Les Hérauts de l’Évangile sont dans la tourmente. Une enquête « approfondie et sérieuse » lancée par la Congrégation des Religieux est en cours au sein de cette association internationale de fidèles, la première née du nouveau millénaire, reconnue par le Conseil pontifical pour les laïcs le 22 février 2001, et les deux sociétés de vie apostolique afférentes, “Virgo Flos Carmeliˮ pour les clercs et «Regina Virginum » pour les religieuses, érigées de droit pontifical sous Benoît XVI.

Les Hérauts de l’Évangile, peut-on lire sur la fiche Wikipedia, « se veulent des zélateurs du culte marial » et « s’inscrivent dans la « nouvelle évangélisation » promue par Jean-Paul II. » Congrégation de laïcs et de religieux, attachée au courant des conciliaires-conservateurs, -la messe Paul VI est leur rite ordinaire-, bien plus que des traditionalistes comme le pensent erronément les médias du système trompés par une apparence moyenâgeuse que l’on peut qualifier de romanesque, fondée par Mgr João Scognamiglio Clá Dias, cette association est une émanation de la fameuse TFP (Tradition Famille Propriété), instituée dans les années 50 par le penseur catholique contre-révolutionnaire brésilien Plinio Corrêa de Oliveira, qui s’est scindée en deux après sa mort. D’un côté Mgr João Scognamiglio Clá Dias qui a obtenu les biens et le nom de l’association au Brésil et qui, après la mort de Plinio en 1995, a fondé un ordre religieux et une association privée de laïcs, les Hérauts de l’Évangile avec branche masculine et féminine. De l’autre côté, les « Fundadores » qui ont obtenu l’usage du nom TFP aux États-Unis et en Europe. Pour information, la TFP et ses nombreuses nébuleuses sont très proches du professeur Roberto de Mattei.

Les Hérauts de l’Évangile se sont répandus dans 78 pays. Il sont reconnaissables à leur uniforme ou habit, marron uni pour les prêtres, marron et blanc pour les moines, marron et caramel pour les moniales, beige pour les séminaristes, blanc pour les laïcs, marqué d’une grande croix gothique bicolore rouge et blanche, et de bottes noires. Ils disposent aussi d’une chaîne où pend un rosaire. Ils ont ainsi l’allure de croisés ou de templiers.

A l’origine de l’enquête révèle le quotidien Vatican Insider

«parmi les autres signalements, il y a des lettres et des vidéos envoyées à Rome par Alfonso Beccar Varela. Depuis au moins trente ans on parle de l’existence au sein de la TFP et ensuite des Hérauts d’une sorte de société secrète « Semper viva » où se pratique le culte de la mère de Plinio Corrêa, Donan Lucilia, de Plinio lui-même et aussi de João Scognamiglio Clá Dias. Un culte que l’Église ne permet pas. »

Concernant les vidéos, Andrea Tornielli note dans son article,

qu’«il s’agit d’images qui montrent des exorcismes (voir la vidéo ici) avec des formules qui ne sont pas approuvées par les autorités ecclésiastiques, mais surtout des enregistrements de rencontres entre le fondateur et certains prêtres. »

« Des dialogues et des témoignages ressort également un certain millénarisme : les Hérauts, explique Tornielli, sont convaincus que grâce à la Vierge de Fatima une sorte de fin du monde est éminente qui verra triompher Mgr João Scognamiglio Clá Dias. Dans le dialogue, les prêtres font état d’exorcismes dans lesquels le diable aurait annoncé que le fondateur deviendra pape et que les forces sataniques le craignent plus que tout autre chose. Il est détaillé également comment les noms de Donna Lucilia, de Plinio Corrêa et de Mgr João sont invoqués dans les exorcismes comme étant très puissants. Au point d’être divinisés. »

Déjà à l’époque de Plinio Corrêa et de sa TFP, des rumeurs sur des pratiques secrètes et une doctrine millénariste circulaient. Dans un article paru sur MPI le 22 mars dernier, nous écrivions :

« L’évêque traditionaliste Mgr Castro-Mayer du diocèse brésilien de Campos l’avait condamnée, [la TFP, ndlr] comme étant une secte avec des sociétés, des doctrines et des pratiques secrètes, et rendant un culte inapproprié à son fondateur ! En 1985, ce fut l’épiscopat brésilien qui l’a condamna comme groupe “ésotérique”. » « A partir du message de Fatima, celui que la TFP nomme « Le Prophète », Plinio Corrêa de Oliveira, a développé tout un corpus doctrinal et une dimension mystique et messianique de la TFP, ses moines soldats laïcs étant les hérauts privilégiés de Notre Dame de Fatima pour instaurer un futur Royaume de Marie. »

Aujourd’hui, ce sont donc les Hérauts de l’Évangile de Mgr João Scognamiglio Clá Dias, disciples de Plinio, qui sont confrontés aux mêmes accusations que la TFP dans le passé.

Cette enquête qui frappe aujourd’hui cette association de droit pontifical a-t-elle incité le fondateur, Mgr João Scognamiglio Clá Dias, le supérieur général de la société cléricale de vie apostolique “Virgo Flos Carmeliˮ et le président des Hérauts de l’Évangile, à se démettre de ses fonctions ? C’est la question qui peut se poser en effet : dans une lettre rendue publique le 12 juin dernier Mgr Clá Dias explique renoncer à ses charges pour qu’un de ses fils spirituels puisse

« conduire cette œuvre à la perfection désirée par Notre-Dame »

tout en précisant cependant que

« en laissant ma charge je ne peux pas – ni ne le désire- devant Dieu, renoncer à ma mission de père » et donc « je continuerai à être à la disposition de tous, parce que je me sais préposé par Dieu comme modèle et gardien vivant de ce charisme qui m’a été transmis par l’Esprit-Saint. »

Un tel langage, si éloigné de la sainte humilité des saints fondateurs et si semblable à celui des charismatiques, pourrait à lui seul être une preuve des possibles dérives sectaires des Hérauts de l’Évangile !

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 commentaires

  1. Triste de constater que toutes les quelques tentatives de sortir cette époque moderne de l’avilissement et de la médiocrité, semblent s’effondrer avant même de prendre leurs envol.

    • Lionel (Paris) says:

      C’est tout simplement une secte parmi d’autres qui pullulent aujourd’hui!

  2. Horace says:

    Quel mic-mac d’associations et de rassemblements hétéroclites. On ne bâtit pas une nouvelle société avec de vielles briques pourries. Le poison se cache dans les rituels, les initiations et les secrets jaloux.

  3. Joseph says:

    Les Hérault de l’Évangile n’ont rien à voir avec la TFP et le Prof. Plinio. Comme l’a communiqué le directeur du Bureau de Rome des TFP et associations sœurs, le déviations des Hérauts de l’Évangile ne peuvent pas êtres imputées à Plinio ni à quelque soit l’association qui suit sa pensée. La TFP du temps du Prof. de Oliveira était absolument différente de ce que son les Hérauts de l’Évangile, pour plus qu’ils se disent ses disciples.
    Voir « Vatican Insider News » du 15 juin 2017: http://www.lastampa.it/2017/06/15/vaticaninsider/ita/news/la-tfp-originaria-e-gli-araldi-del-vangelo-sono-due-istituzioni-completamente-diverse-F9lJd7rBFaD9vdRtEAuAGJ/pagina.html

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

25,40 % récoltés 31.330 € manquants

10670 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 31.330 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com