre ami ?
        Cela relève d’une faute médicale lourde …
        Des mesures d’aide à la ventilation immédiates peuvent et doivent être apportées , parfois le port du masque ou des lunettes peuvent être mal tolérées et nécessitent une sédation appropriée non une euthanasie pour adoucir l’agitation exprimée dans certains cas …
        Souvent l’expression des râles bronchiques gêne beaucoup plus la famille que le mourant …
        L’aspiration des sécrétions bronchiques est nécessaire ainsi qu’un ttt permettant d’assèchement les sécrétions …
        Il reste que la mort par tableau respiratoire aigu donne la sensation de manquer d’air et que toutes les expressions du manque d’air ne peuvent être améliorées mais que la famille doit être tenue au courant des phases du processus et que des paroles rassurantes , une présence soutenue et des gestes simples (position demi – assise , mise en place d’un ventilateur , ouverture d’une fenêtre …)peuvent rassurer pour l’accompagnement terminal …
        Endormir le malade qui meurt en s’étouffant n’est pas le faire mourir mais le soulager …
        Nous sommes bien d’accord .
        Que vient faire la théologie morale dans cette affaire ?

        • pamino says:

          Merci de cette traduction de la théologie morale concernée en termes compréhensibles, MA. Vous êtes sans doute une professionnelle, et non seulement de la médecine. Ma mère aurait dit « tu vaux ton poids en or ».

          • MA Guillermont says:

            Merci Pamino , pour la bienveillance de votre propos …

        • cloclo54 says:

          Sédation appropriée = euthanasie lente puisque la sédation entreprise aboutira à la mort du malade. Il faut arrêter de jouer sur les mots pour donner bonne conscience à ceux qui sont autour du lit et qui veulent décider à la place de celui qui est dans le lit !

          • MA Guillermont says:

            Savez – vous que tout patient a le droit de refuser un traitement ou de demander de l’interrompre lorsqu’il est en cours ?
            Et bien … 37 ans de carrière et pas un exemple concret à vous mettre sous la dent …
            Désir de mourir , … vraiment ?

            • pamino says:

              MA – ce qui suit est adressé à cloclo(??), pas à vous.

            • cloclo54 says:

              Je pense que vous avez beaucoup, beaucoup de chance de ne pas avoir de demandes d’aide à mourir parce que moi, j’en ai des exemples à remplir un bouquin ! Et pas facile d’arrêter un traitement quand on sait que les souffrances vont redoubler d’intensité à cet arrêt. Lorsque vous souffrez le martyr, vous n’avez pas le choix, où vous subissez les traitements ou vous vous suicidez tout seul dans un coin, en priant le bon Dieu pour ne pas vous rater ! Moi, j’ai choisi d’entendre et surtout d’écouter mon prochain et je veux qu’une loi légalise en France le droit à l’euthanasie tout comme en Belgique. Les Belges ne sont pas plus bêtes que les Français et s’ils ne veulent pas revenir sur leur loi, c’est qu’elle est bonne et qu’elle évite toutes les dérives des euthanasies clandestines françaises ! Des euthanasies, il y en a tous les jours dans tous les hôpitaux de France et les médecins aident même à mourir des malades qui n’ont rien demandé ! Une fin de vie, ça se prépare et une bonne loi doit être votée pour encadrer la pratique stricte et rigoureuse.

              • MA Guillermont says:

                Pourquoi êtes-vous aussi véhément dans votre argumentaire mettant en avant la souffrance alors qu’elle est toujours prise en compte par les équipes … ?
                En matière d’anti-douleurs et de prise en charge optimale par des unités soins palliatifs , vous êtes bien mal informé …
                L’euthanasie est inutile … oui et définitivement .
                Ne venez pas nous imposer votre témoignage parfaitement mensonger !
                Citez vos sources et vos hôpitaux , elles seront black – listés ! !!
                La Belgique est un très bon exemple des dérives de l’euthanasie !
                Un enfant de 10 ans vient d’être mis à mort …
                Renseignez – vous sur les tragédies des parents qui perdent leurs enfants euthanasiés (à leur demande ) pour cause de chagrins d’amour , de souffrance morale donc … ou des jumeaux parce qu’ils deviennent aveugles !!!
                Les dérapages sont là , …
                Votre approche est égoïste et montre votre indifférence , peut-être même un certain cynisme envers autrui alors qu’un accompagnement au mourant est un moment très important pour le passage du sujet et le deuil de la famille et des proches .
                Votre souffrance à vous c’est de faire preuve de compassion et d’empathie alors il vous est bien plus facile d’opter pour la solution finale .

                Solution de facilité imparable …

          • pamino says:

            Instruisez-vous un peu en théologie morale. Ce que vous appelez jouer sur les mots concerne une distinction fondamentale contenue dans ce qui s’appelle le principe du double effet. La sédation n’est pas administrée pour causer la mort du patient pour qu’il ne souffre plus (euthanasie), mais pour soulager sa souffrance pendant qu’il est en train de mourir ; c’est-à-dire dans le second cas le mauvais effet (le patient meurt) n’est pas le moyen de produire le bon effet (le patient ne souffre pas). Dans le premier cas c’est le contraire.
            Et n’oubliez pas que nous sommes tous en train de mourir ; c’est une autre façon de dire que nous sommes en train de grandir ou, si vous voulez, de mûrir.

    • cloclo54 says:

      Ce qui est idiot, c’est un peu ce que vous dites, parce que, peut-être ne le savez-vous pas, mais il y a des souffrances qui sont totalement réfractaires aux antidouleurs et que le seul moyen de les apaiser est d’augmenter les doses de morphine dans des proportions telles qu’elles vont faire mourir le malade.
      Donc c’est « un peu » hypocrite de dire qu’on ne fait pas une euthanasie ou qu’on ne fait pas mourir le malade quand on sait pertinemment bien que les doses injectées vont pourtant bien le faire mourir. Cette pratique est uniquement faite pour donner bonne conscience à ceux qui ne veulent pas que l’euthanasie soit légalisée mais le résultat est exactement le même, sauf que, le malade mourra plus lentement que par une injection létale qui le ferait mourir en 2/3 minutes.
      Il faut arrêter cette hypocrisie et redonner aux malades le droit de choisir pour eux-même, la façon dont ils veulent quitter ce monde. C’est un choix, c’est leur droit !

  3. Lionel says:

    Voilà à quoi mènent les théories issues de Vatican II; on commence par semer la division par des improvisations intempestives, tout en accusant ceux qui ne suivent pas les délires des réformateurs de déchirer l’unité de l’Église.
    On dévalorise la fonction pontificale en condamnant les prises de position solennelles de prédécesseurs imprégnés de la doctrine deux fois millénaire jaillissant de la foi, on ignore leurs mises en garde tout en oubliant que s’ils ont eu tort, en qualité de quoi les Autorités d’aujourd’hui pourraient-elles être plus crédibles que leurs prédécesseurs de rang égal? Ce qui était faux et mauvais autrefois le demeure de tout temps.
    Les « catholiques » criminels qui préconisent l’euthanasie ne se rendent pas compte qu’ils sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis; leurs simagrées et leur sentimentalisme faussement mystiques ne convainquent que ceux qui le veulent bien.
    Ils sont des fossoyeurs de la foi et de la morale. Leurs décisions sont le résultat inéluctable de plusieurs décennies d’errance.

    • MA Guillermont says:

      Tout à fait …
      L’euthanasie est une composante de la culture de mort clairement affichée .

      • Lionel says:

        …et comme je suis âgé et malade, je me sens d’autant plus concerné!…

        • MA Guillermont says:

          L’âge « canonnique » apporte souvent son lot de sur …prises +ou- bien -venues .
          C’est bien pour cela que l’assu … »rance-vie » à tant de « suc…sait »
          Bien à vous Lionel …
          Que le Coeur Immaculé de Notre Dame la Très Sainte Vierge Marie , Médiatrice de toutes grâces vous obtienne une meilleure santé au crépuscule de votre course terrestre pour vos bons , loyaux et fidèles services .

      • cloclo54 says:

        Culture de la mort ? ça veut dire quoi ça ? Juste une réflexion de la part qui sont pour que chacun reste libre de ses choix. Si vous pensez que ceux qui veulent que l’euthanasie soit permise chez des malades en grande souffrance qui la demandent, vous, vous êtes partagez la culture de la souffrance… avant la mort ! c’est pire !

        • MA Guillermont says:

          Votre choix reste votre décision de mettre un terme à votre vie sans y impliquer un membre du personnel de santé . ..qui en garde des séquelles personnelles à vie !
          Le suicide assisté. …sans moi .
          Le soi-disant « droit de mourir  » implique  » le devoir de tuer  »
          (en l’occurrence le professionnel de santé (sic))

    • balaninu says:

      MERCI !

    • pamino says:

      « Ils sont des fossoyeurs de la foi et de la morale. Leurs décisions sont le résultat inéluctable de plusieurs décennies d’errance. »
      Oui, mais l’inéluctabilité est relative, puisqu’on peut toujours, avec plus ou moins de difficulté, revenir au droit chemin étroit. J’ouvre comme simple portier d’hôpital un vieux placard qui n’est jamais fermé à clef :
      « […]
      « Lava quod est sordidum, riga quod est aridum, sana quod est saucium,
      « Flecte quod est rigidum, fove quod est frigidum, rege quod est devium.
      « Da tuis fidelibus, in te confidentibus, sacrum septenarium.
      « Da virtutis meritum, da salutis exitum, da perenne gaudium. Amen. Alleluja. »
      C’est St Thomas d’Aquin qui parle au Saint-Esprit.
      Bonne santé, Lionel.

      • MA Guillermont says:

        Beau cadeau …
        Avez-vous été formé par le Rocher des docteurs de l’Église , Pamino ?

        • MA Guillermont says:

          Docteurs de l’Église .

          • pamino says:

            Oui, MA, mais il a commencé par me parler directement, et cela de plus en plus clairement. C’est que j’ai passé six ans dans un internat catholique où il y avait la messe tous les jours (le lundi non obligatoirement). Aussi le latin était obligatoire, et après quelque temps, quand ma mère m’a demandé ce que je voudrais comme cadeau de douzième anniversaire, j’ai demandé un missel quotidien bilingue. Comme cela j’ai suivi tous les jours le Propre de la messe en latin et c’est comme cela que j’ai été exposé aux hymnes de St Thomas, qui était aussi un grand poète. Ce que je sais de sa théologie en prose, je le sais avant tout de l’instruction religieuse en terminale, mais depuis de temps en temps je consulte la Summa ici et là, ce qui est maintenant facile grâce à l’internet où les Dominicains l’ont publiée. Sa prose lucide et châtiée me rappelle, mutatis mutandis, celle de César ; ses vers plutôt l’Horace lyrique ; 1. belle impression, 2. mais qu’est-ce que cela veut dire ? travaille travaille, 3. Mais comment c’est beau, vrai et élégant ! Je pense avant tout aux hymnes du Propre de la Fête-Dieu, messe et Office, qu’il a été commandé par le pape d’assembler, ou selon le cas de composer.
            Puisque j’admire aussi beaucoup la Séquence de Pentecôte ‹Veni sancte Spiritus›, et puisque les styles se ressemblent, je me suis trompé hier en la lui attribuant, car l’auteur présumé est l’Anglais Stephen Langton, mort en 1228 quand St Thomas avait trois ans ! Mais peut-être que cette Séquence a servi de modèle à St Thomas … Veuillez excuser mon erreur, j’aurais dû contrôler hier.

            • MA Guillermont says:

              Un grand merci pour votre réponse , érudit Pamino !
              Je vais vous taquiner mais que dit la conscience éclairée de St Thomas d’Aquin sur la décence ?

              Grâce et paix en abondance sur nous tous .

              • pamino says:

                Donnez-moi, s’il vous plaît, la référence appropriée à la Summa ; je la chercherai volontiers.
                Première idée : il est possible qu’il y ait eu de grandes fluctuations dans la perception des Européens de ce qui est decens / indecens (‘convenable / inconvenable’) entre le XIVe et le XXIe.
                À propos de bottes : les fameux attouchements du Nouvel An de Cologne s’appellent dans l’anglais très francisé des juristes ‘indecent assault’.

    • cloclo54 says:

      Que chacun vive sa foi, que chacun s’occupe de ses affaires et de soi-même, et tout ira bien ! Ceux qui sont, comme moi, pour l’euthanasie n’empêcheront jamais ceux qui veulent aller au bout de leurs souffrances d’y aller s’ils trouvent qu’elle peut être rédemptrice pour eux, mais par pitié, arrêtez de dire aux autres ce qu’ils doivent faire et penser et arrêtez de leur faire croire que seul votre avis est le bon. Chacun doit être libre de décider pour lui-même et personne n’a le droit de décider à la place d’un autre.

      • Perlimpinpin says:

        Toi, tu vis tes trucs et tu dis pas aux autres ce qu’ils doivent penser. Si on en est là en France et ailleurs en Europe, c’est à cause des gens comme toi. Les fiottes comme toi, on les écrase d’une main en même temps qu’on se ressert de l’autre à table.

        • cloclo54 says:

          Je ne réponds pas aux absurdités, ni aux injures car contrairement à VOUS. La conversation avec VOUS s’arrêtera là !

          • MA Guillermont says:

            Alors :
             » Engagez-vous  »
            Quand une euthanasie est prévue … des IDE prennent leur jour de congé !
            Venez découvrir cette belle journée ! !!

            • cloclo54 says:

              Je n’ai pas attendu vos conseils pour m’engager….

              • MA Guillermont says:

                Quel est votre job ?
                Bis repetita …

      • pamino says:

        « Chacun doit être libre de décider pour lui-même et personne n’a le droit de décider à la place d’un autre. »
        Ce n’est pas pensé jusqu’au bout.
        D’abord, tout comme personne ne peut choisir entre être né ou non, aucun ne peut décider de vivre, parce qu’il va certainement mourir. Le seul choix qu’il ait est le suivant : attendre sa mort à une date et heure inconnues, ou se la procurer à une date et heure de son choix.
        S’il choisit d’attendre, tôt ou tard il subira un accident mortel ou sera atteint par une maladie mortelle. Évidemment, seul le second cas nous concerne ici.
        Comme vous dites, personne n’a le droit de décider à la place d’un autre, et c’est pour cela que personne ne peut négliger le fait que le malade ait déjà décidé d’attendre sa mort à une date et heure inconnues.
        Le reste concerne simplement les soins palliatifs du mourant. Il est comme toujours interdit de le tuer, pour qu’il ne souffre plus ou a fortiori pour toute autre raison ; mais il n’est pas interdit de pallier à ses souffrances, même si le traitement palliatif va accélerer l’arrivée inévitable de sa mort.
        Le médecin qui agit ainsi agit en médecin.
        Celui qui refuse d’agir ainsi est un médecin indigne du nom.
        Celui qui administre la mort comme traitement médical est un assassin.

        • cloclo54 says:

          C’est VOTRE jugement de dire qu’un médecin qui aide un malade à mourir à SA demande est un assassin (vous n’y allez pas de main morte pour le coup parce que la définition d’un « assassin » c’est d’ôter la vie à quelqu’un CONTRE sa volonté, ça n’est pas du tout la même chose !
          Et puis, qu’est-ce que ça vous faire que MOI je demande une euthanasie pour MOI dans la mesure où je ne vous l’impose pas à VOUS ?
          VOUS, vous voulez décider à ma place de ce qui serait bon -ou pas- pour moi, mais de quel droit vous arrogez-vous ce droit ? C’est quand même un peu fort de vouloir décider à la place des autres ! Si Dieu existe, JE m’arrangerai avec lui le moment venu et VOUS vous arrangerez avec lui aussi et qui vous dit que de nous deux, c’est VOUS qui avez raison ?

          • MA Guillermont says:

            Mettez – vous au chant Cloclo 54 , ça vous coûtera moins cher qu’une psychothérapie !

          • pamino says:

            « Si Dieu existe, JE m’arrangerai avec lui le moment venu »
            Et si, au lieu de parlementer avec vous, Il vous foudroie tout court ? Avez-vous pensé à cette possibilité ?

          • Lionel says:

            Cloclo54,
            Il y a une confusion entre soins palliatifs, acharnement thérapeutique et euthanasie.
            Dans tous les cas les médecins ont pour mission de soigner le malade et de soulager les douleurs physiques et les autres symptômes, mais aussi de prendre en compte la souffrance psychique, sociale etc…
            Ils ne sont en aucun cas habilités à disposer de sa vie comme ils l’entendent…
            Le patient lui-même n’a pas le droit de disposer de sa vie comme il le voudrait; autrement dit, il n’est pas permis de se suicider.

  4. Lionel says:

    …et comme je suis âgé et malade, je me sens d’autant plus concerné!…

  5. Cadoudal says:

    l’ euthanasie, le suicide , assisté ou pas: des valeurs fondamentales de la Révolution maçonnique;

    préconisées par le talmudiste Nietzsche depuis 140 ans;

    dans la logique du message de la « mort de Dieu  » et de la venue du « Surhomme ».

    • MA Guillermont says:

      Bien à vous Cadoudal , le Reste de Dieu est une somme de talents …
      Les fans du misérabilisme des espoir (s) de la fausse-Eglise bergoglienne sont réduits à connaitre la fin sous pousse- seringue .
      Justice immanente .

  6. Jean-Pierre Dickes says:

    Palino et Guillermont ont tout à fait raison. L’insuffisance cardiaque ou respiratoire en phase terminale entraînent des souffrances liées au fait que les tissus de l’organisme ne reçoivent plus d’oxygène.Cela a été le cas de mon fils. Tout simplement ces cas sont « déconnectés » c’est à dire mis sous narcose. Ils son endormis et ne souffrent plus. Il est alors légitime d’attendre la mort de ces personnes ; mais en tout cas, ne rien faire pour accélérer la mort.
    Mia Vosen est tout simplement tombée sur des incompétents ne connaissant pas le BA Ba des moyens de soulager la souffrance.
    Je dis souvent que cette attitude de soulagement était la normalité. Mon père médecin faisait des visites à domicile et avait toujours des ampoules de morphine dans sa mallette. C’était en 1936.

  7. Le suicide n’est pas un délit.

    • On y va says:

      Et le rapport est ?

      • Pardon. Commentaire mal positionné. En réponse à Lionel. Sur le fait qu’il n’est pas permis de se suicider.

        • Mad-Max says:

          … Nous retrouvons également la canne sur le sautoir du frère MDC. Lors de l’ouverture des travaux le frère MDC tend sa canne au-dessus des 3 grandes lumières pour former une voûte en équerre avec le glaive du Fre↘Expert …
          MDC 68 sortez de ce corps maintenant !

    • Lionel says:

      Si MDC, commettre un suicide, c’est commettre un grave délit devant Dieu qui est le Créateur.
      Il a de tout temps été enseigné qu’il s’agit d’un péché mortel; pour le reste Dieu est le seul Juge… C’est ainsi et l’on ne peut rien y changer.

      • Le Sommelier says:

        MDC = MCF68 = PR1 = 000 est un troll haineux anti-Catholique qui a été débarqué de MPI et qui revient insulter la Vérité sous les pseudos MDC, MerDiC US et PR1, Pitre Raté Hunnique . Le masque est arraché .

  8. Le Sommelier says:

    Va à l’ école, connard :  » j’ en fait « , ais !

    Et la poire, c’ est Michelyne = MCF68 = MDC = PR1 = Le Pog = Précis = Taras = LP2M .
    Le Cyprès maçonnique se déguise en Précis, MCF68, MDC, PR1, Le Pog, Taras, LP2M, Michelyne …

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

25,40 % récoltés 31.330 € manquants

10670 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 31.330 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com