On connait les dérives autoritaristes et fascisantes de Manuel Valls qui veut tout contrôler et tout censurer.

Aujourd’hui un groupement d’hébergeurs informatiques – AFHADS, Gandi, IDS, Ikoula, Lomaco, Online et OVH – met officiellement en garde les Français contre ce qui est ni plus ni moins de l’enregistrement systématique et total de toutes les communications dans le pays. Et la menace lancée au premier ministre est on ne peut plus clair : soit ce projet est retiré, soit les hébergeurs partiront de France.

Voici le texte publié par les hébergeurs français :

Le gouvernement veut-il contraindre les hébergeurs Internet à l’exil ?

30% de croissance annuelle : les hébergeurs français se développent, créent des milliers d’emplois directs et indirects, et investissent des centaines de millions d’euros tous les ans en France. Et pourtant, par le biais du projet de loi renseignement en procédure accélérée, le gouvernement français les contraindra à l’exil. Pourquoi ?

Il faut doter la France des moyens de renseignement nécessaires pour lutter contre le terrorisme. Il n’y a aucun débat là-dessus : l’actualité souligne régulièrement l’importance de la lutte contre le terrorisme. Là où le projet de loi renseignement pose problème, c’est qu’en voulant être capable de capter en permanence toutes les données personnelles des utilisateurs, notamment par le biais de « boîtes noires », le projet de loi du gouvernement est non seulement liberticide, mais également anti-économique, et pour l’essentiel, inefficace par rapport à son objectif.

Imposer aux hébergeurs français d’accepter une captation en temps réel des données de connexion et la mise en place de « boîtes noires » aux contours flous dans leurs infrastructures, c’est donner aux services de renseignement français un accès et une visibilité sur toutes les données transitant sur les réseaux. Cet accès illimité insinuera le doute auprès des clients des hébergeurs sur l’utilisation de ces « boîtes noires » et la protection de leurs données personnelles. Les entreprises et les particuliers choisissent un hébergeur sur des critères de confiance et de transparence, qu’il ne sera plus possible de respecter car seuls les services de l’État auront, directement ou indirectement, le contrôle et la connaissance de ces données. L’algorithme placé à l’intérieur serait validé, souvent a posteriori, par une commission, composée de juristes et de parlementaires (députés et sénateurs) et d’un expert technique nommé par l’Arcep… Sans vouloir être offensant pour la représentation nationale, nos entreprises ont de nombreux experts en algorithmique, si nous ne prétendons pas être capables de contrôler cette boîte noire, nous ne pensons pas que nos représentants le puissent mieux. Obliger la mise en place de boîtes noires et permettre la captation de données directement sur le réseau des opérateurs français est la porte ouverte à un risque de nombreuses dérives, qui feraient entrer la France dans une surveillance de masse telle que nous ne l’avons jamais connue. Nous ne voyons pas comment une commission consultative de 9 membres, pouvant décider avec la présence de quatre d’entre eux, peut nous rassurer sur ce point. Malgré ce que certains dans les « services » peuvent expliquer, il ne s’agit pas de mesures techniques, mais bien d’une question démocratique majeure dont nos élus doivent se saisir !

Au-delà de cette question de fond, l’efficacité de ce dispositif de « boîtes noires » nous semble plus que douteuse car il concerne moins de 5 000 personnes en France. Une organisation terroriste bien structurée saura échapper à ces mesures. Un « loup solitaire » sera noyé dans la masse des informations colossales et donc difficilement détectable. Quand bien même, les moyens techniques et financiers des services français ne sont de toute façon pas proportionnés pour traiter la masse totale des données qu’il va résulter de cette « pêche au chalut », car c’est de harpons dont ils ont besoin. Le renseignement français, puisque c’est de cela qu’il s’agit, est l’un des meilleurs au monde puisqu’il se base sur le savoir-faire humain. En effet, nous ne sommes pas les États-Unis, nous n’avons pas de NSA, dont les activités de surveillance opaques ont poussé nombre d’entreprises et de particuliers du monde entier à devenir clients de la France : une démocratie plus transparente et respectueuse des droits de ses citoyens.

Ce projet n’atteindra pas son objectif, mettra potentiellement chaque Français sous surveillance, et détruira ainsi un pan majeur de l’activité économique de notre pays.

Petite explication : les hébergeurs sont des acteurs centraux de l’économie numérique. C’est dans leurs usines (les centres de données ou Datacenters), que les informations des entreprises et des particuliers sont stockées et traitées pour de nombreux usages : données médicales, données clients, secrets industriels, photos de vacances, e-mails, etc. C’est sur ces centres de données que se construisent de nombreux secteurs d’activité comme l’Internet des objets, le Big Data, la voiture autonome ou la ville intelligente. L’avenir industriel de la France passe par des centres de données, et donc par ces fameux hébergeurs. Des startups se créent et de « grands industriels » innovent en s’appuyant sur des hébergements français. Il n’y a ni FrenchTech, ni plans industriels numériques sans hébergeurs.

De plus, les hébergeurs français n’hébergent pas que des clients français : ils accueillent des clients étrangers qui viennent se faire héberger en France : l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Espagne, la Pologne, les États-Unis, le Brésil, etc. En tout 30 à 40 % du chiffre d’affaire de nos hébergeurs est réalisé par ce biais. Ces clients viennent parce qu’il n’y a pas de Patriot Act en France, que la protection des données des entreprises et des personnes est considérée comme importante. Si cela n’est plus le cas demain en raison de ces fameuses « boîtes noires », il leur faudra entre 10 minutes et quelques jours pour quitter leur hébergeur français. Pour nous le résultat est sans appel : nous devrons déménager nos infrastructures, nos investissements et nos salariés là où nos clients voudront travailler avec nous.

Reims, Rennes, Roubaix, Paris, Brest, Toulouse, Rodez, Figeac, Grenoble, Montceau les Mines, Strasbourg et Gravelines sont autant de villes où nous supprimerons des emplois au lieu d’en créer des centaines dans les années qui viennent. Ce sont des milliers d’emplois induits par le Cloud Computing, le Big Data, les objets connectés ou la ville intelligente que les startups et les grandes entreprises iront aussi créer ailleurs.

En l’état, le projet de loi renseignement nous empêchera de réussir le renouveau économique de notre pays, détruisant un des rares avantages compétitifs majeurs que nous possédons (le soin apporté à la protection des données personnelles) et nous fera passer à côté de la valeur économique et des emplois que nous pourrions créer dans le numérique. Nos entreprises la capteront, mais pas la France. Nous n’avons pas envie de nous résoudre à cela.

Monsieur le Premier ministre, mesdames et messieurs les élus de la Nation, notre image numérique, et donc notre avenir économique ont besoin de vous. Aidez-nous.

AFHADS, Gandi, IDS, Ikoula, Lomaco, Online et OVH

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

8 commentaires

  1. Bilodeau says:

    Face à l’espionnage américain, le gouvernement français est d’une passivité absolue. En revanche, quand il s’agit de traquer ses propres citoyens, on utilise les moyens forts. Ce 2 poids, 2 mesures a été dénoncé par un communiqué de presse du mouvement UPR, disponible au lien suivant :

    http://minilien.fr/a0po2v

  2. champar says:

    C’est sûr que la mesure de censure des sites va vite être inefficace, les mesures de contournement vont être mises en place et le vrai contrôle du terrorisme va s’en trouver totalement affecté par voie de conséquence.
    Liberticide et inefficace.
    Ce genre de mesure ne peut se comprendre que pour des périodes très courtes en période de crise.
    Dans les autres cas un contrôle judiciaire s’impose ou alors il faut supprimer le terme « Liberté » de la devise, ou supprimer tout simplement la devise « Liberté, égalité, Fraternité » car l’égalité n’existe plus avec la « discrimination positive » et la fraternité n’est plus qu’un souvenir avec l’islamisme.

  3. HUGUEL says:

    Comprenez que le vrai motif est de museler les opposants à ce régime dictatorial. Ainsi n’entendant qu’une cloche donc qu’un son les français voteront pour cette bande sine die.Elle
    pourra éternellement continuer son entreprise de démolition de nos valeurs et traditions.

  4. esprit libre says:

    Il faut être bien naïf pour croire qu’il s’agit d’anti-terrorisme alors que les attentats de janvier ont révélé tant de dysfonctionnements que Manuel Valls et Bernard Cazeneuve auraient été contraints de démissionner dans un pays aux institutions normales…
    Il ne faut voir que de noirs désirs. Et toutes les turpitudes, tous les mensonges de la répression policière des résistants au mariage homosexuel de François Hollande ont bien montré de quoi cette clique est capable pour se cramponner au pouvoir.
    Mais l’initiative collective des hébergeurs est une bonne nouvelle car cela va faire du bruit dans le Landerneau, surtout s’ils s’adressent aux maires des villes concernées ce qui sera très efficace.

  5. alsaco says:

    le petit nerveux n’a qu’à s’occuper des frondeurs, il n’aura plus besoin du 49.3, mais connaissant le ziozio gaucho, il préfèrera donner dans la facilité, 49.3 et espionner pour taper ou museler les anti « gouvernement d’incapables »

  6. Gillic says:

    Il y en a ras le bol des bouffons qui jouent les dictateurs ! Sous prétexte de terrorisme,ils veulent surtout museler ceux qui ne veulent pas de leur système européen et mondialiste ! Toutes les dictatures finissent dans le sang des dictateurs …….Qu’ils s’en souviennent !

  7. Michoura says:

    Pour assurer la sécurité de la France il faut regarder autour, constater et anticiper. Aujourd’hui le Yémen bascule dans la guerre. Voulue par les « mêmes » qui veulent imposer le projet de loi sur le renseignement, l’accord TAFTA, la guerre en Ukraine, etc. L’Iran défend le Yémen. Et ce qui n’a pas pu se réaliser – dans le refus de voir l’Iran rester à sa place de pays sous la férule des « mêmes » – se manifeste dans la guerre acharnée contre l’Iran via le Yémen. Cette guerre n’a pas de sens et relève d’une dernière folie des « mêmes » : déstabiliser pour mieux écraser et dominer.
    L’exemple du Yémen, les conflits – tous orchestrés par les « mêmes » aujourd’hui dénoncés – et non encore soutenus, défendus par les Peuples « amis ».
    Il va falloir que cela change.
    La Russie ne peut pas être partout. Chacun doit faire le ménage et s’investir puissamment pour défendre la Juste Cause.
    Si vous ne faites rien, c’est vous qui êtes menés par les évènements et vous subirez bien plus que si vous agissiez tout de suite pour contrer les effets dévastateurs de ceux qui ont encore pouvoir de faire le mal.
    Ce n’est pas à la Russie de tout faire pour garantir votre paix. La Chine, elle aussi, prend position face aux « mêmes ». Tout cela indique la guerre dévastatrice qui aurait pu être évitée. Parce que vous avez laissés faire, les États se sont armés et il est difficile aujourd’hui de faire machine arrière.
    Vous assumerez ce que vous n’avez pas voulu voir ni entendre : dans les effets de la guerre, de la pollution, de la destruction généralisée.
    Je n’exagère pas. Vous n’avez pas encore vu toute l’horreur. Ce qui est fait à l’Ukraine est ce qui va advenir en Europe. Ce qui est arrivé en Irak, en Libye, en Syrie, au Yémen ne sont que les effets de votre indifférence. Malheureusement le mal est bien enraciné et si vous ne le combattez pas, vous le subirez.
    Ce que Boko Haram fait comme atrocités, il le fait sous couvert des « mêmes ». Comment avez-vous pu attendre si longtemps sans rien faire ?
    Texte inspiré de Clefsdufutur-12.04.2015

  8. Mr-jerry says:

    Si le projet passe il vont rentrer dans un engrenage ce qu’il faut savoir c’est que les terroristes , hackers , etc… on des moyens sur et complètement anonyme pour communiquer entre eux « tor » « vpn » si la loi passe il y auras plus de pourcentage de personnes qui utilise les moyens anonymes à leurs portée donc plus de suspects. … cela vaut il le coup d’enfreindre notre vie privée pour un projet qui n’en vaut pas la peine ?

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com